Chapter

Monnaies flottantes

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
January 1976
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Aux termes des statuts actuels du Fonds, a-t-on vu, chaque membre doit fixer une parité pour sa monnaie par rapport à l’or, celui-ci étant pris comme dénominateur commun. Les membres ont également la faculté d’exprimer cette parité en dollars des Etats-Unis, du poids et du titre en vigueur au 1er juillet 19448, ce qui revient à exprimer la parité indirectement par référence à l’or. Chaque membre est tenu d’adopter des mesures appropriées pour que les taux de change appliqués aux transactions de change au comptant effectuées sur son territoire et mettant en jeu sa monnaie et la monnaie d’un autre membre, ne s’écartent pas de plus de 1 pour 100 de part et d’autre de la parité entre les deux monnaies9. Dans la pratique, de nombreux membres se sont acquittés de cette obligation en intervenant sur leurs marchés des changes avec des dollars des Etats-Unis. En conséquence, la marge maximum pour les transactions de change entre le dollar des Etats-Unis et la monnaie d’un autre membre qui utilisait le dollar pour l’intervention ne pouvait dépasser 0,5 pour 100. Si cette marge plus étroite n’avait pas été observée, la marge de 1 pour 100 pour les transactions de change mettant en jeu les monnaies de deux membres qui utilisaient le dollar des Etats-Unis pour l’intervention, aurait pu être dépassée parce que, dans ces transactions, la marge à tout moment aurait été la somme des marges effectives de chaque monnaie par rapport au dollar. Mais le 24 juillet 1959, le Fonds a pris la décision d’élargir la marge maximum pour les transactions mettant enjeu la monnaie d’intervention pour la porter à 1 pour 100 et la marge cumulative maximum à 2 pour 100.

Les dispositions des Statuts sur les parités ont eu pour effet d’établir, entre toutes les monnaies pour lesquelles des parités avaient été fixées, un système de rapports fixes dans lesquels la liberté de mouvement des taux de change était limitée aux marges. Ce système a pris fin avec l’annonce de l’inconvertibilité officielle du dollar des Etats-Unis le 15 août 1971. On s’est efforcé, dans les accords conclus à Washington le 18 décembre 1971, de créer un système similaire en attendant l’entrée en vigueur de l’amendement aux Statuts. Les accords de Washington étaient plus souples parce qu’ils avaient recours à un artifice extra-juridique, la notion de “taux central”, moins formelle que celle de parité, et autorisaient des marges plus larges que celles qui avaient été observées dans le système des parités. Mais en dépit de leur plus grande souplesse, ces accords n’ont pas résisté à la crise de mars 1973, après quoi les pratiques de change ne se sont plus conformées à un système général de rapports fixes et de marges définies.

On décrit parfois le régime des changes en vigueur à l’heure actuelle comme le flottement général des monnaies. En ce sens, le terme flottement signifie que les obligations des Statuts en ce qui concerne les parités et les marges ne sont observées par aucun membre. Parfois, cependant, il ne s’applique que lorsqu’une monnaie flotte indépendamment de toutes les autres monnaies parce que l’émetteur de cette monnaie ne l’a pas rattachée, à l’intérieur de marges relativement étroites, à une autre monnaie ou à un groupe de monnaies10.

Les pratiques de change qui étaient en vigueur à la mi-1975 ont été classées en cinq catégories, qui sont les suivantes: i) flottement indépendant; ii) rattachement à une seule monnaie; iii) rattachement à un groupe (ou “panier”) de monnaies ou au droit de tirage spécial (DTS); iv) rattachement à une seule monnaie avec des modifications fréquentes du taux de rattachement selon une formule préétablie; v) flottement conjoint de deux ou plusieurs monnaies en vertu d’accords convenus entre émetteurs de ces monnaies.

Le Rapport annuel du Fonds pour 1975 donne une vue d’ensemble des pratiques suivies par les membres au cours des deux années précédentes, et le tableau ci-après montre le nombre de monnaies qui se rangeaient au 30 juin 1975 dans chacune des cinq catégories de pratiques de change énoncées ci-dessus ainsi que le pourcentage représenté par chaque catégorie dans le commerce total des membres11. Les membres qui ont une économie plus diversifiée et moins dépendante du commerce extérieur se classent dans la catégorie i) ou v). Il ressort de ce tableau que ces membres représentent une très forte proportion du commerce mondial et que leurs monnaies jouent un rôle prépondérant dans les transactions financières internationales. Les pays plus petits, dont l’économie est moins diversifiée et plus tributaire du commerce extérieur, ont tendance à rattacher leurs monnaies conformément à des pratiques de change qui les rangent dans l’une des autres catégories. Certains membres n’ont pas maintenu les mêmes arrangements tout le temps et sont passés d’une catégorie à une autre.

