Chapter

Appendice II. Opérations et transactions financières

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
September 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Les tableaux du présent appendice complètent les informations du chapitre 8 intitulé «Opérations et politiques financières». Les chiffres ayant été arrondis, les totaux peuvent ne pas correspondre à la somme de leurs composantes.

Tableau II.1Accords approuvés au cours des exercices clos le 30 avril, 1953 à 2006
Nombre d’accordsMontants engagés au titre des accords

(Millions de DTS)
ExerciceAccords de

confirmation
Accords

élargis
FASFRPCTotalAccords de

confirmation
Accords

élargis
FASFRPCTotal
1953225555
1954226363
1955224040
1956224848
1957991.1621.162
195811111.0441.044
195915151.0571.057
19601414364364
19611515460460
196224241.6331.633
196319191.5311.531
196419192.1602.160
196524242.1592.159
19662424575575
19672525591591
196832322.3522.352
19692626541541
197023232.3812.381
19711818502502
19721313314314
19731313322322
197415151.3941.394
19751414390390
1976182201.1882841.472
1977191204.6805185.198
197818181.2851.285
1979144185081.0931.600
1980244282.4797973.277
19812111325.1985.22110.419
1982195243.1067.90811.014
1983274315.4508.67114.121
1984252274.287954.382
198524243.2183.218
1986181192.1238252.948
19872210324.1183584.476
198814115301.7022456702.617
198912147242.9562074279554.545
199016334263.2497.6273741511.328
199113223202.7862.338154545.593
199221215295.5872.49327438.826
199311318231.9711.242495273.789
199418217281.381779271.1703.357
1995173113113.0552.3351.19716.587
199619418329.6458.3811821.47619.684
199711512283.1831.1939115.287
19989482127.3363.0781.73832.152
199954101914.32514.09099829.413
2000114102515.7066.58264122.929
2001111142613.093−91.24914.333
2002991839.4391.84841.287
2003102102228.5977941.18030.571
20045101514.51996715.486
200568141.1885251.713
2006517138.33691298.474
Tableau II.2Accords en vigueur au cours des exercices clos le 30 avril, 1997 à 2006
Nombre d’accords au 30 avrilMontants engagés au titre des accords au 30 avril

(Millions de DTS)
ExerciceAccords de

confirmation
Accords

élargis
FRPCTotalAccordsde

confirmation
Accords

élargis
FRPCTotal
1997141135603.76410.1844.04817.996
19981413336028.32312.3364.41045.069
1999912355632.74711.4014.18648.334
20001611315845.6069.7983.51658.920
2001178376234.9068.6973.29846.901
2002134355244.0957.6434.20155.939
2003153365442.8074.4324.45051.689
2004112364953.9447944.35659.094
2005102314311.9927942.87815.664
200610127389.53491.77011.313
Tableau II.3Accords en vigueur au cours des exercices clos le 30 avril, 1997 à 2006(Millions de DTS)
Dates des accordsMontants approuvésSolde non tiré
Pays membreDate d’entrée

en vigueur
Date

d’expiration
Avant

l’exercice 2006
Exercice

2006
À la date

d’expiration
Au 30 avril

2006
Argentine20/9/20035/1/20068.9814.810
Bolivie12/4/200331/3/2006172−2634
Bulgarie6/8/20045/9/2006100100
Colombie15/1/20032/5/20051.5481.548
Colombie2/5/20052/11/2006405405
Croatie, République de24/8/200415/11/200697299
Gabon28/5/200431/7/20056928
Iraq23/12/200522/3/2007475475
Macédoine, ex-Rép. yougoslave de31/8/200530/8/20085241
Paraguay15/12/200330/11/20055050
Pérou9/6/200416/8/2006287287
République Dominicaine31/1/200531/5/2007438289
Roumanie7/7/20046/7/2006250250
Turquie11/5/200510/5/20086.6624.997
Uruguay8/6/20057/6/2008766588
Accords de confirmation, total11.9928.3366.4707.532
Albanie1/2/200631/1/200997
Serbie-et-Monténégro14/5/200228/2/2006650
Sri Lanka18/4/200317/4/2006144124
Accords élargis, total79491247
Total12.7868.3456.5947.539

Montant réduit de 26 millions de DTS le 31 octobre 2005.

Montant majoré de 2 millions de DTS le 29 mars 2006.

Montant réduit de 26 millions de DTS le 31 octobre 2005.

Montant majoré de 2 millions de DTS le 29 mars 2006.

Tableau II.4Accords au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance en vigueur au cours de l’exercice clos le 30 avril 2006(Millions de DTS)
Dates des accordsMontants approuvésSolde non tiré
Pays membreDate d’entrée

en vigueur
Date

d’expiration
Avant

l’exercice 2006
Exercice

2006
À la date

d’expiration
Au 30 avril

2006
Albanie1/2/0631/1/0997
Albanie121/6/0220/11/0528
Arménie25/5/0524/5/082316
Azerbaïdjan1,26/7/014/7/056813
Bangladesh1,320/6/0331/12/06400117
Bénin5/8/054/8/0865
Burkina Faso111/6/0330/9/06243
Burundi23/1/0422/1/076929
Cameroun24/10/0523/10/081916
Cap-Vert110/4/0231/7/059
Congo, Rép. du6/12/045/12/075539
Congo, Rép. dém. du112/6/0231/3/0658027
Dominique29/12/0328/12/0682
Gambie18/7/0217/7/052017
Géorgie4/6/043/6/079842
Ghana19/5/0331/10/0618579
Grenade17/4/0616/4/09119
Guyana120/9/0212/9/06559
Honduras27/2/0426/2/077131
Kenya421/11/0320/11/06225150
Malawi5/8/054/8/083828
Mali23/6/0422/6/0794
Mongolie128/9/0131/7/052816
Mozambique6/7/045/7/07115
Népal19/11/0318/11/065036
Nicaragua113/12/0212/12/069828
Niger531/1/0530/1/0872015
Ouganda113/9/0231/1/0614
République kirghize15/3/0514/3/0896
Rwanda112/8/0211/6/0641
São Tomé-et-Príncipe1/8/0531/7/0832
Sénégal28/4/0327/4/0624
Sierra Leone126/9/0125/6/05131
Sri Lanka18/4/0317/4/06269231
Tadjikistan111/12/0210/2/0665
Tanzanie16/8/0315/8/06203
Tchad16/2/0515/2/082521
Zambie16/6/0415/6/0722033
Total2.879129304736

Les accords sont initialement approuvés pour une période de trois ans. Toute date d’expiration dépassant cette période indique une prolongation de l’accord.

