Article

Nouveau prêt FRPC: Signal pour les donateurs: le FMI prête 108 millions de dollars au Togo

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
May 2008
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Le 21 avril, le Conseil d’administration du FMI a approuvé en faveur du Togo un prêt à faible taux d’intérêt d’environ 108 millions de dollars pour l’aider à reconstruire son économie. Le FMI est la première grande institution financière internationale à de nouveau accorder un prêt à ce pays d’Afrique de l’Ouest après le retrait de la plupart des bailleurs de fonds il y a plus de 10 ans.

Les élections parlementaires de l’an dernier ont ouvert la voie à la reprise de l’aide financière des principaux donateurs à ce pays de 6 millions d’habitants situé entre le Ghana et le Bénin.

Depuis 2006, le Togo a accompli des progrès considérables en matière de réformes économiques et politiques, estime Takatoshi Kato, Directeur général adjoint du FMI et Président par intérim de son Conseil.

Une meilleure position budgétaire

Avec l’appui d’un programme de référence du FMI, les autorités ont opéré d’importantes réformes de gouvernance budgétaire qui ont permis d’accroître les recettes fiscales et de mieux maîtriser les dépenses—donc d’améliorer nettement la position budgétaire et d’inverser l’accumulation d’arriérés intérieurs. Des réformes structurelles ont été engagées dans les secteurs de la banque, du coton, des phosphates et de l’énergie, a ajouté M. Kato.

Le Conseil a approuvé un accord triennal d’un montant de 66,06 millions de DTS (environ 108 millions de dollars) au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) du FMI, à l’appui du programme économique du gouvernement pour 2008–10. Un décaissement initial de 13,26 millions de DTS (environ 22 millions de dollars) sera disponible immédiatement.

Le programme économique à moyen terme des autorités, appuyé par le nouvel accord FRPC, contribuera à maintenir l’élan de réforme. Ce programme, fondé sur le document intérimaire de stratégie pour la réduction de la pauvreté, vise à relancer la croissance économique et à faire reculer la pauvreté dans un cadre macroéconomique stable.

Améliorer les perspectives

Le nouveau prêt soutiendra le programme à moyen terme du Togo

(en pourcentage du PIB, sauf indication contraire)

EstProgramme1
20062007200820092010
PIB réel (variation en pourcentage)4,12,13,04,04,0
Prix à la consommation (moyenne annuelle, variation en%)2,21,04,13,83,5
Monnaie au sens large (M2, variation en%)22,116,410,022
Total des recettes et dons18,318,719,521,222,1
Recettes16,917,017,217,517,8
Total des dépenses et prêts nets22,120,621,922,923,4
Dépenses primaires intérieures17,916,817,216,916,7
Solde global (base ordonnancements)−3,8−1,9−2,4−1,7−1,3
Solde primaire−1,10,20,00,61,1
Variation des arriérés intérieurs−0,4−0,80,0−0,4−0,7
Solde des transactions courantes−6,0−6,4−7,9−6,7−6,4
Exportations de biens et services42,342,044,445,346,2
Importations de biens et services61,862,668,069,470,2
Dette publique extérieure83,980,964,260,836,3
Sources: autorités togolaises; estimations et projections des services du FMI.

Réduire la dette publique

Il est prioritaire de ramener la dette publique du Togo à un niveau soutenable grâce à un ajustement budgétaire graduel et à un allégement de dette. Le programme FRPC aidera le Togo à obtenir un vaste allégement dans le cadre de deux initiatives soutenues par le FMI.

Le programme prévoit aussi d’accroître sensiblement les dépenses consacrées aux infrastructures, à la santé et à l’éducation en vue de promouvoir la croissance et d’améliorer les conditions de vie. De l’avis de M. Kato, il est essentiel de mener une politique macroéconomique prudente et d’établir une coordination étroite avec les partenaires régionaux et les donateurs pour faire face à des chocs extérieurs tels que la hausse récente des prix de l’alimentation et du pétrole.

Relancer la croissance économique

Selon le FMI, la réforme des entreprises publiques des secteurs du coton et des phosphates, les mesures visant à résoudre les problèmes de l’offre d’énergie, les investissements dans les transports et l’amélioration du climat des affaires contribueront à relancer et à maintenir la croissance à moyen terme.

Pour mener à bien le programme, il sera essentiel de renouer les liens avec les donateurs et les créanciers. Une forte hausse du financement concessionnel sera nécessaire pour les investissements propices à la croissance et les dépenses sociales prévues dans le programme. D’après M. Kato, il est crucial d’accroître l’assistance technique pour remettre en état les capacités institutionnelles, mises à mal par la longue crise sociopolitique et l’interruption de l’aide.

Other Resources Citing This Publication