Chapter

V. Conclusions

Author(s):
Christian Beddies, Marie-Helene Le Manchec, and Bergljot Barkbu
Published Date:
September 2009
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

L’Histoire nous apprend que la viabilité de la dette a son importance pour la poursuite à long terme du développement. Ainsi, les PFR ont pendant longtemps souffert d’un lourd endettement extérieur, source de déséquilibres macroéconomiques qui, au bout du compte, freinaient leur développement. Aujourd’hui, l’endettement d’un grand nombre de ces pays a été réduit grâce aux allégements de dette qu’ils ont obtenus, mais cela a engendré de nouveaux défis. Comme l’explique cette étude, le CVD a été conçu pour aider les pays et les bailleurs de fonds à mobiliser des ressources afin de financer les besoins de développement des PFR tout en réduisant le risque de surendettement.

Le paysage financier a changé et il va continuer d’évoluer. Face à la multiplication des options de financement qui leur sont offertes, les PFR doivent opérer des choix pour lesquels le CVD peut être d’un grand secours. Il peut en effet aider les PFR à faire en sorte que leurs emprunts répondent à leurs besoins de développement tout en tenant compte de leur capacité actuelle et future de remboursement; orienter les décisions des créanciers en matière de prêts et de dons de manière à ce que ces financements soient assortis de conditions conformes aux objectifs de développement des PFR ainsi qu’à l’exigence de viabilité à long terme de la dette; améliorer les évaluations et les conseils du FMI et de la Banque mondiale dans tous ces domaines et faciliter la détection rapide des risques de crise afin que des mesures préventives puissent être prises à temps.

Le CVD facilite le partage de l’information, est un outil de coordination et peut aider à évaluer différentes stratégies d’emprunt. L’introduction du CVD a amélioré l’accès à l’information sur l’endettement des PFR et redonné son importance à cette question; les emprunteurs, les bailleurs de fonds et les créanciers sont ainsi mieux à même de prendre des décisions en connaissance de cause, ce qui, en définitive, réduit le risque de voir resurgir des problèmes d’endettement. Pour la plupart des PFR, l’aide concessionnelle restera pendant quelque temps encore la source la plus appropriée de financement extérieur. Mais certains d’entre eux se développeront plus vite et deviendront des économies de marché plus avancées. Les financements non concessionnels joueront alors un rôle plus important compte tenu de la rareté des ressources concessionnelles ou de la volonté des pays de recourir aux marchés de capitaux internationaux. Le CVD est un instrument particulièrement utile pour orienter les décisions en la matière, car il met en évidence les effets de ces emprunts sur la viabilité globale de la dette.

Cela dit, le CVD n’est pas une assurance contre les difficultés d’endettement futures. Il ne doit pas être considéré comme une solution miracle aux problèmes d’endettement à venir. Bien qu’il permette une analyse détaillée et qu’il incorpore des garde-fous, il repose sur des hypothèses et sur une bonne part d’appréciation subjective. Bref, le CVD n’est pas la seule réponse possible à la question du risque de défaillance des PFR, mais pour l’heure l’AVD appliquée aux pays à faible revenu est l’analyse la plus détaillée qui soit disponible dans le domaine public.

    Other Resources Citing This Publication