Back Matter

Back Matter

Author(s):
Anne Kester
Published Date:
December 2002
    Share
    • ShareShare
    Show Summary Details
    Appendice I. La norme spéciale de diffusion des données et le formulaire type de déclaration des données sur les réserves internationales et la liquidité internationale

    La norme spéciale de diffusion des données (NSDD) a été établie par le Conseil d’administration du Fonds monétaire international en mars 1996, afin d’accroître la disponibilité de statistiques économiques et financières fiables, complètes et diffusées en temps opportun. La NSDD avait pour but de guider les pays membres qui ont accès aux marchés des capitaux internationaux, ou cherchent à y accéder, dans la communication de leurs données économiques et financières au public. Cette norme avait pour but de favoriser la mise en œuvre de politiques macroéconomiques saines et de faciliter le fonctionnement des marchés des capitaux.

    La souscription à la NSDD est à titre volontaire et les pays membres qui y souscrivent s’engagent à fournir des informations dans les catégories de données qui couvrent les quatre secteurs de l’économie (revenu national et prix, secteur des finances publiques, secteur financier et secteur extérieur). La NSDD stipule pour chaque secteur la couverture, la périodicité (ou fréquence) des données et les délais dans lesquels elles doivent être diffusées. Les spécifications de la NSDD imposent également la publication préalable des calendriers de diffusion de chaque catégorie de statistiques et la diffusion simultanée des données à toutes les parties intéressées. Des informations plus détaillées sur la NSDD peuvent être consultées sur le site Internet du FMI à l’adresse dsbb.imf.org.

    La spécification originelle de la NSDD comprenait, à titre de catégorie obligatoire, la présentation d’informations sur les réserves internationales brutes (avoirs de réserve) avec une périodicité d’un mois et dans un délai d’une semaine au plus. La communication de ces données avec une périodicité d’une semaine était encouragée. La NSDD encourageait également, mais n’imposait pas, la communication d’informations sur les engagements liés aux réserves.

    Lors de la première revue de la NSDD par le Conseil d’administration du FMI, en décembre 1997, les événements survenus sur les marchés financiers internationaux avaient fait ressortir qu’il importe de disposer en temps opportun d’informations sur les réserves et les engagements liés aux réserves des pays. Il apparaissait clairement que la communication mensuelle d’informations sur les seules réserves internationales brutes ne permettait pas une évaluation suffisamment complète de l’exposition officielle d’un pays au risque de change, ni donc de sa vulnérabilité aux pressions sur ses réserves de devises. Le conseil d’administration invita alors les services du FMI à consulter les pays adhérents à la NSDD et les utilisateurs de statistiques NSDD afin de déterminer ce qu’il était envisageable de faire pour renforcer la couverture des réserves et des engagements liés aux réserves dans la NSDD. Les résultats de cette consultation furent soumis à un premier examen par le Conseil d’administration début septembre 1998 puis débattus plus avant, ainsi qu’un projet initial de formulaire de déclaration sur les réserves internationales et éléments connexes, en décembre 1998, lors de la seconde revue de la NSDD. Le Conseil d’administration aboutit à une décision quant aux moyens de renforcer la communication d’informations sur les réserves internationales et la liquidité internationale dans la NSDD en mars 1999.

    La décision du Conseil d’administration a pris corps dans le formulaire type sur les réserves internationales et la liquidité internationale qui est présenté dans le texte du présent document. Ce formulaire prévoit, outre une description plus explicite des composantes des avoirs officiels de réserve, l’inclusion d’informations détaillées sur les autres avoirs officiels en devises et sur les sorties nettes à court terme prévues et potentielles sur les avoirs en devises. Il est donc d’une conception beaucoup plus vaste que la définition des avoirs de réserves brutes de la NSDD originelle et établit une norme nouvelle pour la communication d’informations au public relatives au montant et à la composition des avoirs de réserve, des autres avoirs en devises détenus par la banque centrale et l’administration, des engagements à court terme en devises et des activités connexes susceptibles d’induire des demandes sur les réserves — telles que les positions en dérivés financiers et les garanties accordées par l’État aux emprunts privés.

    En prenant sa décision sur le formulaire type, le Conseil d’administration a tenu compte de la demande générale d’une information plus transparente sur les réserves internationales et les données connexes. Les administrateurs avaient également présentes à l’esprit les préoccupations exprimées par les pays membres au sujet du coût en ressources qu’entraînerait l’établissement et la diffusion, plus fréquemment et dans de plus courts délais, de données plus détaillées, et du risque que l’efficacité des interventions sur le marché des changes s’en trouve diminuée. La décision finale reflète l’équilibre atteint entre ces préoccupations et ces objectifs. Le formulaire a été finalisé en coopération avec un groupe de travail du Comité sur le système financier mondial (CGFS) des banques centrales du Groupe des Dix.

    Les prescriptions de la NSDD pour l’établissement du formulaire type exigent une diffusion complète des données sur une base mensuelle, dans des délais n’excédant pas un mois, quoique les données sur les réserves internationales brutes doivent toujours être diffusées mensuellement dans un délai n’excédant pas une semaine. La diffusion hebdomadaire du formulaire complet, dans un délai d’une semaine, est recommandée.

    Appendice II. Exemple de présentation des données dans le formulaire type de déclaration des données sur les réserves internationales et la liquidité internationale

    Renseignements à communiquer par les autorités monétaires et l’administration centrale, à l’exclusion des administrations de sécurité sociale1,2,3

    I. Avoirs officiels de réserve et autres avoirs en devises (valeur de marché approchée)4

    A. Avoirs officiels de réserve
    1) Réserves en devises (en monnaies étrangères convertibles)
    a) Titres
    dont: émetteur domicilié dans le pays déclarant mais situé à l’étranger
    b) Total du numéraire et dépôts dans:
    i) autres banques centrales nationales, BRI et FMI
    ii) banques domiciliées dans le pays déclarant
    dont: situées à l’étranger
    iii) banques domiciliées hors du pays déclarant
    dont: situées dans le pays déclarant
    2) Position de réserve au FMI
    3) DTS
    4) Or (y compris dépôts d’or et s’il y a lieu, or en swap)5
    — volume en onces d’or fin
    5) Autres avoirs de réserve (préciser)
    — Dérivés financiers
    — Prêts à des non résidents non bancaires
    — Autres
    B. Autres avoirs en devises (préciser)
    — Titres non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Dépôts non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Prêts non inclus dans les avoirs de réserve officiels
    — Dérivés financiers non inclus dans les avoirs de réserve officiels
    — Or non inclus dans les avoirs de réserve officiels
    — Autres

    II. Sorties nettes prévues à court terme sur les ressources en devises (valeur nominale)

    TotalVentilation par échéance (durée résiduelle)
    Inférieure ou égale à 1 moisSupérieure à 1 mois et inférieure ou égale à 3 moisSupérieure à 3 mois et inférieure ou égale à 1 an
    1. Prêts, titres et dépôts en devises6
    — Sorties (−)Principal
    Intérêts
    — Entrées (+)Principal
    Intérêts
    2. Positions agrégées courtes et longues en contrats à terme et futurs en devises vis-à-vis de la monnaie nationale (y compris le volet à terme des swaps de monnaies)7
    a) Positions courtes (–)
    b) Positions longues (+)
    3. Autres (préciser)
    — Sorties liées aux mises en pension (–)
    — Entrées liées aux prises en pension (+)
    — Crédits commerciaux (–)
    — Crédits commerciaux (+)
    — Autres comptes à payer (–)
    — Autres comptes à recevoir (+)

    III. Sorties nettes potentielles à court terme sur les ressources en devises (valeur nominale)

    TotalVentilation par échéance (durée résiduelle)
    Inférieure ou égale à 1 moisSupérieure à 1 mois et inférieure ou égale à 3 moisSupérieure à 3 mois et inférieure ou égale à 1 an
    1. Obligations potentielles en devises
    a) Garanties sur dettes exigibles dans l’année
    b)Autres obligations potentiels.
    2. Titres en devises assortis d’options à l’émission (obligations avec option de vente)8
    3. Lignes de crédit irrévocables non tirées9, fournies par:
    a) d’autres autorités monétaires nationales, la BRI, le FMI et autres organisations internationales
    — d’autres autorités monétaires nationales (+)
    — BRI (+)
    — FMI (+)
    b) banques et autres institutions financières domiciliées dans le pays déclarant (+)
    c) banques et autres institutions financières domiciliées hors du pays déclarant (+)
    Lignes de crédit irrévocables non tirées, fournies à
    a) d’autres autorités monétaires nationales, la BRI, le FMI et autres organisations internationales
    — d’autres autorités monétaires nationales (–)
    - BRI (–)
    - FMI (+)
    b) banques et autres institutions financières domiciliées dans le pays déclarant (–)
    c) banques et autres institutions financières domiciliées hors du pays déclarant (—)
    4. Positions agrégées courtes et longues sur options en devises vis-à-vis de la monnaie nationale10
    a) Positions courtes
    i) Options de vente achetées
    ii) Options d’achat émises
    b) Positions longues
    i) Options d’achat achetées
    ii) Options de vente émises
    POUR MÉMOIRE: Options «dans le cours»11
    1) Aux taux de change courants
    a) Position courte
    b) Position longue
    2) +5 % (dépréciation de 5 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    3) –5 % (appréciation de 5 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    4) +10 % (dépréciation de 10 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    5) –10 % (appréciation de 10 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    6) Autres (préciser)

    IV. Postes pour mémoire

    1) À déclarer avec la périodicité et les délais de communication standard12:
    a) Dette à court terme en monnaie nationale indexée au taux de change
    b) Instruments financiers libellés en devises et réglés par d’autres moyens (par ex. en monnaie nationale)13
    — Contrats à terme non livrables
    – Positions courtes
    — Positions longues
    — Autres instruments
    c) Avoirs gagés14
    — Inclus dans les avoirs de réserve
    — Inclus dans les autres avoirs en devises
    d) Titres prêtés et mis en pension15
    — Prêtés ou mis en pension et inclus à la Section I
    — Prêtés ou mis en pension mais non inclus à la Section I
    — Empruntés ou acquis et inclus à la Section I
    — Empruntés ou acquis mais non inclus à la Section I
    e) Avoirs en dérivés financiers (valeur nette au prix du marché)16
    — Contrats à terme
    — Futurs
    — Swaps
    — Options
    — Autres
    f) Dérivés (contrats à terme, futurs ou options) dont la durée résiduelle est supérieure à un an, sujets à appels de marge
    — Positions agrégées courtes et longues en contrats à terme et futurs en devises vis-à-vis de la monnaie nationale (y compris le volet à terme des swaps de monnaies)
    a) Positions courtes (–)
    b) Positions longues (+)
    — Positions agrégées courtes et longues sur options en devises vis-à-vis de la monnaie nationale
    a) Positions courtes
    i) Options de vente achetées
    ii) Options d’achat émises
    b) Positions longues
    i) Options d’achat achetées
    ii) Options de vente émises
    2) À déclarer moins fréquemment:
    a) Composition des réserves en devises (par groupes de monnaies)
    — Monnaies incluses dans le panier du DTS
    — Monnaies exclues du panier du DTS
    — Monnaie par monnaie (facultatif)

    En principe, seuls les instruments libellés et réglés en devises (ou ceux dont la valeur dépend directement du taux de change et qui sont réglés en devises) doivent être inclus dans les catégories I, II et III du formulaire. Les instruments financiers libellés en devises et réglés par d’autres moyens (par exemple en monnaie nationale ou en produits de base) sont inclus dans des postes pour mémoire à la section IV.

    La compensation des positions n’est autorisée que si elles portent la même échéance, sont ouvertes avec la même contrepartie et qu’il existe un accord de compensation général. Les positions ouvertes sur les marchés organisés peuvent également être compensées.

