Journal Issue
Share
Finances & Développement Décembre 2012
Article

Gros Plan: Des bilans qui gonflent: Les principales banques centrales ont injecté des liquidités pour limiter les effets de la crise financière mondiale

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
December 2012
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Depuis le début de la crise financière en 2007, les bilans de la Banque d’Angleterre (BOE), de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Réserve fédérale américaine (Fed) ont gonflé de manière spectaculaire. Ces banques centrales se sont retrouvées devant un dilemme. Elles avaient du mal à abaisser davantage leurs taux directeurs pour éviter la récession parce qu’ils étaient déjà assez bas. Elles ont donc pris des mesures non conventionnelles pour stabiliser les marchés financiers et combattre la récession en stimulant la demande totale.

Les actifs des banques centrales sont montés en flèche pendant la crise financière mondiale.

(total des actifs, valeurs en fin de mois, monnaie nationale)

Citation: 49, 4; 10.5089/9781475517101.022.A016

Note: L’Eurosystème comprend la BCE et les banques centrales nationales de la zone euro.

La Banque d’angleterre a acheté des titres publics.

(valeurs en fin de mois, milliards de livres sterling)

Citation: 49, 4; 10.5089/9781475517101.022.A016

Bien qu’elles aient chacune adopté une approche différente, elles ont toutes pris des mesures audacieuses pour injecter des liquidités dans leur économie et favoriser la croissance. La BOE a procédé à un assouplissement quantitatif axé sur l’achat de titres publics («gilts»). Depuis mars 2009, ces achats ont atteint 14 % du PIB. La BCE a mis en place, entre autres, des opérations de refinancement à long terme et un programme pour les marchés de titres souverains. La Fed a opéré un assouplissement quantitatif en achetant des obligations publiques et des créances hypothécaires titrisées pour réduire les rendements à long terme, en particulier pour les hypothèques résidentielles.

Leurs méthodes ont été quelque peu différentes, mais les trois banques centrales ont vu leur bilan gonfler rapidement. Depuis le début de la crise des «subprime» en août 2007, le bilan de la BOE a augmenté de 380 %, celui de l’Eurosystème de 241 % et celui de la Fed de 221 %.

L’Eurosystème a prêté davantage aux banques.

(valeurs en fin de mois, milliards de livres sterling)

Citation: 49, 4; 10.5089/9781475517101.022.A016

La Fed a acheté des obligations publiques et des créances hypothécaires titrisées.

(valeurs en fin de mois, milliards de dollars)

Citation: 49, 4; 10.5089/9781475517101.022.A016

Base de données

Les données sont tirées de la base de données des International Financial Statistics (http://elibrary-data.imf.org), qui contient des statistiques sur tous les aspects de la finance internationale et nationale pour 194 pays.

Rédigé par Ricardo Davico et Brian John Goldsmith, du Département des statistiques du FMI.

Other Resources Citing This Publication