Chapter

I. Quand faut-il mettre en œuvre l’ajustement budgétaire?

Author(s):
James Daniel
Published Date:
November 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Les gouvernements doivent nécessairement fonctionner sans interruption. Ils doivent être maintenus en activité dans les périodes fastes comme dans l’adversité. Il leur faut donc une bonne marge de sécurité. Si la charge de l’impôt et de la dette publique atteint la limite de ce que les citoyens peuvent supporter en période de prospérité, on risque le désastre en temps de crise.

Calvin Coolidge (1872–1933)

Il peut s’avérer nécessaire de rééquilibrer les finances publiques pour réaliser des objectifs à long terme, comme la croissance économique et la réduction de la pauvreté et, parallèlement, se prémunir contre des situations de vulnérabilité budgétaire telle que l’augmentation de la dette publique. Les objectifs budgétaires plus immédiats doivent s’insérer dans ce cadre à long terme.

L’ajustement budgétaire comme instrument de croissance et de lutte contre la pauvreté

Les gouvernements s’attachent à promouvoir une croissance économique viable et soutenue et une réduction durable de la pauvreté. Les recherches attestent qu’une solide position budgétaire est fondamentale pour assurer la stabilité macroéconomique, laquelle est de plus en plus reconnue comme un facteur essentiel à une croissance soutenue et au recul de la pauvreté. Un ajustement budgétaire avisé peut également permettre de mobiliser l’épargne intérieure, promouvoir une meilleure affectation des ressources et contribuer à la réalisation des objectifs de développement.

Assurer une stabilité macroéconomique durable

A contrario, un défaut de rigueur dans la politique de finances publiques peut conduire à l’inflation, à un effet d’éviction, à l’incertitude et à la volatilité qui ont tous pour effet d’entraver la croissance (Gupta, Clements, and Inchauste, 2004).

  • Inflation. Une politique de finances publiques aux orientations imprécises, notamment lorsqu’elle est financée par le recours à la «planche à billets» (voir dans cette section, «L’ajustement budgétaire comme instrument de stabilité macroéconomique à court terme»), peut provoquer une inflation très forte et volatile. Outre les coûts engendrés, elle a pour effet de saper l’efficacité du régime des prix en poussant les entreprises et les ménages à des décisions malavisées, car ils interprètent les fluctuations de prix comme un changement des prix relatifs. Il en résulte une baisse de la productivité globale (Fischer, 1993).
  • Effet d’éviction. Quand un gouvernement emprunte pour financer une politique de finances publiques mal définie, la hausse de la demande de fonds prêtables peut freiner l’investissement privé; (et les autres composantes des dépenses privées sensibles aux taux d’intérêt) en poussant les taux d’intérêt à la hausse3. Dans un régime de taux de change flottant, l’augmentation des taux d’intérêt a également tendance à attirer les capitaux étrangers, d’où une appréciation du taux de change qui peut aussi conduire à l’éviction des exportations.
  • Incertitude et volatilité. Les politiques budgétaires peu rigoureuses ne sont guère viables. Elles impliquent, par exemple, une hausse permanente du niveau d’endettement qui suscite des incertitudes quant à la manière et au moment où la situation sera corrigée (notamment par une poussée inflationniste, une dépréciation mal maîtrisée, des restrictions sur les prix et le commerce extérieur, ou une forte augmentation de la fiscalité). Ces circonstances freinent l’investissement privé, en incitant les investisseurs à marquer le pas pour voir comment l’incertitude sera résolue, et favorisent parallèlement la fuite des capitaux. L’indétermination des politiques budgétaires peut aussi rendre le climat économique plus volatil (en raison, par exemple, d’à-coups répétés et inopportuns de contraction et d’expansion budgétaire), ce qui peut entraver l’investissement en aggravant les risques et en le focalisant sur le court terme (Bernanke, 1983)4.

