Article

Chute du financement des sociétés des pays émergents

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
May 2008
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Les flux de capitaux à destination du secteur des entreprises ont chuté sur les marchés émergents ces derniers mois, car les risques de financement et de crédit sur les marchés matures se sont propagés à la suite de la crise financière qui sévit actuellement.

Selon le Département des marchés monétaires et de capitaux du FMI, les différentiels de taux se sont creusées sur les marchés émergents des sociétés et les émissions obligataires du marché primaire ont plongé. Les prévisions du secteur privé relatives au financement des sociétés des marchés émergents ont été révisées à la baisse: JP Morgan Chase estime le financement à 72 milliards de dollars EU pour 2008, environ la moitié du chiffre de l’année dernière.

À ce jour, les sociétés des marchés émergents n’ont émis que 7 milliards de dollars au cours du premier trimestre et les 65 milliards en attente sont menacés (voir graphique). «Cela montre très clairement que le financement des sociétés privées des marchés émergents subit le contrecoup de la crise financière», a déclaré Dominique Strauss-Kahn, Directeur général du FMI, le 10 avril, lors d’une conférence de presse. «C’est l’une des raisons pour lesquelles on ne peut pas parler de découplage, même si l’on observe un certain décalage dans la transmission du ralentissement de la croissance économique», a-t-il ajouté.

Difficultés de financement

Il est plus difficile pour les sociétés des marchés émergents d’obtenir un financement extérieur.

(émission obligataire extérieure brute du secteur privé, en milliards de dollars)

Citation: 37, 5; 10.5089/9781451976038.023.A008

Sources: base de données des prêts obligataires sur fonds propres du FMI; Bloomberg, L.P.

Note: T = trimestre.

Cette tendance est préoccupante, car la clientèle d’investisseurs spécialisés dans les sociétés des marchés émergents est moindre que la clientèle des titres souverains. Bien que certaines sociétés se financent maintenant par le biais de prêts syndiqués et de placements privés, la persistance des turbulences pourrait envenimer la situation.

Selon le Rapport sur la stabilité financière dans le monde (GFSR), la dette des sociétés se rapproche maintenant davantage du crédit des marchés matures dont la notation est similaire que d’autres types d’actifs des marchés émergents, notamment des obligations souveraines.

«Avec l’expansion des titres obligataires en tant que catégorie d’actifs sur les marchés émergents et le développement des swaps de défaut et des contrats indexés qui facilitent l’échange de ces titres, les investisseurs font de moins en moins la distinction entre la dette des marchés matures et celle des marchés émergents», constate le GFSR.

Selon le rapport, toutefois, cette évolution est certes positive pour la catégorie d’actifs, mais elle a créé un «nouveau vecteur potentiel de contagion». Les auteurs font remarquer que, si les différentiels de taux des marchés matures se creusaient davantage, le coût du financement des sociétés des pays émergents s’envolerait, ce qui exercerait des pressions sur le financement intérieur.

Other Resources Citing This Publication