Chapter

XXI. Publication des statistiques de balance des paiements

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
March 1995
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Introduction

1137. Le présent chapitre traite de la publication des résultats auxquels aboutit le processus d’établissement des statistiques de BP. À certains égards, la publication est l’étape la plus importante de ce processus.

1138. Le terme publication évoque la diffusion des données dans le public par la voie des divers médias: tableaux présentés dans des publications à caractère général ou spécialement consacrées à la balance des paiements, séries chronologiques portées sur disque ou bande pour ordinateur, transmises par modem ou enregistrées sur disques optiques compacts, enfin, tableaux fournis sur listages d’ordinateurs produits à des fins spéciales. La publication s’étend à d’autres éléments d’information qui accompagnent les données diffusées dans le public, tels que les notes explicatives, les commentaires analytiques, les graphiques, la documentation technique et les articles présentant un certain intérêt. Outre les statistiques de BP et de la PEG, le statisticien souhaitera sans doute publier des renseignements indiquant le lien entre les statistiques de BP et d’autres catégories de données ou des statistiques complémentaires.

Consultation avec les utilisateurs

1139. Ce sont avant tout les besoins des utilisateurs qui déterminent quelles statistiques doivent être publiées. Le statisticien doit veiller dans la mesure du possible à ce que les données publiées répondent à ces besoins; la meilleure façon pour lui de découvrir les besoins des utilisateurs est de s’entretenir régulièrement avec eux. (Voir le chapitre 18, paragraphe 840, pour de plus amples détails.) Bien que les principaux utilisateurs soient les organismes gouvernementaux chargés de la politique économique (tels que la banque centrale, le ministère des finances et l’organisme chargé du plan), le statisticien ne doit pas ignorer les besoins des autres organes gouvernementaux, des institutions financières (tant nationales qu’internationales), des branches d’activité, des établissements d’enseignement, de la presse et du grand public. Enfin, les organismes économiques gouvernementaux doivent dialoguer et négocier avec la vaste communauté des utilisateurs et il est essentiel qu’il y ait à cet effet un ensemble de statistiques de balance des paiements qui fasse autorité. Le statisticien de la BP doit être l’auteur reconnu de cette catégorie de statistiques officielles.

1140. L’une des principales fonctions des statistiques de BP est de fournir des renseignements précieux aux autorités pour l’élaboration de leur politique. En conséquence, le statisticien communique généralement un éventail de données de BP aux institutions officielles intéressées. Dans ce processus, il doit faire son possible pour assurer à tous les utilisateurs l’égalité d’accès à l’information. L’égalité d’accès est pour les utilisateurs une garantie de l’impartialité du statisticien tout en soumettant celui-ci à une discipline utile. S’ils ont des optiques différentes, les utilisateurs peuvent faire une évaluation critique plus large des statistiques. La mise en lumière de déficiences—qui peut s’avérer très utile et parfois difficile à accepter—par le processus d’évaluation externe des données devrait renforcer la détermination du statisticien à fournir des statistiques de haute qualité.

Périodicité

1141. La périodicité se définit en fonction de la fréquence de la période de référence. Normalement, les statistiques de BP sont établies sur une base mensuelle, trimestrielle ou annuelle. Les statistiques de la PEG sont généralement annuelles, bien que les statisticiens de certains pays établissent ces statistiques sur une base trimestrielle. La période choisie dépendra d’un certain nombre de facteurs: besoins des utilisateurs, type de collecte possible et ressources dont dispose le statisticien.

1142. Pour les pays dans lesquels le secteur extérieur exerce une contrainte sur l’activité économique ou est le point de convergence de la politique économique des pouvoirs publics, les utilisateurs auront besoin de données fréquentes et à jour, en particulier les établissements de crédit internationaux qui fournissent au secteur officiel un volume élevé de financements au titre de l’aide à la BP.

1143. La périodicité des données peut varier selon la source. Un SCTI fournit généralement des données mensuelles, car les transactions y sont mesurées de façon quasiment continue. La nature des autres sources permet au statisticien de choisir le rythme de fréquence des données. Les collectes fréquentes ont certes pour avantage de fournir des données à jour et de bonne qualité, mais les collectes faites à intervalles moins rapprochés nécessitent moins de ressources au niveau du traitement des données et sont souvent considérées comme moins contraignantes pour les répondants.

1144. En règle générale, le statisticien de la BP doit, pour le moins, chercher à établir des statistiques trimestrielles. Les données trimestrielles devraient normalement répondre aux besoins des utilisateurs et servir à l’établissement des statistiques de comptabilité nationale. Des statistiques annuelles (ou moins fréquentes) ne sont pas suffisamment récentes pour la plupart des utilisateurs et sont souvent sujettes aux erreurs de calcul. La collecte et l’établissement de données à intervalles plus rapprochés favorisent la communication de données de meilleure qualité et la mise en place de méthodologies efficaces tout en incitant les utilisateurs à fournir en temps opportun des informations en retour. En revanche, si les données sont recueillies et établies à intervalles moins rapprochés, les ressources affectées à ces tâches sont limitées, il y a rotation des effectifs dans l’intervalle, les erreurs de transmission et de calcul sont plus nombreuses et le volume des informations en retour obtenues des utilisateurs est moins élevé.

