Journal Issue
Share
Finances et Developpement, March 2012
Article

Pleins Feux: La croissance pour sortir de: La Pauvreté: En Amérique latine, la pauvreté est à son plus bas depuis 20 ans

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
April 2012
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Point d’eau à Lima.

Selon un nouveau rapport de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, le taux de pauvreté de la région a chuté de 48,4 % en 1990 à 31,4 % en 2010, niveau le plus bas des 20 dernières années. Le taux d’extrême pauvreté ou d’indigence (correspondant à un niveau de revenu en deçà des besoins nutritionnels) a également baissé durant cette période, de 22,6 % à 12,3 %. Malgré ces avancées, le continent compte toujours 177 millions de pauvres, dont 70 millions d’indigents. Le rapport prévoit un léger recul de la pauvreté en 2011, mais craint que l’indigence ne s’aggrave en raison du renchérissement des denrées alimentaires.

Les taux de pauvreté et d’indigence sont en net repli depuis 1990 en Amérique latine.

Source: Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Nations Unies).

Note: estimation pour 19 pays de la région.

Durant la crise, les dépenses sociales en Amérique latine ont augmenté en pourcentage du PIB.

Source: Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Nations Unies).

Note: estimation pour 21 pays de la région.

Dépenser mieux pour combattre la pauvreté

Le recul de la pauvreté s’explique surtout par l’essor de la croissance, l’augmentation des salaires, la baisse des taux de fécondité et une amélioration des programmes sociaux. Les efforts consentis pour amortir l’impact de la crise économique de 2008-09 sur les pauvres se sont traduits par une forte augmentation des dépenses sociales, notamment dans l’éducation. Au total, les dépenses publiques ont progressé de 3 % du PIB entre 2006-07 et 2008-09, et les dépenses sociales de 2 %. Dans les pays où les dépenses sociales par habitant sont inférieures à 300 dollars, la plus grosse part revient à l’éducation. Seuls les pays relativement plus développés (où les dépenses sociales par habitant dépassent 1.000 dollars) consacrent davantage de crédits à la protection et la sécurité sociales. Cela dit, la couverture des dispositifs de protection sociale est loin d’être universelle, et d’énormes lacunes subsistent, notamment en matière de sécurité sociale.

Créer des emplois productifs

S’il y a lieu de se réjouir du recul de la pauvreté, surtout en pleine crise économique, ces progrès sont menacés par des écarts persistants de productivité et une tendance des marchés du travail à créer des emplois dans les secteurs peu productifs et sans protection sociale. Les profondes différences entre pays se manifestent notamment dans les asymétries de productivité, le développement institutionnel, l’accès aux marchés financiers internationaux et la capacité d’épargne. Les disparités au sein d’un même pays rendent d’autant plus difficile la lutte contre la pauvreté dans la région. Pour avancer dans ce combat il faudra redoubler d’efforts dans l’accès à l’éducation, les transferts monétaires en faveur des plus vulnérables, la refonte du marché du travail et la création de systèmes de protection sociale solidaires.

Le recul généralisé de la pauvreté cache des disparités.

(pourcentage de la population vivant dans la pauvreté)

Source: Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Nations Unies).

Note: estimation pour 19 pays de la région. Données correspondant à la dernière année disponible.

Repas scolaire au Guatemala.

Préparé par Alicia Bárcena, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC). Le texte et les graphiques sont tirés de Social Panorama of Latin America, publié par la CEPALC en novembre 2011 et disponible à l’adresse www.eclac.org.

Other Resources Citing This Publication