Article

Le Conseil d’administration du FMI conclut les consultations au titre de l’article IV avec le Gabon

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
June 2011
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Le 18 février 2011, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu les consultations au titre de l’article IV avec le Gabon6.

Informations générales

Le Gabon se remet de la crise financière. À cause du faible niveau des cours et de la demande des produits de base, les excédents budgétaire et extérieur courant de 2009 se sont contractés, et la croissance est devenue modérément négative. Selon les estimations, le PIB réel progressera de 5,7 % en 2010 et restera dans l'ensemble à ce niveau en 2011, grâce à l’investissement public et à un rebond du secteur minier. D'après les projections, le taux annuel moyen d'inflation devrait rester faible. Le déficit primaire hors pétrole se dégradera sensiblement sous l'effet de la hausse de l'investissement public et de la chute des recettes non pétrolières.

Soutenue par le secteur minier et celui de la transformation du bois, ainsi que par l'investissement public, l’activité devrait, selon les projections, rester robuste en 2011. Les prévisions font état d’une accélération de l’inflation sous l’effet essentiellement de la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie. Le risque le plus à craindre pour les perspectives économiques est un recul des cours du pétrole et du manganèse, car ces produits de base ont représenté, en moyenne pendant la dernière décennie, environ 90 % des exportations de biens et 45 % du PIB nominal.

Afin d’améliorer la qualité de la dépense et de dégager les ressources nécessaires pour financer des dépenses favorables à la croissance et des dépenses sociales, les autorités renforcent actuellement la gestion des finances publiques. Les réformes visant à améliorer le climat des affaires pour faciliter le développement du secteur privé sont axées sur l’abolition d’une réglementation lourde imposant de longues procédures. Afin d'élargir l'accès aux services financiers, des travaux sont en cours pour finaliser la stratégie de microfinance à moyen terme.

L’objectif des autorités est de transformer le Gabon en une économie émergente en diversifiant l'activité en dehors du pétrole et en mettant en place un climat favorable aux affaires.

Évaluation par le Conseil d’administration

Les administrateurs notent avec satisfaction que le Gabon se remet de la crise mondiale. Il s’agit maintenant de préparer le pays à l’ère de l’après–pétrole en diversifiant l’économie, en rehaussant la compétitivité extérieure et en faisant reculer la pauvreté. Les administrateurs soulignent que le maintien de la viabilité des finances publiques à long terme, l’amélioration du climat des affaires et le renforcement du secteur financier doivent être les pièces maîtresses de la stratégie des autorités pour transformer le Gabon en une économie émergente.

Les administrateurs soulignent que, du fait de la raréfaction des réserves pétrolières, il est crucial de poursuivre le rééquilibrage du budget tout en répondant aux énormes besoins de développement du pays. Il faut lier les budgets annuels à des politiques à plus long terme et à des progrès vers la viabilité des finances publiques. Il convient d’ancrer les dépenses d’équipement dans un programme d’investissement pluriannuel réaliste et une stratégie budgétaire à moyen terme crédible pour préserver la stabilité macroéconomique. Un certain nombre d’administrateurs sont d’avis qu’il est possible à moyen terme d’accélérer le rééquilibrage budgétaire, tout en accroissant l’investissement dans les infrastructures, ainsi que dans la santé et l’éducation. Quelques autres administrateurs jugent qu’un ajustement plus graduel serait bénéfique.

Les administrateurs notent avec satisfaction que les autorités ont l’intention de renforcer la gestion des finances publiques afin d’améliorer la qualité de la dépense et de dégager les ressources nécessaires pour financer des dépenses favorables à la croissance et des dépenses sociales. Il est prioritaire d’opérer des réformes pour réorienter l’investissement public vers les projets d’infrastructures et projets sociaux de première importance, ainsi que pour renforcer l’évaluation, la sélection et le suivi des projets. Les administrateurs soulignent également qu’il importe d’accroître la transparence et la responsabilisation dans la gestion des ressources minières, en particulier pour ce qui est des nouveaux fonds dont la mise en place est envisagée.

