Article

Le FMI prévoit un ralentissement de la croissance mondiale

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
February 2008
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Affaiblie par les turbulences financières et le ralentissement de l’économie américaine, la croissance mondiale devrait s’établir à 4,1% en 2008, contre 4,9% (estimation) en 2007. C’est ce qu’affirme le FMI dans la mise à jour trimestrielle de ses prévisions économiques.

Les tensions financières issues du marché américain du crédit hypothécaire à risque (subprime)—et les dépréciations d’actifs bancaires qui en découlent—se sont accentuées, tandis que les récents délestages massifs sur les places boursières mondiales traduisent une incertitude montante.

Risques en hausse

Tout en prévoyant une croissance mondiale de plus de 4%, le FMI estime que les remous financiers risquent de freiner encore plus la demande intérieure dans les pays avancés et craint que cela ne se répercute davantage sur les pays émergents et en développement. «La croissance dans les pays émergents fortement tributaires des flux de capitaux pourrait être particulièrement touchée, mais la grande vitalité de la demande intérieure de certains pays émergents présente un potentiel d’activité supplémentaire», lit-on dans la mise à jour des Perspectives de l’économie mondiale.

D’autres risques restent élevés. «La politique monétaire doit faire face à la redoutable tâche qui consiste à concilier les risques liés à une poussée de l’inflation et ceux d’un ralentissement de l’activité économique, encore qu’une éventuelle modération des cours du pétrole puisse apaiser les tensions inflationnistes», note le FMI.

États-Unis

Aux États-Unis, la croissance économique s’est nettement affaiblie au quatrième trimestre 2007. Les indicateurs récents y font état d’une baisse de régime dans les secteurs de l’industrie et du logement, de même que dans l’emploi et la consommation.

Selon le FMI, la croissance américaine se ralentira cette année pour s’établir à 1,5% (contre 2,2% l’an dernier), mais ce chiffre tient compte de l’acquis de croissance de 2007. Aussi, les projections en glissement annuel au quatrième trimestre donnentelles une meilleure idée du ralentissement: sur cette base, le taux de croissance serait de 0,8% en 2008, contre 2,6% en 2007.

De l’avis du FMI, la décision de la Réserve fédérale des États-Unis d’abaisser les taux interbancaires au jour le jour de 0,75 point est «appropriée et utile».

Europe occidentale

La croissance est également en repli en Europe occidentale, où les indicateurs de confiance se sont globalement détériorés. S’agissant de la zone euro, la croissance a été ramenée à 1,6% en 2008 sur une base annuelle, contre 2,6% l’an dernier. En glissement annuel, elle passe à 1,3% au quatrième trimestre 2008, contre 2,3% en 2007. Selon le Directeur du Département des études du FMI, Simon Johnson, l’inflation reste un grave sujet de préoccupation en Europe et la BCE a bien géré la liquidité.

Japon

Au Japon, la croissance a été freinée par le resserrement des normes de construction, tandis que les indicateurs de confiance des ménages et des entreprises sont en baisse. Sur une base annuelle, la croissance japonaise devrait être de 1,5% en 2008, contre 1,9% l’an dernier, même si elle devait s’améliorer quelque peu en glissement annuel pour passer de 1,2 à 1,6% au quatrième trimestre de 2008.

Pays émergents et en développement

Malgré un recul de la croissance des exportations, les pays émergents et en développement—Chine et Inde en tête—restent pour l’instant sur la voie d’une expansion vigoureuse. Ces pays bénéficient de la grande vitalité de leur demande intérieure, de politiques macroéconomiques plus disciplinées et, dans le cas des exportateurs de matières premières, de la montée des cours des produits énergétiques et alimentaires.

Dans les pays émergents et en développement, la croissance devrait également fléchir, en passant de 7,8% (base annuelle) en 2007 à 6,9% en 2008. En Chine, elle devrait passer de 11,4 à 10% et ainsi contribuer à dissiper les craintes de surchauffe. En revanche, la croissance de l’Afrique devrait passer de 6% en 2007 à 7% cette année.

Prêts subprime en souffrance depuis 60 jours ou plus

Les défauts sur les prêts à risque augmentent beaucoup plus vite que les années précédentes.

(en% de l’encours initial)

Source: FMI.

Inflation et taux d’intérêt

L’inflation globale est en hausse depuis le milieu de 2007 dans les pays avancés et dans les pays émergents. L’inflation de base a également entamé une trajectoire ascendante. Aux États-Unis, la Réserve fédérale a diminué les taux d’intérêt face aux risques grandissants de ralentissement de l’activité, alors que le statu quo prévaut dans la zone euro et au Japon. Par ailleurs, les banques centrales ont continué de resserrer la politique monétaire dans de nombreux pays émergents, où les produits alimentaires et énergétiques représentent une part plus grande de la consommation et où les risques de surchauffe inquiètent davantage.

Perspectives des marchés financiers

Dans sa dernière édition de l’Actualité des marchés financiers, le FMI écrit que la détérioration de la conjoncture économique risque d’accentuer les pressions sur les grands établissements financiers qui ont déjà subi de lourdes pertes du fait des subprimes.

Dans l’éventualité d’un ralentissement plus prononcé de l’activité aux États-Unis ou ailleurs, lit-on dans le rapport, la crise risquerait de déborder du secteur subprime, sous l’effet d’une détérioration plus générale du crédit. De fait, les taux de défaillance sur les crédits hypothécaires octroyés en 2007 aux emprunteurs les plus solvables aux États-Unis augmentent plus vite que lors des années précédentes, même si les niveaux de départ étaient faibles. Les autres formes de crédit à la consommation donnent aussi des signes de détérioration (voir graphique).

Ralentissement mondial

La croissance s’affaiblit dans la plupart des pays avancés.

