Journal Issue
Share
Finances & Développement Mars 2013
Article

Pleins feux: Échanges, croissance et emplois: Croissance et emploi pourraient profiter d’une intégration commerciale plus étroite au Moyen-Orient

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
March 2013
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Sur les vingt dernières années, les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MOAN) ont été à la traîne des pays émergents et des pays en développement sur le plan de la croissance économique et du commerce, et le commerce n’y est pas le moteur de croissance important qu’il est ailleurs. Bien entendu, la faible croissance dans la région MOAN a limité la progression de l’emploi, qui n’a pas suivi la rapide expansion de la main-d’œuvre.

Transport d’orge à Alger.

Le PIB par habitant et les exportations de la région MOAN sont bien plus faibles que la moyenne des pays émergents et des pays en développement.

Source: FMI, base de données des Perspectives de l’économie mondiale.

Accès au marché

Les restrictions aux échanges constituent un frein important pour la région. Elles restent élevées en dépit de réformes notables des droits de douane. Dans la plupart des pays importateurs de pétrole de la région MOAN, les droits de douane ont été simplifiés et abaissés ces 20 dernières années, souvent par le biais d’accords commerciaux avec l’UE et les États-Unis, mais ils restent élevés (environ 10 % en moyenne en 2011).

Sur les 139 pays étudiés, les pays de la région MOAN ont beaucoup de restrictions aux échanges internationaux.

(obstacles aux échanges globaux, de 1 à 144; 1 étant le moins restrictif)

Source: Forum économique mondial, The Global Competitiveness Report, 2012–13.

L’Europe est une destination importante des exportations de la région MOAN.

(exportations vers l’UE, en pourcentage du total des exportations, 2011)

Source: FMI, base de données Direction of Trade Statistics.

1Égypte, Jordanie, Liban et Syrie.

2Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie.

Port de Khalifa Bin Salman à Hidd, à Bahreïn.

Intégration régionale

Le commerce, en particulier dans les pays d’Afrique du Nord, reste orienté principalement vers l’Europe, et la région a donc relativement peu profité de la croissance élevée de nombreux pays émergents. Un approfondissement de l’intégration commerciale internationale pourrait dynamiser l’économie régionale. Selon des données empiriques, si l’ouverture aux échanges était égale à celle des pays émergents d’Asie, la croissance du PIB annuel par habitant pourrait être accrue de presque 1 point. Par ailleurs, les pays importateurs de pétrole de la région MOAN ont peu d’échanges commerciaux avec leurs voisins immédiats. Étant donné leur proximité (la distance est l’un des déterminants les plus importants du commerce), ces pays pourraient exporter environ 50 % de plus qu’aujourd’hui.

Les échanges commerciaux au sein de la région MOAN restent très faibles.

(part intrarégionale des exportations et de l’encours de l’investissement direct étranger, 2011 ou dernière année disponible, en pourcentage)

Source: ASEAN; EUROSTAT; BIsD; CNUCED; Arab investment and export credit guarantee corporation; sources nationales.

Note: Maghreb = Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie; Mashreq + CCG = Arabie saoudite, Bahreïn, Égypte, Émirats arabes unis, Jordanie, Koweït, Liban, Oman, Qatar et Syrie; MERCOSUR = Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay; ASEAN-5 = Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande et Viet Nam.

Rédigé par Amine Mati, du Département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI. Le texte et les graphiques sont fondés sur les Perspectives économiques régionales: Moyen-Orient et Asie centrale (plusieurs éditions).

Other Resources Citing This Publication