Les administrateurs notent que les services du FMI sont d’avis que le taux de change effectif réel semble correspondre plus ou moins aux paramètres économiques fondamentaux. Par ailleurs, ils encouragent les autorités à redoubler d’effort pour rehausser la compétitivité extérieure. Face aux mauvais résultats du secteur non pétrolier, il est nécessaire d’opérer des réformes structurelles pour améliorer le climat des affaires, mettre en place les infrastructures de base, améliorer les services de santé et d’éducation, et assouplir le marché du travail.

Les administrateurs soulignent que l’accès limité aux services financiers reste un obstacle important au développement du secteur privé. Ils sont d’avis que l’amélioration du cadre institutionnel et réglementaire, en particulier pour les petites et moyennes entreprises, doit être une priorité. Les administrateurs conseillent aux autorités d’éliminer dès que possible la taxe sur les virements, qui donne lieu à une restriction de change au titre de l’article VIII.

Les administrateurs encouragent les autorités à continuer d’améliorer la qualité des données économiques et financières, en utilisant l’assistance technique du FMI et des donateurs.

Les notes d'information au public (NIP) s’inscrivent dans le cadre des efforts que déploie le FMI pour promouvoir la transparence de ses prises de position et de son analyse de l’évolution et des politiques économiques. Les NIP sont diffusées avec le consentement des pays concernés, à l’issue de l’examen par le Conseil d’administration des rapports sur les consultations au titre de l’article IV avec les pays, de la surveillance de l’évolution économique à l’échelle régionale, du suivi post–programme et des évaluations ex post de la situation des pays membres où le FMI a appuyé des programmes sur une longue durée. Les NIP sont aussi diffusées à l’issue de l’examen des questions de politique générale par le Conseil d’administration, sauf si le Conseil en décide autrement.

Gabon: Principaux indicateurs économiques, 2008–2015
20082009201020112012201320142015
Est.Proj.
(Variation annuelle en pourcentage, sauf indication contraire)
Production, prix et monnaie
PIB réel2.3–1.45.75.63.31.62.62.5
Pétrole–1.4–4.54.11.5–0.8–6.1–0.6–0.7
Hors–pétrole3.4–0.56.16.74.33.63.33.2
Prix à la consommation (moyenne)5.32.10.42.33.43.13.03.0
Termes de l’échange (détérioration = –)13.4–22.611.01.61.80.40.41.0
Monnaie au sens large8.82.28.39.29.510.56.15.0
(en pourcentage du PIB, sauf indication contraire)
Opérations de l’État
Solde global (base engagements)11.46.54.85.06.15.05.55.8
Solde primaire hors–pétrole (%du PIB non pétrolier)–14.8–13.9–21.1–22.5–18.7–16.7–15.1–14.0
Secteur extérieur
Solde des transactions courantes (transferts officiels compris)23.37.910.511.610.26.26.05.2
Dette publique extérieure15.618.815.714.313.112.612.211.7
Sources: autorités gabonaises et estimations et projections des services du FMI.
Sources: autorités gabonaises et estimations et projections des services du FMI.
6Conformément aux dispositions de l'article IV de ses Statuts, le FMI procède, habituellement chaque année, à des consultations bilatérales avec ses membres. Une mission des services du FMI se rend dans le pays, recueille des données économiques et financières, et s'entretient avec les responsables nationaux de l'évolution et des politiques économiques du pays. De retour au siège, les membres de la mission rédigent un rapport qui sert de cadre aux délibérations du Conseil d'administration. À l'issue de ces délibérations, le Directeur général, en qualité de Président du Conseil d'administration, résume les opinions des administrateurs, et ce résumé est communiqué aux autorités du pays. On trouvera une explication des termes convenus généralement utilisés dans les résumés des délibérations du Conseil d'administration à l’adresse suivante: http://www.imf.org/external/np/sec/misc/qualifiers.htm.

Other Resources Citing This Publication