De fait, dans les cas de fort endettement et de déficit élevé, le rééquilibrage des finances publiques peut engendrer une poussée immédiate de la production (voir dans cette section, «L’ajustement budgétaire comme instrument de stabilité macroéconomique à court terme»). L’assainissement des finances publiques peut alors réduire la prime de risque sur les taux d’intérêt, catalyser l’investissement privé et relever la valeur des actifs. Ceci stimule la consommation privée et atténue les contraintes pesant sur l’offre. La perspective d’une réduction des dépenses publiques peut par ailleurs inciter le secteur privé à abaisser son estimation des obligations fiscales actuelles et futures, ce qui relance encore la consommation et l’investissement. Outre la taille du déficit budgétaire et la baisse de l’endettement initial, ce qui importe est la composition de l’effort d’ajustement et la manière dont est perçue sa viabilité à long terme (voir à la section III, «Qualité et viabilité de l’ajustement»).

Mobiliser et affecter les ressources

La croissance économique et le développement humain nécessitent la constitution d’un capital humain et matériel qui exige lui-même un niveau suffisant d’épargne nationale. L’épargne du secteur privé étant souvent très limitée dans les pays en développement (notamment dans les pays à faible revenu), les politiques budgétaires peuvent favoriser considérablement la mobilisation des ressources en augmentant les recettes et en réduisant les dépenses les moins productives. Les ressources mobilisées doivent toutefois être investies de manière productive, l’histoire abondant d’exemples d’investissements publics malavisés. En effet, l’une des principales conséquences de l’assainissement des dépenses publiques dans les pays en développement est l’augmentation de la productivité des facteurs dès lors que les ressources publiques sont dégagées au profit d’un secteur privé plus efficace. L’incidence des dépenses publiques sur l’amélioration de la croissance et du développement humain est fonction de leur efficacité et de leur adaptation aux besoins des pauvres, et pas seulement de leur ampleur.

Selon le principe d’efficacité, les dépenses publiques devraient être axées sur les domaines présentant le rendement social le plus élevé et compléter plutôt que concurrencer celles du secteur privé. Ceci signifie qu’il faut financer ou fournir directement les biens publics nécessaires que le secteur privé ne peut offrir dans des conditions satisfaisantes en raison de la défaillance du marché. Plusieurs catégories de dépenses publiques peuvent influencer la croissance à long terme—en particulier les dépenses d’éducation, de santé et d’équipement—même si les choix les plus judicieux dépendent de la situation particulière des pays. L’accélération de la croissance contribue à son tour à une augmentation des ressources budgétaires qui permet de financer des dépenses productives, ce qui renforce encore le dynamisme de l’économie. Cependant, les gouvernements essaient souvent de doper la croissance par des subventions à la production et par la fiscalité, par exemple en relevant les tarifs douaniers ou en offrant de généreux abattements fiscaux (plutôt que de réduire les taxes génératrices de distorsions, ce qui serait plus efficace; voir à la section IV, «Amélioration de la fiscalité et mobilisation des recettes»). Ces mesures ont généralement abouti à des inefficiences et à des complications administratives et creusé les déficits budgétaires sans pour autant produire les effets escomptés sur la croissance.

Atteindre les objectifs de développement

Au cours des dernières années, les politiques budgétaires des pays à faible revenu ont été de plus en plus réorientées vers les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Ceux-ci résultent d’accords et de résolutions adoptés par les conférences mondiales organisées sous les auspices des Nations Unies depuis le début des années 90. Ils constituent depuis le cadre communément accepté pour mesurer les avancées du développement, et la communauté internationale suit attentivement l’évolution des indicateurs de réalisation. Les OMD ont pour objet de réduire la pauvreté sous toutes ses formes. Ils visent notamment à réduire de moitié la pauvreté dans le monde, à assurer l’éducation primaire pour tous, à enrayer la propagation du VIH/sida, à réduire la mortalité maternelle et infantile et à veiller à la pérennité de l’environnement

Les politiques budgétaires peuvent jouer un rôle majeur dans la réalisation des OMD en stimulant une solide croissance économique, essentielle pour le développement durable et pour l’amélioration des retombées sociales. Les recherches montrent, par exemple, que les pauvres tirent généralement profit de la croissance, et qu’il existe un lien étroit entre la croissance économique et l’amélioration des dimensions de la pauvreté autres que le revenu, telles que la mortalité infantile et l’alphabétisation des femmes (FMI, 2002). De manière générale, la réalisation des OMD exige une modification des structures budgétaires, notamment une augmentation des dépenses productives dans le domaine social, une intensification de l’aide et une plus grande efficacité des dépenses publiques (voir à la section III, «Ampleur de l’ajustement budgétaire»).