1145. Pour les statistiques de BP une périodicité mensuelle est jugée importante dans un certain nombre de pays, notamment ceux de l’Union européenne. Dans ces pays, un grand nombre de sources sont disponibles tous les mois et le surcroî t de coût qu’entraî ne l’établissement de statistiques mensuelles n’est pas considéré comme un facteur déterminant. Bien que ne disposant pas de toutes les données détaillées nécessaires pour produire un état mensuel complet de BP, certains pays établissent néanmoins des états mensuels, même si ces états sont moins détaillés ou partiels.

1146. À propos des statistiques mensuelles, une mise en garde s’impose: elles peuvent être fluctuantes, provisoires et sujettes à révision. Il faut donc les interpréter avec prudence. Les utilisateurs doivent être mis au courant de leurs imperfections, car il se peut qu’ils accordent une trop grande importance aux dernières statistiques mensuelles. (Par exemple, la publication des statistiques mensuelles de BP dans certains pays peut provoquer une réaction des marchés, notamment des marchés des changes, du fait que les utilisateurs ne savent pas interpréter ces statistiques.)

1147. Le présent Guide recommande que les pays qui établissent les statistiques de la PEG sur une base annuelle les élaborent à des intervalles trimestriels si telle est la périodicité retenue pour les statistiques de BP. Comme l’indique le présent Guide, l’élaboration simultanée des statistiques de BP et de celles de la PEG est un moyen d’assurer la qualité de ces deux séries de statistiques. Les pays qui n’établissent pas encore de statistiques de la PEG, devraient commencer le plus tôt possible à élaborer (au moins) des statistiques annuelles.

Fréquence et délais de publication

1148. La fréquence avec laquelle les statistiques de BP sont publiées ne doit pas nécessairement coï ncider avec celle à laquelle elles sont établies. Néanmoins, on gagnerait beaucoup à faire coïncider ces deux activités; l’un des avantages à en tirer serait la publication de données récentes.

1149. Pour répondre aux besoins des utilisateurs, le statisticien doit absolument publier les statistiques en temps voulu. À cet égard, il doit se fixer des objectifs et s’y tenir. Pour les atteindre, il lui faudra établir avec soin le calendrier des tâches à remplir et mettre au point des techniques propres à assurer la publication en temps voulu de statistiques de haute qualité. La gestion du processus statistique à suivre pour obtenir des résultats dans les délais fixés est une question qui a été traitée dans le chapitre précédent.

1150. Le tableau 21.1 présente, à titre indicatif, des calendriers de publication. Les statisticiens de certains pays sont en avance sur les dates fixées, tandis que d’autres ne peuvent, en raison de diverses contraintes, respecter le calendrier établi.

Tableau 21.1Délais fixés pour la publication des statistiques de BP après la fin de la période de référence
FréquenceGrands paysPays petits et moyens
Statistiques mensuellesSix semainesUn mois
Statistiques trimestriellesTrois moisDeux mois
Statistiques annuellesSix mois1Trois mois

1151. Il y a souvent un choix à faire entre le degré de ventilation et le degré d’actualité des données publiées. Du point de vue de l’utilisateur, un compromis peut présenter des avantages. Les utilisateurs ont généralement besoin de statistiques très détaillées et disponibles en temps opportun. Cependant, il se peut qu’ils n’aient pas fréquemment besoin de statistiques détaillées. En conséquence, certains pays ont mis au point des stratégies visant à satisfaire au mieux les besoins des utilisateurs. Ils veillent à publier des statistiques provisoires sous la forme d’une brève annonce ou d’un communiqué de presse succincts avant de diffuser des statistiques détaillées. D’autres pays publient des données aussi détaillées que possible sur une base annuelle, et des données moins détaillées à des intervalles plus fréquents.

1152. Le compromis entre le degré d’actualité, la fréquence et le niveau de ventilation peut dépendre de facteurs tels que la périodicité des données-sources et les ressources et technologie dont dispose le statisticien. Chaque statisticien doit décider, en consultation avec les utilisateurs, du compromis à accepter (lequel dépendra de la situation du pays) entre la fréquence de publication, le niveau de ventilation et le degré d’actualité des données.

Modes de diffusion des données

1153. L’accessibilité accrue des techniques informatiques a influé sur les modes de diffusion des statistiques de BP. Les publications sur support papier sont toujours le mode de diffusion le plus courant, mais un changement est en train de s’opérer. Bien que le volume des statistiques de BP disponibles augmente, celui des données publiées sur support papier diminue. Il est fait davantage usage, pour diffuser les données, de bandes pour ordinateur, disquettes, disques optiques compacts et systèmes d’exploitation en ligne.

1154. Le mode de présentation des données communiquées subit lui aussi des changements. Les statistiques de BP publiées dans la version imprimée sont généralement présentées sous forme de tableaux. Ces tableaux peuvent comporter un certain nombre de séries apparentées dont les variations sont ordonnées dans le temps (séries chronologiques) ou présenter des classifications croisées pour une même période (statistiques croisées). La manière dont le tableau est conçu détermine souvent, au moins du point de vue du statisticien, la façon dont les données sont logiquement considérées. Il est bien sûr possible de convertir les données croisées en séries chronologiques, mais cette conversion peut occuper beaucoup de pages dans la version imprimée. Considérons, par exemple, le cas d’un statisticien de la BP qui présente 20 séries croisées par 20 principaux partenaires commerciaux, qu’il s’agisse de pays ou de groupes de pays; le tableau ainsi obtenu aurait la forme d’une matrice composée de 400 cellules pouvant tenir sur une ou deux pages. Si le statisticien voulait présenter chacune de ces cellules sous la forme de séries chronologiques annuelles portant sur une période de 10 ans, le nombre des cellules serait porté à 4.000; de toute évidence, le nombre de pages requis à cet effet pourrait rendre peu pratique une telle présentation.

