Chapter

Appendice V. Examen de certaines questions soulevées par l’analyse de la balance des paiements

Author(s):
International Monetary Fund. Statistics Dept.
Published Date:
August 2000
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

[…]

Généralités

[…]

556. Outre les opérations courantes, c’est à dire celles qui portent sur l’échange de biens, la prestation de services et le fait de recevoir ou de payer des revenus et des transferts, il faut analyser le flux des opérations financières, c’est-à-dire celles qui donnent lieu à des variations des créances financières sur le reste du monde ou des engagements financiers à l’égard du reste du monde. Comme on l’a vu aux chapitres VIII et XVI, ces opérations se subdivisent en deux grandes catégories: i) les opérations financières au sens strict, qui sont les investissements directs, les investissements de portefeuille, les dérivés financiers et les autres investissements (lesquels se décomposent en crédits commerciaux, prêts et dépôts) et ii) les opérations qui portent sur les avoirs de réserve. Il existe des liens directs entre les composantes des opérations internationales. Par exemple, comme les importations de biens sont souvent financées par les fournisseurs non résidents, une hausse des importations a généralement pour contre-partie une rentrée financière. Au terme de la période de financement, le paiement versé au fournisseur non résident donnera lieu soit à un prélèvement sur des avoirs extérieurs (par exemple dépôts étrangers dans les banques intérieures) soit au remplacement de l’engagement à l’égard du fournisseur non résident par un autre engagement à l’égard de non-résidents. Il y a aussi des liens étroits entre beaucoup des opérations qu’enregistre le compte d’opérations financières. Par exemple, le produit de la vente d’obligations sur des marchés étrangers de capitaux (rentrée financière) peut être investi temporairement en avoirs à court terme à l’étranger (sortie financière).

    Other Resources Citing This Publication