Montant réduit de 13 millions de DTS le 22 décembre 2004.

Montant majoré de 53 millions de DTS le 28 juillet 2004.

Montant majoré de 50 millions de DTS le 20 décembre 2004.

Montant majoré de 20 millions de DTS le 14 novembre 2005.

Les accords sont initialement approuvés pour une période de trois ans. Toute date d’expiration dépassant cette période indique une prolongation de l’accord.

Montant réduit de 13 millions de DTS le 22 décembre 2004.

Montant majoré de 53 millions de DTS le 28 juillet 2004.

Montant majoré de 50 millions de DTS le 20 décembre 2004.

Montant majoré de 20 millions de DTS le 14 novembre 2005.

Tableau II.5État récapitulatif des décaissements, des rachats et des remboursements, exercices clos le 30 avril, 1948 à 2006(Millions de DTS)
DécaissementsRachats et remboursements
ExerciceAchats1Prêts

du fonds

fiduciaire
Prêts

FAS
Prêts

FRPC
TotalRachatsRemboursements fonds

fiduciaire
Remboursements

FAS/FRPC
TotalEncours

des crédits

du FMI2
1948606606133
1949119119193
195052522424204
195128281919176
195246463737214
19536666185185178
1954231231145145132
1955494927627655
1956393927227272
19571.1141.1147575611
195866666687871.027
1959264264537537898
1960166166522522330
1961577577659659552
19622.2432.2431.2601.2601.023
19635805808078071.059
1964626626380380952
19651.8971.8975175171.480
19662.8172.8174064063.039
19671.0611.0613403402.945
19681.3481.3481.1161.1162.463
19692.8392.8391.5421.5423.299
19702.9962.9961.6711.6714.020
19711.1671.1671.6571.6572.556
19722.0282.0283.1223.122840
19731.1751.175540540998
19741.0581.0586726721.085
19755.1025.1025185184.869
19766.5916.5919609609.760
19774.910324.94286886813.687
19782.5032682.7714.4854.48512.366
19793.7206704.3904.8594.8599.843
19802.4339623.3953.7763.7769.967
19814.8601.0605.9202.8532.85312.536
19828.0418.0412.0102.01017.793
198311.39211.3921.555181.57426.563
198411.51811.5182.0181112.12934.603
19856.2896.2892.7302122.94337.622
19864.1014.1014.2894134.70236.877
19873.6851393.8246.1695796.74933.443
19884.1534454.5977.9355288.46329.543
19892.5412902643.0956.2584476.70525.520
19904.5034194085.3296.0423566.39824.388
19916.955844917.5305.4401685.60825.603
19925.3081254835.9164.76814.77026.736
19938.465205739.0584.083364.11928.496
19945.325506125.9874.348521124.51329.889
199510.6151457311.2023.98442444.23136.837
199610.8701821.29512.3476.69873957.10042.040
19974.9397055.6446.66855247.19640.488
199820.00097320.9733.78915954.38556.026
199924.07182624.89710.46562711.09267.175
20006.3775136.89022.99363423.62750.370
20019.59963010.22911.24358811.83148.691
200229.19495230.14619.20776919.97658.699
200321.7841.21823.0027.7849288.71272.879
200417.83086518.69521.63889022.52869.031
20051.6087712.37913.90792314.83056.576
20062.1564032.55932.7833.20835.99123.144

Y compris les achats dans la tranche de réserve.

Non compris les achats dans la tranche de réserve; y compris l’encours des prêts associés du Fonds saoudien pour le développement.

Y compris les achats dans la tranche de réserve.

Non compris les achats dans la tranche de réserve; y compris l’encours des prêts associés du Fonds saoudien pour le développement.

Tableau II.6Achats au FMI et prêts accordés par le FMI, exercice clos le 30 avril 2006(Millions de DTS)
Pays membreTranche

de réserve
Aide

d’urgence
Accords de

confirmation/

tranches

decrédit
Mécanisme

élargi

decrédit
FRSTotal

desachats
Prêts

FRPC
Total des

achats et prêts
Albanie1156
Arménie77
Bangladesh134134
Bénin11
Burkina Faso77
Burundi77
Cameroun33
Cap-Vert11
Congo, Rép. du88
Congo, Rép. dém. du2727
Dominique11
Géorgie2828
Ghana2626
Grenade22
Guyana1919
Haïti101010
Honduras1010
Macédoine, ex-Rép. yougoslave de111111
Malawi1010
Mali33
Mozambique22
Nicaragua1414
Niger1111
Ouganda44
République Centrafricaine777
République Dominicaine969696
République kirghize11
Rwanda11
São Tomé-et-Príncipe11
Sénégal1414
Serbie-et-Monténégro188188188
Sierra Leone1414
Tadjikistan2020
Tanzanie66
Turquie1.6661.6661.666
Uruguay178178178
Zambie1616
Total171.9511892.1564032.559
Note: Les chiffres étant arrondis, les totaux peuvent ne pas correspondre à la somme de leurs composantes.
Note: Les chiffres étant arrondis, les totaux peuvent ne pas correspondre à la somme de leurs composantes.
Tableau II.7Rachats et remboursements au FMI, exercice clos le 30 avril 2006(Millions de DTS)
Pays membreAccords de

confirmation/

tranches de crédit
Mécanisme

élargi

de crédit
Autres1Total

desrachats
Remboursements

des prêts FAS/FRPC

et au fonds

fiduciaire2
Total

des rachats

et des rem-

boursements
Albanie77
Algérie358358358
Argentine7.9941078.1018.101
Arménie112223
Azerbaïdjan95141630
Bénin4040
Bolivie10210289191
Bosnie-Herzégovine272727
Brésil15.35615.35615.356
Bulgarie198235433433
Burkina Faso7171
Cambodge5959
Cameroun202202
Congo, Rép. du4437
Côte d’Ivoire6262
Djibouti11
Dominique0,50,51
Équateur969696
Éthiopie115115
Gabon3101313
Gambie22
Géorgie223436
Ghana295295
Grenade0,40,40,4
Guinée1414
Guinée–Bissau22
Guyana5353
Haïti33
Honduras119119
Indonésie826826826
Jordanie5485454
Kenya88
Libéria0,20,20,2
Macédoine, ex-Rép. yougoslave de0,50,31257
Madagascar143143
Malawi44914
Mali8787
Mauritanie1010
Moldova151515
Mongolie55
Mozambique122122
Nicaragua150150
Niger8383
Ouganda118118
Ouzbékistan888
Pakistan39195853111
Panama777
Papouasie-Nouvelle-Guinée121212
Pérou272727
Philippines59126185185
République Centrafricaine33
République Dominicaine111111
République démocratique populaire lao44
République kirghize2121
Roumanie127127127
Rwanda5858
São Tomé-et-Príncipe0,10,1
Sénégal122122
Serbie-et-Monténégro6344106106
Sierra Leone66
Soudan568,51919
Sri Lanka626262
Tadjikistan7878
Tanzanie263263
Tchad1111
Togo88
Turquie5.8495.8495.849
Ukraine231231231
Uruguay553553553
Vietnam3030
Yémen, Rép. du993039
Zambie571571
Zimbabwe64451090,2110
Total30.6302.0777432.7833.20835.991