1155. En revanche, les données diffusées pour être captées par l’ordinateur sont généralement fournies sous forme de séries chronologiques et non de tableaux. Cette approche a été adoptée, car il arrive que les statisticiens et les utilisateurs utilisent des logiciels différents et il n’est généralement pas difficile pour ceux qui reçoivent les données de dresser des tableaux pour y inclure les séries chronologiques. Cette approche permet en outre aux utilisateurs d’organiser les données de la manière qui leur convient.

1156. Avec l’avènement des techniques d’exploitation des bases de données, l’incompatibilité entre un degré de ventilation poussé, une grande fréquence et un degré d’actualité élevé des données s’est quelque peu atténuée.

Présentation de renseignements complémentaires dans les publications

1157. Les données que le statisticien diffuse à l’intention des utilisateurs doivent être accompagnées de renseignements complémentaires, parmi lesquels figurent une explication du cadre conceptuel de la BP et des classifications adoptées, une description des sources de données et des méthodes d’établissement des postes des divers comptes, et une évaluation de la qualité des sources et méthodes utilisées. En outre, les données publiées doivent être accompagnées d’observations analytiques destinées à attirer l’attention des utilisateurs sur les principales caractéristiques des données, sur les relations importantes que font apparaître les statistiques et sur tout phénomène pouvant influer sur les séries statistiques. Les renseignements complémentaires incluent par ailleurs des notes techniques qui décrivent la politique suivie en matière de publication, ainsi que les autres sources d’information auxquelles il serait possible d’accéder, telles qu’une base de données de BP accessible au public.

1158. Comme il n’est peut-être pas utile ou possible de fournir tous ces renseignements complémentaires chaque fois que des statistiques de BP sont publiées, il faut mettre au point une stratégie en vue de leur préparation et de leur diffusion. Il importe que les données publiées soient toujours accompagnées d’une description des éléments de référence disponibles et d’une explication de la manière de les obtenir.

1159. Il est important que le statisticien non seulement publie régulièrement les données de BP, mais aussi établisse des rapports détaillés ou des articles séparés à des fins de publication. Il pourrait y traiter, par exemple, du cadre conceptuel de la BP et des classifications adoptées, des sources de données et des méthodes d’établissement de la BP, ainsi que de l’évaluation de la qualité des statistiques. Des utilisateurs mieux informés sont susceptibles d’être plus avisés dans leur interprétation et application des statistiques de BP. Les utilisateurs se trompent souvent dans l’interprétation et le calcul de certains postes, ce qui rend difficiles l’élaboration et l’évaluation des politiques. S’il est au courant des déficiences que pourraient comporter les statistiques, l’analyste sera à même d’évaluer le degré de fiabilité de certaines estimations. Pour préparer un document sur les concepts, les sources et les méthodes utilisés ainsi que sur la qualité des données, le statisticien doit énoncer clairement les questions traitées, ce qui aboutit souvent à une meilleure évaluation de la méthodologie et, partant, suscite indirectement un redoublement d’efforts en vue d’améliorer la qualité des statistiques.

1160. Il se peut que l’établissement, à des fins de publication, d’un document ou d’articles détaillés sur le cadre conceptuel, les sources de données et les méthodes utilisés, ainsi que sur la qualité des données ne soit pas immédiatement réalisable pour les statisticiens de nombreux pays, quoiqu’ils soient plusieurs à l’avoir déjà fait. Néanmoins, les principales publications consacrées aux statistiques de BP pourraient comporter des renseignements de base concis sur le cadre conceptuel, les sources de données, etc. Ces renseignements aideraient les utilisateurs à mieux comprendre certaines questions en cause.

1161. Des observations analytiques doivent accompagner toutes les statistiques de BP qui sont publiées. Lorsqu’il formule ces observations, le statisticien ne doit pas oublier que l’élaboration et l’évaluation de la politique économique sont les prérogatives de tel ou tel autre organisme gouvernemental. Cependant, une attitude trop prudente peut elle aussi aller à l’encontre du but recherché. L’une des responsabilités du statisticien est d’expliquer ce que les chiffres signifient et d’attirer l’attention des utilisateurs sur certaines caractéristiques des statistiques.

1162. Parmi ceux à qui on présente des statistiques publiées de BP, bon nombre ne comprennent pas le cadre conceptuel de la BP. En décrivant l’évolution des principaux agrégats, les commentaires analytiques peuvent expliquer les relations qui existent entre les comptes de la BP. Ils peuvent également expliquer, grâce à des observations sur les relations entre les tableaux récapitulatifs et les tableaux plus détaillés, les liens qui existent entre les statistiques de BP et les autres catégories de statistiques présentées dans la publication. Les commentaires peuvent et doivent attirer l’attention sur tout phénomène inhabituel ou imprévu qui ressort des statistiques. Par exemple, s’il y a croissance considérable des importations pendant la période la plus récente, le statisticien de la balance des paiements pourrait indiquer (à l’aide d’une analyse par produit) si cette augmentation a été observée pour tous les produits ou si elle tient à la livraison, prévue depuis longtemps, de gros matériel. Ce genre d’observations est à la fois factuel et utile. Les statisticiens qui ne sont pas habitués à formuler des observations analytiques pourraient commencer par de brèves remarques et étoffer progressivement leurs observations pour parvenir au niveau d’analyse approprié.