L’ajustement budgétaire comme instrument de réduction de la vulnérabilité

Les finances publiques d’un pays peuvent paraître saines tout en étant vulnérables du fait de faiblesses sous-jacentes qui menacent la situation budgétaire future et empêchent le gouvernement de faire face aux difficultés rencontrées dans sa politique budgétaire. Une moindre vulnérabilité budgétaire permet aux politiques budgétaires de compenser les chocs ou les fléchissements de la conjoncture.

Tous les pays, mais plus particulièrement les pays en développement, sont confrontés à des chocs (fluctuations des termes de l’échange, soudaines interruptions des entrées de capitaux, catastrophes naturelles et insuffisance de l’aide) qui peuvent miner les finances publiques, directement ou indirectement. Des chocs de ce genre peuvent entamer les recettes, imposer des dépenses urgentes et rendre le financement à la fois plus coûteux et plus difficile. Les pays qui ont constitué des réserves en temps utile peuvent puiser sur ces ressources en période de crise, tandis que les pays peu endettés peuvent accroître leur déficit budgétaire, notamment par l’emprunt, en cas de tassement de l’activité, voire de crise, sans perdre la confiance des marchés. En revanche, les pays qui ne disposent pas de ce genre de marges sont souvent contraints à des mesures budgétaires d’urgence et n’ont guère la possibilité d’opter pour des politiques budgétaires anticycliques. Les mesures de compression budgétaire d’urgence risquent davantage de nuire à l’investissement, à la croissance et aux indicateurs sociaux étant donné qu’elles sont souvent conçues dans l’urgence et visent des gains financiers à court terme au détriment de l’efficacité à long terme.

La vulnérabilité budgétaire tient le plus souvent à l’endettement public—à sa viabilité, sa structure et ses faiblesses cachées (par exemple du fait de passifs conditionnels). Les politiques budgétaires peuvent également pâtir de la rigidité structurelle des finances publiques ainsi que de pressions budgétaires à long terme. L’importance de saines politiques de finances publiques est encore renforcée par la mondialisation.

Viabilité de la dette

La dette publique est viable lorsque le gouvernement peut en assurer le service sans devoir procéder à une refonte irréaliste (au plan social et politique) de ses orientations futures en matière de recettes ou de dépenses primaires (hors charges d’intérêts). Cette définition générale implique qu’avec un solde primaire crédible, un gouvernement est à la fois solvable (les soldes primaires futurs actualisés sont supérieurs à l’encours net actuel de la dette) et liquide (à même d’honorer ses obligations à l’échéance; voir à la section III, «Ampleur de l’ajustement budgétaire»).

Outre ces critères fondamentaux, les anticipations du marché jouent un rôle important. Même lorsque la dette est stable ou en diminution du fait des politiques en vigueur, les marchés peuvent douter de la capacité du gouvernement à maintenir les soldes primaires requis. Ceci a pour effet de relever les primes de risque sur l’endettement public au point de le pousser à un niveau intolérable. La gestion des anticipations prend alors toute son importance: un pays qui rassure les marchés quant aux politiques budgétaires futures peut être en mesure de maintenir un plus fort degré d’endettement. Les gouvernements doivent être à même de montrer que la charge globale de leur dette est gérable et qu’elle le restera en toute probabilité selon les divers scénarios envisageables. Le cadrage budgétaire à moyen terme—qui définit les objectifs et les projections publiques en matière de politique budgétaire—et l’existence de solides institutions budgétaires, comme des services fiscaux efficaces et de bons systèmes de gestion des dépenses publiques, peuvent contribuer à améliorer les politiques comme les attentes (voir la section V).

