Journal Issue
Share
Article

Panorama

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
November 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Indonésie: remboursement anticipé des obligations envers le FMI

La reprise économique vigoureuse de l’Indonésie lui a permis de rembourser avec quatre ans d’avance les 3,2 milliards de dollars restants sur les 11,1 milliards de dollars empruntés au FMI au lendemain de la crise financière asiatique à la fin des années 90.

Dans une déclaration, John Lipsky, Premier Directeur général adjoint du FMI, a affirmé que cette capacité de rembourser avant l’échéance «reflète la vigueur du redressement économique de l’Indonésie et de sa balance des paiements». Il a salué les progrès économiques du pays au cours des dernières années.

L’Indonésie (225 millions d’habitants) est le dernier des trois pays les plus touchés par la crise asiatique—la Corée et la Thaïlande étant les deux autres—à rembourser les prêts contractés à l’appui de leurs économies. Fin 2003, la Corée et la Thaïlande avaient apuré leurs obligations. L’Indonésie était censée effectuer son dernier paiement à la fin de 2010. Elle a payé 3,7 milliards de dollars environ en juillet dernier.

Dans le dernier bilan de l’économie indonésienne en juillet, les administrateurs du FMI ont mis en évidence «les réalisations considérables depuis la crise» et déclaré que le pays «a continué à accomplir des progrès économiques soutenus» malgré le grave impact des récents séismes et tsunamis. En particulier, les administrateurs ont noté le rétablissement du PIB réel à un niveau antérieur à la crise, une tendance à la baisse de la dette publique et une amélioration de la solvabilité du pays.

L’Arabie Saoudite maintient le cap sur la croissance intérieure et la stabilité du marché pétrolier

L’Arabie Saoudite réussit à maintenir l’inflation à un niveau très faible malgré de gros excédents attribuables au renchérissement du pétrole. Selon les projections, l’excédent extérieur courant devrait atteindre 31,3 % du PIB en 2006 et celui de l’administration centrale 17,2 % du PIB. Une partie de l’excédent budgétaire servira à amortir la dette de l’administration centrale, qui devrait baisser à 17 % du PIB. Les perspectives de croissance pour 2006, sont très favorables grâce à la progression soutenue de la demande pétrolière mondiale, signale le FMI dans son bilan économique annuel.

L’application systématique des réformes structurelles a amélioré le climat d’investissement et préparé le terrain pour l’accession de l’Arabie Saoudite à l’Organisation mondiale du commerce en 2005. Les privatisations avancent, et de nombreux mégaprojets du secteur non pétrolier sont réalisés dans le cadre de partenariats publics–privés.

Les administrateurs du FMI encouragent les autorités à soutenir le rythme des réformes structurelles et l’essor des secteurs non pétroliers afin de multiplier les possibilités d’emploi pour la main-d’œuvre en hausse. Il s’agit d’utiliser efficacement les recettes pétrolières pour doper la croissance du secteur privé et accroître les dépenses dans les domaines où les retombées sociales et privées sont considérables.

Les administrateurs félicitent les autorités d’avoir contribué à stabiliser le marché pétrolier en relevant la production pétrolière et en exécutant un ambitieux programme d’investissement visant à relever la production et la capacité de raffinage. Ils encouragent les initiatives nationales de promotion de la croissance, qui permettent d’atténuer les déséquilibres mondiaux des transactions courantes. En outre, ils saluent l’intention d’accroître les ressources consacrées aux priorités dans les secteurs sociaux et les infrastructures, tout en soulignant l’importance de les utiliser à bon escient. En recourant aux revenus pétroliers pour accroître les dépenses et à l’excédent budgétaire pour réduire la dette publique, les autorités rehausseront la confiance du secteur privé.

Arabie SaouditePrél.

2004
Est.

2005
Proj.

2006
Proj.

2007
(variation en pourcentage)
PIB réel5,36,64,76,5
PIB réel pétrolier6,75,9−1,64,2
PIB réel non pétrolier4,66,86,87,6
Prix à la consommation (fin de période)0,40,71,01,0
(milliards de dollars)
Soldes courants52,090,898,182,1
Réserves officielles brutes87,9153,2166,8188,1
Sources: autorités saoudiennes; estimations et projections des services du FMI.
Sources: autorités saoudiennes; estimations et projections des services du FMI.

Les administrateurs félicitent les autorités de leurs bonnes politiques concernant le secteur financier et encouragent à approfondir le marché des capitaux. Ils saluent la décision des autorités de participer au Système général de diffusion des données du FMI et les encouragent à combler les lacunes statistiques, avec l’assistance technique de l’institution.

Pour plus de renseignements, voir la note d’information au public no 06/108 (Arabie Saoudite) sur le site Internet du FMI (www.imf.org).

Other Resources Citing This Publication