1163. Des graphiques peuvent être utilisés pour compléter les commentaires analytiques. En raison du développement des logiciels, les graphiques sont devenus faciles à tracer. Ils doivent être simples, comporter des descriptifs clairs et cohérents, illustrer les points intéressants et être utilisés à bon escient.

1164. Les renseignements qui accompagnent les données publiées sur la BP doivent indiquer comment les données récentes sont reliées aux autres données déjà publiées, où des informations supplémentaires peuvent être obtenues, quelles sont la nature et la date des révisions apportées aux données précédentes et comment accéder à la base de données de BP (s’il existe une base de données accessible au public). Il est vivement recommandé de fournir le numéro de téléphone des personnes auxquelles les utilisateurs pourraient s’adresser pour obtenir des explications concernant les statistiques ou se procurer de plus amples informations. Les contacts téléphoniques avec les utilisateurs permettent au statisticien de connaître leurs desiderata et leurs problèmes et d’y être davantage sensibilisé. Ces contacts peuvent lui permettre également de déterminer quelles sont les questions les plus courantes et d’y répondre dans les numéros ultérieurs des publications statistiques ou dans le cadre d’articles spéciaux publiés de temps en temps. Les contacts téléphoniques permettent en outre d’établir de bonnes relations avec le public et concourent à donner du statisticien une image favorable, ce qui est important pour lui, car il doit recueillir des données auprès de nombreux membres de la communauté.

1165. Les articles spéciaux figurant dans les publications consacrées à la BP offrent au statisticien un autre moyen de mieux faire comprendre aux utilisateurs certains aspects du cadre conceptuel, des sources de données, des méthodes d’établissement et des questions relatives à la qualité des données. Ces articles peuvent être de brèves notes techniques ou même des exposés plus détaillés et peuvent être publiés de façon ponctuelle.

Présentation des principaux agrégats

Introduction

1166. Lorsque les statistiques de BP sont disposées sous forme de tableaux dans une publication, il vaut mieux présenter tout d’abord un tableau principal ou récapitulatif et le faire suivre de tableaux plus détaillés.

1167. Certes, il se peut que les avis diffèrent sur les agrégats considérés comme des agrégats clés, mais la plupart des statisticiens et utilisateurs souscriraient aux propositions qui suivent. Les séries de BP doivent être présentées de manière à faire apparaître une nette distinction entre le compte des transactions courantes et le compte de capital et d’opérations financières. À l’intérieur du compte des transactions courantes, les biens, services et revenus doivent être clairement séparés des transferts. Pour les postes de ce compte, il est souhaitable de faire figurer séparément les montants portés au crédit et ceux qui sont inscrits au débit. Le compte d’opérations financières doit, quant à lui, faire apparaître les principaux agrégats. (Dans la présentation des statistiques donnée à l’appendice 3, les principaux agrégats du compte d’opérations financières sont les investissements directs, les investissements de portefeuille, les autres investissements et les avoirs de réserve. Il se peut toutefois que certains utilisateurs préfèrent une classification des transactions financières par secteur intérieur.) À l’intérieur du compte d’opérations financières, il vaut mieux séparer les transactions sur avoirs extérieurs des transactions sur engagements extérieurs. Le poste des erreurs et omissions nettes ne doit pas faire partie du compte des transactions courantes ni du compte de capital et d’opérations financières; il doit être présenté séparément.

1168. Les principaux agrégats de la BP peuvent être présentés de façon neutre ou de manière à faire apparaître un solde global. La présentation d’un solde global est traitée aux paragraphes 1174-1176.

Présentation de la BP en deux colonnes

1169. Dans la présentation de la BP en deux colonnes (voir tableau 21.2), les montants portés au crédit et au débit de chaque poste de la BP sont inscrits dans des colonnes séparées. Cette présentation est le meilleur moyen d’illustrer le cadre conceptuel de la BP.

Tableau 21.2Balance des paiements: présentation en deux colonnes
N° du posteCréditDébit
Compte des transactions
courantes
Biens2100/3100200300
Services2200/32004030
Revenus2300/33002228
Transferts courants2379/33791410
Total2993/3993276368
Compte de capital2994/39941220
Compte d’opérations
financières
Investissements directs
À l’étranger45055
Dans l’économie455550
Investissements de
portefeuille
Avoirs46023
Engagements46524
Autres investissements
Avoirs470332
Engagements475322
Avoirs de réserve480010
Total499596
Erreurs et omissions nettes49984

1170. Les principaux agrégats de BP sont présentés au tableau 21.2. Il convient de noter que des montants (bruts) ont été portés à la fois au crédit et au débit des postes du compte des transactions courantes (biens, services, revenus et transferts) et du compte de capital. En ce qui concerne les composantes du compte d’opérations financières, un montant (net) a été porté soit au crédit, soit au débit. Bien que la présentation en deux colonnes soit un bon moyen de présenter le cadre conceptuel, les analystes l’ont abandonnée, car les données ne peuvent y figurer sous forme de séries chronologiques et une telle approche se prête moins bien à la présentation de soldes que les analystes souhaiteraient sans doute voir apparaître. En conséquence, c’est la présentation en une seule colonne qui est souvent la solution préférée.

Présentation en une seule colonne

1171. La présentation en une seule colonne est illustrée par le tableau 21.3 (page 262), qui donne une nouvelle classification des séries reprises du tableau 21.2.