    Les autorités monétaires sont définies conformément au Manuel de la Balance des paiements, cinquième édition, publié par le FMI.

    Les positions importantes en instruments autres que des dépôts ou titres vis-à-vis d’institutions domiciliées dans le pays déclarant doivent être déclarées comme postes distincts.

    La base d’évaluation des avoirs d’or doit être communiquée; l’idéal est d’en indiquer le volume et le prix.

    Y compris les paiements d’intérêts exigibles au cours de la période correspondante. Les dépôts en devises détenus par des non-résidents à la banque centrale doivent également être inclus sur cette ligne. Les titres mentionnés sont ceux émis par les autorités monétaires et l’administration centrale (à l’exclusion des administrations de sécurité sociale).

    Lorsqu’il existe des positions à terme ou en futurs de durée résiduelle supérieure à un an, susceptibles de faire l’objet d’appels de marge, il convient de les déclarer séparément à la section IV.

    Seules les obligations de durée résiduelle supérieure à un an doivent être déclarées à ce poste, les obligations d’échéance plus courte étant déjà incluses à la section II précédente.

    Les statisticiens doivent distinguer les entrées et sorties potentielles découlant de lignes de crédit conditionnelles et les déclarer séparément, dans le format spécifié.

    Lorsqu’il existe des positions en options de durée résiduelle supérieure à un an, qui sont susceptibles de faire l’objet d’appels de marge, il convient de les déclarer séparément à la section IV.

    Ces «tests d’épreuve» sont une catégorie d’information recommandée, mais non imposée, par la norme spéciale de diffusion de données (NSDD) du FMI. Les résultats des tests d’épreuve peuvent être communiqués sous forme de graphe. En règle générale, il convient de déclarer la valeur notionnelle. Cependant, dans le cas des options réglées en numéraire, il faut déclarer les entrées/sorties futures estimées. Les positions sont «dans le cours», ou le seraient pour les valeurs prises en hypothèse.

    Distinguer, le cas échéant, les avoirs des engagements.

    Identifier les types d’instrument; les principes d’évaluation doivent être les mêmes que dans les sections I à III. Le cas échéant, la valeur notionnelle des positions à terme sans livraison de l’article sous-jacent doit être indiquée dans le même format que pour la valeur nominale des contrats à terme ou futurs livrables à la section II.

    Seuls les avoirs inclus à la section I qui ont été gagés doivent être déclarés ici.

    Les avoirs qui ont été prêtés ou mis en pension doivent être déclarés ici, qu’ils aient ou non été inclus à la section I du formulaire, de même que les éventuels engagements connexes (à la section II). Cependant ceux-ci doivent être déclarés en deux catégories distinctes, selon qu’ils ont été inclus ou non dans la section I. De même, les titres empruntés ou acquis dans le cadre d’accords de pension doivent être déclarés sous forme de poste distinct et traités de façon symétrique. Il convient de communiquer les valeurs de marché et de preciser le traitement comptable.

    Identifier les types d’instrument. Il convient de décrire les principales caractéristiques des modèles internes utilisés pour calculer la valeur de marché.

    Appendice III. Résumé des directives pour la communication de données spécifiques dans le formulaire type
    Type d’opérationFormulaireRemarques
    Section ISection IIsection IIISection IV
    Titras
    1) Mises en pension — titres fournis à la contrepartie contre du numéraire reçu de la contrepartie.Voir aussi autre traitement possible au 3) ci-dessous.
    *Dèduire les titres en garantie de I.AI)a).
    Inscrire la valeur de marché des titres en garantie au IV.I)d) comme titres en pension non inclus à la Section I du formulaire.
    ▴ Inscrire le numérai re reçu en diminution du total des dépôts à 1.A1)b).Du fait d’éventuels appels de marge, la valeur de marché des titres peut différer du montant de numéraire échangé
    2) Prises en pension —titres reçus d’une contrepartie contre du numéraire fourni à la contre parti e. Vbir aussi 4) ci-dessous.**NE PAS ajouter les titres en garantie à I.AI)a).

    Inscrire le numéraire reçu en diminution du total des dépôts à I.AI)b).

    Inscrire un avoir en pension au I.A5) si 1a créance est liquide et disponible sur demande des autorités monétaires.
    ♦♦▴▴ Inscrire la valeur de marché des titres reçus en garantie au IV.I)d) comme titres acquis non inclus à la Section I du formulaire.
    3) Autre possibilité de traitement différente de I) ci-dessus: Pensions (mises en pension) — titres fournis à une contrepartie en échange de numéraire reçu de la contrepartie.***Laisser Ees titres en garantie au I.AI)a).

    Inscrire fe numéraire reçu en augmentation du total des dépôts au I.AI)b).
    ♦♦♦

    Inscrire le prêt remboursable associé aux pensions comme sorties de numéraire prédéterminées au II.3 du formulaire.
    ▴▴▴ Inscrire la valeur de marché des titres reçus en garantie au IV.I)d) comme titres en pension. inclus à la Section I du formulaire.
    4) Prise en pension — titres neçus de la contrepartie en échange de numéraire fourni à la contrepartie, où l’actif en pension n’est pas liquide et n’est pas disponible sur demande des autorités monétaires.****NE PAS ajouter les titres en garantie au I.AI)a).

    Inscrire le numéraire fourni en diminution du total des dépôts au I.AI)b).
    ♦♦♦♦

    Enregistrer le prêt à recevoir associé aux prises en pension comme encrées prédéterminées de numéraire au II.3 du formulaire.
    ▴▴▴▴ Inscrire la valeur de marché des titres reçus en garantie au IV.I)d) comme titres acquis non inclus à la Section I du formulaire.
    5) Prise en pension suivie d’une mise en pension.Enregistrer les opérations en deux étapes:
    Étape I: comme indiqué au ** ou **** ci-dessus.
    Étape 2: comme indiqué au * ou *** ci-dessus.
    Enregistrer les opérations en deux étapes:
    Étape 1: comme indiqué au ♦♦♦♦ ci-dessus, selon le cas.
    Étape 2: comme indiqué au ♦♦♦ ci-dessus, selon te cas.
    Enregistrer les opérations en deux étapes:
    Étape 1: comme indiqué au ♦♦ ou ♦♦♦♦ ci-dessus.
    Étape 2: comme indiqué au ♦ ou ♦♦♦ ci-dessus.
    6) Prise en pension suivie de vente des titres reçus.Enregistrer les opérations en deux étapes:
    Étape 1: comme indiqué au *** ou *** ci-dessus.
    Étape 2: déduire la valeur de marché des titres de I.AI)a); ajouter le numéraire obtenu de la vente de titres au total des dépôts.
    Enregistrer le volet mis en pension tomme indiqué au ♦♦♦♦ ci-dessus, selon le cas.Inscrire la valeur de marché des titres reçus au IV.I)d) comme titres acquis non inclus à la Section I du formulaire.
    Type de transactionFormulaireRemarques
    Section ISection IIsection IIISection IV
    7) Titres prêrés avec réception de numéraire en garantie.Enregistrer l’opération comme une mise en pension, comme indiqué au * ou *** ci-dessus, selon le cas.Inscrire le prêt à payer comme indiqué au ♦♦♦ ci-dessus, selon ïe cas.Enregistrer l’opération comme une mise en pension, comme indiqué au ▴ ou ▴▴▴ ci-dessus, selon le cas.Du fait d’éventuels appels de marge, la valeur de marché des titres peut différer du montant de numéraire échangé
    8) Titres acquis avec paiement de numéraire.Enregistrer I’opération comme une prise en pension, comme indiqué au ** ou **** ci-dessus, selon le cas.Inscrire le prêt à recevoir comme indiqué au ♦♦♦♦ ci-dessus, selon le cas.Inscrire le prêt à payer comme indiqué au ▴▴ ou ▴▴▴▴ ci-dessus, selon le cas.
    9) Titres prêtés avec titres reçus en garantie (aucun échange de numéraire).Ne pas déduire les titres prêtés du I.AI)a) du formulaire.

    Ne pas ajouter les titres reçus en garantie au I.AI)a) du formulaire.
    Inscrire la valeur de marché des titres au IV.I)d) du formulaire comme titres prêtés, inclus à la Section 1 du formulaire.

    Inscrire la valeur de marché des titres reçus en garantie comme titres reçus non inclus à la Section I du formulaire.
    10) Titres acquis avec titres fournis en garantie (aucun échange de numéraire).Ne pas ajouter les titres acquis au I.AI)a) du formulaire.

    Ne pas déduire les titres fournis en garantie du I.AI)a) du formulaire.
    Inscrire la valeur de marché des titres acquis au IV.I)d) du formulaire comme titres empruntés, non inclus à la Section 1 du formulaire; inscrire la valeur de marché des titres en garantie comme titres prêtés, inclus à la Section I du formulaire.
    Or
    11) Dépôts d’or.Inscrire I’or déposé à la société de négoce d’or dans les avoirs de réserve (NE PAS enregistrer les titres reçus en garantie dans les avoirs de réserve).
    12) Swaps d’or (traiter comme mise ou prise en pension, selon le cas).Enregistrer la transaction comme indiqué au * ou *** ci-dessus pour les mises en pension, et ** ou **** ci-dessus pour les prises en pension, en remplaçant les titres mentionnés par de l’or au I.A4).Enregistrer des encrées prévues de numéraire comme indiqué au ♦♦♦ et ♦♦♦♦ ci-dessus, selon le cas.Inscrire la valeur de marché de l’or en garantie aur IV.I)d) du formulaire, comme indiqué au ▴, ▴▴,▴▴▴ ou ▴▴▴▴ ci-dessus, selon le cas.
    Dérivés financiers
    13) Valeur nette, ajustée aux prix du marché, des contrats à terme, futurs, swaps, options et autres instruments.Les dérivés financiers, très liquides et réglés en devises, des autorités monétaires vis-à-vis des non-résidents utilisés dans la gestion des réserves doivent être enregistrés en valeur nette ajustée aux prix du marché au poste I.A5); ceux des autorités monétaires et du reste de l’administration centrale vis-à-vis des résidents, au poste I.B.II convient d’inscrire les valeurs nettes. ajustées aux prix du marché de tous les dérivés financiers réglés en devises vis-à-vis des résidents et des non-résidents au IV.I)e) du formulaire, vertilées par instrument.
    14) Valeur nominale des contrats à terme, futurs et swaps d’échéance inférieure ou égale à un an.Enregistrer séparément les positions longues et courtes au II.2 du formulaire dans les trois sous-périodes de l’horizon de un an.
    15) Valeur notionnelle des contrats d’option d’échéance inférieure ou égale à un an.Inscrire séparément les positions longues et courtes et les options achetées et émises au III.4 du formulaire, dans les trois sous-pêriodes de l’horizon de un an.
    16) Contrats à terme, futurs et options sans livraison du sous-jacent.Enregistrer la valeur notionnelle des contrats réglés en devises, positions longues et courtes, au II.2 en les identifiant distinctement des valeurs nominales des autres dérivés financiers enregistrés au II.2.Inscrire la valeur notionnelle des contrats réglés en monnaie nationale, positions longues et courtes, au IV.I)b) du formulaire.
    17) Contrats de dérivés financiers d’échéance supérieure à un an et sujets à appels de marge.Inscrire la valeur nominale de ces contrats à terme, swaps et futurs au I.I)f) du formulaire.
    Appendice IV. Test d’épreuve d’options «dans le cours» selon les cinq scénarios dans le formulaire type1

    Il convient tout d’abord de convertir si nécessaire toutes les options en options de vente et options d’achat en devises. Cette conversion s’établit sur la base du prix d’exercice. Par exemple, supposons que la banque centrale a émis une option d’achat qui donne à l’acheteur de l’option le droit d’acheter 100 millions MN au prix d’exercice de 1,00 $EU = 90MN2. Écrite ainsi, il s’agit d’une option d’achat de monnaie nationale. Pour la convertir en option en devises, le droit d’acheter 100 millions MN au prix de 90 MN pour 1 $EU équivaut au droit de vendre 1,11 million $EU (100 millions/90) au même prix d’exercice de 90MN = 1$EU. Du point de vue du formulaire, cette opération sera traitée comme une option de vente émise par les autorités monétaires, d’une valeur notionnelle de 1,11 million $EU. De même, si la banque centrale a acheté une option de vente d’une valeur notionnelle de 200 millions MN et un prix d’exercice de 110 MN = 1,00 $EU, elle sera traitée comme l’achat d’une option d’achat d’une valeur notionnelle de 1,818 million $EU (200 millions/110).

