Chapter

III. Classification des transactions à la balance des paiements

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
July 1996
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

141. Les statistiques de balance des paiements sont ordonnées selon une structure cohérente afin d’en faciliter l’analyse, qui est entreprise à des fins très variées: élaboration ou suivi des politiques, projections, étude du comportement des marchés réels et financiers, ou comparaisons bilatérales et multilatérales. La liste des composantes types présentée dans le Manuel fournit la norme internationale à suivre pour établir le cadre structurel dans lequel sont élaborées les statistiques de balance des paiements. Le présent chapitre porte essentiellement sur la classification des transactions internationales selon le système des composantes types.

142. La liste des composantes types de la balance des paiements, qui figure à la fin du présent chapitre, répond à des préoccupations à la fois théoriques et pratiques. Les opinions exprimées par les experts nationaux de balance des paiements, la conception généralement partagée de l’analyse de la balance des paiements, ainsi que la structure et la classification adoptées dans d’autres systèmes statistiques internationaux (tels que le système de statistiques de comptabilité nationale) ont influé sur la composition de cette liste.

143. La sélection des composantes types se fonde sur un certain nombre de considérations; celles qui ont été jugées primordiales sont les suivantes:

Les composantes doivent faire apparaître une classification séparée des transactions qui reflètent un comportement économique distinct. Par exemple, les transactions financières sont séparées des transactions qui portent sur des avoirs réels, car ces deux types de transactions sont généralement effectuées à des fins économiques fondamentalement différentes. En revanche, les transactions qui portent sur des obligations et celles qui portent sur des obligations non garanties relèvent de la même composante, car ces deux catégories d’instruments financiers sont très semblables.

Chaque composante type doit revêtir de l’importanceen raison du volume même des transactions ou de leur exceptionnelle variabilitépour un certain nombre de pays. Par exemple, les voyages constituent un élément important de la balance des paiements de nombreux pays et, par conséquent, figurent parmi les composantes types. Par contre, les transactions internationales se rapportant à l’assurance vie sont insignifiantes pour la plupart des pays et, de ce fait, sont classées sous la rubrique plus large des services d’assurance.

Les données relatives à une composante type doivent pouvoir être obtenues sans trop grande difficulté. L’utilité d’un poste—évaluée à la lumière des autres considérations—ne doit pas être la seule raison de son inclusion parmi les composantes types.

Le poste doit être utilisable à d’autres fins (par exemple pouvoir être incorporé dans la comptabilité nationale ou servir au rapprochement avec cette dernière). Par exemple, les classifications sectorielles opérées dans le compte d’opérations financières sont nécessaires pour satisfaire aux exigences de la comptabilité nationale, qui requiert des comptes financiers pour chaque secteur de l’économie.

La liste des composantes types ne doit pas être trop longue. S’il est vrai que certains pays seraient en mesure de fournir des données de balance des paiements pour un plus grand nombre de composantes, d’autres ont des moyens statistiques moins développés et il leur serait difficile de communiquer les données réclamées par le FMI si l’on allongeait la liste.

Dans la mesure du possible, les composantes types doivent concorder avec les autres systèmes statistiques internationaux. Par exemple, les composantes types du compte des transactions courantes de la balance des paiements sont structurées de manière à s’harmoniser le plus possible avec les composantes des comptes de production et de revenu de la comptabilité nationale.

144. L’établissement d’une liste de composantes types de la balance des paiements ne signifie nullement que les pays ne peuvent pas établir et publier d’autres données qui revêtent de l’importance sur le plan national. Par exemple, la plupart des pays publient, sur le commerce international des marchandises, des données autres que celles qui relèvent de la liste des composantes types.

Aperçu général de la structure des composantes types

145. Les composantes types sont réparties en deux principales sections: le compte des transactions courantes et le compte de capital et d’opérations financières. Le compte des transactions courantes se subdivise en trois larges groupes: les biens et services (avec deux composantes, les biens et les services), les revenus et les transferts courants. Le compte de capital et d’opérations financières fait apparaître, au compte de capital, les transferts de capital et les transactions (achats/ventes) sur les avoirs non financiers non produits d’une économie (comme les brevets et les droits d’auteur), et, au compte d’opérations financières, les transactions sur les avoirs et engagements financiers extérieurs de l’économie.

146. Le Manuel indique quelles transactions doivent être classées à tel ou tel poste des principales composantes et sous-composantes types de la balance des paiements. Dans le présent ouvrage, les définitions du Manuel sont passées en revue et illustrées à l’aide d’exemples.