La plupart des membres en voie de développement ont maintenu un rapport fixe entre leur monnaie et celle avec laquelle ils intervenaient sur leurs marchés des changes. Simple et traditionnelle, cette pratique rendait inutiles la surveillance constante et les décisions fréquentes qu’appelle le flottement dirigé. Elle présente cet autre avantage que les transactions commerciales libellées en la monnaie d’intervention, qui est souvent la monnaie du principal partenaire commercial, s’effectuent à un taux de change stable. En outre, des rapports stables sont maintenus entre les monnaies qui sont rattachées à la même monnaie d’intervention. Les taux de change entre ces monnaies et les monnaies autres que la monnaie d’intervention fluctuent avec les modifications des taux de change entre la monnaie d’intervention et les autres monnaies.

Pratiques de change des membres du Fonds au 30 juin 19751
Nombre de monnaiesPourcentage du commerce des membres du Fonds2
i) Monnaies flottant indépendamment1146,4
ii) Monnaies rattachées à une seule monnaie38114,4
a) au dollar des Etats-Unis5412,4
b) au franc français130,4
c) à la livre sterling101,6
d) à la peseta espagnole1
e) au rand sud-africain3
iii) Monnaies rattachées à un groupe d’autres monnaies1912,4
a) au DTS55,0
b) à un autre groupe de monnaies147,4
iv) Monnaies rattachées les unes aux autres mais pour lesquelles le taux de rattachement est fréquemment modifié suivant une formule donnée42,0
v) Monnaies flottant conjointement723,2
Total12298,4
Sources: Les classifications des monnaies sont établies par les services du Fonds; les quotités du commerce mondial sont tirées de International Financial Statistics.

Les nombres et pourcentages figurant dans le tableau ci-dessus doivent être considérés comme approximatifs parce que les pratiques ne correspondent pas toutes de manière précise aux catégories notées. Les pratiques de quatre membres (représentant 1,6 pour 100 du commerce mondial) sont particulièrement difficiles à classer et ont été omises du tableau.

Importations plus exportations, 1974.

Lorsqu’un membre utilise la monnaie d’un autre membre, on considère, pour les besoins du classement, que sa monnaie est rattachée à la monnaie de ce membre.

Sources: Les classifications des monnaies sont établies par les services du Fonds; les quotités du commerce mondial sont tirées de International Financial Statistics.

Les nombres et pourcentages figurant dans le tableau ci-dessus doivent être considérés comme approximatifs parce que les pratiques ne correspondent pas toutes de manière précise aux catégories notées. Les pratiques de quatre membres (représentant 1,6 pour 100 du commerce mondial) sont particulièrement difficiles à classer et ont été omises du tableau.

Importations plus exportations, 1974.

Lorsqu’un membre utilise la monnaie d’un autre membre, on considère, pour les besoins du classement, que sa monnaie est rattachée à la monnaie de ce membre.

Les fluctuations des taux de change entre les monnaies principales des membres ont sur les économies nationales des autres membres des effets inévitables. Afin de modérer ces effets, des pratiques ont été mises au point, par lesquelles les taux de change pour une monnaie sont déterminés par référence à une moyenne ou à un groupe de monnaies principales. Le plus souvent, ces groupes de monnaies ont été basés sur la structure du commerce du pays émetteur de la monnaie. Mais un petit nombre de membres ont rattaché leur monnaie au DTS, ce qui signifie, comme le montrera la discussion ci-après dans la sous-section intitulée Evaluation du DTS, qu’ils ont rattaché les taux de leurs monnaies aux taux de 16 monnaies conformément à une formule spécifiée12. Le DTS ne correspond à la structure du commerce d’aucun des pays émetteurs des monnaies qui lui ont été rattachées, mais pour la plupart des membres, le DTS se conforme d’une manière plus étroite à un groupe de monnaies pondéré en fonction des importations que ne le ferait le rattachement à une seule monnaie.

    Other Resources Citing This Publication