Front Matter

Front Matter

Editor(s):
Alfred Schipke, Markus Rodlauer, and Longmei Zhang
Published Date:
April 2019
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

EXTRAIT

L’AVENIR DU MARCHÉ OBLIGATAIRE CHINOIS

SOUS LA DIRECTION DE

Alfred Schipke, Markus Rodlauer et ZHANG Longmei

Avant-propos

Voici un extrait de L’avenir du marché obligataire chinois, publié sous la direction d’Alfred Schipke, Markus Rodlauer et ZHANG Longmei.

Le marché obligataire chinois est appelé à jouer un rôle grandissant tant dans le pays que dans le reste du monde. L’entrée de ses obligations dans le calcul des indices mondiaux marquera une étape importante dans l’intégration de son marché financier, porteuse d’opportunités et de difficultés de taille pour les responsables politiques comme pour les investisseurs. Pour les uns comme pour les autres, il est essentiel de bien comprendre la structure et les caractéristiques uniques de ce marché, ainsi que les réformes que l’on peut souhaiter.

Ce volume présente une analyse complète des différents segments du marché obligataire chinois : des obligations souveraines et de crédit jusqu’au marché, en plein développement, des obligations de collectivités locales. Il traite aussi des contrats à terme sur obligations, des obligations vertes et des titres adossés à des actifs, ainsi que du marché offshore, qui joue un rôle important dans le développement du marché intérieur chinois.

Des universitaires et des représentants des autorités chinoises, du secteur privé et des services du FMI offrent cette analyse rigoureuse, accompagnée d’éléments indispensables sur les institutions, pour brosser un tableau complet du marché obligataire chinois.

Cet extrait est tiré d’épreuves non corrigées. Références et citations seront à vérifier une fois la version définitive publiée.

The Future of China’s Bond Market

Publié sous la direction d’Alfred Schipke, Markus Rodlauer et ZHANG Longmei

ISBN : 978-148437-214-2 (version papier en anglais)

Date de publication : février 2019

Formats : numérique ; broché, 6 X 9 pouces

Prix : 40 dollars

Pour toute information sur ce livre, veuillez vous adresser à :

International Monetary Fund, Publication Services

P.O. Box 92780, Washington, DC 20090, U.S.A.

Téléphone : (202) 623–7430 ♦Télécopie : (202) 623–7201

Courriel : publications@imf.org

www.bookstore.imf.org

© 2019 Fonds monétaire international

Table des matières

Les parties en rouge sont présentées dans cet extrait.

  • Avant-propos

  • Remerciements

  • Contributeurs

  • Abréviations

  • PREMIÈRE PARTIE : APERÇU GÉNÉRAL ET CONTEXTE MONDIAL

  • 1 Le marché obligataire chinois : caractéristiques, perspectives, réformes

    • Alfred Schipke, Markus Rodlauer et ZHANG Longmei

  • 2 Marché obligataire chinois et marchés financiers mondiaux

    • Eugenio Cerutti et Maurice Obstfeld

  • DEUXIÈME PARTIE : CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ OBLIGATAIRE

  • 3 Obligations souveraines : que nous apprend la courbe de rendements ?

    • CHEN Sally, ZHANG Longmei et Kevin Chow, avec la participation de Thomas Harjes et Nathan Porter