Biens, services et revenus

147. Les composantes types qui se rapportent aux biens, services et revenus servent à enregistrer la valeur des ressources réelles que l’économie fournit au reste du monde ou qu’elle en acquiert. Les flux figurant au crédit correspondent à la part du produit intérieur de l’économie qui est fournie à d’autres économies (exportations de biens et services), ainsi qu’à ceux de ses facteurs de production (rémunération des salariés et revenu des investissements) qui sont utilisés dans le processus de production dans le reste du monde. Les flux inscrits au débit correspondent à la partie du produit intérieur du reste du monde qui est acquise par l’économie qui établit sa balance des paiements (importations de biens et services) et aux facteurs de production non résidents qu’elle utilise. D’après le Manuel, les transactions qui portent sur des biens, services et revenus doivent être enregistrées sur une base brute, c’est-à-dire qu’il faut passer des écritures séparées au débit et au crédit.

148. Pour être efficace, l’établissement des données de balance des paiements relatives aux biens, services et revenus doit reposer sur une classification aussi bien que sur des définitions. S’il est généralement important de connaître la valeur totale des exportations d’une économie, l’analyse des variations du total des exportations d’une année sur l’autre n’a de sens que si l’on peut étudier des données désagrégées. Le total des biens, services et revenus représente un ensemble composé de nombreux éléments différents qui réagissent à l’action de facteurs économiques très divers, et il est de toute évidence nécessaire d’examiner séparément les mouvements des principaux éléments. Cependant, la balance des paiements deviendrait bien peu maniable si chaque produit échangé, chaque service fourni, et chaque type de revenu à recevoir y était enregistré séparément. Les biens, services et revenus doivent donc être classés—c’est-à-dire regroupés dans des catégories dont tous les éléments ont le même comportement en réaction à un stimulus donné. En outre, il est parfois nécessaire de regrouper des éléments qui ne sont pas tout à fait semblables afin d’éviter de se retrouver avec un état de balance des paiements peu maniable. C’est pourquoi des flux de biens, services et revenus dont les comportements ne sont analogues que jusqu’à un certain point peuvent être classés dans la même composante type ou dans le même sous-groupe. Par ailleurs, une classification établie sur la base de critères économiques doit souvent être modifiée pour des raisons de commodité statistique. Il faut parfois faire figurer dans la même composante type les transactions qui sont habituellement comptabilisées ensemble dans les données-source.

149. Les sections biens et services et revenus recouvrent trois types de transactions: 1) le transfert de propriété de biens—qu’il s’agisse d’un transfert juridique ou imputé; 2) la fourniture de services; et 3) la production de revenus. Quoique la distinction entre les biens et les services soit en théorie claire et nette, il est parfois difficile de les distinguer les uns des autres dans la pratique. Par exemple, comment traiter la vente d’électricité? Les centrales suisses qui distribuent de l’électricité à la France fournissent-elles des biens ou des services? L’électricité peut être considérée comme faisant partie des services parce qu’aucun bien matériel ne change de mains. Cependant, le gaz, qui a des caractéristiques physiques et qui est généralement considéré comme un produit, est inclus dans les biens. Par analogie, l’électricité devrait-elle entrer dans cette catégorie? (En fait, dans les composantes types de la balance des paiements, l’électricité est classée parmi les biens.)

150. Le poste des marchandises générales, qui recouvre—pour la plupart des pays—la majorité des transactions de biens, est un exemple typique de regroupement de transactions de nature parfois différente. Certains biens sont moins durables que d’autres. Certains sont tellement périssables qu’ils doivent être vendus immédiatement sous peine d’être perdus; d’autres peuvent être stockés en attendant un affermissement de la demande. Pour les exportations et importations de denrées alimentaires, la structure de la production et de la demande est très différente de celle qui est observée pour les biens d’équipement.

151. Le regroupement de toutes les marchandises générales en un seul poste tient à des considérations purement pratiques. En premier lieu, presque tous les pays peuvent fournir des données ventilées par produit—dans le cadre de leurs statistiques du commerce extérieur—et ces données répondront généralement aux besoins de ceux qui désirent analyser les mouvements des échanges par produit. Afin de faciliter la réalisation d’études qui tiennent compte à la fois des données des statistiques du commerce international et de celles ayant trait au poste des biens de la balance des paiements, le Balance of Payments Statistics Yearbook (annuaire de statistiques de balance des paiements), publié par le FMI, présente d’ordinaire pour chaque pays un rapprochement des données de balance des paiements relatives aux échanges et de celles des statistiques du commerce international. En deuxième lieu, il est quasiment impossible de normaliser les méthodes d’analyse des données sur les biens. En vue de faciliter les comparaisons d’un pays à l’autre, les postes retenus comme composantes types de la balance des paiements sont ceux dont le choix se justifie pour la plupart des pays, et non seulement pour quelques-uns d’entre eux. Par exemple, le riz est considéré en Thaïlande comme une exportation importante qui justifie une inscription séparée à la balance des paiements de ce pays, alors qu’il n’en est pas de même pour l’Islande. C’est seulement au niveau des exportations totales que l’on peut utilement comparer le commerce des biens des deux pays.

