Article

Forum: Retour sur les crises du passé

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
June 2007
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Le récent Forum du livre du FMI, tenu le 10 mai, a attiré d’éminents experts du secteur financier. Au menu des discussions: les enseignements tirés des crises de la dette souveraine de la dernière décennie; le profil éventuel des crises futures; et le rôle du FMI dans la prévention des crises sur les marchés émergents.

À cette occasion, Jeromin Zettelmeyer (FMI) a résumé son livre, intitulé Debt Defaults and Lessons from a Decade of Crises, écrit en collaboration avec Federico Sturzenegger de Harvard. L’ouvrage retrace en détail les sept crises qui ont éclaté depuis 1998 — en Russie, en Ukraine, au Pakistan, en Équateur, en Argentine, en Moldavie et en Uruguay — et décrit brièvement la crise de la République Dominicaine. Les questions reviennent à chaque fois: comment les crises se sont-elles développées? Quels en ont été les coûts pour les pays? Quelle dette a été restructurée et à quelles conditions?

Évaluer les crises

Ce que l’on peut retenir, c’est que les pays ont payé ces crises très cher: leur productivité s’est effondrée et leur tissu économique s’est déchiré. Souvent ces crises ont été «doubles» ou même «triples», affectant la monnaie, la dette et le système bancaire; les pays se sont remis assez rapidement une fois que la dette a été restructurée. Ces restructurations ont été raisonnablement rapides et ont été largement suivies dans presque tous les cas. On a estimé que l’ampleur des pertes des investisseurs — c’est-à-dire la décote — variait de zéro jusqu’à 75 % dans certaines des crises. Ces décotes mises à part, les investisseurs ont connu des rendements bien supérieurs à la moyenne historique sur les marchés émergents depuis 1990.

Le livre montre que, contrairement aux attentes, la préférence accordée aux obligations plutôt qu’aux crédits syndiqués (les investisseurs sont de plus en plus les créanciers et leurs relations d’affaires avec les pays sont généralement moins durables) n’a pas ralenti la restructuration de la dette, et elle n’a pas non plus réduit les taux de participation ni contraint les pays à procéder à une nouvelle restructuration. De même, au cours des récentes années, un certain nombre de pays ont restructuré leur dette sans encourir d’arriérés, ce qui est bon signe pour la prévention de crises plus profondes.

Le livre ébauche une «boîte à outils» complète pour analyser les problèmes de la dette; il examine les principaux indicateurs de solvabilité et de liquidité et montre comment décomposer la dynamique de la dette et en analyser la viabilité, comment estimer les valeurs de recouvrement et évaluer l’impact financier de la cessation de paiement.

Lors d’une table ronde, les experts de la Brookings Institution, du Peterson Institute for International Economics, du secteur privé et de l’Institute for International Finance ont acclamé le livre, qui, selon eux, constitue un travail de référence essentiel pour comprendre les crises des années 90. William R. Cline (Peterson Institute) a également salué l’ouvrage, mais a ajouté qu’il aurait souhaité que celui-ci «note les pays sur la manière dont ils ont fait face aux crises» et indique franchement que certains pays «les ont très mal gérées».

Le Premier Directeur général adjoint du FMI, John Lipsky, a qualifié le livre de «compendium très utile» de l’expérience des crises de la dette souveraine de la décennie passée. Il a mis en évidence «l’analyse fouillée» des réalisations des autorités nationales et de la manière dont le travail sur l’architecture financière internationale a contribué à la sécurité du système financier mondial. Toutefois, il a signalé que beaucoup reste à faire. MM. Sturzenegger et Zettelmeyer ont passé en revue des propositions plus récentes en matière de prévention et de résolution des crises. Ils ont avancé la notion de «préparation à la crise», qui consiste en partie à utiliser des «cloisons étanches» — des politiques qui empêchent une crise survenue dans un secteur de se propager dans un autre. Selon Brad Setser (Roubini Global Economics), l’un des participants au Forum, l’idée de préparation à la crise est prometteuse.

Glenn Gottselig FMI, Département des relations extérieures

Laura Wallace

Rédactrice en chef

Jeremy Clift

Rédacteur principal

Elisa Diehl

Directrice de production

Camilla Andersen

James Rowe

Simon Willson

Ina Kota

Rédacteurs

Lijun Li

Assistante de rédaction

Kelley McCollum

Assistante de production

Julio Prego

Infographiste

Jorge Salazar

Graphiste

Édition française

Division française

Services linguistiques

Alfred Detchou

Traduction

Anne Rousseau

Correction & PAO

Le Bulletin du FMI (ISSN 0250-7412) est aussi publié en anglais (IMF Survey) et en espagnol (Boletín del FMI).

Aux 22 numéros qui paraissent chaque année s’ajoute un supplément annuel (L’ABC du FMI). Les opinions et les informations contenues dans le Bulletin ne représentent pas nécessairement la position officielle du FMI, pas plus que les cartes publiées, qui sont extraites de l’Atlas mondial du National Geographic (6e édition). Les articles du Bulletin, hormis les photos et illustrations, peuvent être reproduits à condition que la source soit citée. Le courrier à la rédaction doit être adressé à Current Publications Division, Room 7-106, IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.). Téléphone: (202) 623-8585; e-mail: Imfsurvey@imf.org.

Abonnement annuel: 120 dollars EU pour les entreprises et les particuliers. Demandes d’abonnement au Bulletin du FMI ou aux autres publications du FMI: Publication Services, Box X2007, IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.).

Téléphone: (202) 623-7430; fax: (202) 623-7201; e-mail: publications@imf.org.

Expédition par courrier première classe pour le Canada, les États-Unis et le Mexique, et par avion pour les autres pays.

Other Resources Citing This Publication