Y compris la facilité de financement compensatoire et de financement pour imprévus, la facilité pour la transformation systémique, l’aide d’urgence à la suite de catastrophes naturelles, l’assistance d’urgence après un conflit et le mécanisme de financement supplémentaire.

Comprend l’allégement de dette au titre de l’IADM accordé à 19 pays admissibles en janvier et au Cameroun en avril 2006.

Y compris la facilité de financement compensatoire et de financement pour imprévus, la facilité pour la transformation systémique, l’aide d’urgence à la suite de catastrophes naturelles, l’assistance d’urgence après un conflit et le mécanisme de financement supplémentaire.

Comprend l’allégement de dette au titre de l’IADM accordé à 19 pays admissibles en janvier et au Cameroun en avril 2006.

Tableau II.8Encours des crédits accordés par le FMI au titre des divers mécanismes, exercices clos le 30 avril, 1997 à 2006(Millions de DTS et en pourcentage du total)
1997199819992000200120022003200420052006
(Millions de DTS)
Accords de confirmation118.06425.52625.21321.41017.10128.61234.24142.10035.81811.666
Accords élargis11.15512.52116.57416.80816.10815.53814.98113.7519.3657.477
Facilité de réserve supplémentaire7.10012.6554.0855.87515.7006.0284.569
Facilité de financement compensatoire1.3366852.8453.0322.9927454131208484
Facilité pour la transformation systémique3.9843.8693.3642.7181.9331.31164415418
Total partiel (compte des ressources générales)34.53949.70160.65143.96842.21952.08165.97862.15349.85419.227
Accords FAS95473056545643234113786459
Accords FRPC24.9045.5055.8705.8575.9516.1886.6766.7036.5883.819
Fonds fiduciaire90908989898989898989
Total40.48856.02667.17550.37048.69158.69972.87969.03156.57623. 144
(En pourcentage du total)
Accords de confirmation145463843354947616350
Accords élargis28222533332621201733
Facilité de réserve supplémentaire13199102198
Facilité de financement compensatoire3146611333
Facilité pour la transformation systémique10755421—3—3—3
Total partiel (compte des ressources générales)85899087878891908883
Accords FAS2111113333
Accords FRPC2121091212119101217
Fonds fiduciaire3333333333
Total100100100100100100100100100100

Y compris l’encours des achats dans les tranches de crédit et au titre de l’aide d’urgence.

Y compris l’encours des prêts associés du Fonds saoudien pour le développement.

Moins d’un demi pour cent du total.

Y compris l’encours des achats dans les tranches de crédit et au titre de l’aide d’urgence.

Y compris l’encours des prêts associés du Fonds saoudien pour le développement.

Moins d’un demi pour cent du total.

Tableau II.9État récapitulatif des contributions bilatérales au compte de fiducie de la FRPC et au fonds fiduciaire FRPC–PPTE(Millions de DTS; cumulées jusqu’au 30 avril 2006)
Compte de fiducie de la FRPC–PCECompte de fiducie

FRPC–PPTE
Contributions aux bonifications

«en tant que de besoin»1
Engagements

de prêts
Contributions aux

fins des bonifications

et des dons PPTE «en

tant que de besoin»1
Montant

disponible
Fraction utilisée

au titre de l’IADM
Total3.352,91.120,015.759,71.561,6
Principaux pays industrialisés2.238,5818,812.864,8880,5
Allemagne186,866,12.750,0127,2
Canada237,484,8700,048,8
États-Unis164,658,3332,6
France378,2116,42.900,082,2
Italie148,784,41.380,063,6
Japon683,6253,45.134,8144,0
Royaume-Uni439,1155,482,2
Autres économies avancées931,1250,42.452,8299,7
Australie16,03,724,8
Autriche58,714,3
Belgique111,639,5350,035,3
Corée61,821,092,715,9
Danemark66,723,6100,018,5
Espagne16,63,1708,423,3
Finlande42,815,18,0
Grèce37,713,36,3
Irlande7,92,45,9
Islande4,31,50,9
Israël1,8
Luxembourg13,60,7
Norvège44,215,7150,018,5
Nouvelle-Zélande1,7
Pays-Bas134,3450,045,4
Portugal4,21,46,6
Saint-Marin0,05
Singapour18,36,516,5
Suède183,865,018,3
Suisse108,738,5601,737,0
Pays exportateurs de combustibles17,26,149,5114,3
Algérie5,5
Arabie Saoudite15,65,549,553,5
Bahreïn0,9
Brunéi Darussalam0,1
Émirats arabes unis3,8
Gabon2,5
Iran, Rép. islamique d’1,60,62,2
Koweït3,1
Libye7,3
Nigéria13,9
Oman0,8
Qatar0,5
Venezuela20,4
Autres pays en développement153,944,8355,6224,1
Afrique du Sud28,6
Argentine32,511,516,2
Bangladesh0,80,21,7
Barbade0,4
Belize0,3
Botswana1,70,65,7
Brésil15,0
Cambodge0,04
Chili3,71,34,4
Chine14,24,2200,019,7
Chypre0,8
Colombie0,9
Égypte12,34,3155,61,3
Fidji0,1
Ghana0,5
Grenade0,1
Inde12,422,9
Indonésie6,02,18,2
Jamaïque2,7
Liban0,4
Malaisie31,611,212,7
Maldives0,01
Malte1,40,51,1
Maroc8,93,21,6
Maurice0,1
Mexique54,5
Micronésie, États fédérés de0,00*
Pakistan2,30,33,4
Paraguay0,1
Pérou2,5
Philippines6,7
République Dominicaine0,5
Samoa0,00*
Saint-Vincent-et-les Grenadines0,1
Sainte-Lucie0,1
Sri Lanka0,6
Swaziland0,01
Thaïlande12,64,44,5
Tonga0,02
Trinité-et-Tobago1,6
Tunisie1,00,31,5
Turquie11,2
Uruguay1,30,52,2
Vanuatu0,1
Vietnam0,4
Pays en transition12,342,9
Croatie0,4
Estonie0,5
Hongrie6,0
Lettonie1,0
Pologne12,0
République slovaque4,0
République tchèque12,34,1
Russie, Fédération de14,6
Slovénie0,4
Pour mémoire:
Fonds pour le développement international de l’OPEP37,0

Inférieur à 5.000 DTS.