152. Pour ces raisons, le poste des marchandises générales recouvre les exportations et importations de la plupart des biens d’une économie. Cependant, les transactions sur certains biens doivent figurer à une rubrique distincte (c’est le cas, par exemple, de l’or non monétaire et des biens importés ou exportés pour transformation). Les raisons qui expliquent une classification séparée (qui accroît l’utilité analytique des composantes types) de ces transactions sont données au chapitre IV.

153. Les transactions de services sont semblables aux transactions de biens, en ce sens que les services, comme les biens, sont le résultat du processus de production et, comme eux, alimentent la consommation—intermédiaire (moyen de production) ou finale. Cependant, dans le cas des services, il y a généralement un rapport étroit—sinon direct—entre la production et la consommation. Une fois produits, les services ne peuvent généralement pas être stockés pour être consommés ultérieurement. Dans la classification des services qui ressort de la présentation des composantes types de la balance des paiements, les transactions de services sont regroupées selon la nature du service produit et non selon le type de consommateur. Par exemple, un service financier fourni au secteur des assurances est classé parmi les services financiers et non parmi les services d’assurance. Cependant, les biens et services acquis par les voyageurs sont classés au poste des services, à la rubrique des voyages, et non selon la nature des services ou des biens produits. Par exemple, si un voyageur acquiert un service de formation pendant qu’il séjourne dans une économie autre que celle dont il est résident, cette transaction est classée à la rubrique des voyages, et non parmi les services d’éducation.

154. Tandis que les biens et services sont le résultat du processus de production, l’utilisation des facteurs de production ne peut, par définition, être autre chose qu’une phase de ce processus. Pour cette raison, les comptes nationaux font apparaître une distinction fondamentale entre 1) la production de biens et services et 2) l’utilisation des facteurs de production (revenus). Cette distinction est une caractéristique importante de la présentation des composantes types de la balance des paiements, dans laquelle les revenus figurent séparément.

Transferts courants

155. Le compte des transactions courantes de la balance des paiements recouvre, outre les transactions sur ressources réelles, les transferts courants. Les transferts représentent la contrepartie des apports de ressources réelles ou financières sans réciprocité. Ils sont répartis en transferts courants et transferts de capital. Les transferts courants compensent la fourniture de ressources réelles ou financières qui sont consommées immédiatement ou peu après le transfert. Par exemple, un don en espèces fait par un non-résident et servant à acheter du blé destiné à être immédiatement consommé est considéré comme un transfert courant, car il y a un lien étroit entre l’octroi des fonds et la consommation du blé.

156. La relation entre les transferts courants et la consommation est la base de classement de ces transferts au compte des transactions courantes. À l’instar des transactions de ressources réelles, les transferts courants ont une incidence directe et immédiate sur les possibilités de consommation de l’économie pendant une période donnée.

157. Les écritures passées au crédit du compte des transferts courants visent à compenser la réception de ressources réelles ou financières sans réciprocité par l’économie qui établit sa balance des paiements. Les écritures passées au débit compensent la fourniture par cette économie de ressources réelles ou financières sans réciprocité. Tout comme les transactions de biens et services et revenus, les transferts courants sont enregistrés à leur valeur brute, soit au débit soit au crédit, dans le système des composantes types de la balance des paiements.

Compte de capital

158. Le compte de capital, qui est une subdivision du compte de capital et d’opérations financières, recouvre les transactions sur actifs non financiers non produits (brevets, droits d’auteur et licences) d’une économie avec les non-résidents, ainsi que les transferts de capital. Ces transactions sont distinctes de celles qui sont enregistrées au compte des transactions courantes parce qu’elles ne sont pas directement liées aux processus de production et de consommation. Le compte de capital de la balance des paiements correspond à celui des comptes nationaux. Chaque transaction est inscrite au compte de capital à sa valeur brute, soit au crédit, soit au débit.

159. Il importe de faire la distinction entre 1) les actifs non financiers non produits et 2) les services qui sont produits à partir de ces actifs. Ces services, classés sous l’intitulé général Redevances et droits de licence, sont enregistrés à la composante services du compte des transactions courantes (de même que tous les autres services faisant l’objet de transactions entre résidents et non-résidents). Les droits d’auteur sur les chansons des Beatles sont un exemple d’actif non financier non produit et les transactions sur cet actif sont enregistrées au compte de capital. Cependant, les paiements effectués au détenteur de ces droits représentent le produit de l’exploitation de l’actif. En d’autres termes, les droits d’auteur représentent le paiement d’un service fourni par le détenteur du droit d’auteur à l’utilisateur des chansons.