Passifs conditionnels et structure de la dette

Les passifs conditionnels sont des obligations financières provoquées par certains événements et qui ne sont pas aisément détectées par les statistiques et les analyses budgétaires classiques. Ils se divisent en deux grandes catégories: ceux qui deviennent exigibles si certains événements se matérialisent, par exemple des défauts de paiement sur les dettes contractées ou garanties par l’État que le gouvernement doit alors assumer; et ceux qui résultent de l’engagement implicite ou «moral» de l’État, qui doit protéger les déposants en cas de faillite bancaire ou verser les pensions en cas d’échec d’un régime de retraite. Leur coût budgétaire étant généralement invisible avant leur survenue, les passifs conditionnels constituent des subventions masquées, faussent les analyses budgétaires et peuvent provoquer ultérieurement une hémorragie des finances publiques.

Les dettes contractées par les entreprises publiques et les collectivités locales et les fonds extrabudgétaires sont fréquemment assortis de la garantie explicite ou implicite de l’État. En cas de défaut de paiement, cette dette doit être prise en charge par l’État. De même, dans les partenariats public–privé tels que les contrats de construction–exploitation–transfert, l’État fournit généralement un ensemble de garanties (par exemple un niveau minimum de recettes). La responsabilité du gouvernement se trouve engagée dès lors que les conditions du marché ne sont pas favorables.

La structure de l’endettement peut être elle aussi une importante source de risque et de vulnérabilité. Ainsi, dans le cas d’une dette publique à court terme, indexée sur des taux d’intérêt à court terme, libellée en devises ou rattachée à des devises, les pressions exercées sur le marché monétaire et sur le marché des changes peuvent rapidement occasionner des problèmes de service de la dette. La démarche fondée sur les comptes du patrimoine—qui examine les liens entre les comptes de patrimoine des différents secteurs de l’économie—peut contribuer à mettre en évidence les vulnérabilités et les pressions potentielles qui en résultent (Allen et al., 2002).

Une gestion active des passifs de l’État peut aider à résoudre ces problèmes. En réduisant les risques que la dette publique devienne une source d’instabilité pour le secteur privé, des politiques avisées dans ce domaine—comme au sujet des passifs conditionnels—peuvent aider les pays à mieux se prémunir contre les effets de contagion et les risques financiers.

Rigidités budgétaires

L’expérience montre que les rigidités structurelles des finances publiques peuvent saper la capacité du gouvernement à s’adapter à l’évolution des circonstances. En gelant les structures budgétaires actuelles, ces rigidités peuvent entamer la stabilité macroéconomique future, la viabilité de la dette et la politique budgétaire. Ainsi:

  • La préaffectation de recettes à certaines dépenses empêche le gouvernement d’ajuster les recettes ou de les réaffecter à d’autres priorités (par exemple la construction d’écoles plutôt que de routes). Si un ajustement budgétaire s’impose, l’augmentation des recettes préaffectées est sans grande utilité, car elle induit automatiquement une hausse des dépenses.
  • Qu’elles soient ou non prévues par la constitution, les prescriptions en matière de dépenses, de niveau d’emploi ou de taux d’imposition entravent la capacité des gouvernements à ajuster la politique de finances publiques. Les règles budgétaires chiffrées, comme les limites d’endettement ou de déficit—notamment quand elles sont inscrites dans la constitution—peuvent avoir pour effet (parfois souhaité) de réduire la marge de manœuvre budgétaire des gouvernements.
  • Si les dépenses non discrétionnaires (par exemple les charges d’intérêts ou les dépenses de protection sociale) tiennent une place importante dans le total des dépenses, cela complique l’ajustement des dépenses publiques et peut contraindre à réduire des dépenses discrétionnaires dont le rendement est meilleur.
  • Certaines dispositions en matière de fédéralisme budgétaire peuvent nuire à la maîtrise des finances publiques. Ainsi, les dispositions exigeant le partage de certaines recettes peuvent rendre le rééquilibrage des finances publiques plus malaisé (voir à la section V, «Efficacité des relations entre les administrations publiques»).

