Chapter

Allure générale des mouvements de DTS

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
January 1973
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Principales variations des avoirs en DTS

Les principaux mouvements de DTS, tant entre les participants qu’à destination ou en provenance du Compte Général, ont entraîné deux modifications importantes des avoirs en DTS des participants pendant la première période de base. Un flux net a eu lieu des pays non industriels vers les pays industriels et, parmi ces derniers, des Etats-Unis et du Royaume-Uni vers les autres pays industriels, en particulier l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas (tableau 3; voir également tableau 10, plus loin).

Tableau 6.Utilisations (–) et acquisitions nettes de dts par les participants, 1970–72(Valeurs en millions de DTS)
Total pendant l’annéePosition au 31 décembre 1972
197019711972MontantEn % des allocations
Pays industriels147,1207,442,5397,06
Etats-Unis−16,2−467,9−6,8−490,9−21
Royaume-Uni−144,225,6−283,3−401,9−40
Pays industriels d’Europe225,2569,5341,31.136,053
Canada57,872,1−23,2106,730
Japon24,58,114,547,112
Autres régions développées−66,1−95,721,3−140,5−18
Régions moins développées−371,2−310,4−203,6−885,2−38
Amérique latine−57,8−134,2−121,0−313,0−36
Moyen-Orient−68,1−38,3−8,5−114,9−48
Autres pays d’Asie−179,0−84,3−11,9−275,2−36
Autres pays d’Afrique−66,3−53,7−62,0−182,0−39
Tableau 7.Transactions entre participants, 1970–72(Valeurs en millions de DTS)
197019711972total
Montant%Montant%Montant%Montant%
Avec désignation291,261,7362,243,0230,241,2883,647,2
Par accord mutuel180,538,3480,057,0328,558,8989,052,8
Total471,7100,0842,2100,0558,7100,01.872,6100,0
Tableau 8.Récapitulation des transactions avec désignation, 1970–72(Valeurs en millions de DTS)
DTS acquisDTS utilisés
%%
Montantdu totalMontantdu total
Pays industriels718,481,360,06,8
Etats-Unis105,111,9
Royaume-Uni337,038,1
Pays industriels d’Europe213,524,260,06,8
Canada19,42,2
Japon43,44,9
Autres régions développées68,77,8134,315,2
Régions moins développées96,510,9689,378,0
Amérique latine17,42,0305,634,6
Moyen-Orient19,52,2123,213,9
Autres pays d’Asie47,15,3145,516,5
Autres pays d’Afrique12,51,4115,013,0
Total883,6100,0883,6100,0
Tableau 9.Avoirs excédentaires en DTS, au 31 décembre 1972(Valeurs en millions de DTS)
Avoirs excédentaires nets2
Total des avoirs excédentairesRapport des avoirs excedentaires1Transfers du Compte GénéraTransactions avec désignationTransactions par accord mutuelUtilisations
Algérie1,50,41,5
Allemagne280,01,48,963,1206,1
Australie9,00,28,8
Autriche9,00,48,8
Belgique313,812,414,0295,1
Brésil4,50,10,14,5−0,1
Canada106,72,2109,919,4−25,0
Chypre1,50,51,5
Corée3,90,64,0−0,2
Côte
d’Ivoire1,00,81,0
Espagne2,60,10,112,5−10,0
Finlande6,01,14,91,0
France95,61,249,853,3−7,8
Irlande0,10,00,13,0−3,0
Italie23,50,512,660,9−50,0
Japon47,10,32,943,4
Kenya1,50,91,5
Malaisie2,50,30,12,3
Mexique3,50,41,52,0
Norvège11,51,14,07,4
Pays-Bas413,212,93,713,0401,5−11,7
Pérou0,50,11,0−0,5
Venezuela5,80,40,25,5
Total1.344,2145,0326,5963,4−108,3

Pourcentage des avoirs en or et en devises au 31 décembre 1972 que représente l’excédent des avoirs en DTS à la même date sur les allocations.

La somme horizontale des divers éléments ne correspond pas au total des avoirs excédentaires, car on a omis les intérêts, les commissions et les prélèvements.

