Article

Résultats économiques: Chili: marge de manœuvre accrue pour répondre aux besoins sociaux

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
January 2008
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Grâce aux réformes économiques et à une politique macroéconomique prudente, le Chili a enregistré une forte croissance et une inflation faible durant les quinze dernières années. Le revenu par habitant exprimé en dollars a triplé et le taux de pauvreté a baissé de deux tiers pour tomber à 13%. La croissance s’est certes ralentie ces dernières années par rapport à la hausse effrénée du milieu des années 90, mais elle se poursuit à un rythme tendanciel de 5%.

Le rapport des services du FMI examiné en juillet par le Conseil d’administration prédisait que le taux de croissance de l’économie chilienne atteindrait près de 6% en 2007. Depuis, les perspectives ont été affaiblies par la flambée des prix mondiaux des produits alimentaires et énergétiques, qui a poussé le taux d’inflation au-delà de 6% et érodé les revenus réels. Les perspectives d’inflation à moyen terme restent toutefois ancrées aux alentours de la cible de 3% fixée par la banque centrale, tandis que les primes de risque du marché interbancaire et les écarts de rendement observés sur les obligations souveraines ont peu augmenté durant les derniers mois.

Caractérisé par une économie ouverte et un système de libre-échange, le cadre de politique macroéconomique chilien—taux de change flottant, ciblage de l’inflation et volonté d’afficher un budget excédentaire—a pour objectif d’atténuer l’instabilité causée par les chocs économiques. Ce cadre, en outre, a contribué à préserver la compétitivité de l’économie chilienne en dépit de la forte volatilité des cours du cuivre (principal produit d’exportation du pays) et a accru les moyens dont disposent les autorités pour répondre aux besoins sociaux prioritaires.

Bonne performance

La croissance du Chili a été supérieure à celle d’un grand nombre de pays d’Amérique latine.

Croissance du PIB réel (en pourcentage)

Source: FMI.

La règle de l’excédent budgétaire

Le niveau élevé des cours du cuivre a continué de doper les recettes budgétaires, mais la vulnérabilité du pays aux fluctuations des prix des produits de base demeure préoccupante. La hausse des dépenses publiques est alignée sur les recettes conformément au «principe de l’excédent budgétaire» appliqué à l’excédent structurel (excédent budgétaire corrigé des écarts de la production et des prix du cuivre par rapport à leur niveau d’équilibre à long terme). Ce principe, que le Chili a adopté en 2000 pour mettre son économie à l’abri de la volatilité des cours du cuivre, a contribué à la fois à stabiliser le taux de change flottant et à le maintenir à un niveau globalement conforme aux données fondamentales de l’économie.

L’excédent budgétaire nominal a sans doute largement dépassé 7% du PIB en 2007 grâce à la vigueur de l’impôt sur les sociétés et au redressement des recettes de TVA. La valeur des avoirs financiers publics investis est supérieure à 10% du PIB et l’État affiche un solde créditeur net. Grâce à cette bonne santé financière, le Chili a ramené son objectif d’excédent budgétaire de 1% à ½% du PIB à partir de 2008.

Le principal défi budgétaire du pays consiste à garantir la qualité des dépenses publiques, ce qui exige, d’une part, de mesurer soigneusement le coût et les avantages des nouveaux projets, d’autre part d’améliorer l’efficience et la transparence des dépenses.

La bonne santé du système bancaire et la solidité du bilan des entreprises ont permis aux marchés financiers chiliens de bien résister aux remous des marchés mondiaux. S’il est vrai que les améliorations apportées au système de réglementation et de contrôle bancaires après la crise financière des années 80 ont contribué à renforcer le secteur financier, la réforme des marchés de capitaux mise en œuvre ces dernières années a elle aussi joué un rôle. Plus récemment, les autorités ont cherché à mieux intégrer le secteur financier aux marchés mondiaux des capitaux, par le biais notamment de la promulgation d’une loi en mai 2007.

De vastes réformes structurelles

Les pouvoirs publics ont établi un vaste programme de réformes structurelles. Outre la réforme des marchés des capitaux, ils ont proposé une importante refonte du système des retraites. L’objectif est de relever les prestations, d’élargir la portée du système, d’accroître le rendement de l’épargne et d’encourager la participation au marché du travail officiel. Le projet comprend un régime universel de retraites publiques et cherche à accroître la participation des groupes à faible revenu et des personnes travaillant pour leur propre compte.

Durant une conférence de presse organisée le 26 septembre, deux hauts responsables du FMI ont déclaré que l’évolution récente de l’économie mondiale ne devrait pas avoir d’effets marquants sur celle du Chili. Ils ont reconnu toutefois que les risques entourant les perspectives économiques chiliennes «penchaient maintenant plutôt du côté d’une dégradation de la situation en raison des incertitudes pesant sur le système financier mondial, les perspectives économiques américaines et le goût des investisseurs pour le risque, notamment sur les marchés émergents».

Other Resources Citing This Publication