Mondialisation

La mondialisation rend d’autant plus nécessaire l’adoption de politiques budgétaires saines. La crédibilité découlant de la capacité à maintenir ou à rétablir la santé des finances publiques peut aider les économies de marché émergentes (et les pays en développement de manière générale) à exploiter les possibilités offertes par l’ouverture des marchés de l’emploi et des capitaux et la libéralisation des échanges, y compris dans le secteur des services grâce aux technologies modernes de communication. Toutefois, si l’absence de discipline budgétaire compromet la stabilité et les objectifs de croissance, l’accès aux capitaux internationaux s’en trouvera probablement diminué. La concurrence fiscale est également devenue une réalité incontournable, tandis que la réduction des tarifs douaniers se traduit par une diminution des recettes, du moins jusqu’à ce que ses effets positifs sur la croissance se fassent sentir5.

Pressions budgétaires émergentes6

Les pays en développement en particulier sont confrontés à de nombreux défis budgétaires susceptibles d’exacerber leurs besoins en ressources et d’exiger une intervention de l’État.

  • Dans certaines régions du monde, la propagation du VIH/sida et d’autres pandémies impose un lourd tribut sous forme de souffrances et de pertes de capital humain qui nécessitent un soutien accru des pouvoirs publics. Plus généralement, les innovations technologiques actuelles dans le secteur de la santé, si elles améliorent effectivement l’espérance de vie, ont un coût financier important.
  • Les changements démographiques, en particulier le vieillissement des populations, vont probablement constituer un fardeau croissant pour les finances publiques dans certains pays en développement et pays industrialisés. Les réformes des régimes de pension pourraient temporairement entraîner d’importants besoins financiers et une augmentation de l’endettement public explicite lorsque les pays passeront des systèmes de retraite publics à des systèmes privés.
  • La libéralisation financière qui dégage les banques de l’obligation de fournir des crédits dirigés aux secteurs et entreprises protégés peut déplacer cette responsabilité vers l’État sous forme de crédits subventionnés, budgétisés ou non, qui transitent par les banques publiques.
  • La dégradation de l’environnement et les changements climatiques planétaires pourraient avoir de multiples répercussions qui exigeraient l’intervention de l’État.

L’ajustement budgétaire comme instrument de stabilité macroéconomique à court terme

Les politiques budgétaires à court terme doivent être conformes aux objectifs à plus long terme. Les politiques de finances publiques peuvent ainsi contribuer à la gestion macroéconomique à court terme. Dans la plupart des cas, les ajustements budgétaires contribuent à atténuer la cyclicité (l’alternance des phases de récession et d’expansion), à réduire les déséquilibres marqués des soldes extérieurs courants et à contenir l’inflation. Lors des crises du compte de capital, ils permettent de restaurer la confiance, de soulager les contraintes financières et de soutenir la croissance.

Mener une politique de régulation conjoncturelle

La politique d’action conjoncturelle—qui consiste à accroître la demande globale pendant les phases de ralentissement et à la réduire quand la conjoncture s’améliore—peut contribuer à réagir aux variations normales de la demande globale et aussi aux chocs plus forts auxquels elle est confrontée (les chocs sur l’offre exigent d’ordinaire une réponse budgétaire neutre ou procyclique du fait que l’économie doit s’adapter à une moindre production potentielle). Certaines conditions préalables doivent néanmoins être réunies pour assurer le succès des politiques budgétaires qui visent à stabiliser la conjoncture (Hemming, Kell, and Mahfouz, 2000).

Les politiques budgétaire et monétaire doivent être bien coordonnées. La politique monétaire est généralement plus efficace en tant qu’instrument anticyclique dans la mesure où les modifications des taux d’intérêt peuvent être effectuées en quelques jours et rapidement inversées. Toutefois, les ajustements de la politique monétaire peuvent agir plus lentement sur la demande globale que ceux de la politique budgétaire. De plus, cette dernière apporte une stabilisation plus générale compte tenu de l’incidence de la fiscalité et des dépenses publiques sur les composantes de la demande globale qui sont sensibles au revenu et au taux d’intérêt.

