Article

Forum: Le lien entre le commerce, l’aide et la croissance

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
January 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

S’il est désormais largement reconnu qu’une intégration accrue aux marchés mondiaux peut stimuler la croissance économique et la réduction de la pauvreté, il n’empêche que des questions persistantes demeurent. Par exemple, pourquoi les chercheurs ont-ils du mal à prouver, à partir de données empiriques, que l’intégration commerciale et l’aide favorisent nettement la croissance dans les pays à faible revenu? Les liens sous-jacents entre le commerce, l’aide et la croissance ont fait l’objet d’une conférence organisée le 9 janvier par la Division du commerce et de l’investissement du Département des études du FMI.

Dans une étude conjointe, Arvind Subramanian et Raghuram Rajan ont examiné la question de savoir pourquoi il est si difficile d’établir une solide corrélation positive entre l’aide et la croissance, et de démontrer que la politique économique peut accroître la probabilité pour un pays de bénéficier pleinement des avantages de l’aide. Ils ont constaté que l’aide a un impact systématiquement négatif sur la compétitivité internationale d’un pays, comme en témoignent l’atonie de la croissance relative des branches à forte intensité de main-d’œuvre axées sur l’exportation et la faiblesse de la croissance du secteur manufacturier en général. Ils ont aussi noté que l’appréciation du taux de change réel attribuable à l’aide est le vecteur de cet impact.

S’agissant du commerce, Caroline Freund (Banque mondiale) et Bineswaree Bolaky (université du Maryland) ont étudié l’impact parfois discret de la libéralisation des échanges sur la croissance. À leur avis, cela tient à une réglementation excessive qui peut empêcher le transfert des ressources vers les secteurs les plus productifs. À partir des données de la Banque mondiale sur la régulation du travail et de l’entrée sur le marché, les auteurs ont constaté que le commerce ne favorise pas la croissance dans les économies trop réglementées.

Une autre raison pour laquelle les chercheurs ont du mal à prouver empiriquement l’impact du commerce sur la croissance réside dans la difficulté de trouver de bons indicateurs de politique commerciale et de restriction des échanges, ce qui complique les analyses comparatives portant sur plusieurs pays ou périodes.

Stephen Tokarick s’est penché sur une nouvelle mesure de restriction des échanges: l’indice Anderson-Neary, qui a récemment fait gloser les universitaires et les décideurs. L’atout majeur de cet indice est qu’il repose sur une théorie solide et peut être appliqué concrètement.

Que vaut au juste l’indice Anderson-Neary? Selon M. Toka-rick, il est sensible à la structure économique sous-jacente d’un pays. Il permet par exemple d’établir que, pour deux pays ayant la même politique commerciale (représentée par les taux tarifaires), la valeur de l’indice peut varier considérablement.

Kalpana Kochhar (FMI) a souligné que la conférence avait pour but de mieux faire comprendre la difficulté manifeste de tirer pleinement parti de l’intégration économique grâce au commerce et à l’aide. À son avis, la difficulté de démontrer, données empiriques à l’appui, les retombées positives du commerce et de l’aide tient en partie au fait que, en plus du commerce et de l’aide, de nombreux facteurs influent sur la croissance. Par exemple, la capacité et la qualité des institutions peuvent déterminer le degré auquel une économie bénéficie du commerce. En outre, les politiques structurelles et macroéconomiques peuvent appuyer à des degrés divers les efforts de libéralisation de l’économie ainsi que l’absorption et l’utilisation effectives des flux d’aide.

Mary Amiti

FMI, Département des études

Les documents de la conférence sont disponibles sur le site Internet (www.imf.org/external/np/exr/seminars/index.htm).

Laura Wallace

Rédactrice en chef

Sheila Meehan

Rédactrice principale

Christine Ebrahim-zadeh

Directrice de production

Camilla Andersen

Elisa Diehl

Ina Kota

Rédactrices

Maureen Burke

Lijun Li

Kelley McCollum

Assistantes de rédaction

Julio Prego

Graphiste

Graham Hacche

Conseiller principal

Édition française

Division française

Services linguistiques

Alfred Detchou

Traduction

V. Andrianifahanana

Correction & PAO

Le Bulletin du FMI (ISSN 0250-7412) est aussi publié en anglais (IMF Survey) et en espagnol (Boletín del FMI). Aux 22 numéros qui paraissent chaque année s’ajoute un supplément annuel (L’ABC du FMI). Les opinions et les informations contenues dans le Bulletin ne représentent pas nécessairement la position officielle du FMI, pas plus que les cartes publiées, qui sont extraites de l’Atlas mondial du National Geographic (6e édition). Les articles du Bulletin, hormis les photos et illustrations, peuvent être reproduits à condition que la source soit citée. Le courrier à la rédaction doit être adressé à Current Publications Division, Room 7-106, IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.). Téléphone: (202) 623-8585; e-mail: imfsurvey@imf.org.

Abonnement annuel: 120 dollars EU pour les entreprises et les particuliers. Demandes d’abonnement au Bulletin du FMI ou aux autres publications du FMI: Publication Services, Box X2006, IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.). Téléphone: (202) 623-7430; fax: (202) 623-7201; e-mail: publications@imf.org. Expédition par courrier première classe pour le Canada, les États-Unis et le Mexique, et par avion pour les autres pays.

Other Resources Citing This Publication