Chapter

Middle East, North Africa, Afghanistan, and Pakistan

Author(s):
International Monetary Fund. Middle East and Central Asia Dept.
Published Date:
October 2011
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Population, millions (2010)

GDP per capita, U.S. dollars (2010)

Sources: IMF Regional Economic Outlook database; and Microsoft Map Land.

Note: The country names and borders on this map do not necessarily reflect the IMF’s official position.

1South Sudan became an independent state in July 2011; data for 2010 are estimates of population and GNI per capita.

MENAP Highlights

The current period of unprecedented change holds the promise of improved living standards and a more prosperous future for the peoples of the Middle East and North Africa region. Although the long-term benefits of the Arab Spring are indisputable, since the beginning of this year, the region has witnessed unparalleled uncertainty and economic pressures, from both domestic and external sources. The recent worsening of the global economy will likely add to these pressures.

To build confidence, anchor expectations, and reap the longer-term benefits of the ongoing historical transformation, countries will need to take decisive action in formulating a broad reform agenda—aimed at fostering inclusive growth—while maintaining macroeconomic stability. Moreover, across the region, additional spending measures should be designed in a way that maximizes their short-term benefits while limiting their long-term liabilities. The benefits of some fiscal support measures (such as generalized subsidy schemes) do not necessarily go to those with the greatest need. Governments should therefore move quickly to better target subsidies and transfers, which will also help free resources for investment in infrastructure, education, and health.

Oil Exporters: Benefiting from High Oil Prices amid Growing Risks

Economic activity in MENAP oil-exporting countries, along with their fiscal and external situations, has clearly improved, underpinned by continued high energy prices. Real GDP growth is expected to pick up in 2011—to almost 5 percent—then moderate to about 4 percent in 2012. For the GCC, growth is projected at more than 7 percent in 2011. Several countries (Saudi Arabia in particular) have stepped up production temporarily in response to higher oil prices and shortfalls in production from Libya. The additional fiscal space is being used by many countries to ratchet up spending and provide continued support to the non-oil sector, which is projected to grow at 4½ percent in 2011–12. In 2011, the oil exporters’ combined external current account surplus is expected to increase from US$202 billion to US$334 billion (excluding Libya), and from US$163 billion to US$279 billion for the GCC.

At the same time, palpable downside risks cloud the outlook, most notably a possible sharp downturn in global activity resulting from advanced economies’ difficulties in effectively addressing their debt and fiscal challenges. If these risks materialize and global growth deteriorates sharply, activity in MENAP oil exporters would be adversely affected, most likely through a fall in international energy prices. A downturn in key emerging market trading partners, and further political unrest in the region, could also dampen growth prospects for MENAP oil exporters.

Fiscal vulnerability has increased as a consequence of the substantial spending packages that have been implemented over the past three years. In particular, fiscal break-even oil prices—the price levels that ensure that fiscal accounts are in balance at the given level of spending—have been trending upward in most countries and are gradually approaching the actual spot market oil price. In addition, heightened sovereign risk premiums could raise borrowing costs for some MENAP oil exporters.

The current supportive fiscal and monetary stances remain appropriate as long as inflationary pressures or other signs of overheating do not emerge, which is the case in most of the region’s oil exporters. Looking ahead, reforms to ensure inclusive growth should be pursued to improve the business environment and governance, and to provide labor force entrants with skills required by employers and with incentives to participate in the formal economy. Improvements in bank governance, along with efforts to develop domestic debt markets, should help to increase the depth, quality, and inclusiveness of financial intermediation.

Oil Importers: Meeting Social Needs, Restoring Economic Confidence

The political and economic transformations in several of the region’s oil-importing countries are advancing slowly and are expected to extend well into 2012. Moreover, global activity and confidence have weakened, adding to a marked increase in economic uncertainty in the region. Average real GDP growth for MENAP oil importers is projected to drop from the 4⅓ percent achieved in 2010 to below 2 percent in 2011. The recovery in 2012 is expected to be weaker than previously anticipated, with growth projected at just over 3 percent.