  • 4 Obligations de crédit

    • ZHANG Longmei et WU Yuchen

  • 5 Obligations des collectivités locales

    • W. Raphael Lam et WANG Jingsen

  • 6 Contrats à terme sur les obligations du Trésor

    • FANG Xinghai

  • 7 Obligations vertes

    • MA Jun, LIU Jialong, CHEN Zhouyang et XIE Wenhong

  • 8 Titres adossés à des créances mobilières/crédits mobiliers

    • ZONG Jun, LI Bo et Laura E. Kodres

  • TROISIÈME PARTIE : LES RÉFORMES DU MARCHÉ OBLIGATAIRE CHINOIS

  • 9 Ouverture du marché obligataire de la Chine : quelques considérations

    • GUO Kai

  • 10 Renforcement de la stabilité financière du marché obligataire de la Chine

    • MIAO Hui

  • 11 Levée des obstacles à la participation des investisseurs étrangers

    • LIU Becky

  • 12 Caractéristiques des transactions sur le marché obligataire chinois

    • Tobias Adrian, Henry Hoyle et Fabio M. Natalucci

  • 13 Élimination progressive des garanties implicites sur le marché obligataire

    • ZHU Ning, DING Ding et ZHANG Chi

  • 14 Communication de la politique monétaire : structure et impact sur le marché

    • Michael McMahon, Alfred Schipke et LI Xiang

  • QUATRIÈME PARTIE : MARCHÉ OBLIGATAIRE OFFSHORE

  • 15 Obligations offshore Dim Sum en renminbi

    • Kevin Chow et Daniel Law

  • 16 Obligations offshore d’entreprises chinoises libellées en dollars

    • DING Ding, HUANG Yi et ZHOU Yue

  • Glossaire

  • Index

Avant-propos

Il y a une quarantaine d’années, la Chine a pris la voie du gaige kaifang, soit « de la réforme et de l’ouverture ». Il en a résulté une croissance phénoménale qui a transformé la Chine et, par voie de conséquence, le monde entier : le pays s’est intégré à l’économie mondiale à un rythme rapide, accéléré par son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001. Le secteur financier chinois a lui aussi connu un développement spectaculaire, bien qu’il soit résolument centré sur les banques et qu’il ait encore peu de liens avec les marchés mondiaux. À mesure que la Chine poursuit ses réformes et son ouverture, le développement de ses marchés de capitaux — et en particulier de son marché obligataire — jouera un rôle crucial pour orienter les ressources vers les utilisations les plus productives. En allant vers davantage de maturité et d’ouverture, le marché obligataire chinois est appelé à devenir un pilier important du paysage financier mondial.

L’avenir du marché obligataire chinois s’ouvre par un rappel du développement spectaculaire du marché et de sa structure institutionnelle, essentiel pour comprendre les principaux facteurs qui font obstacle à une croissance soutenue dans un environnement de stabilité financière. Cet ouvrage analyse les différents segments du marché, depuis les obligations souveraines et de crédit jusqu’au marché en plein boom des obligations des collectivités locales et des obligations vertes. Il traite aussi des contrats à terme sur obligations, des titres adossés à des actifs et des marchés offshore, et fait un tour d’horizon des principales réformes à engager. Des mesures seraient notamment souhaitables pour améliorer la liquidité du marché ou la valorisation du risque, et pour lever certains obstacles rencontrés par les investisseurs chinois et étrangers. Il contient aussi des suggestions pour éliminer les garanties implicites, renforcer la stabilité financière et améliorer la communication.

Cet ouvrage contient des contributions des services du FMI, de la Banque populaire de Chine, de la Commission chinoise de régulation des valeurs mobilières, du ministère des Finances et de la China Central Depository & Clearing Corporation, ainsi que des apports du secteur privé et des universitaires. Cette grande diversité d’experts produit une analyse rigoureuse, combinée aux bonnes pratiques internationales et à un tableau détaillé du paysage institutionnel, assurant une pertinence tant pour les politiques économiques que d’un point de vue pratique.

Je salue cette publication qui offre une belle illustration de l’étroite collaboration entre la Chine et le FMI. Le FMI, à travers son travail de surveillance, de conseil et de renforcement des capacités, est un partenaire engagé des efforts de réforme et d’ouverture de la Chine. Je me réjouis de poursuivre et de renforcer cette coopération.

Christine Lagarde

Directrice générale

Fonds monétaire international

Remerciements

Alors que le secteur financier chinois poursuit son développement, son marché obligataire sera appelé à jouer un rôle croissant dans l’allocation de l’épargne et de l’investissement et dans le processus de diversification des actifs. Parallèlement, l’inclusion de ses obligations dans les indices mondiaux va marquer une étape positive dans l’intégration de son marché financier, avec des implications tant pour les investisseurs que pour les responsables économiques. Comprendre la structure du marché obligataire chinois, ses caractéristiques propres et les réformes à venir est plus indispensable que jamais. Tous ces points sont traités en profondeur dans cet ouvrage.

Il s’agit là d’un travail exceptionnel, car rassemblant des auteurs de plusieurs départements du FMI (Asie et Pacifique, marchés monétaires et capitaux, études, finances publiques et institut du développement des capacités), d’institutions chinoises (Banque populaire de Chine, Commission de régulation des valeurs mobilières, ministère des Finances, China Central Depository and Clearing Co., Ltd., Autorité monétaire de Hong Kong), du secteur privé et du monde universitaire. C’est cet effort de collaboration qui a rendu possible cette combinaison entre une démarche analytique rigoureuse et une connaissance détaillée du cadre institutionnel, ce qui est essentiel pour comprendre le marché obligataire chinois.