160. La contrepartie des transferts de capital peut être enregistrée au compte des transactions courantes, au compte de capital ou dans les composantes financières du compte de capital et d’opérations financières. Un transfert est classé au compte de capital s’il y a apport d’un bien de capital ou d’un actif financier, celui-ci étant lié à l’acquisition ou à la cession d’un bien de capital. Par bien de capital on entend tout actif non financier qui peut produire pendant un certain laps de temps un flux de services. Par exemple, un avion est un bien de capital parce qu’il permet de fournir pendant de nombreuses années des services aux passagers.

Compte d’opérations financières

161. Les transactions sur avoirs et engagements financiers de l’économie qui établit sa balance des paiements sont enregistrées au compte d’opérations financières, qui est une subdivision du compte de capital et d’opérations financières. Le compte d’opérations financières indique comment les transactions recensées à la balance des paiements d’une économie sont financées. Si l’épargne d’une économie dépasse ses investissements, l’excédent donne nécessairement lieu à une sortie nette de fonds, donc à un investissement financier net dans le reste du monde. Ces fonds servent à financer l’acquisition d’actifs non financiers par d’autres économies. Si l’épargne d’un pays est inférieure à ses investissements, celui-ci sera alors importateur net d’actifs non financiers provenant du reste du monde. Ces importations nettes doivent nécessairement être financées par une entrée nette de fonds en provenance du reste du monde.

162. Les transactions du compte d’opérations financières sont classées selon plusieurs critères: 1) catégorie fonctionnelle d’investissements (investissements directs, investissements de portefeuille, autres investissements et avoirs de réserve); 2) avoirs ou engagements ou, dans le cas des investissements directs, destination des investissements; 3) type d’instrument (par exemple, titres de participation, titres de créance et prêts); et, dans certains cas, 4) secteur intérieur et 5) échéance initiale du contrat. La grande similarité de ce schéma de classification et de celui qui est utilisé pour le poste du revenu des investissements du compte des transactions courantes permet d’effectuer une analyse cohérente de ces composantes de la balance des paiements, qui sont étroitement liées entre elles.

163. Les utilisateurs des statistiques de balance des paiements souhaitent généralement connaître le montant net, et non brut, des transactions du compte d’opérations financières. Pour cette raison, le Manuel recommande que les inscriptions au compte d’opérations financières fassent apparaître—dans la plupart des cas—soit un crédit net (entrées de fonds), soit un débit net (sorties de fonds).

Position extérieure globale

164. Le système de classification présenté dans le Manuel pour la position extérieure globale, qui est un relevé du stock d’avoirs et engagements financiers extérieurs d’une économie à une date donnée, est semblable à celui qui est appliqué pour le compte d’opérations financières et le poste du compte des transactions courantes intitulé revenu des investissements. Cette similarité tient à la relation étroite existant entre le relevé de la position extérieure globale et ces deux composantes de la balance des paiements.

165. Le Manuel recommande que le relevé de la position extérieure globale soit présenté sous la forme d’un tableau de rapprochement des encours des créances et engagements à deux dates données. Les variations de la position extérieure globale d’une économie sur une période de temps peuvent être le résultat 1) de transactions qui sont enregistrées au compte d’opérations financières de la balance des paiements ou 2) d’autres changements, tels que la variation de la valeur des avoirs et engagements ou du taux de change de l’unité de compte par rapport à la monnaie dans laquelle les avoirs et engagements sont libellés. Les mesures unilatérales (telles que la monétisation de l’or et la passation de créances par pertes et profits) qui aboutissent à la création ou à l’élimination d’actifs financiers constituent une autre source de variation des stocks d’avoirs et engagements financiers qui n’est pas liée à des transactions. Pour de plus amples informations sur le rapprochement entre la balance des paiements et la position extérieure globale, voir les paragraphes 690–702 du chapitre XIII.

Balance des paiements: composantes types
CréditDébit
  1. Compte des transactions courantes

