Journal Issue
Share
Article

Forum

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
March 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Du bon usage du sucroît d’aide

Au cours des dix prochaines années, les pays d’Afrique seront les principaux bénéficiaires du supplément d’assistance des donateurs, ce qui devrait améliorer leurs chances de réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement. Pour les aider à évaluer l’impact macroéconomique de cette assistance et à relever les défis connexes, le Département Afrique du FMI a publié un manuel intitulé Macroeconomic Challenges of Scaling Up Aid to Africa: A Checklist for Practitioners.

Ce manuel est destiné aux décideurs, aux économistes travaillant en Afrique et aux services des institutions financières internationales et des organismes d’aide participant à la formulation de stratégies à moyen terme pour les pays africains, notamment dans le cadre des documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté. Il énonce cinq directives pour la conception de scénarios d’assistance accrue afin d’aider les pays à cerner les enjeux économiques d’une bonne utilisation des flux additionnels.

  • Maximiser la capacité d’absorption de l’aide. Les pays peuvent atténuer le syndrome hollandais (phénomène observé quand la hausse de la demande intérieure fait grimper les prix des biens non échangeables par rapport à ceux des biens échangeables et détourne les ressources productives des secteurs d’exportation), en consacrant une forte proportion des dépenses publiques supplémentaires aux importations, en privilégiant les infrastructures et en libéralisant les échanges. L’on ignore la gravité du risque de syndrome hollandais pour l’Afrique. L’expérience est mitigée: dans certains pays, on a associé l’afflux d’aide à une dépréciation du taux de change réel.
  • Stimuler la croissance à court et à moyen terme. L’aide n’est pas entièrement consacrée à des activités stimulant la croissance (aide humanitaire et secours d’urgence, par exemple), mais l’aide axée sur les infrastructures (routes, irrigation, ports et électricité) favorise la croissance à court et à moyen terme. Il incombe aux autorités de prendre des mesures pour absorber efficacement les concours additionnels et de surveiller les tensions émergentes de l’offre dans divers secteurs.
  • Promouvoir la bonne gouvernance et réduire la corruption. Le renforcement des instances de gestion et d’audit des dépenses publiques et la lutte contre la corruption rehausseront probablement l’efficacité de l’aide en permettant que des ressources accrues soient utilisées à des fin productives.
  • Préparer une stratégie de sortie. Les autorités doivent prévoir l’éventualité (ou le moment) où l’aide retombe au niveau normal, voire en deçà. Il peut être difficile de réduire les dépenses financées par le supplément d’aide, ce qui renforce l’incitation à accroître le financement intérieur du déficit. Les scénarios d’aide accrue doivent comprendre une stratégie à suivre le cas échéant.
  • Réévaluer régulièrement le dosage des politiques. Les scénarios d’aide accrue ne sont pas des prévisions. Leur précision dépend à la fois du volume des concours et de l’exécution de mesures permettant aux pays d’absorber ces concours sans effets déstabilisateurs tels qu’une hausse de l’inflation, une perte de compétitivité ou un endettement insoutenable. Les pays et les donateurs doivent évaluer régulièrement les scénarios afin d’actualiser leur vision d’avenir.

Rédigé par Sanjeev Gupta, Robert Powell et Yongzheng Yang, le manuel sera distribué au séminaire sur les «Sources de la croissance», organisé en Guinée équatoriale le 14 mars, et à la table ronde sur l’initiative d’allégement de la dette multilatérale et le rôle du FMI dans les pays à faible revenu, prévue les 16 et 17 mars à Lusaka (Zambie). Le Directeur général du FMI, Rodrigo de Rato, participera aux deux événements.

Des exemplaires de l’étude intitulée Macroeconomic Challenges of Scaling Up Aid to Africa: A Checklist for Practitioners, de Sanjeev Gupta, Robert Powell et Yongzheng Yang, sont disponibles au prix de 25 dollars auprès du Service des publications du FMI. Pour commander, voir instructions ci-contre. Le texte intégral peut aussi être consulté sur le site Internet du FMI (www.imf.org).

Laura Wallace

Rédactrice en chef

Sheila Meehan

Rédactrice principale

Christine Ebrahim-zadeh

Directrice de production

Camilla Andersen

Elisa Diehl

Ina Kota

Rédactrices

Maureen Burke

Lijun Li

Assistantes principales de rédaction

Kelley McCollum

Assistante de production en chef

Julio Prego

Graphiste

Graham Hacche

Conseiller principal

Édition française

Division française

Services linguistiques

Alfred Detchou

Traduction

Annette Berthail-Costa

Correction & PAO

Le Bulle In du FMI (ISSN 0250-7412) est aussi publié en anglais (IMF Survey) et en espagnol (Boletín del FMI). Aux 22 numéros qui paraissent chaque année s’ajoute un supplément annuel (L’ABC du FMI). Les opinions et les informations contenues dans le Bulle tn ne représentent pas nécessaire ment la position officielle du FMI, pas plus que les cartes publiées, qui sont extraites de l’Atlas mondial du Na to nal Geographic (6e édition). Les articles du Bulle tn, hormis les photos et illustrations, peuvent être reproduits à condition que la source soit citée. Le courrier à la rédaction doit être adressé à Current Publications Division, Room 7-106, IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.). Téléphone: (202) 623-8585; e-mail: imfsurvey@mf.org.

Abonnement annuel: 120 dollars EU pour les entreprises et les particuliers. Demandes d’abonnement au Bulle tn du FMI ou aux autres publications du FMI: Publication Services, Box X2006, IMF, Washington, DC 20431 (U.S.A.). Téléphone: (202) 623-7430; fax: (202) 623-7201; e-mail: publications@imf.org. Expédition par courrier première classe pour le Canada, les États-Unis et le Mexique, et par avion pour les autres pays.

Other Resources Citing This Publication