Valeurs estimées de la totalité des contributions, y compris celles qui n’ont pas encore été reçues. L’expression «en tant que de besoin» se rapporte au total nominal de l’aide non concessionnelle compte tenu des flux qui seront nécessaires pour la bonification des prêts de la FRCP et des apports d’aide PPTE.

Inférieur à 5.000 DTS.

Valeurs estimées de la totalité des contributions, y compris celles qui n’ont pas encore été reçues. L’expression «en tant que de besoin» se rapporte au total nominal de l’aide non concessionnelle compte tenu des flux qui seront nécessaires pour la bonification des prêts de la FRCP et des apports d’aide PPTE.

Tableau II.10Avoirs en DTS de l’ensemble des participants et de différents groupes de pays, en pourcentage de leur allocation cumulative de DTS, à la fin des exercices clos le 30 avril, 1997 à 2006
Pays non industrialisés2
Pays débiteurs (en termes nets)
Ensemble des

participants1
Pays

industrialisés2
Ensemble

des pays non

industrialisés
Pays créanciers

(en termes nets)3
Ensemble des

pays débiteurs

(en termes nets)3
Pays

pauvres

très endettés
199787,299,860,5303,647,817,3
199895,0107,069,4323,756,124,1
199981,194,652,5170,746,326,3
200084,695,062,5174,156,620,6
200186,6101,654,6204,246,512,4
200291,5107,756,9227,944,714,6
200393,0102,472,0173,757,717,1
200496,3105,676,3230,523,520,9
200596,296,396,0178,733,017,7
200681,885,374,3233,720,210,4

Cette catégorie regroupe tous les pays membres qui participent au département des DTS. À la fin de l’exercice 2006, sur le montant total des DTS alloués à ces participants (21,4 milliards de DTS), 3,9 milliards de DTS étaient détenus non pas par ces participants, mais par le FMI et les détenteurs agréés.

Selon la classification de IFS (Fonds monétaire international, International Financial Statistics, divers numéros).

Les avoirs en DTS des pays créanciers nets sont supérieurs à leurs allocations cumulatives de DTS. Ceux des pays débiteurs sont inférieurs à leurs allocations cumulatives de DTS.

Cette catégorie regroupe tous les pays membres qui participent au département des DTS. À la fin de l’exercice 2006, sur le montant total des DTS alloués à ces participants (21,4 milliards de DTS), 3,9 milliards de DTS étaient détenus non pas par ces participants, mais par le FMI et les détenteurs agréés.

Selon la classification de IFS (Fonds monétaire international, International Financial Statistics, divers numéros).

Les avoirs en DTS des pays créanciers nets sont supérieurs à leurs allocations cumulatives de DTS. Ceux des pays débiteurs sont inférieurs à leurs allocations cumulatives de DTS.

Tableau II.11Principaux taux du FMI, exercice clos le 30 avril 2006(Pourcentage)
Période commençantleTaux d’intérêt du DTS

et taux de rémunération

non ajusté1
Taux de

commission

de base1
Période

commençantle
Taux d’intérêt du DTS

et taux de rémunération

non ajusté1
Taux de

commission

de base1
20057 novembre2,944,02
1er mai2,493,5714 novembre2,974,05
2 mal2,473,5521 novembre2,994,07
9 mai2,453,5328 novembre3,004,08
16 mal2,443,52
23 mal2,463,545 décembre3,024,10
30 mal2,493,5712 décembre3,004,08
19 décembre3,004,08
6 juin2,503,5826 décembre3,034,11
13 juin2,513,59
20 juin2,513,59
27 juin2,543,622006
2 janvier3,064,14
4 juillet2,563,649 janvier3,174,25
11 juillet2,563,6416 janvier3,224,30
18 juillet2,593,6723 janvier3,244,32
25 juillet2,633,7130 janvier3,294,37
1er août2,653,73
6 février3,324,40
8 août2,703,78
13 février3,354,43
15 août2,693,77
20 février3,364,44
22 août2,703,78
27 février3,404,48
29 août2,703,78
5 septembre2,663,746 mars3,424,50
12 septembre2,683,7613 mars3,434,51
19 septembre2,693,7720 mars3,434,51
26 septembre2,683,7627 mars3,464,54
3 octobre2,733,813 avril3,474,55
10 octobre2,753,8310 avril3,484,56
17 octobre2,823,9017 avril3,494,57
24 octobre2,863,9424 avril3,514,59
31 octobre2,913,99

Aux termes de la décision prise au cours de l’exercice 2006 sur la répartition des charges, le taux de rémunération a été ajusté à la baisse et le taux de commission de base à la hausse en vue de la répartition de la charge que représentent la protection du revenu du FMI contre le non-paiement des commissions échues et la contribution aux soldes de précaution du FMI. Les montants dégagés au titre de la répartition des charges pendant l’exercice 2006 sont remboursables lorsque les commissions impayées sont réglées et que les impayés ne posent plus de problème. Au cours de l’exercice, le taux de base des commissions était égal au taux d’intérêt du DTS, majoré de 108 points de base.

Aux termes de la décision prise au cours de l’exercice 2006 sur la répartition des charges, le taux de rémunération a été ajusté à la baisse et le taux de commission de base à la hausse en vue de la répartition de la charge que représentent la protection du revenu du FMI contre le non-paiement des commissions échues et la contribution aux soldes de précaution du FMI. Les montants dégagés au titre de la répartition des charges pendant l’exercice 2006 sont remboursables lorsque les commissions impayées sont réglées et que les impayés ne posent plus de problème. Au cours de l’exercice, le taux de base des commissions était égal au taux d’intérêt du DTS, majoré de 108 points de base.