External and financial conditions have deteriorated. While remittances have largely remained robust, tourism and capital inflows have experienced sizable declines. These, together with higher commodity prices, have led to a weakening in external reserves. Sovereign bond and credit default swap spreads have widened, raising borrowing costs for governments and corporations in international markets. In addition, banking sector balance sheets in some countries are projected to deteriorate.

Fiscal deficits are expected to widen by about 1½ percent of GDP in 2011–12, as authorities have maintained a countercyclical fiscal stance. Universal subsidies and transfers, which provide only limited benefits to the poor, have increased sharply as governments attempt to cushion the impact of the downturn and high commodity prices. In some countries, capital expenditures have been cut, hurting future growth. In 2011–12, oil importers’ financing needs are estimated to reach about US$50 billion a year, and in many countries, excessive government financing from domestic banks is squeezing the availability of private-sector credit.

Some of the near-term pressures can be alleviated through external and fiscal financing from regional and international partners. At the same time, macroeconomic stability must be preserved to anchor expectations, and a comprehensive reform agenda implemented that can improve social mobility through better access to economic opportunities. This agenda should include plans to unwind recent tax breaks and expenditure measures and replace untargeted subsidies with targeted social safety nets to free up room for growth-enhancing public investment expenditures. Reforms in a number of areas, including labor markets, education systems, the business environment, and governance, will help leverage the many assets of the region to achieve higher growth rates and employment over the medium and long term.

MENAP: Selected Economic Indicators, 2000–12(Percent of GDP, unless otherwise indicated)
AverageProjections
2000–0720082009201020112012
MENAP1
Real GDP (annual growth)5.54.52.64.43.93.7
Current account balance9.513.41.87.010.48.2
Overall fiscal balance3.56.7-2.9-0.20.40.1
Inflation, p.a. (annual growth)5.914.47.77.410.68.3
MENAP oil exporters1
Real GDP (annual growth)5.84.01.84.44.93.9
Current account balance13.318.74.110.615.012.4
Overall fiscal balance7.713.0-1.62.94.63.6
Inflation, p.a. (annual growth)6.614.95.96.711.17.7
Of Which: Gulf Cooperation Council
Real GDP (annual growth)5.66.40.35.47.24.0
Current account balance15.722.57.115.020.616.9
Overall fiscal balance11.924.7-0.46.19.78.3
Inflation, p.a. (annual growth)2.211.03.03.24.34.2
MENAP oil importers
Real GDP (annual growth)4.95.54.24.31.93.1
Current account balance-0.7-4.4-4.4-3.3-3.3-3.8
Overall fiscal balance-5.2-5.4-5.2-6.0-7.6-6.7
Inflation, p.a. (annual growth)4.713.311.18.79.89.6
Memorandum
MENA1
Real GDP (annual growth)5.54.62.64.44.03.6
Current account balance10.315.02.47.711.29.0
Overall fiscal balance4.58.6-2.60.51.20.8
Inflation, p.a. (annual growth)6.014.66.16.910.27.7
MENA oil importers
Real GDP (annual growth)4.76.44.94.51.42.6
Current account balance-0.9-2.9-3.9-3.9-4.8-4.7
Overall fiscal balance-6.6-4.5-5.3-6.3-8.4-7.5
Inflation, p.a. (annual growth)4.213.57.07.57.77.6
Sources: National authorities; and IMF staff calculations and projections.

2011 and 2012 data exclude Libya.

MENAP: (1) Oil exporters: Algeria, Bahrain, Iran, Iraq, Kuwait, Libya, Oman, Qatar, Saudi Arabia, Sudan, the United Arab Emirates, and Yemen; (2) Oil importers: Afghanistan, Djibouti, Egypt, Jordan, Lebanon, Mauritania, Morocco, Pakistan, Syria, and Tunisia.MENA: MENAP excluding Afghanistan and Pakistan.
Sources: National authorities; and IMF staff calculations and projections.

