Journal Issue
Share
Article

Rétrospective: Le Bulletin du FMI: un bref historique

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
December 2008
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

L’édition imprimée du Bulletin du FMI prend fin avec ce numéro. À cette occasion, nous revenons brièvement sur l’histoire de cette publication.

En août 1972, le Bulletin du FMI succédait à la International Financial News Survey, périodique qui présentait des nouvelles économiques et financières mondiales recueillies auprès de diverses sources.

La nouvelle publication avait une autre mission. Selon une note de service de juin 1971 proposant son lancement, elle devait «favoriser la compréhension des problèmes monétaires internationaux et de l’activité du FMI».

Le Bulletin, rédigé et mis en page par les services du FMI, offrirait un «tour d’horizon actuel et complet des principales nouvelles économiques et financières, un compte rendu substantiel des activités du FMI, et des articles sur les économies nationales». Il permettrait de publier les informations recueillies par les économistes du FMI au cours de leurs travaux sur les économies des pays membres. À l’époque encore plus que maintenant, les activités du FMI étaient jugées cryptiques, et rares étaient ceux qui, à l’extérieur de l’institution, en connaissaient la teneur. «Le FMI devait plus systématiquement s’efforcer d’expliquer son action au public (y compris aux observateurs les plus érudits et informés)», expliquait l’un des premiers partisans du Bulletin dans une note interne. Son lectorat s’élargit avec le lancement des éditions en français et en espagnol, en janvier 1974.

Le Bulletin est apparu à un moment où l’économie mondiale connaissait une profonde mutation. Le système monétaire international mis sur pied à la conférence de Bretton Woods en 1944 s’était effondré lorsque les États-Unis avaient annoncé, en 1971, que le lien entre la valeur du dollar et celle de l’or serait définitivement rompu. La parité et la convertibilité du dollar furent donc remplacées par un système de taux de change flottants pour les grandes monnaies.

Il faut vivre avec son temps

La version en ligne du Bulletin du FMI a été lancée en mai 2007. Elle est vite devenue l’un des moyens les plus rapides pour le FMI de diffuser ses informations et ses analyses. Elle permet en effet de couvrir les événements presque en temps réel. Et avec la crise économique mondiale, il importe plus que jamais que le FMI puisse faire connaître dans le monde entier ses propositions pour remédier aux faiblesses du système économique et relancer la croissance.

Le Bulletin du FMI en ligne, accessible plus rapidement, s’est aussi révélé plus pratique pour les lecteurs habituels de la version imprimée, qui sont de plus en plus nombreux à lui préférer la version électronique. C’est pourquoi nous avons décidé que ce numéro serait le dernier à être imprimé et que dorénavant le Bulletin paraîtrait uniquement en ligne. Nous allons aussi continuer à développer nos éditions électroniques en espagnol et en français, comme nous l’avons déjà fait pour l’édition en anglais.

Nous espérons que vous continuerez à lire le Bulletin du FMI sur notre site www.imf.org/imfsurvey. Nous vous invitons aussi à nous envoyer vos commentaires et suggestions à imfsurvey@imf.org.

Jeremy Clift

Rédacteur en chef

La mission du FMI dans le nouveau système monétaire fut également redéfinie.

Le Comité des Vingt sur la réforme du système monétaire international élabora, de 1972 à 1974, un programme de réforme (tout comme le G-20 est chargé aujourd’hui de proposer une refonte du système). Il suffit de jeter un coup d’œil sur les titres des Bulletins parus à l’époque (flambée des prix du pétrole, poussée de l’inflation, interdépendance économique et financière croissante de la planète) pour faire le parallèle avec la situation actuelle.

«Le bouleversement du système monétaire a été le leitmotiv du Bulletin pendant ses premières années d’existence: nous nous sommes proposés de faire le point deux fois par mois de la réforme du FMI dans le contexte plus large d’un monde en mutation rapide», explique Charles Gardner, premier rédacteur-en-chef du Bulletin. «Dans le monde entier, un public de plus en plus nombreux était avide d’informations régulières et fiables sur le FMI. On comptait parmi eux des décideurs nationaux, des universitaires et membres de groupes de réflexion, des acteurs du monde bancaire et de la finance, et des journalistes de la presse internationale.»

Durant ses 25 premières années, le Bulletin a été le journal du FMI, rapportant les grandes décisions de l’institution et publiant ses communiqués de presse et les allocutions de ses hauts responsables. Le Bulletin couvrait aussi les activités pertinentes d’autres organismes financiers et économiques internationaux, tels que la BRI, le GATT, l’OCDE, la CNUCED et la Banque mondiale. Tout en rendant dûment compte des travaux des économistes, il n’était pas totalement dépourvu d’humour. Dans un article de 1987 sur un discours du Directeur général de l’époque, Michel Camdessus, qui venait de prendre ses fonctions, le Bulletin rapporta que celui-ci réfutait l’idée répandue selon laquelle le FMI cherchait à imposer «une approche uniforme et mécanique en matière d’ajustement» à ses pays membres.

«Vous confesserai-je que, pendant mes quelques premières semaines au Fonds, j’ai eu beau chercher dans nos placards cette camisole de force des politiques économiques», dit M. Camdessus, «mes efforts ont été vains. Mais si je l’avais trouvée, je l’aurais supprimée».

Au fil des décennies, le Bulletin a continué d’expliquer l’action du FMI face aux grands événements de l’actualité — depuis la crise de la dette internationale des années 80 et l’effondrement de l’Union soviétique en 1991 jusqu’aux crises financières en Asie, en Russie, en Amérique latine et en Turquie des années 90 et du début des années 2000.

Le Bulletin attira également l’attention de ses lecteurs sur les infléchissements plus subtils des activités de l’institution, comme le recentrage sur la réduction de la pauvreté — d’abord avec la création de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance en 1999, puis les mesures destinées à aider les pays à faible revenu à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement.

Au milieu des années 90, deux évolutions ont amené le Bulletin à se transformer. D’abord, la volonté du FMI d’améliorer la transparence de ses opérations et politiques s’est traduite par un foisonnement d’informations et de rapports. Vers la même époque, les progrès techniques ont permis à l’institution de lancer en septembre 1996 un site web public. À l’origine, celui-ci contenait les communiqués de presse du FMI, des informations sur ses prêts, le rapport annuel et une base de données des publications de l’institution. Des pages consacrées aux pays membres y furent ajoutées en 1999.

Étant donné l’augmentation exponentielle des informations publiées sur le site, le Bulletin avait perdu, au début des années 2000, sa fonction de «journal de l’institution». Il choisit alors de dégager pour ses lecteurs les messages essentiels de la masse d’informations disponibles.

Avec l’expansion de l’internet, les lecteurs veulent accéder plus rapidement à l’information. L’édition électronique du Bulletin a donc été lancée à la mi-2007, ce qui permet de procéder à plusieurs mises à jour par semaine. Le Bulletin a désormais pour objectif d’être une véritable source d’informations pour ses lecteurs, en leur offrant sans retard une explication et une interprétation des politiques suivies par le FMI dans le contexte mondial.

L’édition électronique s’étant désormais constitué un lectorat fidèle, et les abonnements à l’édition imprimée ayant diminué, le Bulletin paraîtra uniquement sous forme électronique à compter de janvier 2009.

«La mondialisation financière de ces dernières années a fait augmenter le nombre des lecteurs du Bulletin, observe M. Gardner. Il est tout à fait légitime de mettre à profit la vitesse de communication et les économies que permet l’Internet pour servir ce plus grand public exclusivement par voie électronique».

Other Resources Citing This Publication