Tableau II.12Liste des pays membres qui ont accepté les obligations découlant de l’article VIII, sections 2, 3 et 4, des Statuts
Pays membreDate d’entrée

en vigueur

de l’acceptation
Pays membreDate d’entrée

en vigueur

de l’acceptation
Afrique du Sud15 septembre 1973Guinée–Bissau1er janvier 1997
Algérie15 septembre 1997Guinée équatoriale1er juin 1996
Allemagne15 février 1961Guyana27 décembre 1966
Antigua-et-Barbuda22 novembre 1983Haïti22 décembre 1953
Arabie Saoudite22 mars 1961Honduras1er juillet 1950
Argentine14 mai 1968Hongrie1er janvier 1996
Arménie29 mai 1997îles Marshall21 mai 1992
Australie1er juillet 1965Îles Salomon24 juillet 1979
Autriche1er août 1962Inde20 août 1994
Azerbaïdjan30 novembre 2004Indonésie7 mai 1988
Bahamas5 décembre 1973Iran, Rép. islamique d’6 septembre 2004
Bahreïn20 mars 1973Irlande15 février 1961
Bangladesh11 avril 1994Islande19 septembre 1983
Barbade3 novembre 1993Israël21 septembre 1993
Bélarus5 novembre 2001Italie15 février 1961
Belgique15 février 1961Jamaïque22 février 1963
Belize14 juin 1983Japon1er avril 1964
Bénin1er juin 1996Jordanie20 février 1995
Bolivie5 juin 1967Kazakhstan16 juillet 1996
Botswana17 novembre 1995Kenya30 juin 1994
Brésil30 novembre 1999Kiribati22 août 1986
Brunéi Darussalam10 octobre 1995Koweït5 avril 1963
Bulgarie24 septembre 1998Lesotho5 mars 1997
Burkina Faso1er juin 1996Lettonie10 juin 1994
Cambodge1er janvier 2002Liban1er juillet 1993
Cameroun1er juin 1996Libye21 juin 2003
Canada25 mars 1952Lituanie3 mai 1994
Cap-Vert1er juillet 2004Luxembourg15 février 1961
Chili27 juillet 1977Macédoine, ex-Rép. yougoslave de19 juin 1998
Chine1er décembre 1996Madagascar18 septembre 1996
Chypre9 janvier 1991Malaisie11 novembre 1968
Colombie1er août 2004Malawi7 décembre 1995
Comores1er juin 1996Mali1er juin 1996
Congo, Rép.du1er juin 1996Malte30 novembre 1994
Congo, Rép. dém. du10 février 2003Maroc21 janvier 1993
Corée1er novembre 1988Maurice29 septembre 1993
Costa Rica1er février 1965Mauritanie19 juillet 1999
Côte d’Ivoire1er juin 1996Mexique12 novembre 1946
Croatie29 mai 1995Micronésie, États fédérés de24 juin 1993
Danemark1er mai 1967Moldova30 juin 1995
Djibouti19 septembre 1980Mongolie1er février 1996
Dominique13 décembre 1979Namibie20 septembre 1996
Égypte2 janvier 2005Népal30 mai 1994
El Salvador6 novembre 1946Nicaragua20 juillet 1964
Émirats arabes unis13 février 1974Niger1er juin 1996
Équateur31 août 1970Norvège11 mai 1967
Espagne15 juillet 1986Nouvelle-Zélande5 août 1982
Estonie15 août 1994Oman19 juin 1974
États-Unis10 décembre 1946Ouganda5 avril 1994
Fidji4 août 1972Ouzbékistan15 octobre 2003
Finlande25 septembre 1979Pakistan1er juillet 1994
France15 février 1961Palaos16 décembre 1997
Gabon1er juin 1996Panama26 novembre 1946
Gambie21 janvier 1993Papouasie-Nouvelle-Guinée4 décembre 1975
Géorgie20 décembre 1996Paraguay22 août 1994
Ghana21 février 1994Pays-Bas15 février 1961
Grèce7 juillet 1992Pérou15 février 1961
Grenade24 janvier 1994Philippines8 septembre 1995
Guatemala27 janvier 1947Pologne1er juin 1995
Guinée17 novembre 1995Portugal12 septembre 1988
Qatar4 juin 1973Suède15 février 1961
République Centrafricaine1er juin 1996Suisse29 mai 1992
République Dominicaine1er août 1953Suriname29 juin 1978
République kirghize29 mars 1995Swaziland11 décembre 1989
République slovaque1er octobre 1995Tadjikistan9 décembre 2004
République tchèque1er octobre 1995Tanzanie15 juillet 1996
Roumanie25 mars 1998Tchad1er juin 1996
Royaume-Uni15 février 1961Thaïlande4 mai 1990
Russie, Fédération de1er juin 1996Timor-Leste23 juillet 2002
Rwanda10 décembre 1998Togo1er juin 1996
Saint-Kitts-et-Nevis3 décembre 1984Tonga22 mars 1991
Saint-Marin23 septembre 1992Trinité-et-Tobago13 décembre 1993
Saint-Vincent-et-les Grenadines24 août 1981Tunisie6 janvier 1993
Sainte-Lucie30 mai 1980Turquie22 mars 1990
Samoa6 octobre 1994Ukraine24 septembre 1996
Sénégal1er juin 1996Uruguay2 mai 1980
Serbie-et-Monténégro15 mai 2002Vanuatu1er décembre 1982
Seychelles3 janvier 1978Venezuela1er juillet 1976
Sierra Leone14 décembre 1995Vietnam8 novembre 2005
Singapour9 novembre 1968Yémen, Rép. du10 décembre 1996
Slovénie1er septembre 1995Zambie19 avril 2002
Soudan29 octobre 2003Zimbabwe3 février 1995
Sri Lanka15 mars 1994
Tableau II.13Régimes de change effectifs et points d’ancrage de la politique monétaire
Classification des régimes de change effectifs de facto des pays membres tels que constatés par les services du FMI, qui peuvent ne pas correspondre aux régimes officiels annoncés.

Ce système de classification est fondé sur les régimes que les pays membres appliquent de fait, tels qu’identifiés par les services du FMI, et qui peuvent être différents des régimes officiellement annoncés. Les régimes sont classés en fonction du degré de flexibilité du dispositif et de leur attachement formel ou informel à une trajectoire donnée du taux de change. Pour faciliter l’évaluation des répercussions du choix du régime de change sur le degré d’autonomie de la politique monétaire, une distinction est établie entre les différents régimes de change, en plus de celle concernant les régimes de change des pays n’ayant pas de monnaie officielle distincte. Le classement présente les régimes de change des pays membres au regard des divers cadres de politique monétaire possibles, à des fins de transparence et pour montrer le lien entre différents régimes de change et divers cadres monétaires. Les différents régimes de change sont expliqués ci-après.