Quand la politique monétaire ne permet pas de réagir aux variations de la production, la politique budgétaire doit jouer un rôle prépondérant. Cela arrive parfois quand le mandat de la banque centrale a pour objectif principal de maintenir l’inflation à un bas niveau, et non de stabiliser la production. Par ailleurs, si les taux d’intérêt nominaux sont proches de zéro, les options de politique monétaire sont limitées, car il est impossible de les abaisser. L’efficacité relative des politiques budgétaire et monétaire dépend aussi du régime de change. La politique budgétaire est relativement moins efficace dans un régime à taux flottant, mais plus efficace en cas de taux fixe.

Dans certaines circonstances, les politiques budgétaires anticycliques n’ont guère d’utilité pendant les phases de récession ou de fléchissement de la conjoncture. En particulier:

  • En cas de fort déséquilibre des positions intérieure et extérieure, les politiques budgétaires anticycliques peuvent ne pas convenir. Même si l’économie ralentit ou entre en récession, la tâche prioritaire peut consister à éviter une poussée de l’inflation et un affaiblissement de la balance des paiements, ou à prendre des mesures pour y réagir.
  • Les contraintes financières peuvent imposer un plafond au déficit budgétaire. Nombre d’économies de marché émergentes et de pays à faible revenu ont des difficultés pour emprunter compte tenu du sous-développement de leur système financier et du fait qu’ils ne peuvent pas facilement solliciter les marchés financiers extérieurs.

Même si une politique budgétaire anticyclique est judicieuse, elle peut ne pas avoir l’effet recherché sur la demande globale. Certains facteurs peuvent contribuer à en diminuer l’incidence. En outre, les contractions budgétaires peuvent avoir des effets expansionnistes dans certaines circonstances (encadré 1).

Encadré 1.Contractions budgétaires expansionnistes

À court terme, les compressions budgétaires peuvent avoir un effet d’expansion sur l’économie. Les différents ajustements budgétaires auxquels ont procédé le Danemark et l’Irlande ont été particulièrement bien étudiés, et divers éléments témoignent de contractions budgétaires expansionnistes dans d’autres pays, notamment dans des économies de marché émergentes fortement endettées comme la Turquie. Ces épisodes expansionnistes présentent diverses caractéristiques:

  • Ils sont associés aux mesures d’assainissement des finances publiques mises en œuvre dans les pays fortement endettés. Grâce à la crédibilité qu’acquiert l’administration centrale en se montrant à même d’assumer le service de la dette et au recul de la menace d’une augmentation de l’impôt et d’un défaut de paiement, les primes de risque sur les taux d’intérêt diminuent, la confiance s’améliore et la demande globale est stimulée.
  • Ils sont fonction de l’ampleur et de la composition de l’ajustement budgétaire et du financement du déficit. Les mesures de rééquilibrage visant à réduire les transferts et les salaires de la fonction publique donnent généralement de meilleurs résultats sur la croissance, comme celles qui entraînent une baisse du financement intérieur (voir à la section III, «Qualité et viabilité de l’ajustement»).
  • Ils peuvent se manifester par une modification des schémas de consommation et d’investissement privés ou par la productivité des facteurs. L’évolution des schémas de consommation et d’investissement est principalement due à l’amélioration de la crédibilité et aux effets de richesse. La productivité des facteurs joue un rôle plus important dans les pays en développement (compte tenu de la moindre productivité des dépenses publiques).
  • Les expansions budgétaires peuvent être annulées au moins partiellement. C’est notamment le cas quand l’augmentation de l’emprunt entraîne une hausse des taux d’intérêt et une appréciation de la monnaie nationale. Elles sont donc souvent assez peu efficaces dans les économies ouvertes à taux de change flottant.
  • Face à une expansion budgétaire financée par l’emprunt, les particuliers qui n’ont pas de problèmes de liquidité peuvent accroître leur épargne afin de pouvoir assumer (par eux-mêmes ou par le biais de leurs héritiers) l’augmentation des impôts que le service de la dette exigera à l’avenir («effet d’équivalence ricardienne»). La compensation reste cependant partielle et sera fonction de l’ampleur du lissage de la consommation provoqué par les prêts et les emprunts des consommateurs, ainsi que de leur préférence temporelle (consommer aujourd’hui plutôt que dans l’avenir) par rapport à celle de l’État.
  • La composition des mesures peut ne pas convenir. Ainsi, une augmentation des transferts profitant aux particuliers à revenu élevé qui ont une tendance relativement forte à épargner le revenu supplémentaire aurait une influence moindre sur la demande.
  • Les délais de mise en œuvre peuvent être longs, par exemple parce que les mesures concernant l’impôt et les dépenses sont retardées par le processus politique et les procédures budgétaires.

