Front Matter

Front Matter

Author(s):
N. Barr
Published Date:
February 2003
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

©2002 Fonds monétaire international

Directeur de la collection

Jeremy Clift

Département des relations extérieures du FMI

Édition anglaise

Couverture et composition:

Massoud Etemadi, Jack Federici,

Section des travaux graphiques du FMI

Édition française

Division française

Services linguistiques du FMI

Traduction: Serge Collomb

Correction & PAO: Van Tran

ISBN 1-58906-146-2

ISSN 1020-7724

Mars 2002

Pour obtenir les publications du FMI,

adressez votre commande à:

International Monetary Fund, Publication Services

700 19th Street, N.W., Washington, DC 20431 (U.S.A.)

Téléphone: (202) 623-7430 Télécopie: (202) 623-7201

Messagerie électronique: publications@imf.org

Internet: http://www.imf.org

Préface

La collection des Dossiers économiques vise à présenter à un vaste public de non-spécialistes quelques-uns des sujets d’actualité sur lesquels travaille le FMI. La matière provient pour l’essentiel de documents de travail — études techniques qui sont établies par des membres de ses services et des chercheurs invités — ainsi que de documents de synthèse. Charles Gardner a préparé la version anglaise de cette brochure.

Le présent numéro s’inspire du document de travail 00/139 du FMI, intitulé Reforming Pensions: Myths, Truths, and Policy Choices. La liste des textes de référence utilisés figure dans le document original, que ie lecteur est invité à se procurer auprès du Service des publications (au prix de 10 dollars), ou à télécharger à panir du site Web du FMI: www.imf.org.

Quelques définitions

Régimes par capitalisation. Les retraites de ces régimes sont payées par un fonds constitué d’actifs financiers accumulés pendant de longues années à partir des cotisations des membres. Ces régimes peuvent être gérés par l’État ou par le secteur privé.

Régimes par répartition. Contrairement aux régimes par capitalisation, le paiement des retraites de ces régimes est financé par les cotisations ou impôts courants. Ces régimes sont en général gérés par le secteur public et financés par les recettes fiscales courantes, et le montant des prestations repose sur les engagements ou les promesses des autorités.

Régimes à cotisations déterminées. Ces régimes consistent en comptes capitalisés au nom des cotisants. Le taux de cotisation est fixe, La retraite du cotisant est une rente annuelle dont le montant — pour une espérance de vie et un taux d’intérêt donnés — n’est déterminé que par le montant des cotisations de retraite accumulées par le cotisant au cours de sa vie professionnelle. Les adhérents de ces régimes subissent les incertitudes liées à la variabilité des taux de rendement réels des actifs du régime de retraite.

Régimes à prestations déterminées. Souvent gérés au niveau de l’entreprise ou de la branche industrielle, les régimes à prestations déterminées paient une rente annuelle déterminée par la rémunération du cotisant et le nombre d’années de service. Auparavant, la retraite était souvent déterminée par le salaire de la dernière ou des dernières années de service de l’employé. La tendance depuis quelque temps est de déterminer les prestations sur la base du salaire réel moyen calculé sur une période étendue. Quoi qu’il en soit, la rente annuelle que touchera le salarié est indexée de fait sur l’évolution du salaire jusqu’au départ à la retraite.

Dans ces régimes, l’employeur — et non l’employé — suppone l’essentiel du risque d’une chute du rendement des actifs du régime, mais recueille également le bénéfice d’éventuelles hausses de rendement des actifs. En réalité, ces risques ou gains pour l’employeur sont répartis plus largement et sont répercutés sur les travailleurs actuels (dont les salaires peuvent dépendre du coût plus ou moins grand du régime pour l’employeur), sur les actionnaires et contribuables (par les répercussions sur les bénéfices), stir les clients (par les effets sur les prix), et même sur les salariés passés et futurs (si la compagnie utilise les excédents de certaines périodes pour soutenir les retraites à d’autres périodes).

Assurance sociale. Il s’agit habituellement de régimes par répartition gérés par l’État. Le risque est partagé encore plus largement que dans les régimes privés à prestations déterminées. Le coût des résultats défavorables peut être imputé aux reuaités (en réduisant les prestations), aux salariés actuels (en augmentant les cotisations), aux contribuables (en finançant par l’impôt les subventions nécessaires) et aux futurs contribuables (en finançant par l’emprunt public les subventions nécessaires).

    Other Resources Citing This Publication