Tableau 21.3Balance des paiements: présentation en une seule colonne
N° du posteValeur
Compte des transactions
courantes
Biens
Crédit2100200
Débit3100−300
Solde4100−100
Services
Crédit220040
Débit3200−30
Solde420010
Revenus
Crédit230022
Débit3300−28
Solde4300−6
Transferts courants
Crédit237914
Débit3379−10
Solde43794
Solde du compte des transactions courantes4993−92
Compte de capital
Crédit299412
Débit399420
Solde4994−8
Compte d’opérations financières
Investissements directs
À l’étranger4505−5
Dans l’économie455550
Investissements de portefeuille
Avoirs46023
Engagements46524
Autres investissements
Avoirs470332
Engagements475322
Avoirs de réserve4800−10
Solde du compte d’opérations financières499596
Erreurs et omissions nettes49984

1172. Dans le tableau 21.3, l’utilité analytique du tableau se trouve accrue par l’addition d’un certain nombre de soldes. La présentation du tableau en une seule colonne oblige à adopter une convention pour l’emploi des signes. Dans le tableau 21.3, l’absence de signe (montant positif) indique que l’écriture a été passée au crédit, et le signe «moins» indique que le montant a été porté au débit. Dans certaines présentations, aucun signe n’accompagne les montants inscrits au débit des postes du compte des transactions courantes et les montants bruts portés au crédit du compte d’opérations financières (les remboursements de prêts, par exemple), car il n’y a pas d’ambiguï té. La convention concernant l’emploi de signes dans une publication doit être clairement exposée.

1173. La présentation en une seule colonne facilite le regroupement en un seul tableau de données portant sur de nombreuses périodes (séries chronologiques), et chaque période ultérieure peut être ajoutée à la droite du tableau.

Présentation d’une balance globale

1174. Le tableau 21.3 ne fait pas ressortir une balance globale. Le concept de balance globale est examiné à la note 20 qui figure à la page 173 du MBP. Il n’existe pas de norme internationalement reconnue sur laquelle on puisse se fonder pour définir un résultat global de balance des paiements; d’ailleurs, les définitions varient selon les circonstances. En général, on exclut certains postes ou transactions des composantes «au-dessus de la ligne» pour calculer la balance globale192. En fait, comme le souligne le MBP, l’analyste peut calculer la balance globale de plusieurs façons.

1175. Par exemple, pour évaluer la balance globale, l’analyste peut choisir d’exclure des postes «au-dessus de la ligne» les avoirs de réserve, les transactions de financement exceptionnel et les engagements constituant des réserves pour les autorités étrangères. Les financements exceptionnels recouvrent les remises de dettes (incluses dans les transferts de capital), les emprunts au titre de l’aide à la BP (compris dans les investissements de portefeuille et autres investissements), les conversions de créances en prises de participation (classées parmi les investissements directs ou les investissements de portefeuille), les rééchelonnements de dettes (inclus dans les investissements de portefeuille ou les autres investissements), ou les accumulations d’arriérés (figurant parmi les autres investissements).

1176. Dans le tableau 21.4, les séries reprises du tableau 21.3 sont réorganisées de façon à montrer l’effet de la création d’une balance globale. Pour calculer la balance globale, on exclut des postes «au-dessus de la ligne» les transactions de financement exceptionnel suivantes: remise de dettes (7); conversion de créances en prises de participation (17); annulation et réémission de titres (9); rééchelonnement de prêts (11); et accumulation d’arriérés au titre des paiements d’intérêts (3). En outre, des titres émis par des banques résidentes (3) sont acquis par des banques centrales étrangères et font partie de leurs réserves (engagements constituant des réserves pour les autorités étrangères).

Tableau 21.4Balance des paiements: présentation d’une balance globale
N° du poste1Valeur
Compte des transactions
courantes
Biens
Crédit2100200
Débit3100−300
Solde4100−100
Services
Credit220040
Débit3200−30
Solde420010
Revenus
Crédit230022
Débit3300−28
Solde4300−6
Transferts courants
Crédit237914
Débit3379−10
Solde43794
Solde du compte des transactions courantes4993−92
Compte de capital, n.i.a.
Crédit2994*5
Débit399420
Solde4994−15
Compte d’opérations
financières, n.i.a.
Investissements directs, n.i.a.
À l’étranger4505−5
Dans l’économie, n.i.a.4555*33
Investissements de portefeuille, n.i.a.
Avoirs46023
Engagements, n.i.a.4652*−8
Autres investissements, n.i.a.
Avoirs470332
Engagements, n.i.a.4753*8
Solde du compte d’opérations
financières, n.i.a.4995*63
Erreurs et omissions nettes49984
Balance globale−40
Financement de la balance globale
Avoirs de réserve4800−10
Financements exceptionnels490047
Engagements constituant des réserves pour les autorités étrangères49203

Présentation du tableau récapitulatif

1177. L’appendice 3 présente un modèle de tableau récapitulatif des données de BP (tableau PI), que le statisticien envisagera peut-être d’inclure dans une publication. Au lieu de faire apparaître une balance globale, ce tableau présente, parmi les postes «Pour mémoire», les éléments que l’analyste peut utiliser pour calculer la balance globale. Cette option a pour avantage de faire apparaître clairement la relation entre le tableau récapitulatif et les tableaux qui le suivent. Cependant, le Guide ne prescrit ni ne proscrit la présentation d’une balance globale; cette décision est laissée au statisticien, qui doit consulter les utilisateurs à cet effet. Le tableau présente par ailleurs, parmi les postes pour mémoire, certaines séries importantes de taux de change.