Lorsque la politique budgétaire anticyclique est opportune, les recherches montrent que les stabilisateurs automatiques constituent le meilleur moyen de l’appliquer (FMI, à paraître). Les stabilisateurs automatiques sont fonction de la manière dont les recettes fiscales et certaines catégories de dépenses (par exemple les allocations de chômage) réagissent à la production, ce qui signifie qu’ils agissent rapidement et qu’ils s’inversent d’eux-mêmes. Leur utilisation est cependant quelque peu arbitraire, car ils traduisent des décisions passées concernant la structure de l’impôt et des dépenses, et ils sont généralement peu efficaces dans les économies de marché émergentes et les pays à faible revenu.

Les mesures discrétionnaires en matière de recettes et de dépenses peuvent aussi s’avérer utiles. On peut y avoir recours systématiquement pour renforcer ou compenser les stabilisateurs automatiques, selon que leur effet est trop faible ou trop fort, ou les garder en réserve pour réagir à des chocs majeurs sur la demande globale. Les mesures discrétionnaires présentent par ailleurs l’avantage de pouvoir être adaptées aux besoins de la stabilisation; elles peuvent notamment être dirigées vers les secteurs où elles auront la plus forte incidence sur les dépenses. Leurs principaux inconvénients tiennent au fait que les délais de mise en œuvre peuvent être longs, qu’elles ne peuvent pas être rapidement inversées et qu’elles engendrent souvent une situation procyclique, notamment en période de reprise.

Réduire les déséquilibres des soldes extérieurs courants

Un rééquilibrage des finances publiques peut s’avérer nécessaire pour faciliter un ajustement extérieur, en particulier pour réduire un déficit ou un excédent excessifs du solde extérieur courant (Easterly, Rodriguez, and Schmidt–Hebbel, 1994). Dans une relation d’identité ex post, le déficit budgétaire doit avoir pour contrepartie soit une épargne intérieure nette du secteur privé (un excédent de l’épargne privée par rapport à l’investissement privé), soit un déficit extérieur courant, soit une combinaison des deux7. Toutefois, la réduction du déficit (de l’excédent) budgétaire ne produira généralement pas une réduction égale du déficit (de l’excédent) des transactions courantes, étant donné que l’équilibre entre l’épargne et l’investissement du secteur privé sera lui aussi affecté. Par exemple, comme le crédit devient meilleur marché et plus abondant, la baisse du déficit budgétaire peut stimuler l’investissement privé et réduire l’épargne du secteur privé.

L’assainissement des finances publiques peut également appuyer l’ajustement des comptes courants du fait de son impact sur le taux de change réel8. L’ajustement budgétaire aura, par exemple, tendance à déprécier le taux de change réel en réduisant la demande—et donc le prix—des biens non échangeables, ce qui aura pour effet d’accroître la rentabilité relative du secteur des produits échangeables et de stimuler les exportations nettes. Par ailleurs, une dévaluation du taux de change nominal qui n’irait pas de pair avec un redressement des déséquilibres budgétaires agirait principalement sur l’inflation plutôt que sur le taux de change réel, et ne produirait donc pas d’ajustement extérieur significatif.

