Browse

You are looking at 1 - 10 of 33 items for :

  • Regional Economic Outlook x
  • Refine By Language: French x
Clear All
International Monetary Fund. African Dept.

Abstract

Rédigées par la branche Stratégie du Département Afrique du FMI et publiées deux fois l'an en anglais et en français, les « Perspectives économiques régionales : Afrique subsaharienne » analysent les résultats économiques et les perspectives à court terme des 44 pays couverts par le département. Thèmes évoqués dans les éditions précédentes : réactions aux chocs exogènes ; résultats en matière de croissance et politiques porteuses de croissance ; efficacité des arrangements commerciaux régionaux ; implications macroéconomiques de l'expansion de l'aide ; développement du secteur financier ; décentralisation budgétaire. Des données détaillées sur les pays, groupés selon qu'ils sont exportateurs ou importateurs de pétrole et selon leur sous-région, sont présentées dans un appendice et un appendice statistique, et une liste des publications pertinentes du département Afrique est également fournie. ISSN 0258-7440.

International Monetary Fund. African Dept.

Abstract

Ce rapport donne un tour d'horizon de l'évolution économique récente dans la région du Moyen-Orient et de l'Asie centrale, en mettant en avant les tendances et politiques communes aux pays de la région, et examine les perspectives et les politiques envisagées pour l'année à venir. Comporte un appendice statistique.

International Monetary Fund. European Dept.

Abstract

Une situation foncièrement saine devrait permettre à l’économie européenne de supporter sans trop de mal les turbulences financières actuelles. Les prévisions laissent néanmoins entrevoir un tassement du rythme de croissance dans presque tous les pays de la région en 2008. Les dirigeants devront s'attaquer résolument aux turbulences des marchés financiers tout en assainissant les finances publiques et en mettant en œuvre des réformes structurelles, notamment dans le secteur financier, afin de pallier les vulnérabilités, de relever les perspectives de croissance à moyen terme et de réaliser la convergence promise dans les pays émergents d'Europe. Trois chapitres analytiques abordent les réformes visant à renforcer les systèmes financiers de l'Europe afin de permettre aux pays avancés de tirer parti de l'innovation sans encourir de risques excessifs, et aux pays émergents de gérer le développement rapide du secteur financier et de renforcer encore les systèmes financiers.

International Monetary Fund. African Dept.

Abstract

Les perspectives sont excellentes pour la région. La croissance en Afrique subsaharienne devrait atteindre 6 % en 2007 et 6¾ % en 2008. L’expansion économique est plus forte dans les pays exportateurs de pétrole, mais bénéficie à toutes les catégories de pays. De tels résultats s’inscriraient dans une période particulièrement positive. La forte croissance et le bas niveau d’inflation observés dans la région ces dernières années sont sans précédent depuis plus de 30 ans.

International Monetary Fund. African Dept.

Abstract

Tout porte à croire que l’année en cours sera, elle aussi, une année encourageante pour la plupart des pays d’Afrique subsaharienne. Sous l’effet surtout du dynamisme de la demande intérieure mais aussi du niveau élevé des cours des produits de base, l’économie de la région devrait croître de plus de 5¼ % en 2011. Pour 2012, selon les projections de référence des services du FMI, la croissance régionale devrait être supérieure à 5¾ %, compte tenu notamment des mesures ponctuelles prises par plusieurs pays pour stimuler la production. Mais il y a des fantômes au banquet : la hausse des prix mondiaux des produits de l’alimentation et de l’énergie, amplifiée par la sécheresse qui sévit par endroits, a mis à mal les budgets des pauvres et a provoqué une poussée d’inflation, et les hésitations de la reprise mondiale menacent d’assombrir les perspectives d’exportation et de croissance. Les projections régionales pour 2012 reposent en grande partie sur l’hypothèse que le rythme de croissance de l’économie mondiale se maintiendra autour de 4 %. Si la croissance continue de ralentir dans les pays avancés et que la demande mondiale s’en trouve freinée, l’expansion en cours dans la région connaîtra vraisemblablement de grandes difficultés, les pays les plus exposés étant probablement ceux qui sont plus intégrés à l’économie mondiale. Au cours des mois à venir, les autorités devront gérer un équilibre délicat entre, d’une part, la nécessité d’affronter les défis engendrés par la vigueur de la croissance et les récents chocs exogènes et, d’autre part, celle d’éviter les effets négatifs d’un nouveau ralentissement de l’activité mondiale. Dans certains pays moins dynamiques, qui sont surtout des pays à revenu intermédiaire et où la liberté d’action des autorités n’est pas soumise à des contraintes financières, il est clair que les pouvoirs publics doivent continuer de soutenir la croissance de la production, à plus forte raison si la croissance mondiale vacille. Pour autant que l’économie mondiale connaisse, comme prévu aujourd’hui, une croissance régulière mais faible, la plupart des pays à faible revenu de la région devraient fonder résolument leur politique budgétaire sur des considérations de moyen terme, tout en resserrant leur politique monétaire partout où l’inflation hors alimentation a dépassé 10 %. En cas de ralentissement de l’activité mondiale, sous réserve des contraintes de financement, ces pays devraient s’attacher à maintenir les initiatives de dépenses déjà prévues, en laissant jouer les stabilisateurs automatiques du côté des recettes. En ce qui concerne les pays exportateurs de pétrole, l’amélioration des termes de l’échange offre une bonne occasion de constituer des marges de manœuvre pour parer à un regain de volatilité des prix.