Régimes de change

Régime des pays n’ayant pas de monnaie officielle distincte

L’unité monétaire d’un autre pays est la seule monnaie ayant cours légal dans le pays en question (dollarisation formelle), ou encore celui-ci fait partie d’une union monétaire ou d’un mécanisme de coopération monétaire dont les participants ont une monnaie commune qui a cours légal dans chacun des pays membres. En adoptant un tel régime, les autorités renoncent à la possibilité de mener une politique monétaire indépendante.

Caisse d’émission

La caisse d’émission est un régime selon lequel un pays s’engage explicitement en vertu de la loi à échanger à un taux de change fixe la monnaie nationale contre une monnaie étrangère donnée; cet engagement s’accompagne de restrictions qui sont imposées à l’autorité émettrice pour garantir le respect de ses obligations légales. Cela implique que la monnaie nationale est émise uniquement en contrepartie d’une monnaie étrangère et qu’elle est pleinement couverte par des actifs étrangers, de sorte que les fonctions classiques (par exemple, de contrôle monétaire et de prêteur de dernier ressort) de la banque centrale sont éliminées et que la marge de manœuvre des autorités monétaires est très réduite. Cependant, une certaine flexibilité peut subsister si les règles régissant l’établissement de la caisse le permettent.

Autres régimes conventionnels de parité fixe

Le pays rattache sa monnaie à une autre avec une marge de ±1 % ou moins, à un accord de coopération comme le mécanisme de change européen (MCE II), ou à un panier composé des monnaies des principaux partenaires commerciaux ou financiers, dont le poids est fonction de la répartition géographique des échanges, des services ou des flux de capitaux. En outre, la composition en monnaies peut être normalisée, comme dans le cas du DTS. Il n’y a pas engagement de défendre une parité irrévocablement fixée. Le taux de change peut fluctuer à l’intérieur d’une bande étroite de moins de 1 % de part et d’autre d’un taux central, ou les valeurs de change maximale et minimale peuvent varier à l’intérieur d’une marge étroite de 2 % pendant trois mois au moins. Les autorités monétaires veillent au maintien de la parité par des interventions directes (c’est-à-dire en vendant ou en achetant des devises sur le marché) ou indirectes (par exemple, usage agressif de la politique d’intérêt, imposition d’une réglementation de change, persuasion morale restreignant les activités de change, ou intervention d’autres institutions publiques). Quoique limité, le degré de flexibilité de la politique monétaire est plus grand que dans les régimes d’arrimage ferme, car l’exercice des fonctions traditionnelles de banque centrale est toujours possible et les autorités monétaires peuvent ajuster le niveau du taux de change, bien que relativement peu souvent.

Rattachement à l’intérieur de bandes horizontales

La valeur de change de la monnaie est maintenue à l’intérieur d’une marge de fluctuation d’au moins 1 % de part et d’autre d’un taux central fixe, ou la marge entre les valeurs de change maximales et minimales est supérieure à 2 %. Comme dans le cas des régimes conventionnels de parité fixe, le rattachement peut se rapporter à une seule monnaie, à un panier de monnaies ou à un mécanisme de coopération (MCE II par exemple). Les autorités monétaires disposent d’une certaine marge de manœuvre qui est fonction de la largeur des bandes de fluctuation.

Système de parités mobiles

La monnaie fait l’objet de faibles ajustements périodiques calculés soit à un taux fixe, soit en fonction des variations de certains indicateurs quantitatifs (écart d’inflation passé par rapport aux principaux partenaires commerciaux [ou] écart entre la cible d’inflation et l’inflation prévue chez les principaux partenaires commerciaux, par exemple). Ces ajustements peuvent être fixés à un taux permettant de tenir compte de l’inflation constatée ou d’autres indicateurs (ajustements rétrospectifs), ou à un taux fixe annoncé au préalable qui est inférieur à l’écart d’inflation prévu (ajustements prévisionnels). Maintenir une parité ajustable crédible soumet le régime à des contraintes analogues à celles d’un régime de parité fixe.

Système de bandes de fluctuation mobiles

La valeur de change de la monnaie est maintenue à l’intérieur de certaines marges de fluctuation d’au moins 1 % de part et d’autre d’un taux central—ou bien la marge entre les valeurs de change maximales et minimales est supérieure à 2 %—, le taux central et les marges étant ajustés périodiquement soit à un taux fixe, soit en fonction des variations de certains indicateurs quantitatifs. Le degré de flexibilité du taux de change est fonction de la largeur de la bande, les bandes étant symétriques par rapport à un taux central mobile ou s’élargissant progressivement et asymétriquement (aucun taux central n’étant dans ce cas annoncé au préalable). L’engagement de maintenir le taux de change à l’intérieur de la bande fait peser des contraintes sur la politique monétaire, dont le degré d’indépendance est fonction de la largeur de la bande.

Flottement dirigé sans annonce préalable de la trajectoire du taux de change

Les autorités monétaires s’efforcent d’influencer le taux de change sans déterminer au préalable la trajectoire de celui-ci ou sans fixer d’objectif précis dans ce domaine. Les indicateurs qu’elles utilisent pour gérer le taux sont dans l’ensemble laissés à leur appréciation (la position de la balance des paiements, les réserves internationales ou l’évolution du marché parallèle, par exemple), et les ajustements ne sont pas nécessairement automatiques. L’intervention peut être directe ou indirecte.

Flottement indépendant

Le taux de change est déterminé par le marché, toute intervention officielle ayant davantage pour objectif d’en modérer l’évolution et d’en empêcher les fluctuations excessives que de le porter à un niveau donné.

Cadres de la politique monétaire

Ancrage par le taux de change

Les autorités monétaires se tiennent prêtes à acheter ou à vendre des devises à des taux donnés pour maintenir le taux de change à un niveau ou dans une fourchette fixés au préalable; le taux de change sert de point d’ancrage nominal ou d’objectif intermédiaire de la politique monétaire. Les régimes en question sont ceux des pays n’ayant pas de monnaie officielle distincte, les régimes de caisse d’émission, ainsi que les régimes de parité fixe ou de parités mobiles avec ou sans bandes de fluctuation.