Présentation de statistiques détaillées et complémentaires

Introduction

1178. Les modèles de tableaux P2 à P10 fournis à l’appendice 3 sont des tableaux de base que le statisticien envisagera peut-être d’inclure dans une publication consacrée à la BP. Ils montrent comment le statisticien peut présenter les statistiques de BP, y compris les statistiques relatives à la PEG et à la dette extérieure. Le statisticien de la BP n’est pas tenu de dresser ces tableaux et déterminera ses propres priorités dans ce domaine. Il se peut que certains des postes inclus dans ces tableaux ne s’appliquent pas à des pays donnés, alors que d’autres postes qui n’y figurent pas sont peut-être très importants pour ces pays. Les tableaux comprennent les composantes types primaires présentées dans le MBP, ce qui permet au statisticien de disposer d’un bon point de départ pour décider des tableaux à inclure dans la publication. Le statisticien pourrait considérer les tableaux comme étant les éléments-cible à publier tous les trimestres. Il y a beaucoup plus de données de BP et renseignements connexes que le statisticien peut juger essentiels aux travaux des analystes et souhaiter publier. Les éléments d’information qui pourraient venir s’ajouter à ceux des tableaux de base sont décrits au tableau 21.5 (page 264-265). Ces renseignements complémentaires pourraient être publiés tous les trimestres ou tous les ans, inclus dans une base de données accessible au public, ou communiqués sur demande.

Tableau 21.5Statistiques complémentaires
1. Biens

On pourrait publier une classification par produit plus détaillée et une décomposition des ajustements de la BP plus poussée que celles qui sont présentées au tableau P2. Nombre de pays publient sur certains produits importants exportés ou importes non seulement des données en valeur, mais aussi des données en volume. Certains pays publient des données ventilées par produit et exprimées en prix constants, ainsi que les indices de prix ou les déflateurs implicites des prix correspondants. Ces données peuvent être publiées sous la forme de chiffres dessaisonalisés ou non. Certains pays publient sur les biens des données classées par grande catégorie économique.
2. Services

Une classification plus détaillée que celle qui est présentée au tableau P3 pourrait être étahlie. Les transports pourraient être ventilés, comme le recommande le MBP, selon le type de service (transport de passagers, fret et autres services) et le mode de transport (maritime, aérien et autres).

Pour les voyages, les voyagesà titre professionnel pourraient être distingués des voyages à titre personnel, comme le recommande le MBP En outre, si le statisticien a construit un modèle pour estimer le poste des voyages à partir de ses composantes (par exemple, le nombre des voyageurs par catégorie de voyages multiplié par les dépenses par voyageur), il serait possible de publier des séries se rapportant aux composantes.

Des données sur les composantes des autres services aux entreprises et des services personnels, culturels et relatifs aux loisirs pourraient être fournies, conformément aux recommandations du MBP (voir le tableau 10.1).

Certains pays publient une ventilation des services en prix constants et les déflateurs implicites des prix correspondants. Ces données peuvent être puhliées sous forme de chiffres désaisonnalises ou non.
3. Revenus

La rémunération des salariés est classée séparément au tableau P4; ce traitement est conforme aux recommandations du MBP. Ce poste pourrait être décomposé de manière à foire apparaître les traitements et salaires, ainsi que les cotisations sociales effectives et imputées des employeurs. En outre, si le statisticien a construit un modèle pour estimer la rémunération des salariés, des données détaillées sur les composantes (par exemple le nombre de travailleurs non résidents et le revenu par habitant dans l’économie d’accueil) pourraient être fournies.

En ce qui concerne le revenu des investissements, on pourrait établir une ventilation plus poussée que celle qui est présentée au tableau P4 en présentant, comme le recommande le MBP, une subdivision de toutes les composantes par secteur institutionnel (voir le tableau 13.1). On pourrait en outre fournir une analyse détaillée des rendements ainsi que des séries désaisonnalisées.
4. Transferts (courants et de capital)

On pourrait compléter les renseignements fournis par les tableaux P5 et P6 par des données portant en particulier sur les composantes des transferts qui ne sont pas incluses dans les composantes types, notamment des données sur l’aide au développement (par exemple l’aide budgétaire, l’aide au titre de projets, d’autres formes d’aide financière, l’assistance technique, l’enseignement et la formation), les dons militaires, divers impôts et taxes et types de pension. En ce qui concerne l’aide fournie au titre du développement, il serait utile de publier un poste de rapprochement montrant la relation entre les statistiques relatives à l’aide officielle et les transferts au titre de l’aide relevant de la BP.
5. Compte d’opérations financières et PEG

Une ventilation plus poussée que celle qui est présentée aux tableaux P7 à P8 pourrait être établie, en particulier la classification complète recommandée par le MBP (voir les tableaux 10.3 et 10.4) et la décomposition du poste des financements exceptionnels et des engagements constituant des réserves pour les autorités étrangères. On pourrait en outre présenter, sous forme de tableau de rapprochement, une ventilation détaillée des variations des stocks dues à des facteurs autres que les transactions (par exemple aux variations du taux de change et de la valeur de marché et autres postes de rapprochement). Les renseignements sur la composition en monnaie et l’échéance résiduelle de la dette sont souvent utiles pour l’analyse.
6. Séries de rattachement

On pourrait publier des tableaux qui font apparaître la relation entre les statistiques de BP et d’autres catégories de statistiques, telles que les statistiques de comptabilité nationale, les statistiques monétaires et bancaires et les statistiques de finances publiques. Les statistiques sur les taux de change pourraient, elles aussi, être publiées.
7. Statistiques par partenaires commerciaux

II est important de présenter une classification croisée des postes de la BP et de la PEG par partenaires commerciaux. Le niveau de ventilation doit au moins égaler celui qui ressort du tableau PI bien que, en raison de leur caractère délicat, les réserves pourraient être classées parmi les autres investissements.

