Browse

You are looking at 1 - 10 of 17 items for :

  • Type: Journal Issue x
  • Natural Resources x
  • Refine By Language: French x
Clear All Modify Search
International Monetary Fund. Research Dept.

Abstract

The global economy is climbing out from the depths to which it had plummeted during the Great Lockdown in April. But with the COVID-19 pandemic continuing to spread, many countries have slowed reopening and some are reinstating partial lockdowns to protect susceptible populations. While recovery in China has been faster than expected, the global economy’s long ascent back to pre-pandemic levels of activity remains prone to setbacks.

International Monetary Fund. Research Dept.

Abstract

Global growth for 2018–19 is projected to remain steady at its 2017 level, but its pace is less vigorous than projected in April and it has become less balanced. Downside risks to global growth have risen in the past six months and the potential for upside surprises has receded. Global growth is projected at 3.7 percent for 2018–19—0.2 percentage point lower for both years than forecast in April. The downward revision reflects surprises that suppressed activity in early 2018 in some major advanced economies, the negative effects of the trade measures implemented or approved between April and mid-September, as well as a weaker outlook for some key emerging market and developing economies arising from country-specific factors, tighter financial conditions, geopolitical tensions, and higher oil import bills. The balance of risks to the global growth forecast has shifted to the downside in a context of elevated policy uncertainty. Several of the downside risks highlighted in the April 2018 World Economic Outlook (WEO)—such as rising trade barriers and a reversal of capital flows to emerging market economies with weaker fundamentals and higher political risk—have become more pronounced or have partially materialized. Meanwhile, the potential for upside surprises has receded, given the tightening of financial conditions in some parts of the world, higher trade costs, slow implementation of reforms recommended in the past, and waning growth momentum.

United Nations, European Commission, Food and Agricultural Organization of the United Nations, International Monetary Fund, Organization for Economic Co-operation and Development, and World Bank

Abstract

Des données comparables et fiables sous-tendant des cadres cohérents d'analyse et de politique publique constituent des éléments essentiels pour guider les débats et orienter les politiques liées aux interactions entre l'économie et l'environnement. Le cadre central du système de comptabilité économique et environnementale 2012 (SCEE) est un cadre statistique consistant en un ensemble complet de tableaux et de comptes qui guident l'établissement de statistiques et d'indicateurs cohérents et comparables aux fins d'élaboration de politiques, d'analyses et de recherches. Il est produit et publié conjointement par les Nations unies, la Commission européenne, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l'Organisation de coopération et de développement économiques, le FMI et le groupe de la Banque mondiale. Le cadre central du SCEE reflète l'évolution des besoins de ses utilisateurs, des pratiques en matière de comptabilité économique et environnementale et de la recherche méthodologique.

International Monetary Fund. External Relations Dept.
Finances & Développement, mars 2017
International Monetary Fund. Communications Department
Finances & Développement, mars 2016
Mr. Jack Calder

Abstract

L’administration des recettes fiscales tirées de ressources naturelles présente des difficultés particulières. Ce manuel est l’un des premiers ouvrages à s’intéresser de près à l’efficacité de l’administration des recettes issues des industries extractives. Il fournit aux décideurs politiques et aux agents des pays en développement et émergents des instructions pratiques pour mettre en place un cadre juridique, une organisation et des procédures solides pour gérer les recettes issues de ces industries. Il aborde le thème de la transparence et de sa promotion face une demande croissante des parties prenantes nationales et internationales pour plus de clarté et de responsabilité dans l’administration des recettes publiques tirées des ressources naturelles. Il approfondit également les solutions pour que les pays en développement parviennent à renforcer leurs capacités techniques et managériales pour mieux administrer ces recettes.

Mr. Enrique A Gelbard, Corinne Deléchat, Ms. Ejona Fuli, Mr. Mumtaz Hussain, Mr. Ulrich Jacoby, Mrs. Dafina Glaser, Mr. Marco Pani, Mr. Gustavo Ramirez, and Rui Xu
Ce document analyse la persistance de la fragilité dans certains pays d'Afrique subsaharienne et la coexistence de multiples dimensions de la faiblesse de l'État. L'étude passe également en revue les caractéristiques de la fragilité, et ses liens avec les conflits et l'action internationale en faveur des états fragiles, avant de dresser un état des lieux de la situation et des domaines dans lesquels la résilience a progressé. Elle s'intéresse également au rôle des politiques et institutions budgétaires, et analyse les phases d'accélération et de ralentissement de la croissance. Une analyse du cas de sept pays précise certain des principaux facteurs en jeu et illustre la diversité des voies suivies, en soulignant l'importance de l'échelonnement des réformes. Enfin, l'étude se termine par une synthèse des principaux résultats et conséquences pratiques.
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Finances & Développement, mars 2015
Ms. Doris C Ross, Victor Duarte Lledo, Mr. Alex Segura-Ubiergo, Mr. Yuan Xiao, Ms. Iyabo Masha, Mr. Alun H. Thomas, and Mr. Keiichiro Inui
La présente publication met en exergue la croissance remarquablement vigoureuse du Mozambique au cours des vingt dernières années depuis la fin de la guerre civile en 1992, ainsi que les obstacles principaux que le pays doit encore surmonter pour sortir de la pauvreté et poursuivre son développement économique. Les chapitres portent entre autres sur les thèmes suivants : le rôle des mégaprojets et leur rapport à l'emploi et la croissance ; l'infrastructure et l'investissement public ; le Mozambique sur la voie de la croissance inclusive ; le développement du secteur agricole ; et l'établissement d'un socle de protection sociale.