(variations annuelles en pourcentage, sauf indication contraire)

2006Est.

2007
Proj.

2008
Est.

4T 2006

au

4T 2007
Proj.

4T 2007

au

4T 2008
Production mondiale5,04,94,1
Pays avancés3,02,61,82,61,5
Dont:
États-Unis2,92,21,52,60,8
Zone euro (15)2,82,61,62,31,3
Japon2,41,91,51,21,6
Autres pays avancés3,73,82,83,92,9
Pays émergents et en développement7,77,86,9
Afrique5,86,07,0
Europe centrale et orientale6,45,54,6
Communauté des États indépendants8,18,27,0
Asie, pays en développement d’9,69,68,6
Dont:
Chine11,111,410,011,29,4
Moyen-Orient5,86,05,9
Hémisphère occidental5,45,44,3
Source: FMI, Perspectives de l’économie mondiale, janvier 2008.Note: On suppose que les taux de change effectifs réels restent constants aux niveaux observés entre le 4 déc. 2007 et le 2 janv. 2008.
Source: FMI, Perspectives de l’économie mondiale, janvier 2008.Note: On suppose que les taux de change effectifs réels restent constants aux niveaux observés entre le 4 déc. 2007 et le 2 janv. 2008.

En Europe occidentale, les prémices d’un ralentissement de la croissance du crédit commencent juste à s’esquisser. Il existe un risque de dégradation de la qualité du crédit, car les activités de prêt ont été très soutenues dans plusieurs pays, et certains marchés immobiliers nationaux sont jugés surévalués.

Le crédit a par ailleurs connu une forte expansion dans certains segments du secteur des entreprises au premier semestre 2007, avec la montée des acquisitions par emprunt (LBO). Les entreprises dont la notation est faible constatent d’ores et déjà un renchérissement du crédit, bien que les rendements des obligations de premier ordre soient restés relativement stables. Enfin, le ralentissement des économies entraînera vraisemblablement un resserrement plus prononcé du crédit à mesure qu’augmentera le chômage et que la création d’emplois marquera le pas.

Les pays émergents ont jusqu’à présent bien résisté, mais ils vont être mis à l’épreuve. Si les valeurs boursières s’y sont mieux comportées que sur les marchés matures, certaines places ont accusé un net fléchissement depuis le début de l’année face à la probabilité d’un ralentissement plus marqué de l’économie américaine. «Les signes de contagion sont particulièrement manifestes dans la forte contraction des émissions obligataires privées, notamment dans certains pays émergents d’Europe où les banques dépendent fortement des financements extérieurs pour nourrir une croissance rapide du crédit intérieur», lit-on dans l’Actualité des marchés financiers. D’une manière générale, les flux de capitaux en direction des pays émergents sont restés positifs jusqu’à maintenant.

Projections en fonction de la parité de pouvoir d’achat

Les dernières prévisions du FMI reposent sur les nouvelles données de parités de pouvoir d’achat (PPA) publiées en décembre 2007 par le Programme de comparaison internationale (PCI). De ce fait, les estimations de croissance mondiale pour 2005–07 ont été revues à la baisse d’environ ½ point par an par rapport aux estimations de l’édition d’octobre 2007 des Perspectives de l’économie mondiale.

Le FMI utilise les taux de change PPA calculés par le PCI pour mesurer la taille relative des économies. Or, la révision à laquelle ce dernier vient de procéder se traduit par une réduction substantielle des taux de change PPA de certains grands pays émergents et un ajustement à la hausse des taux d’autres pays (exportateurs de pétrole notamment).

La méthode des taux de change à parité de pouvoir d’achat est une autre façon de calculer les taux de change entre pays et repose sur une comparaison des prix de biens et services similaires en vigueur dans ces pays. Le taux de change PPA est le taux auquel un montant donné de monnaie d’un pays devrait être converti pour acheter le montant d’une monnaie de référence (généralement le dollar des États-Unis) nécessaire pour acheter la même quantité de biens et de services.

Laura Wallace

Rédactrice en chef

Jeremy Clift

Rédacteur principal

Maureen Burke

Directrice de production

Elisa Diehl

Archana Kumar

James Rowe

Simon Willson

Rédacteurs

Lijun Li

Randa Elnagar

Assistantes de rédaction

Kelley McCollum

Assistante de production

Luisa Menjivar

Directrice artistique

Julio Prego

Compositeur

Michael Spilotro

Photographe

Édition française

Division française

Services linguistiques

Jean-Marie Macabrey

Traduction

Anne Rousseau

Correction et PAO

Le Bulletin du FMI (ISSN 0250-7412) est aussi publié en anglais (IMF Survey) et en espagnol (Boletín del FMI). Douze numéros paraissent chaque année. Les opinions et les informations contenues dans le Bulletin ne représentent pas nécessairement la position officielle du FMI, pas plus que les cartes publiées: les noms et les frontières figurant sur ces cartes ne peuvent être considérés comme représentant l’opinion du FMI ni sur le statut juridique des territoires concernés, ni sur la validité des frontières. Les articles du Bulletin, hormis les photos et illustrations, peuvent être reproduits à condition que la source soit citée.

Le courrier à la rédaction doit être adressé à:

Current Communications Division

Room 7-106, IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.)

Téléphone: (202) 623-8585

Courriel: imfsurvey@imf.org

Abonnement annuel: 15 dollars EU pour les entreprises et les particuliers. Demandes d’abonnement au Bulletin du FMI ou aux autres publications du FMI

IMF Publication Services, Box X2008

IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.)

Téléphone: (202) 623-7430

Télécopie: (202) 623-7201

Courriel: publications@imf.org

Expédition par courrier première classe pour le Canada, les États-Unis et le Mexique, et par avion pour les autres pays.

Other Resources Citing This Publication