Chapter

Introduction

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
September 1985
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Depuis sa création, le Fonds assume une responsabilité particulière vis-à-vis des pays membres: il leur fournit l’assistance technique et la formation dont ils ont besoin dans les domaines économique et financier pour améliorer la gestion de leur économie. Au fil des ans, cette assistance a pris de plus en plus d’importance. En 1946, un seul pays (l’Equateur) a demandé au Conseil d’administration du Fonds de lui envoyer une mission d’assistance technique pour le conseiller en matière bancaire et monétaire, mais en 1984 le Fonds a chargé environ 180 experts externes d’assister soixante-cinq pays et quatre institutions régionales dans une grande variété de domaines qui allaient de la gestion de la dette extérieure et la réforme des finances publiques à la méthodologie de la balance des paiements. En plus de cette assistance, les pays membres ont largement bénéficié de l’aide fournie par des fonctionnaires du Fonds sous forme de programmes de formation, de missions et de services des représentants résidents.

La nécessité de la formation dispensée par l’Institut du FMI, créé en 1964 pour offrir des cours aux fonctionnaires des pays membres au siège du Fonds à Washington, s’est également affirmée avec le temps. Ces cours, que l’Institut organise de façon autonome ou en collaboration avec d’autres départements, portent sur les questions d’analyse et de politique financières et sur les sujets connexes, ainsi que sur l’organisation et le fonctionnement du Fonds. Lorsque l’Institut a offert ses premiers cours en 1964, 37 candidats se sont inscrits. En 1984, 454 fonctionnaires ont participé aux onze cours et trois séminaires offerts.

La responsabilité particulière du Fonds en matière d’assistance technique—tout comme la nécessité pour tes pays membres de pouvoir en bénéficier—provient de l’importance que revêt une bonne gestion économique et financière et du lien étroit qui existe entre la politique et les mécanismes financiers d’un pays et la gestion de sa balance des paiements. Les domaines dans lesquels l’assistance du Fonds est le plus fréquemment demandée—banque centrale, questions de finances publiques, statistiques financières et économiques—témoignent de l’existence de ce lien. Ainsi, la fréquence de l’assistance technique fournie aux banques centrales provient de l’importance primordiale que revêtent la politique monétaire et le bon fonctionnement du système financier pour la gestion d’une économie. De même, l’assistance en matière de finances publiques a toujours représenté une part importante de l’activité du Fonds, car, comme le montre l’expérience acquise par le Fonds, le déséquilibre des finances publiques joue souvent un rôle important dans les difficultés de balance des paiements d’un pays, alors que la gestion efficace des finances publiques contribue très nettement à l’équilibre de la balance des paiements.

Les demandes d’assistance technique peuvent être formulées à l’issue des consultations annuelles du Fonds avec les pays membres ou bien à l’occasion d’un programme de stabilisation financière particulier, mais la plupart du temps elles sont présentées en dehors de ces deux cas. L’assistance peut porter sur des questions d’ordre économique ou technique, suivant les besoins particuliers de chaque membre. Ainsi, le développement de l’informatique dans de nombreux pays a multiplié le nombre des demandes d’assistance reçues, et satisfaites, par le Bureau des statistiques du Fonds, pour l’établissement de bases de données informatiques. Dans le même temps, le Département des banques centrales a satisfait un nombre accru de demandes d’assistance en matière d’inspection bancaire et de gestion de la dette extérieure.

La présente brochure décrit les principales formes d’assistance technique fournie par le Département des banques centrales, le Département des finances publiques, le Département juridique, le Bureau des statistiques et l’Institut du FMI. Le plus souvent, cette assistance est dispensée par des fonctionnaires du Fonds et des experts externes chargés de mission par le Fonds. Les autres départements participent si cela est nécessaire. Ainsi, le Département des relations de change et de commerce apporte son concours en matière de politique macroéconomique et de balance des paiements, et le Département de la trésorerie fournit son assistance en ce qui concerne les opérations et transactions financières du Fonds. L’enseignement théorique est dispensé principalement par l’Institut du FMI, à Washington.

Le Fonds est donc en mesure de répondre de différentes façons aux demandes d’assistance technique émanant des pays membres. Si le pays membre a besoin d’un avis autorisé, le Fonds peut soit inviter des fonctionnaires du pays à venir au siège de Washington, soit envoyer sur place une mission ou l’un des experts inscrits au fichier. Si un pays membre désire que ses fonctionnaires reçoivent une formation dans les domaines monétaire et bancaire, le Fonds peut prendre des dispositions pour que cette formation soit donnée dans le pays même par le personnel du Fonds ou par des experts du fichier. Une formation pratique de ce type peut être dispensée sur le tas, ou bien sous forme de séminaires ou de cours. Si au contraire c’est une formation plus générale, davantage axée sur l’action dans le domaine de la politique économique, qui est recherchée, le Fonds peut proposer à un gouvernement de lui désigner des fonctionnaires qui suivront l’un des cours offerts par l’Institut du FMI.

Au milieu des années 50, les premières missions d’assistance technique du Fonds avaient surtout pour objet de formuler des avis en matière de politique économique et d’aider les pays à résoudre les problèmes qui pouvaient se poser pendant l’application d’un programme d’ajustement appuyé par le Fonds. Les demandes de personnel spécialisé dans les domaines de la fiscalité et de la législation des banques centrales étaient relativement peu nombreuses. En 1965, le Conseil d’administration du Fonds a établi la distinction, qui existe toujours, entre l’assistance en matière de politique économique générale et l’assistance liée à des problèmes plus spécifiques. Depuis, les programmes d’aide spécifiques, qui constituent le thème principal de cette brochure, ont été considérablement étendus et diversifiés en fonction des nouveaux besoins des pays membres.

Une grande partie de l’assistance technique générale du Fonds résulte des consultations annuelles avec les pays membres. Ces entretiens lui donnent l’occasion d’examiner la situation économique et financière d’un pays. De même, lorsqu’il met au point un programme de stabilisation financière avec un pays membre, le Fonds ne se borne pas à aider celui-ci à établir son programme; il collabore aussi à la mise en oeuvre des mesures et à l’appréciation de leur efficacité. Pour aider à la réalisation de ce type de programme, un fonctionnaire du Fonds peut être nommé représentant résident du Fonds à la demande d’un pays membre, ce qui permet à l’institution de donner immédiatement des conseils se rapportant non seulement au programme de stabilisation, mais aussi à d’autres questions financières et monétaires qui peuvent se poser.

    Other Resources Citing This Publication