    • Biens et services

      • Biens

        1. Marchandises générales

        2. Biens importés ou exportés pour transformation

        3. Réparations de biens

        4. Achats de biens dans les ports par les transporteurs

        5. Or non monétaire

          • 5.1 Détenu à titre de réserve de valeur

          • 5.2 Détenu à d’autres fins

      • Services

        1. Transports

          • 1.1 Transports maritimes

            • 1.1.1 Passagers

            • 1.1.2 Fret

            • 1.1.3 Autres

          • 1.2 Transports aériens

            • 1.2.1 Passagers

            • 1.2.2 Fret

            • 1.2.3 Autres

          • 1.3 Autres transports

            • 1.3.1 Passagers

            • 1.3.2 Fret

            • 1.3.3 Autres

        2. Voyages

          • 2.1 Voyages à titre professionnel

          • 2.2 Voyages à titre personnel*

        3. Services de communication

        4. Services de bâtiment et travaux publics

        5. Services d’assurance**

        6. Services financiers

        7. Services d’informatique et d’information

        8. Redevances et droits de licence

        9. Autres services aux entreprises

          • 9.1 Négoce international et autres services liés au commerce

          • 9.2 Location-exploitation

          • 9.3 Divers services aux entreprises, spécialisés et techniques*

        10. Services personnels, culturels et relatifs aux loisirs

          • 10.1 Services audiovisuels et connexes

          • 10.2 Autres services personnels, culturels et relatifs aux loisirs

        11. Services fournis ou reçus par les administrations publiques, n.c.a.

    • Revenus

      1. Rémunération des salariés

      2. Revenu des investissements

        • 2.1 Investissements directs

          • 2.1.1 Revenus des titres de participation

            • 2.1.1.1 Dividendes et bénéfices distribués des succursales***

            • 2.1.1.2 Bénéfices réinvestis et bénéfices non distribués des succursales***

          • 2.1.2 Revenus des titres de créance (intérêts)

        • 2.2 Investissements de portefeuille

          • 2.2.1 Revenus des titres de participation (dividendes)

          • 2.2.2 Revenus des titres de créance (intérêts)

