Journal Issue
Share
Finance & Development, September 2014
Article

La génération montante: 25 économistes de moins de 45 ans qui façonnent notre vision de l’économie mondiale

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
September 2014
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Nous avons demandé à nos lecteurs et à divers économistes internationaux et éditeurs de revues spécialisées de nous dire quels sont les économistes âgés de moins de 45 ans qui exerceront, au cours des prochaines décennies, le plus d’influence sur notre compréhension de l’économie mondiale. Carmen Rollins, attachée de recherche de F&D, a glané à diverses sources les informations requises pour établir cette liste — qui ne se veut pas exhaustive — des économistes à suivre.

Nicholas Bloom, 41 ans, Britannique, Stanford, se sert de la recherche quantitative pour mesurer et expliquer les pratiques de gestion des entreprises et des pays. Il étudie aussi les causes et les conséquences de l’incertitude, ainsi que l’innovation et la technologie de l’information.

Raj Chetty, 35 ans, Indien et Américain, Harvard, a décroché son Ph.D. à 23 ans. Il combine l’analyse empirique et la théorie économique pour étudier comment améliorer les décisions gouvernementales dans des domaines tels que la politique fiscale, l’assurance chômage, l’éducation et l’égalité des chances.

Melissa Dell, 31 ans, Américaine, Harvard, examine la pauvreté et l’insécurité au travers des relations entre l’État et les agents non publics et le développement économique, et étudie comment les réformes telles que la répression par les pouvoirs publics de la violence liée aux drogues peuvent influer sur les performances économiques.

Esther Duflo, 42 ans, Française et Américaine, MIT et Jameel Poverty Action Lab, travaille sur les questions macroéconomiques dans les pays en développement, y compris le comportement des ménages, l’éducation, l’accès au crédit, la santé et l’évaluation de l’action gouvernementale.

Emmanuel Farhi, 35, ans, Français, Harvard, est un macroéconomiste qui étudie l’économie monétaire, l’économie internationale, la finance et les finances publiques, et s’intéresse aux déséquilibres mondiaux, à la politique monétaire et budgétaire et à la fiscalité.

Amy Finkelstein, 40 ans, Américaine, MIT, étudie l’impact de la politique gouvernementale des systèmes de santé, l’intervention de l’État sur les marchés de l’assurance maladie et les dysfonctionnements des marchés.

Kristin Forbes, 44 ans, Américaine, Banque d’Angleterre et MIT, a occupé des fonctions dans le monde universitaire et dans les sphères de la politique économique aux États-Unis et au Royaume-Uni, où elle applique ses recherches aux questions stratégiques liées à la macroéconomie et à la finance internationales.

Roland Fryer, 37 ans, Américain, Harvard, étudie l’économie sociale et politique des races et de l’inégalité aux États-Unis. Il axe ses recherches sur la disparité économique en élaborant une nouvelle théorie économique et en pratiquant des expériences aléatoires.

Xavier Gabaix, 43 ans, Français, université de New York (NYU), a étudié l’économie comportementale, la finance et la macroéconomie, y compris les niveaux de rémunération des dirigeants d’entreprises et la formation des prix des actifs.

Matthew Gentzkow, 39 ans, Américain, université de Chicago, applique des méthodes microéconomiques empiriques à l’économie des médias journalistiques, en particulier les forces économiques qui alimentent la création de produits médiatiques, l’environnement des médias et de l’informatique et les effets des médias sur l’éducation et l’engagement civique.

Gita Gopinath, 42 ans, Américaine et Indienne, Harvard, étudie la macroéconomie et le commerce internationaux, en particulier les dettes souveraines, la réaction des prix internationaux aux variations des taux de change, et les changements rapides de la valeur relative des monnaies mondiales.

Oleg Itskhoki, 31 ans, Russe, Princeton, est spécialisé dans la macroéconomie et l’économie internationale, notamment la mondialisation, les inégalités et l’évolution des marchés du travail, les prix relatifs internationaux et les taux de change et la politique macroéconomique dans les économies ouvertes.