Pourcentage des avoirs en or et en devises au 31 décembre 1972 que représente l’excédent des avoirs en DTS à la même date sur les allocations.

La somme horizontale des divers éléments ne correspond pas au total des avoirs excédentaires, car on a omis les intérêts, les commissions et les prélèvements.

Tableau 10.Transactions par accord mutuel entre participants, 1970–72(Millions de DTS)
197019711972Total
ParticipantDTS acquisDTS utilisesDTS acquisDTS utilisesDTS acquisDTS utilisesDTS acquisDTS utilises
Allemagne20,0___186,1_206,1_
Belgique120,0130,045,1295,1
Canada25.025.0
Etats-Unis160,5480.0_640.5
France53,353.3_
Norvege7,47,4
Pays-Bas40,0350,011,511,7401,511,7
Royaume-Uni20,025,0291,825,0311,8
Rwanda0,50,5
Total180,5180,5480,0480,0328,5328,5989,0989,0

Le Compte Général a lui aussi reçu des montants importants de DTS, principalement en provenance du Royaume-Uni et des pays moins développés. Dans la mesure où des DTS ont été utilisés au lieu de monnaies pour les rachats, cela a contribué à maintenir les positions créditrices au Fonds à un niveau plus élevé, traduisant ainsi un déplacement d’avoirs liés au Fonds des utilisateurs de DTS vers les pays ayant ces positions créditrices—lesquels sont en majorité des acquéreurs nets de DTS.

Ces mouvements de DTS se sont généralement produits dans un sens tendant à amener la part des DTS dans les réserves des divers participants au même niveau relatif. Encore que la forte augmentation des avoirs détenus en d’autres instruments rende les comparaisons difficiles, on peut dire que les mouvements de DTS à partir du Royaume-Uni, des Etats-Unis et des pays moins développés ont constitué une sortie pour les pays où les allocations représentaient un complément aux réserves supérieur à la moyenne. Inversement, les acquéreurs de ces DTS—les pays industriels d’Europe, le Canada et le Japon—étaient des pays où les allocations de DTS représentaient, en moyenne, un complément relativement faible à leurs réserves.

A la fin de la première période de base, les principaux utilisateurs nets de DTS—autrement dit, les participants ayant des avoirs en DTS inférieurs à leur allocation—étaient le Royaume-Uni, avec une utilisation nette de 401,9 millions de DTS, soit 40 pour 100 de son allocation, et les Etats-Unis, avec une utilisation nette de 490,9 millions de DTS, soit 21 pour 100 de leur allocation (tableau 3). L’utilisation nette effectuée par l’ensemble des pays moins développés se chiffrait à 885,2 millions de DTS, soit l’équivalent de 38 pour 100 des allocations totales reçues par ces pays. Chez les trois principaux groupes de pays moins développés—Afrique, Amérique latine et Asie—l’utilisation nette moyenne a été proportionnellement très voisine, de l’ordre de 36 à 39 pour 100 des allocations. Pour les groupes d’Afrique et d’Asie, la moyenne globale reflète assez bien l’utilisation des DTS par les divers pays. Par contre, dans le cas de l’Amérique latine, la moyenne est fortement influencée par le fait que quatre pays bénéficiant d’allocations relativement importantes—le Brésil, le Mexique, le Pérou et le Venezuela—n’ont fait aucune utilisation nette de DTS. Pour le groupe des pays du Moyen-Orient, l’utilisation nette s’est élevée en moyenne à 48 pour 100 des allocations, mais ce chiffre résulte d’une utilisation relativement forte de la part de quelques pays bénéficiant d’allocations importantes. Les positions des divers participants à la fin de 1972 sont indiquées au tableau II de l’annexe.

Moins du tiers des participants sont intervenus pour une part relative très élevée dans les transferts totaux de DTS réalisés au cours de la première période de base. Ces participants figurent au tableau 4, ainsi que des détails sur leurs utilisations de DTS. Ils peuvent être répartis en trois principales catégories:

  • 1) Environ un tiers d’entre eux ont eu des problèmes de balance des paiements tout au long de ces trois années.