Un projet d’aussi grande envergure nécessite une multitude de collaborateurs. Nous remercions les participants à la Conférence 2018 Banque populaire de Chine–FMI sur le marché obligataire chinois de leurs commentaires judicieux. Nos vifs remerciements vont aussi au département international de la Banque populaire de Chine, en particulier à ZHU Jun, GUO Kai et LIN Ran. Nous sommes aussi reconnaissants à James Daniel pour son soutien et ses contributions, ainsi qu’à JIN Zhongxia, représentant de la Chine au conseil d’administration du FMI. Outre les auteurs des différents chapitres, cet ouvrage a été enrichi d’éléments et de commentaires de Changyong Rhee, Tobias Adrian, Kenneth H. Kang, Ratna Sahay, Itai Agur, Andreas W. Bauer, Jose Maria Cartas, CHEN Hongwan, CHEN Qianying, CHEN Sally, CHEN Sophia, Martin Cihak, Marcelo Dinenzon, Paolo Dudine, Andrew Fennel, GAO Terry, Ziya Gorpe, HO Kenneth, Deniz Igan, Phakawa Jeasakul, Gary Jones, Honey Karun, Mariam El Hamiani Khatat, Phousnith Khay, Purva Khera, Diane Kostroch, LU Dabiao, Sole Martinez Peria, Nicola Pierri, Lev Ratnovski, Edgardo Ruggiero, Mustafa Saiyid, Aydin Sakrak, Jochen Schmittmann, Stephen Schwartz, SHI Yu, Danny Suwanapruti, TANG Mk, Andrew Tilton, Helen Wang Wagner, James P. Walsh, WANG Kebing, WANG Ying, XU Yizhi, YAN Ting et YU Xiaoyan.

Saluons également ZHANG CHI, qui a assuré la coordination du projet avec une belle énergie, et LI Jing et SHAN Qiqi, pour le soutien apporté depuis le Bureau de Beijing. Ce travail n’aurait pas pu être réalisé sans l’aide d’un large aréopage d’économistes et d’assistants de recherche, parmi lesquels BAI Xuefei, ZHANG Yibin et GE Tingting. Gabriel Alvim a animé le projet depuis le siège du FMI, souvent tard dans la nuit. Nos remerciements sincères vont également à Nancy Morrison, Sherrie Brown et Patty Loo, qui se sont acquittées du travail éditorial, ainsi qu’à Jeffrey Hayden et Linda Kean pour l’animation des équipes. Nous saluons aussi bien sûr Rumit Pancholi, qui a supervisé la production du livre en un temps record.

Alfred Schipke, Markus Rodlauer et ZHANG Longmei

Directeurs de publication

Contributeurs

Tobias Adrian est conseiller financier et directeur du département des marchés monétaires et de capitaux du Fonds monétaire international (FMI). À ce titre, il dirige les activités du FMI en matière de surveillance du secteur financier, de politiques monétaires et macroprudentielles, de réglementation financière, de résolution bancaire, de gestion de la dette et de marchés financiers. Il est également responsable des activités de renforcement des capacités dans les pays membres du FMI en matière de surveillance et de réglementation des systèmes financiers, de résolution bancaire, de gestion des banques centrales, de régimes monétaires et de change et de gestion de la dette. Avant d’entrer au FMI, Tobias Adrian était vice-président et directeur adjoint du Groupe des études et des statistiques de la Réserve fédérale de New York. Il est l’auteur de nombreux articles parus dans des revues économiques et financières comme American Economic Review et Journal of Finance. Il a enseigné aux universités de Princeton et de New York. Il est titulaire d’un doctorat d’économie du Massachusetts Institute of Technology, d’une maîtrise d’économétrie et d’économie mathématique de la London School of Economics, d’un diplôme de l’université Goethe de Francfort et d’une maîtrise de l’université de Paris Dauphine.

Eugenio Cerutti est assistant du directeur du département des études du FMI depuis juin 2014. Il a également travaillé à la division macrofinance du département des études, ainsi qu’au sein des équipes du FMI pour la Barbade, la Bolivie, la Lituanie, la Suède, la Turquie et le Venezuela. Ses principaux domaines de recherche sont la macroéconomie internationale, les crises monétaires et bancaires et les relations macrofinancières. Il est titulaire d’un doctorat d’économie de l’université Johns Hopkins.

CHEN Sally est représentante résidente du FMI dans la RAS de Hong Kong et travaille sur les évolutions des marchés financiers dans la Grande Chine. À ce titre, elle entretient des relations avec les universitaires, les clubs de réflexion, les médias et les acteurs du marché, puisqu’elle coordonne les activités de communication du FMI dans la RAS de Hong Kong. Auparavant, elle a travaillé au département de la stratégie, des politiques et de l’évaluation du FMI et aux Bureaux États-Unis et Espagne. Ses recherches portent sur les liaisons macrofinancières, notamment la liquidité mondiale, les cycles financiers et les modalités et l’impact des réductions de dette. Avant d’entrer au FMI, elle a été économiste spécialisée dans la gestion d’actifs à BNP Paribas et à la Réserve fédérale de New York.