International Monetary Fund. African Dept.

Abstract

L'Afrique subsaharienne a connu ces trois dernières années sa plus forte croissance en trente ans ; l'augmentation des recettes pétrolières et l'allègement accru de la dette ont permis d'avancer dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Malgré des tensions budgétaires, la plupart des pays sont parvenus à préserver la stabilité macroéconomique au moyen de mesures visant à soutenir et maintenir la forte croissance de la région. Ce nouveau numéro des PER est complété par des analyses sur les difficultés macroéconomiques auxquelles sont confrontés les producteurs de pétrole, sur l'évolution des flux commerciaux, notamment avec la Chine, et sur le développement des marchés de la dette publique.

International Monetary Fund. African Dept.

Abstract

Les perspectives restent prometteuses pour la région, mais l'évolution de la situation mondiale présente des risques accrus. La croissance en Afrique subsaharienne devrait à nouveau s'établir aux alentours de 6,5 % en 2008, avec les pays exportateurs de pétrole en tête de peloton ; dans les pays importateurs, la croissance devrait par contre se tasser modérément. Les prix des denrées alimentaires et de l'énergie augmentant encore, l'inflation devrait s'établir en moyenne à environ 8,5 % cette année dans les pays de la région, à l'exception du Zimbabwe. La tendance des risques que pour 2008 est plutôt négative, mais la région est aujourd'hui mieux placée pour résister à une dégradation de la situation mondiale.

International Monetary Fund. African Dept.

Abstract

Rédigées par le département Afrique du FMI et publiées deux fois par an en anglais en français, les Perspectives économiques régionales pour l'Afrique subsaharienne analysent les résultats économiques et les perspectives à court terme des pays d'Afrique subsaharienne et fournissent une analyse détaillée de certains thèmes. L'édition d'avril 2009 comporte deux grands chapitres : 1) l'impact de la crise financière mondiale sur l'Afrique subsaharienne ; 2) les systèmes financiers subsahariens et le choc financier mondial. L'appendice de statistiques fournit des données détaillées sur chaque pays.

International Monetary Fund. African Dept.

Abstract

Tout porte à croire que le ralentissement économique en Afrique subsaharienne aura heureusement été de courte durée. La reprise est en cours dans toute la région. La relative capacité de résistance de la région lors de cette récession mondiale, qui distingue le dernier ralentissement en date des cycles précédents, réside dans le fait que la plupart des pays de la région ont abordé la crise dans de meilleures conditions sur le plan macroéconomique. Les politiques macroéconomiques anticycliques ont joué un rôle important : près des deux tiers des pays qui ont connu un ralentissement en 2009 ont été en mesure d'accroître leurs dépenses publiques pour soutenir l'activité économique. Toutefois, la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement a été freinée. Les pays à revenu intermédiaire et les pays exportateurs de pétrole ont été touchés particulièrement durement par l'effondrement du commerce international et des marchés des produits de base ; les pays à faible revenu de la région ont relativement peu souffert. Désormais, dans la plupart des pays d'Afrique subsaharienne, les politiques budgétaires doivent privilégier les objectifs à moyen terme, les marges de manœuvre des politiques macroéconomiques doivent être reconstituées, les systèmes financiers doivent être renforcés. Document publié deux fois par an, en mai et en octobre.

International Monetary Fund. African Dept.

Abstract

La reprise est bien engagée en Afrique subsaharienne, mais on constate des variations de rythme entre groupes de pays. La plupart des pays à faible revenu et des pays exportateurs de pétrole ont presque retrouvé leur taux de croissance d'avant la crise. Par contre, le redressement se fait plus progressivement dans les pays à revenu intermédiaire de la région, dont l'Afrique du Sud. Cette édition des Perspectives économiques régionales décrit les incidences de l'évolution économique récente : les fortes hausses des cours des denrées alimentaires et du pétrole nécessiteront des interventions budgétaires en faveur des pauvres, tandis que l'augmentation des cours pétroliers fera le bonheur de certains pays, mais le malheur d'autres. Il sera nécessaire d'abandonner les mesures de soutiens à l'activité qui ont caractérisé les politiques menées ces dernières années, tout en atténuant les conséquences de la hausse des prix des denrées alimentaires pour les ménages pauvres.