Biens

1179. Le tableau P2 de l’appendice 3 présente une classification par produit des exportations et importations. Bien qu’elle reprenne des postes ne faisant pas partie des composantes types adoptées dans le MBP, cette classification permet dans une large mesure à l’analyste de comprendre l’évolution des transactions sur biens. Il est en outre très utile de faire apparaître les relations entre les statistiques sur le commerce enregistré (qui peuvent être tirées des SCI, voire obtenues à l’aide d’un SCTI) et de présenter explicitement les ajustements de la BP, sans toutefois entrer dans le détail. La présentation de ces ajustements met en évidence les différences entre le poste des biens tel qu’il ressort des SCI (ou d’un SCTI) et son évaluation dans la balance des paiements. Elle peut par ailleurs garantir à l’analyste qu’en utilisant les données tirées des SCI, il obtiendra les mêmes résultats que le statisticien de la BP Dans le tableau P2, on suppose que les ajustements de la BP sont effectués au niveau des produits, sinon ces ajustements doivent être inclus explicitement dans le tableau et non figurer parmi les postes pour mémoire.

Services, revenus et transferts

1180. Les composantes des services, revenus et transferts retenues dans les tableaux P3, P4 et P5, respectivement, ne constituent qu’une partie des composantes recommandées par le MBP. Cependant, ces tableaux présentent la liste minimum des catégories qui doivent être publiées.

Compte de capital

1181. Le tableau P6 est un modèle de tableau consacré au compte de capital. Les composantes qui y sont retenues font partie des composantes types recommandées par le MBP.

Compte d’opérations financières et PEG

1182. Les composantes du compte d’opérations financières et de la PEG qui sont présentées aux tableaux P7 et P8 ne constituent qu’une partie des composantes recommandées par le MBP—en partie parce que des détails additionnels sur le secteur intérieur sont fournis au tableau P9. Aucun des modèles de tableau ne fait apparaître le rapprochement des stocks et des transactions, bien que l’on puisse calculer les postes de rapprochement en déduisant des variations de stocks tirées du tableau P8 les flux financiers enregistrés au tableau P7. Pour cette raison, il importe de faire concorder les classifications présentées dans les deux tableaux. Dès lors que les pays perfectionnent le processus d’établissement des statistiques de la PEG, il est proposé de publier un tableau qui fasse apparaître le rapprochement de toutes les données de stock et de flux (semblable à celui qui figure au tableau 10.4 du chapitre 10 du présent Guide).

Statistiques sur la dette extérieure

1183. Le tableau P9 est inclus pour deux raisons. Premièrement, il présente pour les stocks et les transactions financières une classification, par secteur intérieur, qui n’est pas donnée aux tableaux P7 et P8. Deuxièmement, il met en évidence le lien entre les données de BP et de la PEG sur les instruments de la dette et les données correspondantes tirées des statistiques sur la dette extérieure.

Ratios de balance des paiements

1184. Le statisticien jugera peut-être bon de calculer un certain nombre de ratios de BP à des fins de vérification et de publication. Le tableau 21.6 (page 266) présente une série de ratios de ce type, qui font intervenir à la fois des données de stock et des données de flux. Lorsque ce sont des données de flux qui entrent dans le calcul d’un ratio, elles doivent être annualisées, c’est-à-dire que les données à inclure dans les formules sont des données établies sur la base des 12 derniers mois ou des quatre derniers trimestres (au lieu de se limiter aux observations relatives à la période la plus récente). Les données de stock utilisées dans le calcul des ratios sont les positions de stock à la fin de la période de référence pour laquelle les ratios sont calculés.

Tableau 21.6Balance des paiements: principaux ratios
Description
Exportations, f.à.b./total des transactions courantes, crédit
Importations, f.à.b./total des transactions courantes, débit
Biens et services, crédit/produit intérieur brut
Biens et services, débit/dépense nationale brute1
Revenus des investissements, crédit/total des transactions courantes, crédit
Revenus des investissements, débit/total des transactions courantes, débit
Solde des biens et services/produit intérieur brut
Solde des transactions courantes/produit intérieur brut
Réserves en fin de période/importations de biens et services
Dette extérieure brute/produit intérieur brut
Dette extérieure brute/exportations de biens et services
Dette extérieure nette/produit intérieur brut
Dette extérieure nette/exportations de biens et services
Position extérieure globale nette/produit intérieur brut
Service de la dette/exportations de biens et services

1185. Chaque ratio est assez clair en soi, à l’exception du ratio du service de la dette. Théoriquement, le service de la dette est égal aux intérêts exigibles plus les remboursements au titre d’engagements représentatifs de la dette à long terme et toute réduction des engagements nets au titre de la dette à court terme193. Pour calculer ces deux derniers postes, il faut utiliser des séries qui ne font pas partie de la liste des composantes types recommandées par le MBP. Ces séries sont les remboursements au titre des engagements représentatifs de la dette à long terme qui font partie des investissements directs dans l’économie d’accueil, la réduction nette des engagements au titre de la dette à court terme qui relèvent des investissements directs dans l’économie d’accueil, les remboursements d’obligations et autres titres d’emprunt et la réduction, due aux transactions sur le marché secondaire, du volume d’obligations et autres titres d’emprunt détenu par les non-résidents. Pour ne pas avoir à établir ces séries supplémentaires, le statisticien pourrait adopter une approche plus simple. Il pourrait calculer les remboursements de dettes en faisant la somme de la réduction de la composante dette du montant des investissements dans l’économie d’accueil, des réductions des engagements de portefeuille autres que les prises de participation, des remboursements des prêts et crédits du FMI, des remboursements au titre des autres engagements représentatifs de la dette à long terme qui sont inclus dans les autres investissements, et des réductions des engagements représentatifs de la dette à court terme classés parmi les autres investissements.