CHEN Zhouyang est chercheur à l’Institut monétaire international de l’université Renmin de Chine. Il a été rédacteur en chef du réseau de l’agence de presse Xinhua et d’un important service d’information financière, où il a créé un produit d’information et une base de données financières. Il se spécialise dans le taux de change du renminbi, l’internationalisation du renminbi et la finance verte. Il est l’auteur d’un grand nombre d’examens macroéconomiques, de commentaires et d’autres analyses. Il a préparé des rapports d’analyse économique, dont certains destinés exclusivement aux autorités centrales chinoises, notamment le Rapport annuel sur l’internationalisation du renminbi, le Rapport mensuel sur l’internationalisation du renminbi, le Rapport spécial sur la finance verte et le Rapport sur le développement des obligations vertes de la Chine, et il est coauteur du Rapport sur l’internationalisation du renminbi. Il est titulaire d’une M.J. et d’une M.S.F. de l’université Renmin de Chine.

Kevin Chow est économiste principal du Bureau annexe du FMI dans la RAS de Hong Kong. Ses recherches portent sur le développement de l’économie de la RAS de Hong Kong, et il oeuvre aux côtés du représentant résident du FMI dans la RAS de Hong Kong. Auparavant, il était directeur principal de l’Autorité monétaire de

Hong Kong, chargé de la recherche et des analyses sur la solidité du crédit de la RAS de Hong Kong et sur les agences de notation du crédit. Il est titulaire d’une M. Ec. DING Ding est chef adjoint de la division Caraïbes I au sein du département

Hémisphère occidental du FMI. Auparavant, il a travaillé sur des pays avancés et des pays émergents — Australie, Corée, Nouvelle-Zélande et Sri Lanka, notamment — et a été économiste principal de l’équipe du FMI chargée de la Chine. Il a publié sur différentes thématiques, notamment les liaisons macrofinancières, la transmission de la politique monétaire et les problèmes économiques de la Chine. Il est titulaire d’un doctorat d’économie de l’université Cornell. de l’université de Hong Kong.

FANG Xinghai est vice-président de la Commission de réglementation des valeurs mobilières de Chine. Auparavant, il a été directeur du bureau du Central Leading Group for Financial and Economic Affairs ; directeur général et vice-directeur général des services financiers municipaux de Shanghai ; président adjoint et vice-président de la Bourse de Shanghai ; directeur du bureau de coordination groupe de la China Construction Bank et secrétaire général du comité de direction de China Galaxy Securities Co., Ltd. Il a travaillé à la Banque mondiale dans le cadre du Programme des jeunes professionnels en 1993. Il est titulaire d’un doctorat d’économie de l’université Stanford.

GUO Kai est directeur général adjoint du département international de la Banque populaire de Chine. Ses activités ont principalement porté sur les États-Unis, le Royaume-Uni, le G-20 et le FMI. Avant d’entrer à la Banque populaire de Chine, il était économiste au FMI. Ses recherches portent notamment sur l’économie chinoise et la finance internationale. Il est titulaire d’un doctorat d’économie de l’université Harvard.

Thomas Harjes est économiste principal au sein du département des marchés monétaires et de capitaux du FMI, où il travaille à la division des politiques monétaires et macroprudentielles. Entre 2011 et 2015, M. Harjes était économiste en chef pour la zone euro, chargé de la veille sur la Banque centrale européenne à la banque Barclays à Francfort. Il a publié dans différents domaines, notamment la politique monétaire et les taux de change. Il possède un doctorat d’économie de l’université de Cologne (Allemagne).

Henry Hoyle est entré au FMI en 2015 en qualité d’expert du secteur financier au sein de la division de l’analyse des marchés mondiaux, chargé du suivi des marchés financiers mondiaux et de l’évaluation des risques pour la stabilité financière. Il est spécialisé dans les institutions et les marchés financiers en Chine et dans d’autres économies en développement. Auparavant, il a travaillé à la Réserve fédérale de New York, et il est titulaire d’une maîtrise de l’université Johns Hopkins, obtenue au sein de la School of Advanced International Studies.

HUANG Yi est titulaire de la Chaire Pictet en finance et développement du Graduate Institute of International and Development Studies de Genève, et chercheur affilié au Center for Economic and Policy Research (CEPR). Auparavant, il était économiste au département des études du FMI et chercheur associé du Globalization and Monetary Policy Institute de la Réserve fédérale de Dallas. Il est membre du Conseil sur les déséquilibres économiques mondiaux du Forum économique mondial. Ses domaines de recherche sont notamment la macroéconomie et la finance internationales, les fintech et l’e-entrepreneuriat. Il s’est récemment consacré plus particulièrement à l’influence du financement et des investissements des entreprises sur le marché financier et sur le marché du travail. M. HUANG est titulaire d’une maîtrise du Centre de recherche économique de Chine de l’université de Beijing et d’un doctorat en macroéconomie et finance internationales de la London Business School.