    Afin d’agréger les valeurs notionnelles, les options doivent être exprimées dans une monnaie commune. Dans le cadre du formulaire, il est recommandé que cette monnaie commune soit une de celles dans lesquelles les données type sont déclarées. Par exemple, si la monnaie de déclaration est le dollar EU, les valeurs notionnelles seront converties en dollars EU sur la base des taux de change courants du marché, et non des prix d’exercice. Supposons, par exemple, que les autorités centrales émettent une option d’achat pour vendre 1,0 million ¥ avec un prix d’exercice de 1,4 ¥ = 1,00 MN. En supposant un taux de change de 1,25 ¥ = 1,00 $EU, cela équivaut à une option d’achat de 8.000 $EU (1.000.000 ¥ x 1/125). Il ne convient pas d’utiliser le prix d’exercice pour convertir une monnaie dans une autre.

    Pour résumer, on n’utilise ni le taux courant ni le taux futur de change de la monnaie nationale sur le marché pour calculer la valeur notionnelle des options. Pour convertir en options en devises des options émises en monnaie nationale pour un montant donné à recevoir ou à livrer en échange de devises, on utilise les prix d’exercice. Pour convertir dans la monnaie de déclaration la valeur notionnelle d’options libellées dans une devise autre que celle utilisée pour communiquer les données type, il convient d’utiliser le taux de change du marché entre la monnaie de déclaration et la monnaie du contrat3.

    Une fois toutes les options converties en options de vente et options d’achat libellées dans la monnaie de déclaration (disons en dollars EU) et les échéances déterminées, renseigner les rubriques du formulaire exige de saisir les données correspondantes.

    À la section POUR MÉMOIRE du formulaire, cinq scénarios simples d’évolution du taux de change de la monnaie nationale servent au test d’épreuve d’options «dans le cours» afin d’évaluer l’incidence des options sur les ressources en devises. Cet appendice illustre les flux en devises dans les cinq scénarios.

    Le premier scénario retient l’hypothèse d’un taux de change inchangé de la monnaie nationale par rapport à toutes les monnaies étrangères. Le deuxième scénario suppose une dépréciation de 5 % de la monnaie nationale par rapport à toutes les autres monnaies étrangères, le taux demeurant inchangé par la suite. Le troisième scénario suppose une appréciation immédiate de 5 % de la monnaie nationale vis-à-vis de toutes les autres monnaies, le taux demeurant inchangé par la suite. Le quatrième et le cinquième scénarios font l’hypothèse d’une dépréciation et d’une appréciation de 10 %, respectivement.

    Comme indiqué au chapitre 4 de ce document, d’une façon générale une option de vente est «dans le cours» si le prix de marché est inférieur au prix d’exercice. Dans le cas de positions longues, les options d’achat sont exercées si le prix de marché est supérieur au prix d’exercice; et les options de vente si le prix de marché est inférieur au prix d’exercice. L’exercice de ces options augmente les ressources en devises.

    Dans cet exemple, on applique la convention d’exprimer le taux de change en unités de monnaie nationale (MN) par unité de devises étrangères (à savoir MN/$EU). C’est-à-dire que l’appréciation de la monnaie nationale s’accompagne d’une baisse de MN/$EU; et vice-versa dans le cas d’une dépréciation de la monnaie nationale. Ces cas sont représentés au tableau A par les lignes +5 % (dépréciation); -5 % (appréciation); +10 % (dépréciation) et -10 % (appréciation), respectivement, aux postes pour mémoire 2), 3), 4) et 5). Le tableau A présente la valeur notionnelle des options dans le cours aux taux de change courants, et sous les quatre autres scénarios de dépréciation et d’appréciation de la monnaie.

    Tableau A.Résultats illustrant des options «dans le cours» et les tests d’épreuve correspondants sous des hypothèses spécifiques de variation des taux de change (valeurs nominales)
    Ventilation par échéance (durée résiduelle, le cas échéant)
    TotalInférieure ou égale à 1 moisSupérieure à 1 mois et inférieure à 3 moisSupérieure à 3 mois et inférieure à 1 an
    4. Positions agrégées courtes et longues en options sur devises vis-à-vis de la monnaie nationale
    a) Positions courtes-2,850-1.000-1.250-600
    i) Options de vente achetées-1.050-300-350400
    ii) Options d’achat émises-1.800-700-900-200
    b) Positions longues+2.500+1.000+700+800
    i) Options d’achat achetées+1.800+800+400+600
    ii) Options de vente émises+700+200+300+200
    POUR MÉMOIRE: options «dans le cours»
    1) Aux taux de change courants
    a) Position courte-350-300-500
    b) Position longue+800+200+300+300
    2) +5 % (dépréciation de 5 %)
    a) Position courte-1.200-700-400-100
    b) Position longue+ 1.300+400+400+500
    3) –5 % (appréciation de 5 %)
    a) Position courte-650-100-350-200
    b) Position longue+900+300+300+300
    4) +10% (dépréciation de 10%)
    a) Position courte-1.800-700-900-200
    b) Position longue+1.800+800+300+700
    5) -10 %(appréciation de 10%)
    a) Position courte-1.050-300-350-400
    b) Position longue+700+200+300+200
    6) Autres (préciser)

    Dans l’exemple, le signe (+) indique une entrée de devises; et le signe (-) une sortie de devises.

    Les résultats présentés pour les postes pour mémoire 1)a) position courte (à savoir -300, -50, 0) et 1)b) position longue (à savoir +200, +300, +300) aux taux de change courants correspondent aux positions courtes et longues aux taux de change de MN/$EU = 100, comme décrit par les chiffres en italique dans les tableaux explicatifs B, C et D.

    Tableau B.Flux de devises résultant de positions en options à moins d’un mois de la date d’exercice éventuel
    Positions en optionsTaux de change (MN/$EU)
    PrixEncours de9095100102,5105107,5110112,5
    d’exercice (MN/$EU)la position (millions de $EU))Flux de devises (millions de $EU)
    Position courte1000-300-100-300-300-700-700-700-700
    Total des options de vente achetées300-300-100000000
    Option de vente achetée93200-2000000000
    Option de vente achetée97100-100-100000000
    Total des options d’achat émises70000-300-300-700-700-700-700
    Option d’achat émise9830000-300-300-300-300-300-300
    Option d’achat émise1044000000-400-400-400-400
    Position longue1000200300200400400600800800
    Total des options d’achat achetées8000100100300300600800800
    Option d’achat achetée931000100100100100100100100
    Option d’achat achetée102200000200200200200200
    Option d’achat achetée10630000000300300300
    Option d’achat achetée109200000000200200
    Total des options de vente émises200200200100100100000
    Option de vente émise96100100100000000
    Option de vente émise106100100100100100100000
    -10-502,557,51012,5
    Tableau C.Flux de devises résultant de positions en options entre 1 et 3 mois avant la date d’exercice éventuel
    Positions en optionsTaux de change (MN/$EU)
    PrixEncours de9095100102,5105107,5110112,5
    d’exercice (MN/$EU)la position (millions de $EU)Flux de devises (millions de $EU)
    Position courte1250-350-350-50-400-400-900-900-900
    Total des options de vente achetées350-350-3505000000
    Option de vente achetée96300-300-300000000
    Option de vente achetée10250-50-50-5000000
    Total des options d’achat émises achetees900000-400-400-900-900-900
    Option d’achat émise101400000-400-400-400-400-400
    Option d’achat émise10550000000-500-500-500
    Position longue700300300300300400300300400
    Total des options d’achat achetées40000100100200300300400
    Option d’achat achetée9710000100100100100100100
    Option d’achat achetée1031000000100100100100
    Option d’achat achetée10610000000100100100
    Option d’achat achetée1111000000000100
    Total des options de vente émises300300300200200200000
    Option de vente émise96100100100000000
    Option de vente émise106200200200200200200000
    -10-502,557,51012,5
    Tableau D.Flux de devises résultant de positions en options entre 3 mois et 1 an avant la date d’exercice éventuel
    Positions en optionsTaux de change (MN/$EU)
    PrixEncours de9095100102,5105107,5110112,5
    d’exercice (MN/$EU)la position (millions de $EU))Flux de devises (millions de $EU)
    Position courte600-400-2000-100-100-200-200-200
    Total des options de vente achetées400-400-200000000
    Option de vente achetée93200-2000000000
    Option de vente achetée97200-200-200000000
    Total des options d’achat émises200000-100-100-200-200-200
    Option d’achat émise102100000-100-100-100-100-100
    Option d’achat émise10610000000-100-100-100
    Position longue800200300300300500500700600
    Total des options d’achat achetées6000100100200400400600600
    Option d’achat achetée931000100100100100100100100
    Option d’achat achetée102100000100100100100100
    Option d’achat achetée1042000000200200200200
    Option d’achat achetée109200000000200200
    Total des options de vente émises2002002002001001001001000
    Option de vente émise10110010010010000000
    Option de vente émise1111001001001001001001001000
    -10,00-5,000,002,505,007,5010,0012,50

    Les résultats présentés au tableau A pour les postes pour mémoire 2)a (à savoir -1200, -700, -400, -100) et 2)b) (à savoir +1300, +400, +400, +500) correspondent aux chiffres en gras dans les tableaux explicatifs B, C et D.

    Le «total» du tableau A représente la somme de chaque ligne.

    Les figures 1 à 5 présentent sous forme de graphe les résultats du tableau A pour les positions courtes et longues pour les trois sous-périodes de l’horizon d’un an.

    Graphique 1.Flux de devises résultant de positions en options (échéance inférieure ou égale à 1 mois)

    Graphique 2.Flux de devises résultant de positions en options (échéance supérieure à 1 mois et inférieure ou égale à 3 mois)

    Graphique 3.Flux de devises résultant de positions en options (échéance supérieure à 3 mois et inférieure ou égale à 1 an)

    Graphique 4.Flux de devises résultant de positions courtes en options

    Graphique 5.Flux de devises résultant de positions longues en options

    L’exemple présenté dans cet appendice a été fourni par Charles Thomas de la Réserve fédérale des États-Unis.

    Dans les exemples qui suivent, la monnaie nationale est notée MN et les taux de change courants du marché sont fixés par hypothèse, ainsi: 100MN = 1,00 $EU; 125¥ = 1,00 $EU; 1,10 $EU = 1,00 EUR. Si les taux de change du marché ne sont pas aisément observables, les taux utilisés doivent être indiqués en notes accompagnant les données dans le formulaire.

    En d’autres termes, la valeur notionnelle exprimée en dollars de toutes les options est indépendante du taux de change de la monnaie nationale.

    Appendice V. Communication de données au FMI en vue de leur rediffusion sur le site Internet du FMI

    Le Conseil d’administration du FMI a approuvé en mars 2000 l’établissement d’une base de données destinée à afficher les données type sur les réserves internationales et la liquidité internationale communiquées par ¡es pays. Les données sont présentées dans un format et une monnaie uniques, ce qui améliore la comparabilité des données des formulaires de divers pays. Le format unique utilisé est le format élaboré par le FMI et présenté à l’appendice II de ce document. La monnaie unique est le dollar EU. Les pays prennent part à cette entreprise de leur propre initiative.