            • 2.2.2.1 Obligations et autres titres d’emprunt

            • 2.2.2.2 Instruments du marché monétaire et dérivés financiers

        • 2.3 Autres investissements

    • Transferts courants

      1. Administrations publiques

      2. Autres secteurs

        • 2.1 Envois de fonds des travailleurs

        • 2.2 Autres transferts

  2. Compte de capital et d’opérations financières

    • Capital

      1. Transferts de capital

        • 1.1 Administrations publiques

          • 1.1.1 Remise de dettes

          • 1.1.2 Autres transferts

        • 1.2 Autres secteurs

          • 1.2.1 Transferts des migrants

          • 1.2.2 Remise de dettes

          • 1.2.3 Autres transferts

      2. Acquisitions et cessions d’actifs non financiers non produits

    • Opérations financières

      1. Investissements directs

        • 1.1 De l’économie à l’étranger

          • 1.1.1 Capital social

            • 1.1.1.1 Créances sur les entreprises apparentées

            • 1.1.1.2 Engagements envers les entreprises apparentées

          • 1.1.2 Bénéfices réinvestis

          • 1.1.3 Autres transactions

            • 1.1.3.1 Créances sur les entreprises apparentées

            • 1.1.3.2 Engagements envers les entreprises apparentées

        • 1.2 De l’étranger dans l’économie

          • 1.2.1 Capital social

            • 1.2.1.1 Créances sur les investisseurs directs

            • 1.2.1.2 Engagements envers les investisseurs directs

          • 1.2.2 Bénéfices réinvestis

          • 1.2.3 Autres transactions

            • 1.2.3.1 Créances sur les investisseurs directs

            • 1.2.3.2 Engagements envers les investisseurs directs

      2. Investissements de portefeuille

        • 2.1 Avoirs

          • 2.1.1 Titres de participation

            • 2.1.1.1 Autorités monétaires

            • 2.1.1.2 Administrations publiques

            • 2.1.1.3 Banques

            • 2.1.1.4 Autres secteurs

          • 2.1.2 Titres de créance

            • 2.1.2.1 Obligations et autres titres d’emprunt

              • 2.1.2.1.1 Autorités monétaires

              • 2.1.2.1.2 Administrations publiques

              • 2.1.2.1.3 Banques

              • 2.1.2.1.4 Autres secteurs

            • 2.1.2.2 Instruments du marché monétaire

              • 2.1.2.2.1 Autorités monétaires

              • 2.1.2.2.2 Administrations publiques

              • 2.1.2.2.3 Banques

              • 2.1.2.2.4 Autres secteurs

            • 2.1.2.3 Produits financiers dérivés

              • 2.1.2.3.1 Autorités monétaires

              • 2.1.2.3.2 Administrations publiques

              • 2.1.2.3.3 Banques

              • 2.1.2.3.4 Autres secteurs

        • 2.2 Engagements

          • 2.2.1 Titres de participation

            • 2.2.1.1 Banques

            • 2.2.1.2 Autres secteurs

          • 2.2.2 Titres d’engagement

            • 2.2.2.1 Obligations et autres titres d’emprunt

              • 2.2.2.1.1 Autorités monétaires

              • 2.2.2.1.2 Administrations publiques

              • 2.2.2.1.3 Banques

              • 2.2.2.1.4 Autres secteurs

            • 2.2.2.2 Instruments du marché monétaire

              • 2.2.2.2.1 Autorités monétaires

              • 2.2.2.2.2 Administrations publiques

              • 2.2.2.2.3 Banques

              • 2.2.2.2.4 Autres secteurs

            • 2.2.2.3 Produits financiers dérivés

              • 2.2.2.3.1 Banques

              • 2.2.2.3.2 Autres secteurs

      3. Autres investissements

        • 3.1 Avoirs

          • 3.1.1 Crédits commerciaux

            • 3.1.1.1 Administrations publiques

              • 3.1.1.1.1 Long terme

              • 3.1.1.1.2 Court terme

            • 3.1.1.2 Autres secteurs

              • 3.1.1.2.1 Long terme

              • 3.1.1.2.2 Court terme

          • 3.1.2 Prêts

            • 3.1.2.1 Autorités monétaires

              • 3.1.2.1.1 Long terme

              • 3.1.2.1.2 Court terme

            • 3.1.2.2 Administrations publiques

              • 3.1.2.2.1 Long terme

              • 3.1.2.2.2 Court terme

            • 3.1.2.3 Banques

              • 3.1.2.3.1 Long terme

              • 3.1.2.3.2 Court terme

            • 3.1.2.4 Autres secteurs

              • 3.1.2.4.1 Long terme

              • 3.1.2.4.2 Court terme

          • 3.1.3 Monnaie fiduciaire et dépôts

            • 3.1.3.1 Autorités monétaires

            • 3.1.3.2 Administrations publiques

            • 3.1.3.3 Banques

            • 3.1.3.4 Autres secteurs

          • 3.1.4 Autres avoirs

            • 3.1.4.1 Autorités monétaires

              • 3.1.4.1.1 Long terme

              • 3.1.4.1.2 Court terme

            • 3.1.4.2 Administrations publiques

              • 3.1.4.2.1 Long terme

              • 3.1.4.2.2 Court terme

            • 3.1.4.3 Banques

              • 3.1.4.3.1 Long terme

              • 3.1.4.3.2 Court terme

            • 3.1.4.4 Autres secteurs

              • 3.1.4.4.1 Long terme

              • 3.1.4.4.2 Court terme

        • 3.2 Engagements

          • 3.2.1 Crédits commerciaux

            • 3.2.1.1 Administrations publiques

              • 3.2.1.1.1 Long terme

              • 3.2.1.1.2 Court terme

            • 3.2.1.2 Autres secteurs

              • 3.2.1.2.1 Long terme

              • 3.2.1.2.2 Court terme

          • 3.2.2 Prêts

            • 3.2.2.1 Autorités monétaires

              • 3.2.2.1.1 Utilisation des crédits et prêts du FMI

              • 3.2.2.1.2 Autres prêts à long terme

              • 3.2.2.1.3 Prêts à court terme

            • 3.2.2.2 Administrations publiques

              • 3.2.2.2.1 Long terme

              • 3.2.2.2.2 Court terme

            • 3.2.2.3 Banques

              • 3.2.2.3.1 Long terme

              • 3.2.2.3.2 Court terme

            • 3.2.2.4 Autres secteurs

              • 3.2.2.4.1 Long terme

              • 3.2.2.4.2 Court terme

          • 3.2.3 Monnaie fiduciaire et dépôts

            • 3.2.3.1 Autorités monétaires

            • 3.2.3.2 Banques

          • 3.2.4 Autres engagements

            • 3.2.4.1 Autorités monétaires

              • 3.2.4.1.1 Long terme

              • 3.2.4.1.2 Court terme

            • 3.2.4.2 Administrations publiques

              • 3.2.4.2.1 Long terme

              • 3.2.4.2.2 Court terme

            • 3.2.4.3 Banques

              • 3.2.4.3.1 Long terme

              • 3.2.4.3.2 Court terme

            • 3.2.4.4 Autres secteurs

              • 3.2.4.4.1 Long terme

              • 3.2.4.4.2 Court terme

      4. Avoirs de réserve

        • 4.1 Or monétaire

        • 4.2 Droits de tirage spéciaux

        • 4.3 Position de réserve au FMI

        • 4.4 Devises étrangères

          • 4.4.1 Monnaie fiduciaire et dépôts

            • 4.4.1.1 Auprès des autorités monétaires

            • 4.4.1.2 Auprès des banques

          • 4.4.2 Titres

            • 4.4.2.1 Titres de participation

            • 4.4.2.2 Obligations et autres titres d’emprunt

            • 4.4.2.3 Instruments du marché monétaire et produits dérivés

        • 4.5 Autres créances

Renseignements complémentaires requis sur certains postes
  1. Engagements constituant des réserves pour les autorités étrangères

