Journal Issue
Share
Article

Livres

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
November 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Chine et Inde: les leçons des expériences croisées

Le dynamisme des économies de la Chine et de l’Inde, deux des pays émergents affichant une croissance record et deux des trois puissances économiques d’Asie, a une incidence profonde sur l’économie mondiale, notamment à travers leur impact sur le commerce mondial, leur demande d’énergie et d’autres produits, et leur forte accumulation de réserves de change. Que nous réserve l’avenir? Comment les deux pays peuvent-ils continuer à croître et à se développer de façon durable? Quelles leçons peuvent-ils tirer mutuellement de leur expérience? Un nouveau livre du FMI intitulé China and India: Learning from Each Other tente de répondre à ces questions.

Une perspective pratique

Les auteurs du livre—décideurs et praticiens—insufflent une bonne dose de pragmatisme et de pertinence économique dans les données analysées. Rakesh Mohan, Vice-Gouverneur de la Banque de réserve de l’Inde, démontre que les forces de la mondialisation peuvent compliquer les problèmes auxquels les autorités monétaires sont confrontées dans des pays émergents comme la Chine et l’Inde, et Zhou Xiaochuan, Gouverneur de la Banque populaire de Chine, compare la croissance du secteur des services, y compris les services financiers, dans les deux pays et mesure l’importance (et les difficultés) du développement de ce secteur en Chine.

Le livre examine en particulier les réformes nécessaires pour un développement durable.

Réforme du secteur bancaire. Selon Nachiket Mor, R. Chandrasekhar et Diviya Wahi, plusieurs aspects du secteur bancaire indien se sont améliorés, mais d’autres réformes sont nécessaires pour renforcer l’infrastructure des services financiers, réduire le coût d’intermédiation et élargir l’accès aux services financiers, surtout en milieu rural. Nicholas Hope et Fred Hu énumèrent les priorités de la réforme bancaire en Chine et évaluent le rôle que pourraient jouer les investisseurs stratégiques étrangers dans ce processus. Luo Ping compare l’efficacité des structures réglementaires et des processus de réforme dans les deux pays et suggère que l’expérience indienne pourrait offrir des enseignements utiles pour les autorités chinoises.

Développement des marchés de titres. Dans deux études distinctes, G.N. Bajpai et Narendra Jadhav analysent l’évolution des marchés du capital, de la dette des entreprises et des titres publics en Inde et relèvent la contribution des réformes économiques à ce processus. En examinant le secteur des valeurs mobilières en Chine, Xinghai Fang, Ti Liu et Donghui Shi affirment que son ouverture à la concurrence interne et externe pourrait contribuer de façon cruciale à en accroître l’efficacité.

Développement financier intérieur et intégration financière internationale. Pour Suman Bery et Kanhaiya Singh, l’intégration financière internationale présente des risques, mais sa capacité de stimuler l’essor du secteur financier et de renforcer la discipline macroéconomique en Inde compense largement ces risques. De plus, même si la libéralisation du compte de capital peut jouer un rôle important dans le développement en Chine, Eswar Prasad, Thomas Rumbaugh et Qing Wang affirment qu’une libéralisation plus poussée avant l’assouplissement du taux de change peut poser des risques.

Politique macroéconomique et croissance durable. Steven Dunaway et Annalisa Fedelino notent que la politique budgétaire chinoise, marquée par un déficit et une dette faibles par rapport au PIB, a été prudente ces dernières années. Elle a été judicieusement axée sur un rééquilibrage budgétaire à moyen terme afin d’avoir la latitude nécessaire pour financer les engagements éventuels (y compris dans le système bancaire d’État) et les besoins croissants de dépenses liées au vieillissement de la population. Pour sa part, Arvinder Singh examine les causes et les conséquences de la mobilité de la main-d’œuvre en Chine et en Inde.

Portée de la coopération économique

Enfin, Arvind Virmani fait état d’un énorme potentiel commercial entre la Chine et l’Inde et examine les principaux obstacles à la réalisation de ce potentiel. Nalin Surie compare les modèles de développement suivis par les deux pays et tire des leçons importantes de l’expérience de chacun. À son avis, les deux géants sont confrontés à des défis socioéconomiques similaires, de sorte qu’une coopération efficace entre eux pourrait avoir des avantages plus importants pour la région Asie-Pacifique et pour l’économie mondiale.

Jahangir Aziz, Steven Dunaway et Eswar Prasad FMI, Département Asie et Pacifique et Département des études

Des exemplaires du rapport China and India: Learning from Each Other, publié sous la direction de Jahangir Aziz, Steven Dunaway et Eswar Prasad, sont disponibles au prix de 35 dollars auprès du Service des publication du FMI. Pour commander, voir page 324.

Other Resources Citing This Publication