Laura E. Kodres est actuellement directrice adjointe et chef de la division Asie au sein de l’institut du Fonds monétaire international pour le développement des capacités. Elle est titulaire d’une licence d’économie de l’université de Californie à Davis et d’un doctorat d’économie de l’université Northwestern à Evanston (Illinois). Elle a occupé divers postes au Chicago Mercantile Exchange, à la Commodity Futures Trading Commission et à la Réserve fédérale. Elle est entrée au Fonds monétaire international en 1994, où elle a exercé différentes fonctions, notamment chef de la division de l’analyse de la stabilité financière mondiale au sein du département des marchés monétaires et de capitaux. Elle a publié des articles sur la finance, notamment sur la contagion et la finance comportementale, dans l’American Economic Review, le Journal of Finance et le Journal of Business.

W. Raphael Lam travaille au département des finances publiques du FMI sur les politiques budgétaires et la surveillance. Entre 2014 et 2017, il était représentant résident adjoint du Bureau du FMI en Chine. Il a également oeuvré au sein d’autres équipes pays des départements Asie et Pacifique et Europe, ce qui lui a valu de participer au programme de prêt du FMI à l’Islande durant la crise financière mondiale, au Programme d’évaluation du secteur financier du Japon et à la surveillance au niveau régional du FMI. Il a codirigé la publication d’un ouvrage sur la modernisation de la Chine et publié des articles de recherche sur les marchés immobilier et du travail et les finances publiques en Chine. Il est titulaire d’un doctorat d’économie de l’université de Californie à Los Angeles.

Daniel Law travaille au département extérieur de l’Autorité monétaire de Hong Kong sur la réglementation financière mondiale et siège au Conseil de stabilité financière. Entre 2013 et 2017, il était économiste au bureau du représentant résident du FMI dans la RAS de Hong Kong. Ses domaines de travail sont notamment la macroéconomie et les marchés financiers en Chine et dans la RAS de Hong Kong. Il a également travaillé au sein des départements de recherche de l’Autorité monétaire de Hong Kong et de la Commission des titres et des contrats à terme. Il est titulaire d’une maîtrise d’économie de l’université chinoise de Hong Kong et analyste financier agréé CFA.

LI Bo est directrice principale de la Chinabond Research Centre of China Central Depository and Clearing Co., Ltd., spécialisée en recherche sur les innovations financières comme les titres adossés à des actifs et les financements structurés. Elle a à son actif dix ans de recherche sur la macroéconomie et les marchés financiers. Elle possède une maîtrise d’économie des technologies de l’Académie chinoise des sciences sociales.

LI Xiang est professeur adjoint à l’Institut Halle pour la recherche économique et à l’université Martin Luther de Halle-Wittenberg en Allemagne. Elle a été économiste à temps partiel au Bureau du FMI en Chine de 2017 à 2018 et chercheur invité à l’université du Minnesota de 2016 à 2017. Ses domaines de recherche sont la finance internationale, la macroéconomie en économie ouverte et l’économie chinoise. Elle a obtenu un doctorat en économie à l’École nationale du développement à l’université de Beijing en 2018.

LIU Becky est entrée à la Standard Chartered Bank en novembre 2012. Elle est actuellement chef de la Stratégie macroéconomique chinoise dans la RAS de Hong Kong. Ses principaux domaines d’action sont les taux de change chinois onshore et offshore et les marchés des titres à taux fixe, ainsi que le marché des changes de Hong Kong. Auparavant, Mme LIU était responsable de la stratégie du crédit chez HSBC, chargée des obligations dim sum et des obligations asiatiques en dollars EU, et responsable des indices des obligations HSBC. Elle est titulaire d’une licence de l’université du Nouveau-Brunswick et d’une maîtrise d’informatique de la City University of Hong Kong.

LIU Jialong est économiste au Centre for Finance and Development et analyste de recherche du Comité pour la finance verte au sein du Green Finance Committee de la China Society for Finance and Banking. Il est chargé de la gestion des projets de finance verte et participe à la recherche marketing et à l’élaboration des politiques de finance verte. Auparavant, il a travaillé pour Fore Research and Management, fonds spéculatif basé à Wall Street, et a été directeur des programmes de finance verte à l’Institution d’information publique sur l’environnement de Beijing.