  • 2) Un autre tiers de ces pays ont rapidement fait usage de DTS, en 1970 et 1971, mais par la suite la position de leurs réserves brutes s’est fortement améliorée. Dans de nombreux cas, cette amélioration a été suffisante pour qu’avant la fin de la première période de base ils soient désignés par le Fonds pour recevoir les DTS utilisés par d’autres participants.

  • 3) Le dernier tiers de ces pays ont connu des situations très diverses en ce qui concerne leur balance des paiements et leurs utilisations de DTS. Certains, tels que les Etats-Unis, ont été jugés suffisamment forts pour être désignés au début de la période de base, mais leur position s’est affaiblie par la suite. D’autres, comme le Royaume-Uni, ont connu une évolution plus variée de leur balance des paiements au cours de la période, ce qui s’est traduit dans leurs utilisations et leurs acquisitions de DTS.

Le tableau 4 fait apparaître sur la situation des participants d’autres aspects qui méritent d’être signalés. Quatorze pays avaient à la fin de 1972 un besoin de reconstitution; pris dans leur ensemble, ils correspondaient à plus de 80 pour 100 du montant global de DTS à acquérir aux fins de reconstitution à cette date. En outre, les pays énumérés avaient généralement des encours d’achat dans leurs tranches de crédit au Compte Général. Pourtant, ces pays n’ont absolument pas été uniquement des utilisateurs de DTS. En comptant le Royaume-Uni, quinze d’entre eux ont été désignés pour un montant total de 590 millions de DTS, soit environ 70 pour 100 de la totalité des transferts avec désignation au cours de cette période, tandis que 8 autres pays acquéraient en 1972 auprès du Compte Général un montant total de 95,3 millions de DTS en vue de la reconstitution. Ainsi, à titre d’acquéreurs ou d’utilisateurs, les pays énumérés ont pris une part relative très importante aux transferts totaux de DTS. Les autres pays dont les avoirs en DTS ont beaucoup varié sont ceux qui avaient à la fin de la première période de base des avoirs excédant leurs allocations. Le total de ces avoirs excédentaires à la fin de 1972 s’élevait à 1.344,2 millions de DTS, dont 97 pour 100 étaient détenus par 9 pays industriels et le solde par 14 autres participants (voir tableau 9, ci-dessous).

Chronologie des transactions et des opérations

Les principaux événements qui ont affecté le système monétaire international au cours de la première période de base se sont en général reflétés dans les opérations et les transactions du Compte de Tirage Spécial. Du point de vue de leur calendrier, les transferts de DTS se rattachent à trois périodes assez bien marquées: 1) les six premiers mois de 1970; 2) la période allant du milieu de 1970 au mois d’août 1971 inclus; et 3) la fin de la première période de base (tableaux 5 et 6).

1) Pendant le premier semestre de 1970, les DTS ont été utilisés de façon assez générale par les pays de production primaire, à la fois dans des transactions avec désignation et dans des transferts au Compte Général. Le Royaume-Uni a, lui aussi, transféré à ce Compte des montants de DTS passablement importants. Pendant cette période, les Etats-Unis ont figuré dans les plans de désignation, du fait de la diminution des avoirs officiels en dollars E.U. en 1969 et de la position relativement forte des réserves et de la balance des paiements des Etats-Unis à cette époque.

Mais vers le milieu de 1970, les avoirs officiels en dollars E.U. se sont de nouveau gonflés, d’un montant excédant de beaucoup le recul antérieur, tandis que la balance des paiements et les réserves des Etats-Unis n’étaient plus jugées suffisamment fortes pour que ce pays puisse être désigné. Au contraire, le Royaume-Uni, dont la balance des paiements et les réserves s’étaient améliorées, a été inclus dans les plans de désignation à partir du milieu de 1970. Cette inclusion a eu un effet important sur la répartition des DTS reçus dans le cadre du mécanisme de désignation.

2) Du milieu de 1970 au mois d’août 1971 inclus, le fait saillant dans les transactions sur DTS a été leur forte utilisation par les Etats-Unis pour obtenir de la Belgique et des Pays-Bas des montants en dollars E.U. et fournir ainsi à ces deux pays des instruments de réserve primaires leur permettant, comme ils le souhaitaient, de convertir une partie de leurs balances dollars. Au cours de cette période, l’utilisation des DTS par les participants a eu tendance à diminuer par rapport aux montants antérieurs, si l’on excepte les sommes importantes utilisées pendant le premier trimestre de 1971 dans des transactions avec désignation et le transfert au Compte Général de 160 millions de DTS par le Royaume-Uni au début de la même année.