2011 and 2012 data exclude Libya.

MENAP: (1) Oil exporters: Algeria, Bahrain, Iran, Iraq, Kuwait, Libya, Oman, Qatar, Saudi Arabia, Sudan, the United Arab Emirates, and Yemen; (2) Oil importers: Afghanistan, Djibouti, Egypt, Jordan, Lebanon, Mauritania, Morocco, Pakistan, Syria, and Tunisia.MENA: MENAP excluding Afghanistan and Pakistan.

MOANAP—Principaux points

La période actuelle de transformation sans précédent porte en germe la promesse d’une amélioration du niveau de vie et d’un avenir plus prospère pour les populations de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord. Même si les avantages à long terme du Printemps arabe sont indiscutables, la région a été en butte depuis le début de l’année à des incertitudes et des tensions économiques sans égales, de sources tant internes qu’externes. La récente dégradation de la conjoncture économique mondiale va sans doute accentuer ces tensions.

Pour bâtir la confiance, ancrer les expectatives et, à long terme, cueillir les fruits de la transformation historique en cours, les pays devront s’appliquer à définir avec détermination un vaste programme de réformes—visant à promouvoir une croissance solidaire—tout en maintenant la stabilité macroéconomique. Par ailleurs, il faudra, dans l’ensemble de la région, calibrer les programmes de dépenses additionnelles de manière à en maximiser les effets bénéfiques à court terme, tout en limitant les engagements à long terme. Certaines des mesures de soutien budgétaire (telles que les subventions généralisées) ne profitent pas forcément à ceux qui en ont les besoins les plus pressants. Il importe donc que les gouvernements s’emploient rapidement à mieux cibler les subventions et les transferts sociaux, ce qui aura pour avantage supplémentaire de débloquer des ressources pour les investissements dans les infrastructures, l’éducation et la santé.

Pays exportateurs de pétrole: tirer parti de la hausse des cours, sur fond de risques grandissants

L’activité économique, de même que la situation budgétaire et extérieure des pays exportateurs de pétrole de la région MOANAP s’est nettement améliorée, soutenue par la hausse continue des cours des produits énergétiques. D’après les prévisions, le rythme de progression de leur PIB réel augmenterait en 2011—passant à près de 5 pour cent—puis se modèrerait aux environs de 4 pour cent en 2012. Pour le Conseil de Coopération du Golfe (CCG), les projections tablent sur un taux de plus de 7 pour cent en 2011. Plusieurs pays (l’Arabie Saoudite en particulier) ont temporairement accru leur production en réaction à la hausse des cours et aux déficits de production de la Libye. Nombre de pays se servent de leur marge de manœuvre supplémentaire pour accroître les dépenses et continuer à soutenir le secteur non pétrolier, dont le taux de croissance se chiffrerait, d’après les estimations, à 4,5 pour cent en 2011–12. En 2011, l’excédent extérieur courant total des pays exportateurs de pétrole devrait passer de 202 à 334 milliards de dollars EU (Libye non comprise) et celui du CCG de 163 à 279 milliards de dollars EU.

Parallèlement, des risques baissiers tangibles semblent perturber les perspectives d’avenir, tout particulièrement l’éventualité d’un net ralentissement de l’activité économique mondiale, résultant du fait que les pays avancés peinent à trouver une solution efficace au double problème de leur endettement et de leur déficit budgétaire. Si ces risques se matérialisaient et qu’il se produisait une nette dégradation de la croissance mondiale, l’activité des pays exportateurs de pétrole de la région MOANAP en serait affectée, très probablement en raison d’une chute des cours énergétiques internationaux. Un ralentissement de l’activité chez les principaux partenaires commerciaux émergents, ainsi qu’un regain de l’agitation politique dans la région pourraient également peser sur les perspectives économiques des pays exportateurs de pétrole de la région MOANAP.