Ancrage par les agrégats monétaires

Les autorités monétaires utilisent leurs instruments afin d’atteindre le taux de croissance fixé comme objectif pour les agrégats monétaires (monnaie centrale, M1 ou M2, par exemple), et ces agrégats deviennent le point d’ancrage nominal ou l’objectif intermédiaire de la politique monétaire.

Ciblage de l’inflation

Les objectifs chiffrés d’inflation à moyen terme sont annoncés au public et les autorités monétaires prennent l’engagement institutionnel d’atteindre ces objectifs. Les autres caractéristiques de ce dispositif sont la communication au public et aux marchés de plus amples informations sur les projets et objectifs des autorités monétaires et une plus grande responsabilité de la banque centrale dans la réalisation de ses objectifs d’inflation. Les autorités monétaires fondent leurs décisions sur l’écart entre les prévisions d’inflation et les objectifs annoncés, ces prévisions jouant (implicitement ou explicitement) le rôle d’objectif intermédiaire de la politique monétaire.

Programme soutenu par le FMI ou autre programme monétaire

Les politiques monétaire et de change sont appliquées dans le cadre d’un dispositif qui prévoit des seuils pour les réserves internationales et des plafonds pour les avoirs intérieurs nets de la banque centrale. Des objectifs indicatifs pour la monnaie centrale peuvent être adjoints à ces programmes. Les pays qui ont des ancrages nominaux, de taux de change ou de ciblage de l’inflation sont classés dans chacune de ces rubriques.

Autres dispositifs

Le pays n’a explicitement signalé aucun point d’ancrage nominal, mais mène sa politique monétaire en suivant divers indicateurs, ou encore aucune information n’est disponible sur le dispositif retenu par le pays.
Cadre de politique monétaire1
Régime

de change

(nombre

de pays)
Ancrage du taux de changeObjectifs

d’agrégats

monétaires
Ciblage de

l’inflation
Programme

soutenu par le

FMI ou autre

programme

monétaire
Autres

dispositifs2
Régime des pays

n’ayant pas de

monnaie officielle

distincte (41)
Autre

monnaie ayant

cours légal (9)

El Salvador4

Équateur

Îles Marshall

Kiribati

Micronésie, États

fédérés de

Palaos

Panama

Saint-Marin

Timor-Leste
Pays africains

de la zone franc (14)
Zone euro (12)

Allemagne

Autriche

Belgique

Espagne

Finlande

France

Grèce

Irlande

Italie

Luxembourg

Pays-Bas

Portugal
MCCO (6)3

Antigua-et-

Barbuda

Dominique*

Grenade*

Saint-Kitts-et-Nevis

Saint-Vincent-et-les

Grenadines

Sainte-Lucie
UEMOA

Bénin*

Burkina Faso*

Côte d’Ivoire

Guinée–Bissau

Mali*

Niger*

Sénégal

Togo
CEMAC

Cameroun*

Congo, Rép. du*

Gabon

Guinée équatoriale

République Centrafricaine

Tchad*
Caisse

d’émission (7)
Bosnie-Herzégovine

Brunéi Darussalam

Bulgarie*

Djibouti

Estonie5

Hong Kong (RAS)

Lituanie5
Autres régimes

conventionnels

de parité fixe (49)
Par rapport à une

seule monnaie (44)

Antilles néerlandaises

Arabie Saoudite

Aruba

Azerbaïdjan6

Bahamas7

Bahreïn

Barbade

Bélarus6

Belize

Bhoutan

Cap-Vert

Chine†8

Comores9

Égypte6

Émirats arabes unis

Érythrée

Guyana*6

Honduras*†6

Îles Salomon6

Iraq*6

Jordanie6

Koweït

Lesotho

Lettonie5

Liban6

Macédoine, ex-Rép. youg. de*6

Maldives

Malte5

Mauritanie6

Namibie

Népal*

Oman

Pakistan†6

Qatar

République arabe syrienne7

Seychelles6

Suriname6,7

Swaziland

Trinité-et-Tobago6

Turkménistan6

Ukraine6

Venezuela, Rép. bolivarienne du

Vietnam6

Zimbabwe7
Par rapport à un groupe

de monnaies (5)

Fidji

Libye

Maroc

Samoa

Vanuatu
Chine†8

Guyana*6,11

Suriname6,11,7
Pakistan†6
Rattachement du

taux de change à

l’intérieur de bandes

de fluctuation

horizontales (6)10
Dans le cadre d’un

mécanisme de

coopération MCE II (4)
Autres bandes

de fluctuation (2)
Hongrie†

Rép. slovaque†5
Chypre5

Danemark5

Rép. slovaque†5

Slovénie5
Hongrie†

Tonga
Système de

parités mobiles (5)
Bolivie

Botswana7

Costa Rica

Iran, Rép. islam. d’6

Nicaragua*
Iran, Rép. islam. d’6
Flottement dirigé

sans annonce

préalable de la

trajectoire du taux

de change (53)
Argentine

Bangladesh*

Cambodge

Éthiopie6

Gambie6

Ghana*6

Haïti6

Indonésie

Jamaïque6

Madagascar6

Malawi*

Maurice

Moldova*

Mongolie

Rép. dém. pop. lao7

Serbie-et-

Monténégro*12

Soudan

Sri Lanka6

Tadjikistan

Tunisie

Uruguay*6

Yémen, Rép. du6

Zambie*
Colombie*

Guatemala6

Pérou*

Rép. tchèque

Roumanie*

Thaïlande
Afghanistan, État

islamique d’*

Géorgie*

Kenya*

Rép. kirghize*

Mozambique*6

Rwanda*
Algérie

Angola

Burundi*

Croatie

Guinée6

Inde

Kazakhstan

Libéria6

Malaisie

Myanmar7

Nigéria6

Ouzbékistan7

Papouasie-

Nouvelle-Guinée6

Paraguay

République

Dominicaine*

Russie, Fédération de

São Tomé-et-

Príncipe*

Singapour
Flottement

indépendant (26)
Albanie*

Congo, Rép.

dém. du

Ouganda

Sierra Leone6
Afrique du Sud

Australie

Brésil

Canada

Chili

Corée

Islande

Israël

Mexique

Norvège

Nouvelle-Zélande

Philippines

Pologne

Royaume-Uni

Suède

Turquie*
Arménie*

Tanzanie*6
États-Unis

Japon

Somalie7,13

Suisse
Sources: rapports des services du FMI; Recent Economic Developments; estimations des services du FMI.

