Article

Hausse des produits de base: Le FMI va analyser les causes de la flambée du pétrole

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
August 2008
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Dominique Strauss-Kahn, Directeur général du FMI, a annoncé que son organisation allait analyser les facteurs réels et financiers à l’origine du récent bond des prix du pétrole et des produits de base, leur volatilité et les conséquences sur l’économie mondiale.

M. Strauss-Kahn, qui répondait à une demande des grands pays industrialisés membres du G-8, a précisé que l’analyse chercherait à cerner le rôle éventuel de la spéculation financière dans la récente envolée des cours.

≪Nous devons examiner son ampleur et ses effets sur le marché et les marchés à terme≫, a-t-il déclaré devant la presse à l’issue des réunions des 13 et 14 juin à Osaka.

Il a ajouté qu’il n’était pas sûr que la spéculation ait joué un rôle, mais que certains ministres du G-8 souhaitaient que cette question soit examinée. Le Directeur général du FMI, par ailleurs, a déclaré qu’il prévoyait que le ralentissement de l’économie mondiale freinerait la hausse des prix du pétrole.

Ralentissement mondial

L’incidence de l’augmentation du coût des produits énergétiques et alimentaires sur la croissance mondiale a dominé les entretiens d’Osaka, auxquels M. Strauss-Kahn a participé, entre les ministres des finances des pays du G-8.

Les ministres se sont réunis en juin pour préparer le sommet du G-8 en juillet à Hokkaido, au Japon. La réunion a été assombrie par plusieurs développements: les répercussions de la crise du marché américain des crédits hypothécaires à risque, les retombées de la hausse des prix des combustibles et des produits de base sur une économie mondiale déjà en perte de vitesse et, enfin, le risque d’une accélération de l’inflation dans plusieurs pays.

M. Strauss-Kahn a déclaré qu’il s’attendait encore à un ralentissement prolongé de l’activité économique mondiale en dépit des résultats meilleurs que prévu enregistrés au premier trimestre par certains pays industrialisés, notamment les États-Unis. ≪Même si le ralentissement sera peu profond, il sera durable≫, a déclaré le Directeur général.

Rapport à l’Assemblée annuelle

Dans son communiqué, le G-8 demande au FMI et à l’Agence internationale de l’énergie (AIE) de ≪travailler ensemble, en collaboration avec les autorités nationales concernées, pour approfondir l’analyse des facteurs réels et financiers à l’origine de la récente flambée des prix du pétrole et des produits de base, de leur volatilité et des effets sur l’économie mondiale, en vue de remettre un rapport sur le sujet à la prochaine Assemblée annuelle≫ du FMI et de la Banque mondiale qui se déroulera à Washington en octobre prochain.

Par ailleurs, le G-8 a exhorté les pays producteurs de pétrole à accroître leur production afin de freiner l’envolée des prix du brut.

M. Strauss-Kahn estime que le FMI a un rôle à jouer dans les efforts déployés pour mieux mettre en évidence les interactions de l’économie mondiale à la suite du boum des produits de base. Selon lui, le consensus qui prévalait naguère sur cette question est maintenant ≪dépassé≫.

≪Il nous faut approfondir considérablement l’analyse pour mieux appréhender notre environnement économique≫, a-t-il déclaré.

Le communiqué du G-8 mentionnait d’autres questions concernant le FMI :

  • Le renforcement du système financier international. Le G-8 attend avec intérêt des progrès tangibles dans le cadre des travaux entrepris par le FMI et le Forum de stabilité financière pour améliorer les capacités d’alerte avancée du secteur financier.

  • L’amélioration de la transparence du marché pétrolier. Les ministres ont appelé de leurs vœux une plus grande transparence et une fiabilité accrue des informations de marché (s’agissant notamment des stocks de pétrole) et ont souhaité que l’initiative JODI (initiative conjointe sur les données pétrolières), à laquelle participe le FMI, suscite une plus grande participation.

  • Les fonds souverains. Le G-8 a encouragé les investisseurs à collaborer avec le FMI pour identifier et adopter des normes exigeantes dans des domaines tels que la gouvernance, la gestion du risque et la transparence.

  • Le renchérissement des prix alimentaires. Le G-8 a salué les travaux engagés par le FMI pour répondre aux besoins des pays importateurs de produits alimentaires confrontés à des problèmes de balance des paiements, notamment en réexaminant sa facilité de protection contre les chocs exogènes.

  • Les subventions aux combustibles. Le G-8 a demandé au FMI de travailler à une réforme des subventions aux combustibles fossiles et de présenter un rapport sur la question à l’Assemblée annuelle.

Other Resources Citing This Publication