    La base de données du FMI fonctionne depuis octobre 2000 et est accessible à l’adresse http://www.imf.org/external/np/sta/ir/index.htm.

    Outre les données courantes, la base de données du FMI présente des données historiques (séries temporelles) et offre des séries temporelles par pays sur les avoirs officiels de réserve et les autres avoirs en devises des autorités monétaires et de l’administration centrale. Afin de faciliter la consultation, l’impression et le téléchargement des données par les utilisateurs, les données type sont disponibles sous plusieurs présentations sur le site du FMI. Par exemple, les données courantes des pays sont accessibles en HTML (HyperText Markup Language), et les données des séries temporelles sont présentées à la fois sous forme de fichiers au format PDF (portable document format) et au format CSV (Comma Separated Values), compatible avec les tableurs.

    Le développement de la base de données du FMI a pu commencer lorsque de nombreux pays ont commencé à diffuser des données au premier semestre 2000. Ainsi qu’il a été indiqué à l’appendice l, dans le cadre des efforts entrepris pour renforcer la norme spéciale de diffusion des données (NSDD), le Conseil d’administration du FMI a intégré en mars 1999 les données type dans la NSDD, avec prise .d’effet à l’issue d’une période de transition s’achevant le 31 mars 2000. Les pays adhérents à la NSDD devaient commencer à diffuser mensuellement les données type dès la fin de la période de transition, avec un décalage pouvant atteindre un mois. Le premier ensemble de données type pour fin avril 2000 a ainsi été diffusé par la plupart des pays fin mai 2000. Les pays participant à l’initiative de rediffusion fournissent leurs données au FMI peu après qu’elles aient été diffusées dans leurs médias nationaux. Les pays non adhérents à la NSDD sont également encouragés à communiquer leurs données type au FMI aux fins de rediffusion.

    Afin de faciliter le traitement des données en vue de leur rediffusion sur le site Internet du FMI, le FMI invite les pays à transmettre leurs données au moyen de formulaires de déclaration spécifiques et de respecter certaines conventions comptables. Les notes ci-après offrent certaines précisions quant à la déclaration des données.

    • Les pays sont encouragés à soumettre leurs données type par courrier électronique. L’adresse électronique à utiliser à cet effet est RESERVESTEMPLATE@IMF.ORG.

    • Le FMI traitera les données communiquées soit dans un tableau Excel soit dans un message EDIFACT. Dans l’un ou l’autre cas, il convient d’utiliser les formulaires de communication spécifiés par le FMI. Le formulaire RI.xls est destiné à la communication de données consolidées relatives aux autorités monétaires et à l’administration centrale, comme prévu par le formulaire type. Au cas où pour des raisons juridiques et institutionnelles un pays présente les données des autorités monétaires séparément de celles de l’administration centrale, il convient d’utiliser le formulaire R1 a.xls.

    • Afin de faciliter le traitement automatique des données transmises, la structure des formulaires de déclaration est protégée et ne peut être altérée par les pays déclarants.

    • Les formulaires de declaiation peuvent être obtenus sur demande adressée par courrier électronique à l’adresse RESERVESTEMPLATE@iMF.ORG.

    • Pour chacun des postes indiqués dans les formulaires de déclaration au format Excel, il convient d’inscrire le chiffre «0» pour indiquer une valeur nulle ou proche de zéro. Les cellules des postes sans objet doivent être laissées en blanc.

    • Dans les formulaires de communication au format Excel, il convient d’utiliser les menus déroulants pour préciser le nom du pays, le mois et l’année correspondant aux données présentées, la monnaie et l’unité dans lesquelles les données sont communiquées. Ne sélectionner un «jour du mois» que pour la communication de données hebdomadaires.

    • Afin d’améliorer l’utilité analytique des données, il faut différencier les valeurs positives et négatives. Les valeurs négatives seront signalées par un signe moins («-»). Pour les valeurs positives, le signe plus («+») est facultatif.

    • Les pays sont invités à fournir des renseignements supplémentaires afin d’accroître l’utilité analytique des données type. Ces renseignements doivent préciser les dispositions de change propres au pays (par exemple l’existence d’une caisse d’émission ou la mise en œuvre d’une dollarisation), les principales sources d’abondement des avoirs de réserve présentés à la Section LA du formulaire, et le traitement comptable de certaines opérations Financières, comme indiqué dans l’ensemble de ce document. Il convient de communiquer ces renseignements sous forme de fichiers texte (ASCII) dotés de l’extension «.txt» et marqués «Notes pays». Les notes pays doivent accompagner les données transmises (voir également le paragraphe 42 du présent document).

    • Le poste 1.4) du formulaire type (volume d’or) doit être communiqué en millions d’onces d’or fin. D est indispensable d’employer une unité de communication normalisée afin de faciliter le traitement automatique des données.

    • En ce qui concerne le poste IV.2) du formulaire type (composition des réserves en devises), il convient de déclarer la valeur — et non le pourcentage — des avoirs de réserve qui sont libellés en monnaies incluses dans le panier du DTS et celle des avoirs de réserve libellés en des monnaies exclues du panier du DTS. À ce propos, la valeur de l’or doit être incluse dans les avoirs libellés en monnaies incluses dans le panier du DTS. La valeur totale des avoirs de réserve libellés en monnaies incluses et exclues du panier du DTS indiquée au poste IV.2) doit être égale au montant indiqué au poste LA du formulaire type. Les pays qui souhaitent communiquer la composition monnaie par monnaie peuvent le faire en fournissant cette information en notes pays, comme mentionné au 8) ci-dessus.

    • Afin d’accroître la transparence des données, le paragraphe 84 du chapitre 2 de ce document invite à indiquer le traitement comptable adopté par les pays pour la communication des opérations de pension, prêts de titres et opérations similaires. Des renseignements détaillés sur lesdits traitements comptables doivent être fournis en notes accompagnant les données du pays. En outre, afin de garantir la compatibilité des données entre les pays et d’accroître leur utilité analytique, le poste IV.l)d) «Titres prêtés ou mis en pension» doit être communiqué avec les conventions de signe suivantes: un signe moins («-») pour les titres «prêtés ou mis en pension et inclus à la section I» et «prêtés ou mis en pension, mais non inclus à la sec-lion I», et un signe plus («+») pour les titres «empruntés ou acquis et inclus à la section I» et les titres «empruntés ou acquis, mais non inclus à la section I».

    • Comme indiqué au paragraphe 258, au chapitre 5 de ce document, les swaps d’or doivent être traités comme des pensions. L’or échangé dans un swap doit être inclus, selon le cas, dans les titres prêtés ou pris en pension au poste IV.1 )d) du formulaire.

    Présentation de données consolidées dans le formulaire type (Formulaire R1.xls)

    (Renseignements à communiquer par les autorités monétaires et l’administration centrale, à l’exclusion des administrations de sécurité sociale1,2,3

    I. Avoirs officiels de réserve et autres avoirs en devises (valeur de marché approchée)4

    Janvier 2000
    A. Avoirs officiels de réserve
    1) Réserves en devises (en monnaies étrangères convertibles)
    a) Titres
    dont: émetteur domicilié dans le pays déclarant, mais situé à l’étranger
    b) Total du numéraire et dépôts dans:
    i) autres banques centrales nationales, BRI et FMI
    ii) banques domiciliées dans le pays déclarant
    dont: situées à l’étranger
    iii) banques domiciliées hors du pays déclarant
    dont; situées dans le pays déclarant
    2) Position de réserve au FMI
    3) DTS
    4) Or (y compris dépôts d’or et s’il y a lieu, or en swap)5
    — volume en millions d’onces d’or fn
    5) Autres avoirs de réserve (préciser)
    — Dérivés financiers
    — Prêts à des non-résidents non bancaires
    — Autres
    B. Autres avoirs en devises (préciser)
    — Titres non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Dépôts non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Prêts non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Dérivés financiers non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Or non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Autres

    II. Sorties nettes prévues à court terme sur les ressources en devises (valeur nominale)

    Ventilation par échéance (durée résiduelle)
    TotalInférieure ou égale à 1 moisSupérieure à 1 mois et inférieure ou égale à 3 moisSupérieure à 3 mois et inférieure ou égale à 1 an
    1. Prêts, titres et dépôts en devises6
    — Sorties (–)Principal Intérêts
    — Entrées (+)Principal Intérêts
    2. Positions agrégées courtes et longues en contrats à terme et futurs en devises vis-à-vis de la monnaie nationale (y compris le volet à terme des swaps de monnaies)7
    a) Positions courtes (–)
    b) Positions longues (+)
    3. Autres (préciser)
    — Sorties liées aux mises en pension (–)
    — Entrées liées aux prises en pension (+)
    — Crédits commerciaux (–)
    — Crédits commerciaux (+)
    —Autres comptes à payer (–)
    —Autres comptes à recevoir (+)

    III. Sorties nettes potentielles à court terme sur les ressources en devises (valeur nominale)

    Ventilation par échéance (durée résiduelle).
    TotalInférieure ou égale à 1 moisSupérieure àl mois et inférieure ou égale à 3 moisSupérieure à 3 mois et inférieure ou égale à 1 an
    1. Obligations potentielles en devises
    a) Garanties sur dettes exigibles dans l’année
    b) Autres obligations potentielles
    2. Titres en devises assortis d’options à l’émission {obligations avec option de vente)8
    3. Lignes de crédit irrévocables non tirées9, fournies par:
    a) d’autres autorités monétaires nationales, la BRI, le FMI et autres organisations internationales
    — d’autres autorités monétaires nationales (+)
    —BRI (+)
    — FMI (+)
    b) banques et autres institutions financières domiciliées dans le pays déclarant (+)
    c) banques et autres institutions financières domiciliées hors du pays déclarant (+)
    Lignes de crédit irrévocables non tirées, fournies à:
    a) d’autres autorités monétaires nationales, la BRI, le FMI et autres organisations internationales
    — d’autres autorités monétaires nationales (–)
    BRI (–)
    — FMI (–)
    b) banques et autres institutions financières domiciliées dans le pays déclarant (–)
    c) banques et autres institutions financières domiciliées hors du pays déclarant (—)
    4. Positions courtes et longues agrégées sur options en devises vis-à-vis de la monnaie nationale10
    a) Positions courtes
    i) Options de vente achetées
    ii) Options d’achat émises
    b) Positions longues
    i) Options d’achat achetées
    ii) Options de vente émises
    POUR MÉMOIRE: Options «dans Is cours»11
    1) Aux taux de change courants
    a) Position courte
    b) Position longue
    2) +5 % (dépréciation de 5 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    3) —5 % (appréciation de 5 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    4) + 10 % (dépréciation de 10%)
    a) Position courte
    b) Position longue
    5) – 10% (appréciation de 10%)
    a) Position courte
    b) Position longue
    6) Autres (préciser)
    a) Position courte
    b) Position longue

    IV. Postes pour mémoire

    l) À déclarer avec la périodicité et les délais de communication standard12:
    a) Dette à court terme en monnaie nationale indexée au taux de change
    b) Instruments financiers libellés en devises et réglés par d’autres moyens (par exemple en monnaie nationale)13
    — Contrats à terme non livrables
    — Positions courtes
    — Positions longues
    — Autres instruments
    c) Avoirs gagés14
    — Inclus dans les avoirs de réserve
    — Inclus dans les autres avoirs en devises
    d) Titres prêtés et mis en pension15
    — Prêtés ou mis en pension et inclus à la section 1
    — Prêtés ou mis en pension, mais non inclus à la section 1
    — Empruntés ou acquis et inclus à la section 1
    — Empruntés ou acquis, mais non inclus à la section 1
    e) Avoirs en dérivés financiers (valeur nette au prix du marché)16
    — Contrats à terme
    — Futurs
    — Swaps
    — Options
    — Autres
    f) Dérivés (contrats à terme, futurs ou options) dont la durée résiduelle est supérieure à un an, sujets à appels de marge
    — Positions agrégées courtes et longues en contrats à terme et futurs en devises vis-à-vis de la monnaie nationale (y compris le volet à terme des swaps de monnaies)
    a) Positions courtes (—)
    b) Positions longues (+)
    — Positions agrégées courtes et longues sur options en devises vis-à-vis de la monnaie nationale
    a) Positions courtes
    i) Options de vente achetées
    ii) Options d’achat émises
    b) Positions longues
    i) Options d’achat achetées
    ii) Options de vente émises
    2) À déclarer moins fréquemment:
    a) Composition des réserves en devises (par groupes de monnaies)
    — Monnaies incluses dans le panier du DTS
    — Monnaies exclues du panier du DTS
    — Monnaie par monnaie (facultatif)Ces données doivent être communiquées en notes d’accompagnement

    Notes:

    En principe, seuls les instruments libellés et réglés en devises (ou ceux dont la valeur dépend directement du taux de change et qui sont réglés en devises) doivent être inclus dans les catégories I, Il et NI du formulaire. Les instruments financiers libellés en devises et réglés par d’autres moyens (par exemple, en monnaie nationale ou en produits de base) sont inclus dans des postes pour mémoire à la section IV

    La compensation des positions n’est autorisée que si elles portent la même échéance, sont ouvertes avec la même contrepartie et qu’il existe un accord de compensation général. Les positions ouvertes sur les marchés organisés peuvent également être compensées.

