Article

Envolée du pétrole: Réunion de Jeddah: rétablir la stabilité du marché pétrolier

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
August 2008
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Les principaux pays producteurs et consommateurs de pétrole se sont réunis à Djeddah le 22 juin à l’invitation du gouvernement saoudien pour traiter des causes de la récente flambée des cours du pétrole et ébaucher des mesures propres à stabiliser les marchés pétroliers.

Soulignant les retombées négatives de la montée et de la volatilité des cours sur l’économie mondiale, la réunion a lancé un appel urgent en faveur d’une riposte concertée pour améliorer le fonctionnement des marchés pétroliers.

Les participants ont reconnu que la stabilité des marchés passait par la mise en œuvre conjointe d’un large éventail de mesures, dont l’augmentation des investissements dans le secteur pétrolier, une répercussion plus poussée des signaux des prix sur les usagers ultimes et une amélioration des données sur les marchés pétroliers.

L’Arabie Saoudite, qui avait déjà prévu d’accroître sa production de 0,5 million de barils par jour (mbj) pendant le reste de l’année, a annoncé lors de la rencontre qu’elle était prête à l’augmenter davantage. Sa capacité de production atteindra 12,5 mbj d’ici la fin 2009 et des plans sont déjà prêts pour la porter à 15 mbj si l’évolution de la demande le justifie. L’Arabie Saoudite fournira par ailleurs une assistance de 1,5 milliard de dollars aux pays les plus pauvres pour les aider à faire face au renchérissement du pétrole et des denrées alimentaires.

Nouvel éventail de mesures

La réunion a tracé les contours d’un large éventail de mesures notamment destinées à :

  • investir davantage dans le secteur pétrolier;

  • intensifier la transparence et la réglementation des marchés financiers liés au pétrole;

  • enrichir les données sur le marché pétrolier;

  • renforcer la coopération entre compagnies pétrolières internationales et nationales et améliorer l’accès à la technologie;

  • veiller à répercuter les signaux des prix sur les usagers ultimes;

  • accroître l’aide au développement des pays pauvres les plus touchés par la flambée des cours.

Anticipations des marchés

Représentant le FMI à la réunion de Djeddah, M. John Lipsky, Premier Directeur général adjoint, a salué l’annonce faite par l’Arabie Saoudite et signalé qu’il était urgent ≪d’adopter des mesures énergiques capables d’inverser le sentiment qui prévaut sur les marchés et d’étayer leurs anticipations≫.

L’augmentation de la production annoncée par les autorités saoudiennes et leur engagement à accroître leur capacité de production sont, selon lui, autant de signaux importants à cet égard. Il a ainsi ajouté: ≪J’espère que les autres grands pays producteurs et consommateurs leur emboîteront le pas en adoptant des mesures concrètes. Il faut avant tout ajuster les politiques qui sont à l’origine des rigidités et empêchent l’offre et la demande de réagir correctement aux signaux de la montée des prix≫.

Les participants ont généralement reconnu que les fondamentaux sous-jacents de l’offre et de la demande de pétrole avaient joué un rôle essentiel dans la récente envolée des cours. La faible croissance des capacités de production et la vigueur persistante de la demande des pays émergents ont abouti à une diminution des excédents de capacité et aux tensions constatées sur le marché.

Facteurs financiers

Les points de vue ont, en revanche, continué de diverger quant au rôle de la spéculation financière et des opérations financières liées aux matières premières. Dans son intervention, M. Lipsky a signalé que les facteurs financiers avaient joué un rôle passager dans la récente montée des cours du pétrole, mais qu’il était difficile d’établir si les investissements dans les marchés financiers liés aux matières premières avaient eu un effet durable sur les cours ces dernières années.

M. Lipsky a rappelé que le FMI allait approfondir cette question conjointement avec l’Agence internationale de l’énergie, ainsi que l’ont demandé les ministres des finances du G-8 à Osaka.

Outre le renforcement du rôle des signaux des prix sur les marchés pétroliers, il a été généralement admis que l’amélioration des données sur ces marchés était un axe prioritaire. Les participants ont par ailleurs souligné qu’en plus des données mondiales sur la demande, la production et les stocks, il importait d’avoir des informations sur les capacités d’aval et d’amont, les plans d’expansion et les réserves prouvées. Ce n’est qu’à partir de ces données que les marchés pourront évaluer les tendances de production actuelles et futures.

D’ici la fin 2008, le Royaume-Uni organisera une autre conférence pour dresser un bilan des mesures adoptées.

Thomas Helbling

Département des études du FMI

Other Resources Citing This Publication