3) Dans la période qui a suivi le mois d’août 1971, c’est-à-dire après que les autorités des Etats-Unis eurent annoncé qu’ils ne convertiraient plus les dollars en instruments de réserve primaires, les participants se sont en général montrés peu désireux de se servir de DTS, de même qu’ils étaient réticents à utiliser de l’or, ou d’autres avoirs rattachés à l’or, à une époque où la valeur future du métal par rapport aux monnaies était incertaine. En outre, toute une série de pays n’avaient pas besoin d’utiliser des DTS, du fait de la forte augmentation de leurs réserves. Cet affaiblissement de l’emploi des DTS peut également avoir été influencé par la nécessité pour certains participants de veiller davantage à remplir leurs obligations de reconstitution. Toutefois, certains transferts relativement importants ont été effectués par quelques participants—Afrique du Sud, Argentine, Chili, Zaïre et Zambie—qui avaient connu à un moment antérieur de la période de base une position de réserves et de balance des paiements relativement forte et qui avaient conservé la presque totalité de leurs allocations de DTS. Pour faire face à un déficit de balance des paiements, ces pays ont utilisé une partie substantielle de leurs avoirs en DTS.

Les autres transferts importants de DTS en 1972 ont été provoqués par des circonstances particulières où l’emploi des DTS traduisait le désir de la part de certains grands pays industriels de réduire au minimum celui des dollars E.U. comme moyen de règlement. Le Royaume-Uni a utilisé 425 millions de DTS pour des rachats au Compte Général en avril 1972, le transfert le plus important au cours de la première période de base. Ce transfert a été effectué dans le cadre d’un accord entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et les principaux créanciers nets du Fonds en vue d’un rachat total équivalant à 1.150 millions de DTS. L’utilisation de DTS par le Royaume-Uni a contribué à réduire considérablement le montant de dollars E.U. que les principaux créanciers nets du Fonds auraient reçu si leurs monnaies avaient été employées pour cette fraction du rachat15. Deux autres mouvements importants de DTS ont eu lieu en 1972: le transfert de 291,8 millions de DTS du Compte Général au Royaume-Uni, représentant une fraction d’un tirage sur la tranche-or, et le transfert immédiat de ce même montant du Royaume-Uni à cinq autres pays, en échange de livres sterling. Ces balances sterling avaient été accumulées lors de transactions de soutien de la livre, dans le cadre des accords prévoyant alors au sein de la Communauté Economique Européenne (CEE) le maintien des taux de change des monnaies concernées à l’intérieur d’une marge de 2¼ pour 100. Une des dispositions en vigueur pour les règlements stipulait que les DTS pourraient être utilisés par les parties en cause pour s’acquitter d’une fraction de toutes leurs nouvelles obligations.

Cet aperçu sur la chronologie des principaux mouvements de DTS indique à quel point la position de la balance des paiements des Etats-Unis a influé sur le mécanisme des DTS pendant la première période de base. Cette influence ne s’est pas seulement manifestée dans l’utilisation et l’acquisition de DTS par les Etats-Unis eux-mêmes, puisque les deux principaux emplois de DTS par le Royaume-Uni s’expliquent en partie par l’attitude des autres pays de la CEE, peu désireux d’accumuler des soldes plus importants de dollars E.U. En outre, les déficits des Etats-Unis tout au long de la période de trois ans ont donné naissance à des augmentations générales des avoirs de réserve des autres pays, affectant ainsi à la fois l’utilisation des DTS par les participants et la distribution des DTS résultant du mécanisme de désignation. Enfin, la décision des Etats-Unis de ne pas utiliser d’avoirs de réserve pour convertir les balances dollars a en fait stabilisé les avoirs en DTS des Etats-Unis, qui s’élevaient à environ 25 pour 100 des avoirs de l’ensemble des participants, pendant près de la moitié de la première période de base.

    Other Resources Citing This Publication