    Les autorités monétaires sont définies conformément au Manuel de la Balance des paiements, cinquième édition, publié par le FMI.

    Les positions importantes en instruments autres que des dépôts ou titres vis-à-vis d’institutions domiciliées dans le pays déclarant doivent être déclarées comme postes distincts.

    La base d’évaluation des avoirs d’or doit être communiquée; l’idéal est d’en indiquer le volume et le prix,

    Y compris les paiements d’intérêts exigibles au cours de la période correspondante. Les dépôts en devises détenus par des non-résidents à la banque centrale doivent également être inclus sur cette ligne. Les titres mentionnés sont ceux émis par les autorités monétaires et l’administration centrale (à l’exclusion des administrations de sécurité sociale).

    Lorsqu’il existe des positions à terme ou en futurs de durée résiduelle supérieure à un an, susceptibles de faire l’objet d’appels de marge, il convient de les déclarer séparément à la section IV,

    Seules les obligations de durée résiduelle supérieure à un an doivent être déclarées à ce poste, les obligations de durée plus courte étant déjà incluses à la section II précédente.

    Les statisticiens doivent distinguer les entrées et sorties potentielles découlant de lignes de crédit potentielles et les déclarer séparément, dans le format spécifié.

    Lorsqu’il existe des positions en options de durée résiduelle supérieure à un an, qui sont susceptibles de faire l’objet d’appels de marge, il convient de les déclarer séparément à la section IV

    Ces «tests d’épreuve» sont une catégorie d’information recommandée, mais non imposée, par la norme spéciale de diffusion de données (NSDD) du FMI. Les résultats des tests d’épreuve peuvent être communiqués sous forme de graphe. En règle générale, il convient de déclarer la valeur notionnelle. Cependant, dans le cas des options réglées en numéraire, il faut déclarer les entrées/sorties futures estimées. Les positions sont «dans le cours», ou le seraient pour les valeurs prises en hypothèse.

    Distinguer, le cas échéant, les avoirs des engagements.

    Identifier les types d’instrument; les principes d’évaluation doivent être les mêmes que dans les sections I à III. Le cas échéant, la valeur notionnelle des positions à terme sans livraison de l’article sous-jacent doit être indiquée dans le même format que pour la valeur nominale des contrats à terme ou futurs livrabîes à la section II.

    Seuls les avoirs inclus à la section I qui ont été gagés doivent être déclarés ici.

    Les avoirs qui ont été prêtés ou mis en pension doivent être déclarés ¡ci, qu’ils aient ou non été inclus à la section I du formulaire, de même que les éventuels engagements connexes (à la section II). Cependant ceux-ci doivent être déclarés en deux catégories distinctes, selon qu’ils ont été inclus ou non dans la section I. De même, les titres empruntés ou acquis dans le cadre d’accords de pension doivent être déclarés sous forme de poste distinct et traités de façon symétrique. Les valeurs de marché doivent être déclarées et le traitement comptable précisé,

    Identifier les types d’instrument II convient de décrire les principales caractéristiques des modèles internes utilisés pour calculer la valeur de marché.

    Présentation de données désagrégées dans le formulaire type (Formulaire R1a.xls)

    (Renseignements à communiquer par les autorités monétaires et le reste de l’administration centrale, à l’exclusion des administrations de sécurité socialel,2,3

    I. Avoirs officiels de réserve et autres avoirs en devises (valeur de marché approchée)4

    Janvier 2000
    A. Avoirs officiels de réserve
    I) Réserves en devises (en monnaies étrangères convertibles)
    a) Titres
    dont: émetteur domicilié dans le pays déclarant, mais situé à l’étranger
    b) Total du numéraire et dépôts dans:
    i) autres banques centrales nationales, BRI et FMI
    ii) banques domiciliées dans le pays déclarant
    dont: situées à l’étranger
    iii) banques domiciliées hors du pays déclarant
    dont: situées dans le pays déclarant
    2) Position de réserve au FMI
    3) DTS
    4) Or (y compris dépôts d’or et s’il y a lieu, or en swap)5
    —volume en millions d’onces d’or fin
    5) Autres avoirs de réserve (préciser)
    — Dérivés financiers
    —Prêts à des non-résidents non bancaires
    —Autres
    B. Autres avoirs en devises (préciser)
    Titres non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Dépôts non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Prêts non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Dérivés financiers non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Or non inclus dans les avoirs officiels de réserve
    — Autres

    II. Sorties nettes prévues à court terme sur les ressources en devises (valeur nominale)

    Ventilation par échéance (durée résiduelle)
    TotalInférieure ou égale à 1 moisSupérieure à 1 mois et inférieure ou égale à 3 moisSupérieure à 3 mois et inférieure ou égale à 1 an
    1. Prêts, titres et dépôts en devises6
    — Sorties (–)Principal
    Intérêts
    — Entrées (+)Principal
    Intérêts
    2. Positions agrégées courtes et longues en contrats à terme et futurs en devises vis-à-vis de la monnaie nationale (y compris le volet à terme des swaps de monnaies)7
    a) Positions courtes (–)
    b) Positions longues (+)
    3. Autres (préciser)
    — Sorties liées aux mises en pension (–)
    — Entrées liées aux prises en pension (+)
    — Crédits commerciaux (–)
    — Crédits commerciaux (+)
    — Autres comptes à payer (–)
    — Autres comptes à recevoir (+)

    III. Sorties nettes potentielles à court terme sur les ressources en devises (valeur nominale)

    Ventilation par échéance (durée résiduelle)
    TotalInférieure ou égale à 1 moisSupérieure à 1 mois et inférieure ou égale à 3 moisSupérieure à 3 mois et inférieure ou égale à 1 an
    1. Obligations potentielles en devises
    a) Garanties sur dettes exigibles dans l’année
    b) Autres obligations potentielles
    2. Titres en devises assortis d’options à l’émission (obligations avec option de vente)8
    3. Lignes de crédit irrévocables non tirées9, fournies par:
    a) d’autres autorités monétaires nationales, la BRI, le FMI et autres organisations internationales
    — d’autres autorités monétaires nationales (+)
    — BRI (+)
    — FMI (+)
    b) banques et autres institutions financières domiciliées dans le pays déclarant (+)
    c) banques et autres institutions financières domiciliées hors du pays déclarant (+)
    Lignes de crédit irrévocables non tirées, fournies à:
    a) d’autres autorités monétaires nationales, la BRI, le FMI et autres organisations internationales
    — d’autres autorités monétaires nationales (–)
    — BRI (–)
    — FMI (–)
    b) banques et autres institutions financières domiciliées dans le pays déclarant (–)
    c) banques et autres institutions financières domiciliées hors du pays déclarant (–)
    4. Positions agrégées courtes et longues sur options en devises vis-à-vis de la monnaie nationale10
    a) Positions courtes
    i) Options de vente achetées
    ii) Options d’achat émises
    b) Positions longues
    i) Options d’achat achetées
    ii) Options de vente émises
    POUR MÉMOIRE: Options «dans le cours»11
    1) Aux taux de change courants
    a) Position courte
    b) Position longue
    2) +5 % (dépréciation de 5 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    3) —5 % (appréciation de 5 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    4) +10 % (dépréciation de 10 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    5) –10 % (appréciation de 10 %)
    a) Position courte
    b) Position longue
    6) Autres (préciser)
    a) Position courte
    b) Position longue

    IV. Postes pour mémoire

    1) À déclarer avec la périodicité et les délais de communication standard12:
    a) Dette à court terme en monnaie nationale indexée au taux de change
    b) Instruments financiers libellés en devises et réglés par d’autres moyens (par exemple en monnaie nationale)13
    — Contrats à terme non livrables
    — Positions courtes
    — Positions longues
    — Autres instruments
    c) Avoirs gagés14
    — Inclus dans les avoirs de réserve
    — Inclus dans les autres avoirs en devises
    d) Titres prêtés et mis en pension15
    — Prêtés ou mis en pension et inclus à la Section 1
    — Prêtés ou mis en pension, mais non inclus à la section 1
    — Empruntés ou acquis et inclus à la section 1
    — Empruntés ou acquis, mais non inclus à la section 1
    e) Avoirs en dérivés financiers (valeur nette au prix du marché)16
    — Contrats à terme
    — Futurs
    — Swaps
    — Options
    — Autres
    f) Dérivés (contrats à terme, futurs ou options) dont la durée résiduelle est supérieure à un an, sujets à appels de marge
    — Positions agrégées courtes et longues en contrats à terme et futurs en devises vis-à-vis de la monnaie nationale (y compris le volet à terme des swaps de monnaies)
    a) Positions courtes (–)
    b) Positions longues (+)
    — Positions agrégées courtes et longues sur options en devises vis-à-vis de la monnaie nationale
    a) Positions courtes
    i) Options de vente achetées
    ii) Options d’achat émises
    b) Positions longues
    i) Options d’achat achetées
    ii) Options de vente émises
    2) À déclarer moins fréquemment:
    a) Composition des réserves en devises (par groupes de monnaies)
    — Monnaies incluses dans le panier du DTS
    — Monnaies exclues du panier du DTS
    — Monnaie par monnaie (facultatif)Ces données doivent être communiquées en notes d’accompagnement

    Notes:

    En principe, seuls les instruments libellés et réglés en devises (ou ceux dont la valeur dépend directement du taux de change et qui sont réglés en devises) doivent être inclus dans les catégories I, Il et III du formulaire. Les instruments financiers libellés en devises et réglés par d’autres moyens (par exemple, en monnaie nationale ou en produits de base) sont inclus dans des postes pour mémoire à la section IV.

    La compensation des positions n’est autorisée que si elles portent la même échéance, sont ouvertes avec la même contrepartie et qu’il existe un accord de compensation général. Les positions ouvertes sur les marchés organisés peuvent également être compensées.

    Les autorités monétaires sont définies conformément au Manuel de la Balance des paiements, cinquième édition, publié par le FMI.

    Les positions importantes en instruments autres que des dépôts ou titres vis-à-vis d’institutions domiciliées dans le pays déclarant doivent être déclarées comme postes distincts.

    La base d’évaluation des avoirs d’or doit être communiquée; l’idéal est d’en indiquer le volume et le prix.

    Y compris les paiements d’intérêts exigibles au cours de la période correspondante. Les dépôts en devises détenus par des non-résidents à la banque centrale doivent également être inclus sur cette ligne. Les titres mentionnés sont ceux émis par les autorités monétaires et l’administration centrale (à l’exclusion des administrations de sécurité sociale).