MA Jun est directeur du Centre pour la finance et le développement de l’Institut national de recherche sur la finance de Tsinghua. Il est également conseiller spécial du gouverneur de la Banque populaire de Chine, président du Comité pour la finance verte de la China Society for Finance and Banking, coprésident du Groupe d’étude du G-20 sur la finance verte, membre du Forum Finance 40 de Chine, vice-président de l’Association chinoise pour les relations économiques internationales, et conseiller spécial sur la finance soutenable auprès de ONU Environnement. Entre 2014 et 2017, il a été économiste en chef au Bureau des études de la Banque populaire de Chine. Auparavant, il a travaillé pendant treize ans à la Deutsche Bank, en qualité de directeur général, d’économiste en chef pour la Grande Chine et de chef de la stratégie pour la Chine et Hong Kong. Entre 1992 et 2000, il a travaillé au FMI et à la Banque mondiale comme spécialiste des politiques publiques, économiste et économiste principal. Entre 1988 et 1990, il était chercheur invité au Centre de recherche sur le développement du Conseil d’État chinois. M. MA est titulaire d’un doctorat d’économie de l’université Georgetown et d’une maîtrise de l’université Fudan.

Michael McMahon est professeur d’économie à l’université d’Oxford. Il est également chercheur associé au St. Hugh’s College et au Centre for Economic Policy Research. Auparavant, il a enseigné à l’université de Warwick, à l’INSEAD, à l’université de New York, à l’université de Chicago, à la London Business School et à la London School of Economics. Il a dirigé des formations de renforcement des capacités dans toute l’Asie avec l’Institut du FMI à Singapour. Il a travaillé de nombreuses années à la Banque d’Angleterre. Ses recherches ont fait l’objet de publications dans Quarterly Journal of Economics, Review of Economic Studies, Journal of Monetary Economics et Review of Economics and Statistics. Il est titulaire d’une maîtrise, d’une maitrise de recherche et d’un doctorat de la London School of Economics.

MIAO Hui est entré au FMI en 2015 comme expert financier principal au sein du département des marchés monétaires et de capitaux. Auparavant, il était directeur de la stratégie d’investissement chez Temasek à Singapour, où il était chargé des perspectives macroéconomiques et multi-actifs sur le Japon et la Grande Chine. Encore auparavant, il était directeur à la Deutsche Bank (RAS de Hong Kong) chargé de la stratégie d’investissement pour la Chine et la RAS de Hong Kong. Il a également travaillé au sein de l’Autorité monétaire de Hong Kong, de JP Morgan et de Crédit Suisse, en recherche et en trading. L’essentiel de sa carrière s’est déroulée dans la RAS de Hong Kong et à Singapour, après un doctorat en économie internationale et une maîtrise en sciences informatiques de l’université de Californie à Santa Cruz.

Fabio M. Natalucci est directeur adjoint du département des marchés monétaires et de capitaux du FMI, chargé des fonctions de suivi des marchés financiers mondiaux et d’évaluation du risque systémique. Il est responsable du Rapport mondial sur la stabilité financière, qui présente l’évaluation du FMI sur les risques pesant sur la stabilité financière mondiale. Avant d’entrer au FMI, il était directeur principal adjoint de la division monétaire à la Réserve fédérale des États-Unis, où il effectuait des recherches et des analyses sur la relation entre politiques monétaire, financière et réglementaire et stabilité financière. Entre octobre 2016 et juin 2017, M. Natalucci était secrétaire adjoint à la stabilité et à la réglementation financière internationales au département du Trésor des États-Unis. Il était notamment chargé de piloter la participation des États-Unis à la coopération entre autorités de réglementation financière au G-20, représentant le Trésor au sein du Conseil de stabilité financière, coordonnant les réformes nationales et internationales de riposte à la crise, et surveillant le comportement et les facteurs de vulnérabilité des marchés financiers mondiaux. Il est titulaire d’un doctorat d’économie de l’université de New York.

Maurice Obstfeld est professeur d’économie « Class of 1958 » et ancien président de la Faculté d’économie (1998–2001) de l’université de Californie à Berkeley. Professeur titulaire à Berkeley depuis 1991, après l’avoir été aux universités Columbia (1979–1986) et de Pennsylvanie (1986–1989), et professeur invité à Harvard (1989– 90). Il a passé son doctorat d’économie au MIT en 1979, après des études à l’université de Pennsylvanie (licence, 1973) et au King’s College de l’université de Cambridge (maîtrise, 1975). De septembre 2015 à décembre 2018, Maurice Obstfeld a été conseiller économique et directeur des études au Fonds monétaire international. De juillet 2014 à août 2015, il a fait partie du groupe de conseillers économiques du président Obama. Auparavant (2002–14), il a été conseiller honoraire de l’Institut d’études monétaires et économiques de la Banque du Japon. Il est chercheur associé de l’Econometric Society et de l’American Academy of Arts and Sciences.