La vulnérabilité des finances publiques a augmenté du fait des vastes plans de dépenses qui ont été mis en œuvre au cours des trois dernières années. En particulier, le cours pétrolier d’équilibre—niveau de prix qui assure l’équilibre des comptes publics au niveau de dépenses donné—a été orienté à la hausse dans la plupart des pays, et se rapproche maintenant du cours effectif du marché. De plus, la hausse des primes de risque souverain pourrait accroître le coût des emprunts pour certains des pays exportateurs de pétrole de la région MOANAP.

Les politiques actuelles d’accompagnement budgétaire et monétaire restent indiquées tant que des tensions inflationnistes ou d’autres signes de surchauffe ne se font pas jour, ce qui est le cas dans la plupart des pays exportateurs de pétrole de la région. A terme, des réformes propres à promouvoir une croissance largement partagée doivent être entreprises afin d’améliorer la gouvernance et le climat des affaires, et équiper les nouveaux arrivants sur le marché du travail de compétences requises par les employeurs, tout en les encourageant par ailleurs à prendre part à l’économie formelle. Une amélioration de la gouvernance des établissements bancaires et un développement des marchés intérieurs de la dette devraient permettre d’accroître la portée et la qualité de l’intermédiation financière et la rendre plus accessible pour tous.

Pays importateurs de pétrole: répondre aux besoins sociaux et rétablir la confiance économique

Les transformations du paysage politique et économique progressent lentement dans plusieurs pays importateurs de pétrole de la région, et devraient se poursuivre encore pendant de longs mois en 2012. Par ailleurs, l’activité et la confiance ont fléchi au niveau mondial, ce qui accentue l’accroissement marqué de l’incertitude économique dans la région. D’après les projections, le taux de croissance moyen du PIB réel des pays importateurs de pétrole de la région MOANAP, qui avait atteint 4⅓ pour cent en 2010, chuterait en dessous de 2 pour cent en 2011. On s’attend, pour 2012, à une reprise plus faible que prévu précédemment, avec une prévision de croissance à peine supérieure à 3 pour cent.

La situation extérieure et financière s’est dégradée. Bien que les envois de fonds des travailleurs migrants soient en règle générale restés abondants, le tourisme et les entrées de capitaux sont en net déclin. Ces facteurs, auxquels s’ajoute la hausse des cours des matières premières, ont causé une baisse des réserves internationales. Les écarts des obligations souveraines et des contrats sur risque de crédit (CDS) se sont accrus, de sorte qu’il en coûte plus cher aux Etats et aux entreprises d’emprunter sur les marchés internationaux. Par ailleurs, les projections laissent entrevoir une dégradation des bilans bancaires dans certains pays.

Un creusement des déficits budgétaires d’environ 1,5 pour cent du PIB en 2011–12 est à prévoir, car les autorités ont maintenu leur politique anticyclique. Les subventions et transferts généralisés, qui ne profitent guère aux plus démunis, ont considérablement augmenté, du fait que les gouvernements cherchent à amortir l’impact du ralentissement de l’activité économique et de la hausse des cours des matières premières. Certains pays ont taillé dans leurs dépenses d’équipement, et cela au détriment de la croissance future. En 2011–12, les besoins de financement des pays importateurs de pétrole devraient atteindre environ 50 milliards de dollars EU par an, et dans beaucoup de pays, le recours excessif de l’Etat au financement bancaire restreint le crédit au secteur privé.