    Lorsqu’il existe des positions à terme ou en futurs de durée résiduelle supérieure à un an, susceptibles de faire l’objet d’appels de marge, il convient de les déclarer séparément à la section IV.

    Seules les obligations de durée résiduelle supérieure à un an doivent être déclarées à ce poste, les obligations de durée plus courte étant déjà incluses à la section II précédente.

    Les statisticiens doivent distinguer les entrées et sorties potentielles découlant de lignes de crédit potentielles et les déclare séparément, dans le format spécifié.

    Lorsqu’il existe des positions en options de durée résiduelle supérieure à un an, qui sont susceptibles de faire l’objet d’appels de marge, il convient de les déclarer séparément à la section IV.

    Ces «tests d’épreuve» sont une catégorie d’information recommandée, mais non imposée, par la norme spéciale de diffusion de données (NSDD) du FMI. Les résultats des tests d’épreuve peuvent être communiqués sous forme de graphe. En règle générale, il convient de déclarer la valeur notionnelle. Cependant, dans le cas des options réglées en numéraire, il faut déclarer les entrées/sorties futures estimées. Les positions sont «dans le cours», ou le seraient pour les valeurs prises en hypothèse.

    Distinguer, le cas échéant, les avoirs des engagements.

    Identifier les types d’instrument; les principes d’évaluation doivent être les mêmes que dans les sections I à III. Le cas échéant, la valeur notionnelle des positions à terme sans livraison de l’article sous-jacent doit être indiquée dans le même format que pour la valeur nominale des contrats à terme ou futurs livrables à la section II.

    Seuls les avoirs inclus à la section I qui ont été gagés doivent être déclarés ici.

    Les avoirs qui ont été prêtés ou mis en pension doivent être déclarés ici, qu’ils aient ou non été inclus à la section I du formulaire, de même que les éventuels engagements connexes (à la section II). Cependant ceux-ci doivent être déclarés en deux catégories distinctes, selon qu’ils ont été inclus ou non dans la section I. De même, les titres empruntés ou acquis dans le cadre d’accords de pension doivent être déclarés sous forme de poste distinct et traités de façon symétrique. Les valeurs de marché doivent être déclarées et le traitement comptable précisé.

    Identifier les types d’instrument. Il convient de décrire les principales caractéristiques des modèles internes utilisés pour calculer la valeur de marché.

    Index

    Les numéros renvoient aux paragraphes.

    Acceptations bancaires

    • sorties prévues, 163

    Accords de financement, 211

    Accords de pension

    • définition, 82

    • distingués des avoirs de réserve, 72

    • sorties prévues, 151, 178

    • titres déclarés dans le formulaire type, 81, 84–86, 102, 255–261

    Accords de prise ferme de titres, 197

    Accords de soutien bilatéral en devises, 211–212

    Accords généraux d’emprunt (AGE)

    • engagements envers le FMI, 214

    • position de réserve, 96

    Actifs

    • extérieurs, 62, 69

    • négociables, 65

    Actions privilégiées sans droit de vote

    • sorties prévues, 162

    Activités hors bilan, 5, 138

    Administration centrale

    • couverte par le formulaire type, 20

    • définition, 22

    Administration de sécurité sociale

    • définition, 22

    Administrations d’États fédérés

    • exclues de la définition de l’administration centrale, 22

    Administrations locales

    • exclues de la définition de l’administration centrale, 22

    AGE. Voir Accords généraux d’emprunt

    Agences d’institutions financières, 104–105, 108

    «Ajusté au prix du marché», 263

    Amortissement, échéanciers d’, 152

    Architecture financière internationale

    • activités financières couvertes par le formulaire type, 24–25

    • activités sur dérivés financiers, 26–31

    • concept de la liquidité internationale, 15–19

    • concept des réserves internationales, 9–14

    • considérations relatives à la déclaration et à la diffusion, 37–44

    • dévelopement d’un cadre statistique, 3

    • diffusion en temps opportun, 2

    • directives d’emploi, 51–57

    • évaluation, principes d’, 32–34

    • formulaire type, 4–8

    • horizon temporel, 35–36

    • institutions couvertes par le formulaire type, 20–23

    • insuffisance de l’information, 1

    • structure du formulaire type, 45–50

    Argent en lingots, 98

    Associations d’épargne et de prêt

    • dépôts détenus, 92

    Assurance des dépôts, 195

    Autorités monétaires

    • avoirs gagés, 72

    • couvertes par le formulaire type, 20

    • créances sur les non-résidents, 69

    • définition, 21

    • prêts accordés par les, 70

    • prise en pension, 86–87

    • propriétaires d’avoirs de réserve, 68

    • propriétaires de biens immobiliers, 74

    • transferts de créances en devises aux, 71

    Autres avoirs de réserve. Voir aussi Avoirs de réserve

    • déclaration dans le formulaire type, 102

    • prêts à court terme en devises, 93

    Autres avoirs en devises. Voir aussi Avoirs en devises

    • déclaration, 62

    • définition, 59, 118–127

    • or, 98

    • valeur de marché, 128–129

    Avoirs de réserve. Voir aussi Autres avoirs de réserve; Avoirs officiels de réserve; Réserves internationales

    Avoirs en dérivés financiers

    • activités, 26–31

    • échéance résiduelle supérieure à un an, 244–245

    • valeur de marché, 134, 267–272

    • valeurs nettes ajustées au prix du marché, 262–273

    Avoirs en devises. Voir aussi Autres avoirs en devises; Avoirs officiels de réserve

    • actifs extérieurs, 62

    • avoirs de réserve, 66–67

    • communication, 58–63

    • concept des réserves du MBP5

      • accords de swap, 73

      • définition, 77

      • rapprochement des données du formulaire avec le, 112

      • en tant qu’avoirs de réserve, 12, 75

    • convertibles, 67

    • définition, 59

    • dépôts dans les banques résidentes, 108

    • engagements potentiels, 191–198

    • lignes de crédit irrévocables non tirées, 206–221

    • options, 222–235

    • propriété, 68

    • sorties nettes potentielles, 180–190

    • sorties prévues, 138–152

    • titres à options intégrées, 199–205

    Avoirs gagés, 72, 243

    Avoirs officiels de réserve. Voir aussi Avoirs de réserve: Réserves internationales

    • actifs «à la disposition immédiate», 65

    • actifs extérieurs, 62, 69

    • actifs négociables, 65

    • avoirs de réserve en tant que, 14

    • avoirs en devises, 66–67

    • communication, 58–63

    • composition en devises, 246

    • concept de résidence, 69

    • définition, 59, 64

    • dépôts, 92

    • exclusion des avoirs gagés, 72

    • instruments financiers, 75

    • prêts, 70

    • propriété, 68

    • qualité intrinsèque des, 89

    • rapprochement des données du formulaire avec le concept de réserves du MBP5, 110–117

    • valeur de marché, 117, 128–130

    Banque des règlements internationaux (BRI)

    • dépôts détenus, 92

    • lignes de crédit, 211–212

    • prêts à court terme à la, 93

    Banques. Voir aussi Institutions financières

    • définition, 92

    • dépôts détenus, 92

    Banques centrales

    • lignes de crédit, 211–213

    Banques commerciales

    • dépôts détenus, 92

    Biens immobiliers

    • possédés par les autorités monétaires, 74

    Bilan

    • activités hors, 5, 138

    • habillage de, 71

    Bons. Voir Titres d’emprunt

    Bons du Trésor

    • sorties prévues, 163

    BRI. Voir Banque des règlements internationaux

    Caisses de crédit mutuel

    • dépôts détenus, 92

    Caisses d’épargne

    • dépôts détenus, 92

    • postales, 92

    Certificats de dépôt

    • de titres (États-Unis), 79

    • sorties prévues, 162–163

    • négociables, 163

    Certificats de transfert de prêts

    • sorties prévues, 162

    CGFS. Voir Comité sur le système financier mondial

    Clauses de défaut/accélération des paiements, 203

    Comité sur le système financier mondial (CGFS)

    • développement d’un formulaire type de déclaration statistique, 3

    Compensation de clôture, 150

    Compensation par novation, 150, 266, 102, 167–177, 273

    Contrats à terme sans livraison du sous-jacent, 176, 248–250, 252–254

    • options sur les, 248, 251

    Coopératives de crédit

    • dépôts détenus, 92

    «Court terme»

    • définition, 35

    Créances compensatoires, 107–108

    Crédit

    • immobilier: dépôts détenus, 92

    • lettres de, 197

    • lignes de, 73,

      • irrévocables, 206–221

      • non tirées, 206–221

    • mutuel: dépôts détenus, 92

    • pures facilités de, 213

    • risque de, 202

    Date

    • d’exercice, 228

    • de réévaluation, 131

    • de référence, 38, 129, 144

    • de règlement, 39

    • d’opération, 39

    • test, 216

    Dépôts

    • «à vue», 91, 161, 197

    • assurance des, 195

    • dans les banques domiciliées à l’intérieur et à l’extérieur du pays déclarant, 107

    • déclaration dans le formulaire type, 91–95

    • d’or, 98–99

    • en devises, 197

    • rapprochement des données du formulaire avec le concept de réserves du MBP5, 114

    • réserves en devises, 77

    • valeur de marché, 133

    Dérivés financiers. Voir Avoirs en dérivés financiers

    Dette en monnaie nationale

    • à court terme, 242

    Devises

    • accords de soutien bilatéral en, 211–212

    • échange de, 173

    • flux de

      • associés aux contrats à terme, futurs et swaps, 167-I77

      • associés aux prêts et titres, 159–166

      • autres sorties prévues, 178–179

      • contrairement aux données sur les engagements extérieurs, 153–158

    • réserves en

      • déclaration dans le formulaire type, 77–78

      • dépôts, 77

      • en tant qu’avoirs de réserve, 75

      • rapprochement des données du formulaire avec le concept de réserves du MBP5, 116

      • titres, 77, 109

    Diamants, 98

    Données d’encours (ou de stock), 38

    • section du formulaire type relatifs aux, 46, 49

    Données de flux, 38

    • section du formulaire type relatifs aux, 46, 49

    Droits de tirage spéciaux (DTS)

    • composition des réserves en devises, 246

    • déclaration dans le formulaire type, 97

    • en tant qu’avoirs de réserve, 12, 75–76

    • rapprochement des données du formulaire avec le concept de réserves du MBP5, 112

    • valeur de marché, 136

    Échange de taux d’intérêt et de monnaies, 173

    Échéance résiduelle

    • définition, 36

    • pour les sorties nettes potentielles, 185

    Échéanciers d’amortissement, 152

    Engagements

    • contractuels, 180

    • extérieurs, 153–158

    • inscrits au bilan, 138

    Entités non-résidentes

    • créances des autorités monétaires sur les, 69

    • rapprochement des données du formulaire avec le concept de réserves du MBP5, 116

    • titres en dévises émis par les, 79

    • prêts aux, 70

    Entrées

    • section du formulaire type relative aux, 46, 50

    • sorties prévues, 139–140, 145, 148, 150–151, 166, 179

    Épargne et de prêt, associations d’

    • dépôts détenus, 92

    États fédérés, administrations d’

    • exclues de la définition de l’administration centrale, 22

    Évaluation, principes d’

    • dans le formulaire type, 32–34

    • des avoirs de réserve au prix du marché, 117

    Facilité d’ajustement structurel renforcée (FASR)

    • compte de prêts du compte de fiducie de la, 93, 215

    Federal National Mortgage Association (Fannie Mae), 191

    Financement, accords de, 211

    Flux. Voir Données de flux

    Flux de devises. Voir Devises

    Fonds monétaire international (FMI)