Nathan Porter est conseiller au département de la stratégie, des politiques et de l’évaluation du FMI, où il supervise les travaux sur la collaboration avec les dispositifs régionaux de financement, ainsi que sur différents pays faisant l’objet de surveillance ou de programmes. Parmi ses domaines de recherche figurent la libéralisation financière et la répression, les politiques monétaires et de change sur les marchés émergents, et le rééquilibrage (externe et interne) de la Chine. Il a également dirigé des travaux analytiques sur l’interaction entre outils de politique macroéconomique, les facteurs de vulnérabilité des marchés émergents, la conception de programmes d’ajustement avec les pays membres d’unions monétaires, l’adéquation des réserves internationales et les réformes de l’arsenal de prêts du FMI. M. Porter a également travaillé au sein des équipes du FMI chargées de la Chine, de la RAS de Hong Kong, de l’Irlande et de l’Islande. Avant d’entrer au FMI, il a travaillé pour le Trésor australien. Il est titulaire d’un doctorat d’économie de l’université de Pennsylvanie.

Markus Rodlauer était directeur adjoint du département Asie et Pacifique du FMI jusqu’à son départ à la retraite en décembre 2018. Parmi ses fonctions d’encadrement, il a supervisé l’équipe du FMI chargée de la Chine, qui a mené les consultations au titre de l’article IV avec la République populaire de Chine depuis quelques années. Auparavant, il a été directeur adjoint des ressources humaines, directeur adjoint du département Hémisphère occidental, chef de mission dans différents pays d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Sud et représentant résident du FMI en Pologne et aux Philippines. Avant d’entrer au FMI, M. Rodlauer travaillait au ministère autrichien des Affaires étrangères. Depuis janvier 2019, il est conseiller exécutif au Mécanisme européen de stabilité à Luxembourg. Il est titulaire d’un doctorat de droit de l’université d’Innsbruck et d’une maîtrise de relations internationales de l’Académie diplomatique de Vienne.

Alfred Schipke est représentant résident principal du FMI pour la Chine. À ce titre, il dispense des avis sur les politiques publiques, dirige le travail d’analyse du Bureau et coordonne les activités de renforcement des capacités du FMI en Chine. Auparavant, il était chef de division au sein du département Asie et Pacifique du FMI, où il coordonnait les travaux sur les pays à faible revenu et à forte croissance d’Asie du Sud-Est (pays préémergents) et dirigeait des missions au Viet Nam. Encore auparavant, il avait, au sein du département Hémisphère occidental, assumé la charge des divisions Amérique latine et Caraïbes et Union monétaire des Caraïbes orientales et, dans ce cadre, avait négocié plusieurs programmes du FMI. Il est enseignant chercheur à l’École nationale pour le développement de l’université de Beijing, enseigne la finance internationale à la Harvard Kennedy School. Il a à son actif un grand nombre de livres et d’articles. Ses recherches portent sur l’intégration économique et sur les liaisons entre macroéconomie et finance. Il est titulaire d’un doctorat d’économie de l’université de Duisbourg-Esse, d’une maîtrise d’économie de l’université Harvard et d’une licence de l’Indiana University of Pennsylvania.

WANG Jingsen travaille au sein du département des politiques économiques et des finances publiques du ministère chinois des Finances. Entre juin 2017 et juin 2018, il a été économiste à temps partiel auprès du représentant résident du FMI en Chine, chargé d’analyses macroéconomiques et de recherches sur la gestion des finances publiques. Il est titulaire d’une maîtrise d’économie de l’Académie chinoise de sciences budgétaires.

WU Yuchen est associé principal au sein de l’équipe de macroéconomie de CITIC Securities Co. Ltd., chargé de l’économie chinoise. Auparavant, il a été économiste à temps partiel auprès du représentant résident du FMI en Chine, tout en étant chargé de cours d’économie à l’université de Beijing. Ses domaines de recherche sont notamment les marchés financiers, l’innovation et le développement économique. Ses travaux sur l’innovation et les politiques industrielles ont été publiés dans des revues de premier plan, notamment Technological Forecasting and Social Change. Il est titulaire d’une maîtrise de finance de l’université Cranfield et d’un doctorat d’économie de l’université de Beijing.