Il est possible d’atténuer quelques-unes des tensions à court terme avec l’aide de financements externes et budgétaires provenant des partenaires régionaux et internationaux. Il faudrait néanmoins préserver la stabilité macroéconomique pour ancrer les anticipations et mettre en œuvre un vaste train de réformes propres à améliorer la mobilité sociale à travers de meilleurs débouchés économiques. Il faut notamment définir des plans pour mettre un terme aux récentes mesures d’exonérations fiscales et de dépenses, et remplacer les subventions généralisées par des dispositifs de protection sociale ciblée afin de dégager la marge nécessaire pour accroître les investissements publics générateurs de croissance. Des réformes dans un certain nombre de domaines, y compris les marchés du travail, les systèmes éducatifs, le climat des affaires et la gouvernance contribueront tous à tirer parti des nombreux atouts de la région pour atteindre des taux de croissance et d’emploi plus élevés à moyen et long terme.

MOANAP: Principaux indicateurs économiques, 2000–12(En pourcentage du PIB, sauf indication contraire)
MoyenneProjections
2000–0720082009201020112012
MOANAP1
PIB réel (croissance annuelle)5.54.52.64.43.93.7
Solde des transactions courantes9.513.41.87.010.48.2
Solde budgétaire global3.56.7-2.9-0.20.40.1
Inflation (croissance annuelle)5.914.47.77.410.68.3
Pays exportateurs de pétrole de la région MOANAP1
PIB réel (croissance annuelle)5.84.01.84.44.93.9
Solde des transactions courantes13.318.74.110.615.012.4
Solde budgétaire global7.713.0-1.62.94.63.6
Inflation (croissance annuelle)6.614.95.96.711.17.7
Dont: Conseil de coopération du Golfe
PIB réel (croissance annuelle)5.66.40.35.47.24.0
Solde des transactions courantes15.722.57.115.020.616.9
Solde budgétaire global11.924.7-0.46.19.78.3
Inflation (croissance annuelle)2.211.03.03.24.34.2
Pays importateurs de pétrole de la région MOANAP
PIB réel (croissance annuelle)4.95.54.24.31.93.1
Solde des transactions courantes-0.7-4.4-4.4-3.3-3.3-3.8
Solde budgétaire global-5.2-5.4-5.2-6.0-7.6-6.7
Inflation (croissance annuelle)4.713.311.18.79.89.6
Pour mémoire:
MOAN 1
PIB réel (croissance annuelle)5.54.62.64.44.03.6
Solde des transactions courantes10.315.02.47.711.29.0
Solde budgétaire global4.58.6-2.60.51.20.8
Inflation (croissance annuelle)6.014.66.16.910.27.7
Pays importateurs de pétrole de la région MOAN
PIB réel (croissance annuelle)4.76.44.94.51.42.6
Solde des transactions courantes-0.9-2.9-3.9-3.9-4.8-4.7
Solde budgétaire global-6.6-4.5-5.3-6.3-8.4-7.5
Inflation (croissance annuelle)4.213.57.07.57.77.6
Sources: autorités nationales; et calculs et projections des services du FMI.

Les données de 2011 et 2012 excluent la Libye.

MOANAP: (1) Exportateurs de pétrole: Algérie, Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Iran, Iraq, Koweït, Libye, Oman, Qatar, Soudan et Yémen; (2) Importateurs de pétrole: Afghanistan, Djibouti, Égypte, Jordanie, Liban, Maroc, Mauritanie, Pakistan, Syrie et Tunisie.MOAN: MOANAP à l’exclusion de l’Afghanistan et du Pakistan.
Sources: autorités nationales; et calculs et projections des services du FMI.

Les données de 2011 et 2012 excluent la Libye.

MOANAP: (1) Exportateurs de pétrole: Algérie, Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Iran, Iraq, Koweït, Libye, Oman, Qatar, Soudan et Yémen; (2) Importateurs de pétrole: Afghanistan, Djibouti, Égypte, Jordanie, Liban, Maroc, Mauritanie, Pakistan, Syrie et Tunisie.MOAN: MOANAP à l’exclusion de l’Afghanistan et du Pakistan.

Other Resources Citing This Publication