    • 1.1 Obligations et autres titres d’emprunt

      • 1.1.1 Autorités monétaires

      • 1.1.2 Administrations publiques

      • 1.1.3 Banques

      • 1.1.4 Autres secteurs

    • 1.2 Dépôts

      • 1.2.1 Autorités monétaires

      • 1.2.2 Banques

    • 1.3 Autres engagements

      • 1.3.1 Autorités monétaires

      • 1.3.2 Administrations publiques

      • 1.3.3 Banques

      • 1.3.4 Autres secteurs

  2. Financements exceptionnels

    • 2.1 Transferts

      • 2.1.1 Remise de dettes

      • 2.1.2 Autres dons intergouvernementaux

      • 2.1.3 Dons provenant des comptes de bonification du FMI

    • 2.2 Investissements directs

      • 2.2.1 Investissements liés à la réduction de dettes

      • 2.2.2 Autres

    • 2.3 Investissements de portefeuille: emprunts contractés par les autorités ou par d’autres secteurs au nom des autorités-engagements*

    • 2.4 Autres investissements-engagements*

      • 2.4.1 Tirages sur les nouveaux emprunts effectués par les autorités par d’autres secteurs au nom des autorités

      • 2.4.2 Rééchelonnement de dettes existantes

      • 2.4.3 Accumulation d’arriérés

        • 2.4.3.1 Principal de la dette à court terme

        • 2.4.3.2 Principal de la dette à long terme

        • 2.4.3.3 Intérêts initiaux

        • 2.4.3.4 Intérêts de pénalisation

      • 2.4.4 Remboursement d’arriérés

        • 2.4.4.1 Principal

        • 2.4.4.2 Intérêts

      • 2.4.5 Rééchelonnement d’arriérés

        • 2.4.5.1 Principal

        • 2.4.5.2 Intérêts

      • 2.4.6 Annulation d’arriérés

        • 2.4.6.1 Principal

        • 2.4.6.2 Intérêts

  3. Autres transactions

    • 3.1 Revenus des investissements de portefeuille

      • 3.1.1 Autorités monétaires

      • 3.1.2 Administrations publiques

      • 3.1.3 Banques

      • 3.1.4 Autres secteurs

    • 3.2 Autres revenus (que ceux des investissements directs)

      • 3.2.1 Autorités monétaires

      • 3.2.2 Administrations publiques

      • 3.2.3 Banques

      • 3.2.4 Autres secteurs

    • 3.3 Autres investissements (engagements)

      • 3.3.1 Tirages sur les crédits commerciaux à long terme

      • 3.3.2 Remboursements de crédits commerciaux à long terme

      • 3.3.3 Tirages sur les prêts à long terme

      • 3.3.4 Remboursements de prêts à long terme

  4. Sous-catégories de services

    • 4.1 Voyages (à titre personnel)

      • 4.1.1 Pour raisons de santé

      • 4.1.2 À but éducatif

      • 4.1.3 Autres

    • 4.2 Divers services aux entreprises, spécialisés et techniques

      • 4.2.1 Services juridiques, comptabilité, conseil en gestion et relations avec le public

      • 4.2.2 Publicité, étude de marché et sondage de l’opinion publique

      • 4.2.3 Recherche et développement

      • 4.2.4 Architecture, ingénierie et autres services techniques

      • 4.2.5 Services agricoles, miniers et traitement sur place

      • 4.2.6 Autres services

Position extérieure globale: composantes types
Variations en cours d’exercice dues à:
Position en début d’exerciceTransactionsVariations de prixVariations des taux de changeAutres ajustementsPosition en fin d’exercice
  • Avoirs