XIE Wenhong est économiste au Centre pour la finance et le développement de l’université Tsinghua. Ses recherches actuelles portent sur le financement vert et soutenable, le financement du développement et la dimension environnementale de la Nouvelle Route de la soie. Auparavant, M. XIE a travaillé pendant plus de six ans simultanément sur plusieurs secteurs : l’analyse des politiques publiques, la recherche universitaire, les organisations sociales et les banques multilatérales de développement. En Asie du Sud-Est, en Chine et en Afrique, il a travaillé tant à l’échelle mondiale que localement avec des gouvernements, des banques multilatérales de développement, des collectivités locales et des entreprises privées afin d’éclairer la prise de décision des décideurs publics et des organisations philanthropiques, de gérer les conflits et d’améliorer les performances environnementales et sociales de l’investissement transnational et des pratiques de prêts en oeuvrant en faveur des normes juridiques, du dialogue et des incitations pour une activité économique plus soutenable. M. XIE est titulaire d’une maîtrise de politique internationale de l’université de Stanford, où il s’est spécialisé dans l’énergie, l’environnement et le financement du développement, et d’une licence d’histoire de Hampshire College.

ZHANG Chi est économiste à temps partiel au Bureau du représentant résident du FMI en Chine et chercheur associé au Centre académique chinois de pratique et de pensée économique de l’université Tsinghua. Ses recherches se concentrent sur le marché obligataire chinois, la balance des paiements et la dynamique de change du renminbi. Il a participé à des projets de recherche sur l’analyse et les prévisions macroéconomiques de la Chine, les relations commerciales sino-américaines et le processus d’ouverture de la Chine. Il est actuellement doctorant en finance à l’université Tsinghua.

ZHANG Longmei est la représentante résidente adjointe du FMI pour la Chine. Auparavant, elle était économiste au département Asie et Pacifique du FMI, où elle se consacrait à la prévision macroéconomique, aux problèmes liés au rééquilibrage général de la Chine et à l’excès d’épargne. Avant de s’intéresser à la Chine, elle travaillait sur la région Asie et Pacifique et a publié des articles dans différents domaines : la croissance à long terme, le piège du revenu intermédiaire, l’effet de levier des entreprises, les flux de capitaux et les prix des actifs. Auparavant, elle a travaillé sur les Philippines, principalement sur la surveillance macroéconomique et le marché du travail, ainsi que sur la Roumanie, où elle a participé aux négociations et aux revues des programmes du FMI. Mme ZHANG est membre des Jeunes Leaders mondiaux du Forum économique mondial. Elle est docteure en économie de l’université Goethe de Francfort.

ZHOU Yue est consultant au Bureau de l’économiste en chef chargé de l’Europe et de l’Asie centrale à la Banque mondiale, et se consacre au marché du travail et aux questions budgétaires. Auparavant, il était économiste au Bureau du représentant résident du FMI en Chine, où il dispensait des conseils sur l’analyse économique et la gestion du compte de capital. Ses recherches portent sur les flux de capitaux internationaux, l’effet du canal des garanties sur les marchés immobiliers et l’économie chinoise. Il est doctorant au Graduate Institute de Genève et titulaire d’une maîtrise de l’université de Beijing.

ZHU Ning est professeur titulaire de la chaire de finance à la PBC School of Finance et directeur adjoint de l’Institut national de recherche financière à l’université Tsinghua. Il est expert de la finance comportementale, de l’investissement et de la finance d’entreprise, ainsi que des marchés financiers asiatiques. Il est actuellement en disponibilité du Shanghai Advanced Institute of Finance, où il est vice-doyen et professeur de finance. Il est également chercheur à l’International Center for Finance de l’université Yale et professeur invité de finance à l’université de Californie à Davis, ainsi qu’à la Guanghua School of Management de l’université de Beijing. Auteur à succès, il a publié The Investors’ Enemy et China’s Guaranteed Bubble, ainsi qu’un grand nombre d’articles dans des revues économiques de renom en finance, économie, gestion et droit. Il a une longue expérience du conseil pour des organes gouvernementaux tels que la Banque populaire de Chine, la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières, la Banque mondiale et le FMI, les autorités de réglementation des marchés, des marchés d’actions et de contrats à terme, et certains des plus grands gestionnaires de fonds institutionnels et des banques d’investissement. Il est titulaire d’une maîtrise de l’université Cornell et d’un doctorat en finance de l’université Yale.

ZONG Jun est directeur général de la China Central Depository and Clearing Co., Ltd. Il est aussi directeur général du Chinabond Research Centre et rédacteur en chef du magazine Chinabond. Il a consacré plus de vingt ans de sa carrière au développement des marchés d’obligations et d’actions, en particulier à la conception des institutions, à la création de produits innovants et au développement des infrastructures des marchés financiers, et intervient actuellement comme spécialiste des adjudications à la China Postdoctoral Science Foundation, spécialiste national pour le Asian Bond Market Forum, et consultant principal dans plusieurs projets d’aide technique de la Banque asiatique de développement et de la Banque mondiale.

    Other Resources Citing This Publication