    • création du formulaire type, 3

    • Manuel de la balance des paiements, 9

    • position de réserve, 96

    • prêts au, 70

    • prêts à court terme au, 93

    Formulaire type

    • activités financières couvertes, 24–25

    • activités sur dérivés financiers, 26–31

    • cadre du, 4–8

    • caractéristiques du, 20–44

    • communication des autres avoirs de réserve, 102

    • communication des avoirs de réserve et des autres avoirs en devises, 58–63

    • communication des données, 37–44

    • communication des droits de tirage spéciaux, 97

    • communication des réserves en devises, 77–78

    • communication des titres, 79–90

    • communication du total des dépôts, 91–95

    • date de référence, 38

    • date d’opération, 39

    • déclaration de l’or, 98–101

    • diffusion des données, 43

    • évaluation, principes d’, 32–34

    • horizon temporel, 35–36

    • identification des institutions domiciliées à l’intérieur et à l’extérieur du pays déclarant, 103–109

    • institutions couvertes, 20–23

    • monnaies de déclaration, 37

    • notes concernant les pays, 42, 58

    • position de réserve au FMI, 96

    • postes non applicables, 40

    • postes pour mémoire, 231–235

    • rapprochement avec le concept des réserves du MBP5, 110–117

    • structure du, 45–50

    • types de données communiquées, 46

    Formule Black-Scholes, 272

    Futurs, 102, 167–177, 273

    Garanties, 193–195

    • de change, 195

    Groupe des Dix, 3

    Horizon temporel

    • dans le formulaire type, 35–36

    Institutions financières

    • agences et succursales, 104–105, 108

    • avoirs de réserve dans des institutions financières résidentes, 60

    • dépôts détenus, 92

    • domiciliées à l’étranger mais situées dans le pays déclarant, 105

    • domiciliées à l’extérieur du pays déclarant, 103, 105

    • domiciliées à l’intérieur du pays déclarant, 103–104

    • domiciliées dans le pays déclarant mais situées à l’étranger, 104

    • lignes de crédit, 211–213

    Instruments

    • «de gré à gré», 171

    • du marché monétaire: sorties prévues, 163

    • financiers libellés en devises et réglés par d’autres moyens, 247–254

    Internet

    • diffusion des données, 43

    Lettres de crédit, 197

    Lignes de crédit, 73,

    • irrévocables, 206–221

    • non tirées, 206–221

    Lingots, argent en, 98

    Liquidité internationale. Voir aussi Réserves internationales

    • activités hors bilan, 5

    • concept, 15–19

    • diffusion en temps opportun, 2

    • formulaire type pour la, 4–8

    • instruments inclus dans les ressources et les sorties, 24

    • insuffisances de l’information, 1

    • rapport avec le concept de réserves internationales, 19

    Manuel de la balance des paiements (MBP5)

    • autorités monétaires: définition, 21

    • avoirs de réserve: définition, 60

    • concept des réserves internationales, 9, 65

    • devises: définition, 77

    • rapprochement des données du formulaire avec le concept de réserves, 110–117

    Marges, paiements de, 259

    MBP5. Voir Manuel de la balance des paiements

    Métaux précieux, sociétés de négoce de, 99

    Monnaies

    • déclaration des données dans le formulaire, 37, 77, 94, 113

    • valeur de marché, 133

    NAE. Voir Nouveaux accords d’emprunt

    Non-résidents. voir Entités non-résidentes

    Norme spéciale de diffusion des données (NSDD), 183, 274–280

    Notes concernant les pays, 42, 58

    Nouveaux accords d’emprunt (NAE)

    • engagements envers le FMI, 214

    • position de réserve, 96

    NSDD. Voir Norme spéciale de diffusion des données

    Obligations

    • à forte prime d’émission: sorties prévues, 162

    • à option de vente intégrée, 199–205

    • à taux variable: sorties prévues, 162

    • bimonétaires: sorties prévues, 162

    • Brady. 162

    • convertibles: sorties prévues, 162

    • du Trésor américain, 79

    • hypothécaires garanties: sorties prévues, 162

    • in fine à deux ans, 201

    • indexées: sorties prévues, 162

    • non garanties: sorties prévues, 162

    • potentielles, 191–198

    • sans coupon: sorties prévues. 162

    Opérations

    • à terme (livraison à terme), 212

    • au comptant (livraison immédiate), 212

    • financières: tableaux, 152

    Options

    • à l’américaine, 222, 228

    • à l’européenne, 222, 228

    • achetées, 182

    • d’achat, 182, 228, 234

    • d’achat émises, 223

    • d’achat achetées, 223

    • «dans le cours», 31, 226, 228, 231–235, 251

    • de vente, 182, 199, 228, 234

    • de vente achetées, 223

    • de vente émises, 223

    • définitions des termes, 228

    • discontinues, 202

    • émises, 182

    • en tant q’«Vautres avoirs de réserve», 102

    • explicites, 203

    • hors du cours, 228, 251

    • implicites, 203

    • positions courtes, 222–230

    • positions longues, 222–230

    • valeur de marché, 272

    • valeurs notionnelles, 222–223, 225, 227

    Or

    • argent en lingots, 98

    • déclaration dans le formulaire type, 98–101

    • en prêts, 98

    • en tant qu’«autres avoirs en devises», 125

    • en tant qu’avoirs de réserve, 12, 75–76

    • rapprochement des données du formulaire avec le concept de réserves du MBP5, 112

    • reçu en swap, 98, 100–101, 178, 258

    • valeur de marché, 135

    Or monétaire. Voir Or ci-dessus

    Papier commercial

    • sorties prévues, 163

    PEG. Voir Position extérieure globale

    Pensions. Voir Accords de pension

    Pierres et métaux précieux, 98

    • société de négoce de métaux précieux, 99

    Position de réserve au FMI

    • définition, 96

    • en tant qu’avoirs de réserve, 12, 75–76

    • rapprochement des données du formulaire avec le concept de réserves du MBP5, 112

    • tranche de réserve, 96

    • valeur de marché, 137

    Position extérieure globale, 154–158

    Positions

    • courtes, 28, 150, 177, 182, 222–230

    • longues, 28, 150, 177, 182, 222–230

    • section du formulaire type relative aux, 46, 49

    Postes pour mémoire

    • avoirs en dérivés financiers, 262–273

    • avoirs gagés, 243

    • composition en devises des réserves, 246

    • contenu des, 236–246

    • déclaration des, 25

    • dérivés financiers d’échéance résiduelle supérieure à un an, 244–245

    • dette à court terme en monnaie nationale, 242

    • instruments financiers libellés en devises et réglés par d’autres moyens, 247–254

    • section des, 231–235

    • titres prêtés et mis en pension, 255–261

    Prêts

    • à court terme, 93, 102, 160–161

    • à long terme, 160

    • avoirs bloqués en garantie de, 72

    • de titres

      • déclaration dans le formulaire type, 81, 84, 255–261

      • définition, 83

      • distingués des avoirs de réserve, 72

      • sorties prévues, 178

    • en devises, 161, 197

    • en tant qu’avoirs de réserve, 70

    • garanties sur, 84, 85, 195

    • sorties prévues, 149, 153–154, 159–161

    Prise en pension

    • définition, 82

    • sorties prévues, 151, 178

    • titres déclarés dans le formulaire type, 84–87, 256

    Prix

    • «ajusté au prix du marché», 263

    • d’exercice, 146, 222, 228

    • de transaction, 131

    • en vigueur sur le marché, 267–268

    Rachats

    • titres déclarés dans le formulaire type, 81

    Repères de référence, réévaluations pour établir des, 130

    Réserve au FMI. Voir Position de réserve au FMI

    Réserve, tranche de, 96

    Réserves en devises. Voir Devises

    Réserves internationales. Voir aussi Avoirs de réserve; Avoirs officiels de réserve; Liquidité internationale

    • «à la disposition immédiate», en tant que condition du concept des, 11, 13

    • catégorie des, 12

    • concept, 9–14

    • définition, 9

    • diffusion en temps opportun, 2

    • formulaire type pour les, 4–8

    • insuffisance de l’information, 1

    • nettes, 17

    • rapport avec le concept de la liquidité internationale, 19

    • résidence, concept de, 10

    • «sous le contrôle», en tant que condition du concept des, 11, 13

    Risque de crédit, 202

    Sécurité sociale, administration de

    • définition, 22

    Sociétés de crédit immobilier

    • dépôts détenus, 92

    Sociétés de négoce de métaux précieux, 99

    Sorties

    • à court terme, 139, 142

    • nettes, 15, 139, 180–190

    • potentielles, 48, 180–190

    • prévues, 139–140, 145, 148–151, 179

      • associées aux contrats à terme, futurs et swaps, 167–177

      • associées aux prêts et titres, 159–166

      • autres flux prévus en devises, 178–179

      • communication des données, 144–152

      • contrairement aux données sur les engagements extérieurs, 153–158

      • définition, 138–143

      • exemples, 48

    • section du formulaire type relatifs aux, 46, 50

    Succursales d’ institutions financières, 104–105, 108

    Swap, 102, 167–177

    • accords de swap pour les avoirs en devises, 73

    • facilités de, 213

    • opérations de, 212

    • or reçu en, 98, 100–101, 178, 258

    Taux de change, 146

    Tests d’épreuve, 30–31, 183, 235

    Titres. Voir aussi Prêts (de titres)

    • accords de prise ferme de, 197

    • adossés à des créances: sorties prévues, 162

    • à long terme, 79

    • à options intégrées, 199–205

    • déclaration dans le formulaire type, 79–90

    • d’emprunt

      • déclaration dans le formulaire type, 79

      • dette publique: sorties prévues, 165

      • empruntés/prêtés: déclaration dans le formulaire type, 88

      • sorties prévues, 162, 165

      • valeur de marché, 132

    • de participation

      • déclaration dans le formulaire type, 79

      • valeur de marché, 132

    • garanties sur, 195

    • indexés, 248

    • non émis, 79

    • qualité intrinsèque des, 89

    • rapprochement des données du formulaire avec le concept de réserves du MBP5, 115

    • réserves en devises, 77, 109, 115

    • sorties prévues, 149, 153–154, 162–166

    • valeur de marché, 131–132

    Tranche de réserve, 96. Voir aussi Position de réserve au FMI

    Unions monétaires

    • déclaration des avoirs de réserve, 23

    Valeur de marché

    • avoirs de réserve, 117, 128–130

    • dépôts, 133

    • dérivés financiers, 134, 267–272

    • droits de tirage spéciaux, 136

    • monnaie fiduciaire, 133

    • or monétaire, 135

    • position de réserve au FMI, 137

    • titres, 131–132

    • valeurs nettes ajustées au prix du marché

      • activités sur dérivés financiers, 29, 262–273

      • déclaration dans le formulaire type, 50, 102

      • en tant qu’«autres avoirs en devises», 125

    Valeurs notionnelles, 34, 50, 222–223, 225, 227–228

    Volet créditeur, 173

    Volet débiteur, 173

    Les concepts de réserves internationales et de liquidité internationale sont exposés aux paragraphes 8 à 19 du présent chapitre et explicités plus avant dans les chapitres suivants.

    Les activités financières internationales désignent ici les opérations financières et les prises de positions en devises.

    Les travaux pour élaborer des normes de déclaration des opérations d’échanges et d’investissement des participants privés au marché ont été entrepris par la BRI, le Forum pour la stabilité financière, le FMI et d’autres organismes internationaux. Le Nouvel accord de Bâle sur les fonds propres, publié par la BRI en 2001, est une illustration de ces efforts.

    Les activités en devises hors bilan désignent des opérations financières et positions en devises non enregistrées au bilan.

    Voir le Manuel de la balance des paiements, Cinquième édition. Fonds monétaire international.

    L’expression «autorités monétaires» est définie plus loin dans ce chapitre sous la rubrique «Principales caractéristiques du formulaire type».