Jonathan Levin, 41 ans, Américain, Stanford, est expert de l’organisation industrielle et de la théorie microéconomique, spécifiquement de l’économie de la sous-traitance, des organisations et de l’architecture des marchés.

Atif Mian, 39 ans, Pakistanais et Américain, Princeton, étudie les liens entre la finance et la macroéconomie. Il est coauteur de l’ouvrage House of Debt, très bien reçu par la critique, qui décrit en s’appuyant sur de nouvelles données puissantes comment l’endettement a provoqué la Grande Récession et continue à menacer l’économie mondiale.

Emi Nakamura, 33 ans, Canadienne et Américaine, Columbia, est une macroéconomiste dont le champ d’études comprend la politique monétaire et budgétaire, les cycles conjoncturels, la finance, les taux de change et l’évaluation macréconomique.

Nathan Nunn, 40 ans, Canadien, Harvard, axe ses travaux sur l’histoire économique, le développement économique, l’économie politique et le commerce international. Il s’intéresse particulièrement aux effets à long terme d’événements historiques tels que le trafic d’esclaves et le colonialisme sur le développement économique.

Parag Pathak, 34 ans, Américain, MIT, a contribué à l’application de techniques d’ingénierie à la microéconomie. Il étudie en particulier l’architecture des marchés, l’éducation et l’économie urbaine.

Thomas Philippon, 40 ans, Français, NYU, étudie les interactions de la finance et de la macroéconomie — primes de risque et investissements des entreprises, crises financières et risque systémique —, et l’évolution de l’intermédiation financière.

Thomas Piketty, 43 ans, Français, École d’économie de Paris et École des hautes études en sciences sociales (EHESS), est connu pour ses travaux, en collaboration avec Emmanuel Saez, sur la distribution du revenu et de la richesse. Son bestseller, le Capital au XXIe siècle, développe la thèse selon laquelle les inégalités mondiales vont s’accentuer parce que le taux de rendement du capital des pays développés est plus élevé que le taux de croissance économique, ce qui exacerbe l’inégalité de la richesse.

Hélène Rey, 44 ans, Française, London Business School, étudie les causes et les conséquences des déséquilibres commerciaux extérieurs et financiers, la théorie des crises financières et l’organisation du système monétaire international.

Emmanuel Saez, 41 ans, Français et Américain, university de Californie, Berkeley, est réputé pour ses travaux tant empiriques que théoriques sur l’inégalité des revenus et la politique fiscale.

Amit Seru, 40 ans, Indien, université de Chicago, étudie l’intermédiation et la régulation financières, ainsi que les questions liées aux finances des entreprises, y compris l’allocation des ressources au sein et entre les sociétés, et les incitations organisationnelles.

Amir Sufi, 37 ans, Américain, université de Chicago, est coauteur de House of Debt. Il étudie les liens entre la finance et la macroéconomie, notamment l’effet des prix des logements sur les dépenses et celui de la situation financière des entreprises sur l’investissement.

Iván Werning, 40 ans, Argentin, MIT, est un macroéconomiste qui ambitionne d’améliorer la politique fiscale et la gestion de l’assurance chômage au moyen de modèles économiques théoriques. Outre la fiscalité optimale, il étudie la stabilisation et la politique monétaire, y compris la politique macroprudentielle.

Justin Wolfers, 41 ans, Australien et Américain, Peterson Institute for International Economics et université du Michigan (en congé), étudie l’économie du travail, la macroéconomie, l’économie politique, le droit et l’économie, la politique sociale et l’économie comportementale. En plus de ses recherches, Wolfers tient une rubrique dans The New York Times.

Pensez-vous que la liste pourrait être allongée? Donnez-nous votre avis : écrivez-nous ou, mieux encore, rendez-vous sur la page Facebook de F&D pour proposer vos suggestions et entrer dans le débat.

Other Resources Citing This Publication