1186. Les statisticiens de certains pays préfèrent évaluer le ratio du service de la dette en calculant les intérêts exigibles en pourcentage des exportations de biens et services. Cependant, cette approche ne pourrait généralement s’appliquer qu’aux pays dont l’accès aux financements extérieurs n’est pas limité.

Séries désaisonnalisées, séries tendancielles et séries en prix constants

1187. Les variations des séries statistiques sont de trois types: les variations saisonnières, tendancielles et aléatoires. Certains pays publient pour certains postes non seulement des séries de BP à leur valeur brute, mais aussi des séries désaisonnalisées. La correction des variations saisonnières est un processus dans lequel il est tenu compte des variations d’une série qui, d’une période à l’autre, sont dues à des facteurs saisonniers normaux; on entend par facteurs saisonniers normaux les facteurs qui ont tendance à se faire sentir régulièrement, au moins une fois par an. Par définition, les séries annuelles ne peuvent être corrigées des variations saisonnières. En conséquence, la publication de statistiques désaisonnalisées sera limitée aux statistiques mensuelles ou trimestrielles, quoique celles-ci ne soient pas toutes soumises à des facteurs saisonniers discernables.

1188. La correction des variations saisonnières s’effectue à l’aide de méthodes mathématiques. Nombre d’analystes jugent très utiles les statistiques désaisonnalisées, en particulier celles qui se rapportent aux biens, services et revenus. En conséquence, il importe que les statisticiens examinent la possibilité de corriger des variations saisonnières les statistiques de BP si cela n’a pas encore été fait.

1189. La correction des variations saisonnières élimine l’une des causes de variation des statistiques. Un grand nombre d’utilisateurs des statistiques de BP sont toutefois intéressés par le facteur tendanciel. À leur intention, certains pays établissent des estimations de la tendance générale, obtenues par «lissage» des séries corrigées des variations saisonnières. Un certain nombre de méthodes peuvent être utilisées à cette fin, et les statisticiens devraient en examiner au moins quelques-unes.

1190. L’une des difficultés inhérentes à l’analyse de certaines séries statistiques de BP, en particulier celles qui se rapportent aux biens et services, tient au fait que les mouvements observés d’une période à l’autre sont dus à la fois aux variations des quantités et des prix. Dans bien des cas, il vaut mieux, pour l’analyse économique, examiner seulement les variations des quantités (ou volumes). En conséquence, certains pays publient des estimations en prix constants194. Il s’agit de séries qui sont exprimées aux prix d’une période de base en vue d’expliquer les variations des quantités en termes monétaires. Les estimations en prix constants ne sont utiles que lorsqu’elles sont analysées sous forme de séries chronologiques.

1191. Les estimations en prix constants peuvent être établies de deux manières. La première méthode consiste à multiplier les quantités de chaque composante pour la période considérée par les prix de la période de base, et à faire ensuite le total pour l’ensemble des composantes. Dans la deuxième méthode, les estimations aux prix courants sont divisées par un indice des prix approprié ayant la même période de base que les estimations en prix constants que l’on cherche à calculer. La première méthode est théoriquement sans défaut; cependant, la deuxième est souvent la plus pratique.

Données se rapportant à des périodes passées

1192. Souvent, les données se rapportant à des périodes passées ne sont pas bien gérées. Comme les systèmes de classification changent, il peut s’avérer difficile de relier entre elles des données classées selon des méthodes différentes. Par manque d’informations ou de ressources, il peut être ardu de rendre les données des périodes passées conformes aux méthodes de classification actuelles. Dans la mesure du possible, il importe d’y parvenir; cette tâche peut être onéreuse, mais les avantages qu’en tireraient les utilisateurs actuels et les historiens économiques justifient cet effort.

Questions d’organisation interne

1193. Le statisticien peut être amené à résoudre des problèmes d’organisation interne qui ne font pas intervenir d’importantes questions d’ordre conceptuel ou méthodologique mais lui prennent du temps; il s’agit, par exemple, de savoir comment garder en sécurité les statistiques de balance des paiements jusqu’au moment de leur publication et comment les diffuser en même temps à tous les utilisateurs. Le présent Guide recommande vivement que ces questions soient abordées avec le même sérieux que les autres aspects de la BP.

1194. Une autre question qui se pose souvent est la suivante: faut-il essayer de recouvrer les coûts de publication des statistiques de BP et des données connexes? En général, le recouvrement des coûts par fixation d’un prix pour la publication présente bien des avantages, mais la principale fonction du statisticien est d’établir et de mettre à la disposition des utilisateurs (au sens le plus général de ce terme) des statistiques de bonne qualité; le recouvrement des coûts doit toujours rester une considération secondaire.

    Other Resources Citing This Publication