Article

Forum: L’opinion publique et la politique économique

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
January 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

L’opinion publique et la politique économique

L’opinion publique influe sur les hommes politiques, et donc sur les décisions gouvernementales. Mais qu’est-ce qui, en matière d’économie, influe sur l’opinion publique? Et comment le public forme-t-il son opinion en la matière? Ces questions ont piqué la curiosité d’Alan S. Blinder et Alan B. Krueger (université de Princeton), qui ont sondé l’opinion américaine. Les résultats de leurs travaux, présentés au colloque de l’American Enterprise Institute (AEI) en décembre, réfutent l’idée reçue selon laquelle les gens ne connaissent pas grand-chose à l’économie.

En fait, MM. Blinder et Krueger se sont aperçus que le grand public est bien informé et désireux d’étendre ses connaissances en matière d’économie (74 % des personnes interrogées). L’intérêt porté à ces questions tient principalement à la situation financière personnelle des gens et à leur désir de se comporter en citoyens responsables.

Le poids de l’idéologie

Quant à ce qui façonne l’opinion publique en matière d’économie, il apparaît que les convictions idéologiques comptent davantage que l’intérêt personnel, la connaissance des questions économiques et l’éducation. MM. Blinder et Krueger ont avancé l’idée que les gens ne comprennent peut-être pas ce qui est dans leur intérêt personnel, ou que peut-être ils placent l’intérêt général au-dessus de l’intérêt particulier au sens étroit.

Le débat s’est orienté sur ce qu’est au juste l’idéologie et sur ses origines. Blinder a cité diverses études de science politique qui suggèrent que les convictions idéologiques sont pour une large part héréditaires. Steve Liesman (de la chaîne de télévision par câble CNBC) s’est demandé si les étiquettes «libéral» ou «conservateur» ont même encore un sens, et, de l’avis de certains, il n’est pas sûr que les gens comprennent vraiment quelles sont les mesures économiques qui jouent à leur avantage.

Le pouvoir de la télévision

Sur le plan économique, le sondage montre, sans surprise, que la principale source d’information est la télévision par câble (46 % des répondants), la presse écrite locale étant loin derrière (18 %) et les économistes encore plus éclipsés (1 %). Cependant, les gens qui tiraient leur information de la télévision dominaient beaucoup moins bien le sujet que les lecteurs de revues et journaux spécialisés.

Il semble aussi y avoir un certain manque de concordance entre le vif désir d’information économique et les préférences exprimées par le public des autres médias. M. Liesman a expliqué que, d’après son expérience personnelle, les téléspectateurs ne sont guère friands de nouvelles économiques, ce dont les responsables de la programmation sont parfaitement conscients: «la CNBC diffuse des nouvelles économiques comme il se doit, et pas plus». Par ailleurs, le public est nettement plus demandeur d’information financière que d’analyse de la politique économique, ce qui fait que les producteurs de télévision préfèrent présenter des informations utiles aux opérateurs boursiers, par exemple.

Le médium influe aussi sur le message. Douglas Holtz-Eakin (Congressional Budget Office) a noté que «la télévision repose sur l’émotion. L’économie consiste à extraire l’émotion.» Toutefois, si la préférence du public va à la télévision, il faut, selon Jeffrey H. Birnbaum (The Washington Post), que les médias se montrent plus capables de donner un visage humain aux concepts économiques.

Les médias seront peut-être surpris d’apprendre que leur public souhaite plus d’information économique, a déclaré M. Liesman, mais il est grand temps qu’ils réfléchissent à la manière de mieux éduquer l’opinion. Les médias ne doivent, selon lui, pas hésiter à traiter de questions complexes. Même si, au bout du compte, les gens ont les idées embrouillées, c’est quand même un pas dans la bonne direction.

Sabina Bhatia et Claire Lazarus FMI, Département des relations extérieures

Pour en savoir plus, se reporter à l’étude d’Alan S. Blinder et Alan B. Krueger: «What Does the Public Know About Economic Policy, and How Does It Know It?», Brookings Papers on Economic Activity 1:2004, pages 327–87.

Laura Wallace

Rédactrice en chef

Sheila Meehan

Rédactrice principale

Christine Ebrahim-zadeh

Directrice de production

Camilla Andersen

Elisa Diehl

Ina Kota

Rédactrices

Maureen Burke

Lijun Li

Kelley McCollum

Assistantes de rédaction

Julio Prego

Graphiste

Graham Hacche

Conseiller principal

Édition française

Division française

Services linguistiques

Hervé Bloch

Yannick Chevalier-Delanoue

Traduction

V. Andrianifahanana

Correction & PAO

Le Bulletin du FMI (ISSN 0250-7412) est aussi publié en anglais (IMF Survey) et en espagnol (Boletín del FMI). Aux 22 numéros qui paraissent chaque année s’ajoute un supplément annuel (L’ABC du FMI). Les opinions et les informations contenues dans le Bulletin ne représentent pas nécessairement la position officielle du FMI, pas plus que les cartes publiées, qui sont extraites de l’Atlas mondial du National Geographic (6e édition). Les articles du Bulletin, hormis les photos et illustrations, peuvent être reproduits à condition que la source soit citée. Le courrier à la rédaction doit être adressé à Current Publications Division, Room 7-106, IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.). Téléphone: (202) 623-8585; e-mail: imfsurvey@imf.org.

Abonnement annuel: 120 dollars EU pour les entreprises et les particuliers. Demandes d’abonnement au Bulletin du FMI ou aux autres publications du FMI:

Publication Services, Box X2006, IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.). Téléphone: (202) 623-7430; fax: (202) 623-7201; e-mail: publications@imf.org.

Expédition par courrier première classe pour le Canada, les États-Unis et le Mexique, et par avion pour les autres pays.

Other Resources Citing This Publication