L’astérisque (*) indique que le pays applique un programme appuyé par le FMI ou un autre programme monétaire. Le symbole (†) signifie que le pays ne se contente pas d’un seul point d’ancrage dans la conduite de sa politique monétaire. Il convient de noter toutefois qu’il ne serait pas possible, pour des raisons pratiques, d’indiquer dans ce tableau le point d’ancrage nominal qui joue le rôle principal dans la conduite de cette politique.

Ces pays n’ont pas explicitement fait état d’un ancrage nominal, mais suivent plusieurs indicateurs dans la conduite de leur politique monétaire.

Ces pays ont un régime de caisse d’émission.

Il est interdit d’imprimer de nouveaux billets libellés en colon, la monnaie nationale, mais le stock existant de colones continuera à circuler, aux côtés du dollar EU, jusqu’à l’usure de tous les billets.

Pays participant au MCE II du Système monétaire européen.

Pays dont le régime de fait diffère du régime officiel.

Pays qui applique un régime faisant intervenir plusieurs marchés des changes. Le régime indiqué est celui qui correspond au principal marché.

Le 21 juillet 2005, la Chine a annoncé une réévaluation de 2,1 % du taux de change renminbi/dollar EU et une modification de son régime de change pour permettre au renminbi de fluctuer en fonction de l’offre et de la demande, par rapport à un panier de monnaies dont la composition n’a pas été communiquée. Pour permettre que le taux de change du renminbi réponde davantage au jeu des forces du marché, des dispositions ont été prises depuis juillet 2005, en vue de libéraliser et de développer les marchés des changes en Chine, notamment par la création d’un marché hors cote au comptant des devises et des marchés de swaps et à terme de devises. De la fin juillet 2005 à la fin avril 2006, le taux de change du renminbi s’est assoupli, mais avec des fluctuations par rapport au dollar EU inférieures à la fourchette de 2 % (sur une période de trois mois) qu’utilise le FMI, dans son système de classification des taux de change de facto, comme indicateur d’un régime d’ancrage fixe du taux de change.

Les dispositions en vigueur entre les Comores et le Trésor français sont identiques à celles qui existent pour les pays africains de la zone franc.

Pour ces pays, la marge est comme suit: Chypre (±15 %), Danemark (±2,25 %), Hongrie (±15 %), République slovaque (±15 %), Slovénie (non communiquée) et Tonga (±5%).

Il n’y a pas d’indices d’interventions directes des autorités sur le marché des changes.

La description du régime de taux de change s’applique uniquement à la République de Serbie, qui contribue pour environ 93 % à l’économie de la Serbie-et-Monténégro; l’euro est la monnaie officielle de la République de Monténégro; dans la province du Kosovo sous administration des Nations Unies, l’euro est la monnaie la plus utilisée.

Faute d’informations suffisantes, on utilise, pour classer ce pays, les dernières consultations officielles.

Sources: rapports des services du FMI; Recent Economic Developments; estimations des services du FMI.

L’astérisque (*) indique que le pays applique un programme appuyé par le FMI ou un autre programme monétaire. Le symbole (†) signifie que le pays ne se contente pas d’un seul point d’ancrage dans la conduite de sa politique monétaire. Il convient de noter toutefois qu’il ne serait pas possible, pour des raisons pratiques, d’indiquer dans ce tableau le point d’ancrage nominal qui joue le rôle principal dans la conduite de cette politique.

Ces pays n’ont pas explicitement fait état d’un ancrage nominal, mais suivent plusieurs indicateurs dans la conduite de leur politique monétaire.

Ces pays ont un régime de caisse d’émission.

Il est interdit d’imprimer de nouveaux billets libellés en colon, la monnaie nationale, mais le stock existant de colones continuera à circuler, aux côtés du dollar EU, jusqu’à l’usure de tous les billets.

Pays participant au MCE II du Système monétaire européen.

Pays dont le régime de fait diffère du régime officiel.

Pays qui applique un régime faisant intervenir plusieurs marchés des changes. Le régime indiqué est celui qui correspond au principal marché.

Le 21 juillet 2005, la Chine a annoncé une réévaluation de 2,1 % du taux de change renminbi/dollar EU et une modification de son régime de change pour permettre au renminbi de fluctuer en fonction de l’offre et de la demande, par rapport à un panier de monnaies dont la composition n’a pas été communiquée. Pour permettre que le taux de change du renminbi réponde davantage au jeu des forces du marché, des dispositions ont été prises depuis juillet 2005, en vue de libéraliser et de développer les marchés des changes en Chine, notamment par la création d’un marché hors cote au comptant des devises et des marchés de swaps et à terme de devises. De la fin juillet 2005 à la fin avril 2006, le taux de change du renminbi s’est assoupli, mais avec des fluctuations par rapport au dollar EU inférieures à la fourchette de 2 % (sur une période de trois mois) qu’utilise le FMI, dans son système de classification des taux de change de facto, comme indicateur d’un régime d’ancrage fixe du taux de change.

Les dispositions en vigueur entre les Comores et le Trésor français sont identiques à celles qui existent pour les pays africains de la zone franc.

Pour ces pays, la marge est comme suit: Chypre (±15 %), Danemark (±2,25 %), Hongrie (±15 %), République slovaque (±15 %), Slovénie (non communiquée) et Tonga (±5%).

Il n’y a pas d’indices d’interventions directes des autorités sur le marché des changes.

La description du régime de taux de change s’applique uniquement à la République de Serbie, qui contribue pour environ 93 % à l’économie de la Serbie-et-Monténégro; l’euro est la monnaie officielle de la République de Monténégro; dans la province du Kosovo sous administration des Nations Unies, l’euro est la monnaie la plus utilisée.

Faute d’informations suffisantes, on utilise, pour classer ce pays, les dernières consultations officielles.

1Par autorités monétaires officielles, on entend, outre les banques centrales et les caisses d’émission, les fonds de stabilisation des changes et Trésors, dans la mesure où ils exercent les fonctions dévolues à une autorité monétaire.
2Les données relatives à la composition en devises figurant dans l’édition 2005 du Rapport annuel ne sont pas directement comparables à celles des précédentes éditions, en raison des révisions qui y ont été apportées. Pour plus de précisions, voir www.imf.org/external/np/sec/pr/2005/pr05284.htm.
3Il s’agit des réserves de change libellées, jusqu’au 31 décembre 1998, en monnaies nationales des pays qui sont entrés dans la zone euro et en écu.
4Ce chiffre ne comprend pas les réserves non allouées qui représentent presque la moitié du total des réserves de change officielles des pays en développement.

    Other Resources Citing This Publication