Lutter contre l’inflation (ou la déflation)

Le rééquilibrage des finances publiques peut agir sur l’inflation de façons multiples. À court terme, il peut avoir une incidence sur les prix du fait de son impact sur la demande globale. En effet, les achats publics de biens et de services non échangeables viennent grossir la demande globale, tandis que les transferts et les modifications de la fiscalité ont une incidence sur la demande privée. La hausse des prix administrés a également un effet sur le niveau des prix, tandis que l’augmentation des salaires de la fonction publique peut exercer des pressions sur les coûts9. Toutefois, une inflation soutenue exige généralement un accroissement régulier de la masse monétaire qui doit excéder la demande de monnaie. Les politiques budgétaires peuvent jouer un rôle majeur dans la mesure où l’émission de monnaie est liée au financement du déficit. À court terme, le financement monétaire du déficit est peu coûteux, mais, s’il perdure au-delà du nécessaire accompagnement de l’augmentation de la demande de monnaie, il favorise l’inflation et une offre monétaire excédentaire.

Le rééquilibrage des finances publiques peut aussi agir sur l’inflation par le biais de la demande de monnaie, notamment en fonction des anticipations inflationnistes, des taux d’intérêt et de la confiance. Ainsi, lorsque la politique monétaire est jugée accommodante, l’expansion budgétaire—même si elle est initialement financée par la banque centrale—peut rapidement amener à anticiper un accroissement de l’offre monétaire, et donc mener à l’inflation (Sargent and Wallace, 1981).

Financer un déficit en s’appuyant sur une forte inflation est particulièrement néfaste, et de plus en plus rare. Cela implique en effet de mobiliser des ressources aux dépens des personnes dont les avoirs ou les revenus nominaux sont fixes, personnes qui comptent généralement parmi les groupes les plus pauvres. Avec le temps, la perspective de collecter le prélèvement inflationniste s’amenuise: quand l’inflation augmente, les ménages et les entreprises réduisent leurs avoirs de réserve en monnaie nationale (après ajustement pour l’inflation) et cherchent d’autres moyens pour préserver la valeur de leurs actifs (comme les devises). Un taux d’inflation élevé peut aussi réduire les recettes provenant des impôts explicites en cas de retards de perception (l’«effet Tanzi») ou si les rentrées dépendent étroitement de certains impôts spécifiques.

De même, une politique budgétaire expansionniste peut contribuer à faire face à la déflation. Une réduction d’impôt opportune aura pour effet d’accroître le revenu disponible et de stimuler la consommation, tandis que l’augmentation des dépenses publiques peut doper la production et réduire le chômage. La politique budgétaire doit toutefois viser à stimuler la demande globale dans des proportions crédibles. Dans l’idéal, les programmes de dépenses et les mesures d’allégement fiscal doivent cibler les consommateurs à faible revenu et les projets de qualité qui améliorent le rendement de l’investissement privé.

Gérer les crises du compte de capital

Les crises du compte de capital—c’est-à-dire les pertes de confiance des investisseurs qui se manifestent par de soudaines sorties de capitaux—peuvent gravement entraver la politique budgétaire. Lorsque pareille crise se déclare, l’assainissement des finances publiques devient inévitable, car le déficit est limité par un manque de financement. De manière plus générale, l’assainissement budgétaire s’impose dans les économies de marché émergentes où les crises sont essentiellement provoquées par les craintes du marché face à la prodigalité budgétaire et à une dynamique d’endettement insoutenable. Dans ces pays, l’effet de contraction direct que la compression budgétaire exerce sur la demande est probablement contrebalancé par l’influence bénéfique de l’assainissement budgétaire sur l’accès au marché et le coût de l’emprunt.

Toutefois, lorsque les difficultés budgétaires ne sont pas la cause première de la perte de confiance, les compressions budgétaires peuvent se révéler contre-productives, car leur effet de ralentissement sur la croissance exacerbe le manque de confiance. Dans ce contexte, une orientation budgétaire plus souple peut contrecarrer le fléchissement de l’activité économique (Ghosh et al., 2002). En outre, étant donné que ce ralentissement lui-même inquiète les investisseurs, une orientation budgétaire trop stricte risque d’entamer la confiance plutôt que de la restaurer. Cela illustre combien une politique budgétaire prudente dans les périodes fastes augmente considérablement la marge de manœuvre en temps de crise.

    Other Resources Citing This Publication