Article

Hamad Al Suwaidi: Les fonds souverains pourraient aider à stabiliser les marchés

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
December 2008
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Le Groupe de travail international sur les fonds souverains a publié le 11 octobre un ensemble de 24 principes volontaires (les «principes de Santiago») visant à garantir que les investissements internationaux aient lieu dans un environnement ouvert.

Le groupe a aussi lancé la réflexion sur la création d’un organisme international permanent chargé de représenter les fonds souverains. Simon Willson s’est entretenu pour le Bulletin du FMI avec le coprésident du groupe, Hamad Al Suwaidi, à l’occasion de l’Assemblée annuelle 2008 du FMI et de la Banque mondiale à Washington.

Bulletin: Maintenant que les principes de Santiago ont été publiés, quelle est la différence par rapport à la situation antérieure?

M. Al Suwaidi: En soi, la publication des principes de Santiago va permettre de mieux comprendre comment les fonds souverains fonctionnent. En outre, compte tenu de l’engagement volontaire de ces fonds et comme ils ont pris la peine de venir élaborer ce texte, je crois que les participants souscriront publiquement à ces principes.

Bulletin: Existe-t-il un mécanisme permettant au groupe de vérifier que les membres respectent les principes de Santiago?

M. Al Suwaidi: Maintenant que ces principes font l’objet d’un document public, on saura très vite s’ils sont appliqués et respectés, d’autant plus que quelques-uns d’entre eux prévoient la divulgation de certaines informations. En outre, nous réfléchissons à la création d’un organisme représentatif permanent pour les fonds souverains et, même si nous ne savons pas encore à quoi il ressemblera, il sera chargé entre autres de suivre la mise en œuvre de ces principes. Certains fonds souverains ont décidé d’avoir recours à des tiers indépendants pour confirmer le respect des principes de Santiago.

Bulletin: Certains commentateurs considèrent que les fonds souverains font office d’amortisseurs sur les marchés volatils, parce qu’ils se placent en général dans une optique à long terme. Cela signifie-t-il qu’ils pourraient contribuer à la stabilisation des marchés pendant la période de turbulences actuelle?

M. Al Suwaidi: Oui, je le pense. L’un des principes fondamentaux du fonctionnement des fonds souverains est qu’ils investissent dans une optique économique et financière fondée sur le risque et le rendement. Légalement, ils n’auront pas le droit de mener des activités non commerciales. La crise que nous traversons actuellement offre d’excellentes occasions d’investissement et, compte tenu de la perspective à long terme de ces fonds, certains ont profité de ces occasions. Grâce à cette optique à long terme, ils ont trouvé des investissements qui pourraient effectivement contribuer à la stabilité des marchés. Intrinsèquement, les fonds souverains ont tout intérêt à ce que soit préservée la stabilité des marchés financiers mondiaux.

Bulletin: Si les principes de Santiago ont été élaborés pour guider les fonds souverains, ces fonds s’attendent-ils maintenant à ce qu’un document comparable soit établi à l’intention des pays bénéficiaires?

M. Al Suwaidi: Nous savons qu’une réflexion est menée dans ce sens par l’OCDE, qui a synchronisé ses activités avec celles de notre groupe. L’OCDE et notre groupe sont les deux faces d’une même pièce. À notre sens, les principes sont de nature à renforcer la confiance entre les pays bénéficiaires et les fonds souverains et nous sommes convaincus que ces pays accueilleront favorablement les principes de Santiago. Le nouvel organisme permanent pour les fonds souverains serait le lieu de rencontre central entre les fonds et les pays bénéficiaires.

Bulletin: Votre groupe réfléchit maintenant à la création d’un groupe permanent pour les fonds souverains, qui constituerait l’organisme international permanent déjà mentionné. Cette nouvelle entité remplacerait-elle votre groupe?

M. Al Suwaidi: Notre groupe a été créé en réponse à la demande formulée par le CMFI lors des réunions du printemps 2008 que soit élaboré un ensemble de principes. Notre rôle prend donc fin avec la publication des principes de Santiago. Compte tenu de l’importance d’une meilleure compréhension entre les pays bénéficiaires et les fonds souverains et de l’engagement des fonds souverains dans ce sens, le groupe a décidé de créer un comité formateur chargé de réfléchir à la création d’un groupe permanent de fonds souverains qui pourrait se réunir pour examiner les principes et d’autres questions. Certes, nous continuerons de veiller à ce que les principes soient adaptés en effectuant, le cas échéant, les ajustements nécessaires, mais le rôle du groupe permanent sera déterminé par le comité formateur.

Lorsque son mandat aura été établi, nous nous réunirons au sein de ce qui sera alors davantage une instance d’échanges qu’un simple organe chargé de modifier au besoin les principes.

Le Groupe de travail international sur les fonds souverains a publié le 11 octobre un ensemble de 24 principes volontaires et des documents explicatifs. On trouvera le texte complet des principes de Santiago et d’autres informations relatives au Groupe de travail à l’adresse suivante: www.iwg-swf.org/pubs/gapplist.htm.

Other Resources Citing This Publication