    1. Investissements directs-à l’étranger*

      • 1.1 Capital social et bénéfices réinvestis

        • 1.1.1 Créances sur les entreprises apparentées

        • 1.1.2 Engagements envers les entreprises apparentées

      • 1.2 Autres capitaux

        • 1.2.1 Créances sur les entreprises apparentées

        • 1.2.2 Engagements envers les entreprises apparentées

    2. Investissements de portefeuille

      • 2.1 Titres de participation

        • 2.1.1 Autorités monétaires

        • 2.1.2 Administrations publiques

        • 2.1.3 Banques

        • 2.1.4 Autres secteurs

      • 2.2 Titres de créance

        • 2.2.1 Obligations et autres titres d’emprunt

          • 2.2.1.1 Autorités monétaires

          • 2.2.1.2 Administrations publiques

          • 2.2.1.3 Banques

          • 2.2.1.4 Autres secteurs

        • 2.2.2 Instruments du marché monétaire

          • 2.2.2.1 Autorités monétaires

          • 2.2.2.2 Administrations publiques

          • 2.2.2.3 Banques

          • 2.2.2.4 Autres secteurs

        • 2.2.3 Produits financiers dérivés

          • 2.2.3.1 Autorités monétaires

          • 2.2.3.2 Administrations publiques

          • 2.2.3.3 Banques

          • 2.2.3.4 Autres secteurs

    3. Autres investissements

      • 3.1 Crédits commerciaux

        • 3.1.1 Administrations publiques

          • 3.1.1.1 Long terme

          • 3.1.1.2 Court terme

        • 3.1.2 Autres secteurs

          • 3.1.2.1 Long terme

          • 3.1.2.2 Court terme

      • 3.2 Prêts

        • 3.2.1 Autorités monétaires

          • 3.2.1.1 Long terme

          • 3.2.1.2 Court terme

        • 3.2.2 Administrations publiques

          • 3.2.2.1 Long terme

          • 3.2.2.2 Court terme

        • 3.2.3 Banques

          • 3.2.3.1 Long terme

          • 3.2.3.2 Court terme

        • 3.2.4 Autres secteurs

          • 3.2.4.1 Long terme

          • 3.2.4.2 Court terme

      • 3.3 Monnaie fiduciaire et dépôts

        • 3.3.1 Autorités monétaires

        • 3.3.2 Administrations publiques

        • 3.3.3 Banques

        • 3.3.4 Autres secteurs

      • 3.4 Autres avoirs

        • 3.4.1 Autorités monétaires

          • 3.4.1.1 Long terme

          • 3.4.1.2 Court terme

        • 3.4.2 Administrations publiques

          • 3.4.2.1 Long terme

          • 3.4.2.2 Court terme

        • 3.4.3 Banques

          • 3.4.3.1 Long terme

          • 3.4.3.2 Court terme

        • 3.4.4 Autres secteurs

          • 3.4.4.1 Long terme

          • 3.4.4.2 Court terme

    4. Avoirs de réserve

      • 4.1 Or monétaire

      • 4.2 Droits de tirage spéciaux

      • 4.3 Position de réserve au FMI

      • 4.4 Devises étrangères

        • 4.4.1 Monnaie fiduciaire et dépôts

          • 4.4.1.1 Auprès des autorités monétaires

          • 4.4.1.2 Auprès des banques

        • 4.4.2 Titres

          • 4.4.2.1 Titres de participation

          • 4.4.2.2 Obligations et autres titres d’emprunt

          • 4.4.2.3 Instruments du marché monétaire et produits financiers dérivés

      • 4.5 Autres créances

  • Engagements

    1. Investissements directs de l’étranger dans l’économie*

      • 1.1 Capital social et bénéfices réinvestis

        • 1.1.1 Créances sur les investisseurs directs

        • 1.1.2 Engagements envers les investisseurs directs

      • 1.2 Autres capitaux

        • 1.2.1 Créances sur les investisseurs directs

        • 1.2.2 Engagements envers les investisseurs directs

    2. Investissements de portefeuille

      • 2.1 Titres de participation

        • 2.1.1 Banques

        • 2.1.2 Autres secteurs

      • 2.2 Titres d’engagement

        • 2.2.1 Obligations et autres titres d’emprunt

          • 2.2.1.1 Autorités monétaires

          • 2.2.1.2 Administrations publiques

          • 2.2.1.3 Banques

          • 2.2.1.4 Autres secteurs

        • 2.2.2 Instruments du marché monétaire

          • 2.2.2.1 Autorités monétaires

          • 2.2.2.2 Administrations publiques

          • 2.2.2.3 Banques

          • 2.2.2.4 Autres secteurs

        • 2.2.3 Produits financiers dérivés

          • 2.2.3.1 Autorités monétaires

          • 2.2.3.2 Administrations publiques

          • 2.2.3.3 Banques

          • 2.2.3.4 Autres secteurs

    3. Autres investissements

      • 3.1 Crédits commerciaux

        • 3.1.1 Administrations publiques

          • 3.1.1.1 Long terme

          • 3.1.1.2 Court terme

        • 3.1.2 Autres secteurs

          • 3.1.2.1 Long terme

          • 3.1.2.2 Court terme

      • 3.2 Prêts

        • 3.2.1 Autorités monétaires

          • 3.2.1.1 Utilisation des crédits et des prêts du FMI

          • 3.2.1.2 Autres prêts à long terme

          • 3.2.1.3 Prêts à court terme

        • 3.2.2 Administrations publiques

          • 3.2.2.1 Long terme

          • 3.2.2.2 Court terme

        • 3.2.3 Banques

          • 3.2.3.1 Long terme

          • 3.2.3.2 Court terme

        • 3.2.4 Autres secteurs

          • 3.2.4.1 Long terme

          • 3.2.4.2 Court terme

      • 3.3 Monnaie fiduciaire et dépôts

        • 3.3.1 Autorités monétaires

        • 3.3.2 Banques

      • 3.4 Autres engagements

        • 3.4.1 Autorités monétaires

          • 3.4.1.1 Long terme

          • 3.4.1.2 Court terme

        • 3.4.2 Administrations publiques

          • 3.4.2.1 Long terme

          • 3.4.2.2 Court terme

        • 3.4.3 Banques

          • 3.4.3.1 Long terme

          • 3.4.3.2 Court terme

        • 3.4.4 Autres secteurs

          • 3.4.4.1 Long terme

          • 3.4.4.2 Court terme

    Other Resources Citing This Publication