    Le concept de résidence en vigueur dans le MBP5 ne repose pas sur la nationalité ou sur des critères juridiques; il repose sur le centre d’intérêt économique de l’unité institutionnelle. Une unité est considérée résidente d’un pays si son centre d’intérêt économique est situé sur le territoire économique du pays. Le territoire économique d’un pays correspond en général à ses limites géographiques, quoiqu’il puisse s’étendre au delà. Une unité dont le centre d’intérêt économique est extérieur au territoire économique d’up pays est considérée non résidente.

    Comme on le verra au chapitre 3 de ce document, les «sorties nettes» désignent les sorties de devises nettes des entrées de devises.

    Voir la définition du «court-terme» donnée plus avant dans ce chapitre sous la rubrique «Horizon temporel».

    Le formulaire couvre explicitement tant les autorités monétaires que l’administration centrale. L’existence d’une caisse d’émission (pourvue de clauses excluant l’emploi des ressources des autorités monétaires pour régler les obligations en devises de l’administration centrale) ne supprime pas l’obligation de communiquer les données sur l’administration centrale.

    En fonction des dispositions institutionnelles du pays, la définition des «autorités monétaires» du formulaire pourra inclure d’autres entités du secteur public, telles que des banques commerciales à capital d’Étal engagées dans la compensation des sorties en devises. Le formulaire utilise l’expression «autres entités de l’administration centrale» pour préciser que les fonctions des autorités monétaires entreprises par l’administration centrale sont incluses dans les autorités monétaires.

    Naturellement, toute variation de l’offre et de la demande globales de monnaie nationale ou d’actifs libellés en monnaie nationale influe sur la balance des paiements et aura donc, indirectement, un effet sur les ressources liquides en devises.

    Les dérivés financiers sont des instruments financiers liés à des articles, taux de référence ou indices sous-jacents tels que des actions, obligations, monnaies ou produits de base. Les instruments dérivés permettent à leurs utilisateurs de désagréger les risques, d’accepter ceux qu’ils sont disposés à gérer et de transférer ceux qu’ils ne veulent pas assumer. La gamme des contrats d’instruments dérivés s’étend du simple contrat à terme, de futur ou de swap à des produits complexes comme les options. (On trouvera davantage de détails sur ce sujet aux chapitres 3 et 4.)

    Comme on le verra au chapitre 4, une option d’achat est «dans le cours» si le prix d’exercice est inférieur au prix du titre sous-jacent sur le marché. Une option de vente est «dans le cours» si le prix d’exercice est supérieur au prix du litre sous-jacent sur le marché.

    Dans la plupart des cas, la valeur nominale des paiements de principal, exprimée dans la monnaie dans laquelle le contrat est libellé, correspond à la valeur faciale de l’instrument concerné. Cependant dans certaines situations la valeur du flux financier anticipé diffère de la valeur faciale.

    En conformité avec la définition du «court-terme» en usage dans MBP5.

    Les données des pays sur les avoirs de réserve sont communiquées au FMI pour publication mensuel dans International Financial Statistics et l’annuaire Balance of Payments Statistics Yearbook, publiés par le FMI.

    Ces institutions résidentes peuvent être «domiciliées et situées dans le pays déclarant» ou «domiciliées à l’étranger mais situées dans le pays déclarant». On trouvera de plus amples détails à la section D de ce chapitre.

    Les actifs négociables désignent ceux qui peuvent être achetés, vendus et liquidés à un coût et dans des délais minimes et pour lesquels il existe des vendeurs et des acheteurs prêts à traiter immédiatement. Les avoirs «à la disposition immédiate» sont des actifs dont il est possible de disposer sans guère d’entraves.

    Ainsi qu’il sera expliqué plus avant à la section «Identification des institutions domiciliées dans le pays déclarant», dans certaines situations, les dépôts des autorités monétaires dans les banques résidentes peuvent être inclus dans les avoirs de réserve.

    Les titres de participation comprennent les actions, les litres de participation et les instruments similaires tels que les certificats de dépôt de titres. En font également partie les actions privilégiées, les fonds communs de placement, et les organismes de placement collectif en valeurs mobilières. Les titres d’emprunt recouvrent 1) obligations et autres titres d’emprunt, obligations non garanties; et 2) instruments du marché monétaire (tels que les bons du Trésor, le papier commercial, les acceptations bancaires, les certificats de dépôt négociables d’échéance originelle inférieure ou égale à un an, et les bons à court terme émis dans le cadre de facilités d’émission d’effets.

    Y compris les ventes/rachats et autres arrangements garantis similaires. Les swaps d’or sont déclarés au poste I.A.4) du formulaire.

    Ou sur demande, pour certains contrats.

    Ou sur demande, pour certains contrats.

    Les informations disponibles auprès des agences de notation peuvent être complétées par d’autres critères (notamment la solvabilité de la contrepartie) afin de déterminer la qualité des titres.

    Le MBP5 (paragraphe 516) définit les banques comme étant les «autres sociétés de dépôts (c’est-à-dire autres que la banque centrale)» et le Système de comptes nationaux 1993 (SCN 1993) comme les «institutions de dépôts (autres que la banque centrale)» du secteur des sociétés financières. Cela inclut les unités institutionnel les dont l’activité principale est l’intermédiation financière et qui encourent des engagements sous forme de dépôts ou d’instruments financiers (comme les certificats de dépôt à court terme) qui sont de proches substituts des dépôts. Les dépôts comprennent les dépôts payables à vue et transférables par chèque ou qui peuvent servir d’autre manière à effectuer des paiements, et ceux qui, bien qu’ils ne soient pas immédiatement transférables, peuvent être considérés comme des substituts de dépôts transférables.

    Les positions dans la tranche de réserve du FMI sont des créances liquides des pays membres du FMI qui naissent non seulement de leurs paiements d’avoirs de réserve au titre de la souscription de leurs quote-parts mais aussi, pour les pays membres dont la position extérieure est forte, de la vente par le FMI de leur monnaie pour satisfaire la demande d’utilisation des ressources du FMI par les pays membres qui sollicitent un appui à leur balance des paiements.

    Cet or est traité comme un instrument financier en raison de son rôle historique dans le système monétaire international.

    Ces pierres et métaux précieux sont considérés comme des marchandises et non des actifs financiers.

    Si les titres reçus en garantie sont à leur tour mis en pension contre de la monnaie fiduciaire, il convient de déclarer une opération de mise en pension, ainsi qu’il a été décrit précédemment à la section «Titres».

    Ces swaps d’or sont en général contractés entre autorités monétaires et avec des institutions financières.

    Ce traitement est conforme au MBP5 (paragraphe 434) dans la mesure où le swap a lieu entre autorités monétaires. La raison en est que dans un swap d’or, les autorités monétaires échangent de l’or contre d’autres actifs — tels que des devises — et que cela entraîne un transfert de propriété. La propriété de l’or est retransférée au propriétaire originel à une date déterminée et à un prix déterminé lors du dénouement du swap.

    Ce traitement ne s’applique que lorsque il y a échange de monnaie fiduciaire contre de l’or, que l’engagement de racheter l’or a force exécutoire, et que le prix de rachat est fixé au moment de la transaction au comptant. La logique de ce traitement est que dans un swap d’or, les autorités monétaires conservent la «propriété économique» de l’or, bien qu’elles en aient temporairement cédé la propriété «en titre». L’engagement de racheter la quantité d’or échangée est ferme — le prix de rachat est fixé d’avance — et toute fluctuation des prix de l’or après le swap influe sur le patrimoine des autorités monétaires. Dans ce traitement, l’or échangé demeure un avoir de réserve et la monnaie fiduciaire reçue est un dépôt de mise en pension. Les swaps d’or sont couramment utilisés par les banques centrales pour gagner un intérêt sur leurs réserves d’or. Habituellement, les banques centrales reçoivent de la monnaie fiduciaire en échange de l’or. La contrepartie vend en général l’or sur le marché mais normalement ne procède pas à la livraison de l’or. Cette contrepartie est souvent une banque qui, soit souhaite prendre une position à découvert sur l’or en faisant le pari d’une baisse du prix de l’or, soit cherche à tirer parti des possibilités d’arbitrage offertes par la combinaison d’un swap d’or avec une vente d’or et l’achat d’un futur sur l’or. Les producteurs d’or vendent des futurs et des contrats à terme sur l’or pour couvrir leur production future d’or. Traiter les swaps d’or comme des prêts garantis au lieu de ventes permet aussi de contourner la nécessité de déclarer de fréquents changements du volume de l’or dans les avoirs de réserve des autorités monétaires, lesquels influeraient à leur tour sur les avoirs d’or monétaire mondiaux ainsi que sur les prêts nets des banques centrales.

    Voir également au chapitre 5 la description de la communication des valeurs des dérivés financiers ajustées au prix du marché dans le formulaire, notamment la «compensation par novation».

    Les «agences» désignent des entités non constituées en société, propriété exclusive de leur institution mère (siège); et les succursales, des entités constituées en société possédées à plus de 50 % par l’institution mère.

    Il s’agit habituellement du prix de venle à la clôture du marché à la date de réévaluation.

    Il ne faut pas confondre compensation par novation et compensation de clôture. Cette dernière fait référence en général à des cas de défaut de paiement ou de faillite, dans lesquels la compensation permet aux participants au marché de clôturer sur une base nette un contrat en instruments du marché financier; la compensation de clôture permet aux participants au marché de liquider les actifs placés en garantie par la contrepartie au contrat.

    La PEG d’un pays est représentée par le bilan de ses avoirs et engagements extérieurs.

    Y compris les paiements d’amortissement d’instruments d’échéance résiduelle supérieure à un an.

    L’administration centrale est un élément de l’ensemble des administrations publiques, qui comprend également les administrations locales et les administrations d’États fédérés.

    Il convient d’inclure également les entités non résidentes d’autres types si elles maintiennent des dépôts auprès des autorités du pays déclarant.

    Les obligations Brady, qui sont libellées en dollars EU et émises sur l’euromarché, doivent être traitées comme les bons et obligations. Le principal est en général garanti par des obligations sans coupon du Trésor américain à 30 ans émises à cet effet et achetées par le pays débiteur au moyen d’une combinaison d’actifs de réserve du FMI, de la Banque mondiale, et des siens propres. Le paiement de l’intérêt sur les obligations Brady est parfois garanti par des titres de qualité notée au moins AA détenus à la banque fédérale de réserve de New York.

    Voir également le chapitre 4 sur les titres à option de vente intégrée.

    Par exemple, une somme initiale en dollars EU est échangée contre un montant équivalent en livres sterling (opération au comptant) et un échange inverse à exécuter à l’échéance du swap. Tant le swap comptant/à terme que celui à terme/à terme sont inclus. Les swaps à court terme exécutés comme des opérations «valeur Jour + 1» tombent aussi dans cette catégorie.

    Par exemple, un échange de taux d’intérêt et de monnaies est un swap de taux d’intérêt multidevises.

    La valeur notionnelle des autres instruments financiers dérivés (tels que les produits titrisés) doit être reportée à la section II.2 et leur valeur de marché à la section IV.I)e) s’ils figurent dans le portefeuille des autorités. Les produits titrisés sont habituellement des instruments personnalisés amortissables en une fois à l’échéance, et dont la valeur d’amortissement ou le coupon est lié aux variations d’une ou plusieurs variables économiques, en général une monnaie, un taux d’intérêt, le prix d’un actif ou d’un produit de base, ou une combinaison de ceux-ci.

    Cela comprend par exemple l’ensemble des obligations émises par la Federal National Mortgage Association (Fannie Mae) aux États-Unis.

    Du point de vue des créanciers, les options de vente raccourcissent l’échéance minimale contractuelle de la dette tout en leur donnant le droit d’allonger l’échéance sur la base du taux d’intérêt originel. Ceci offre aux créanciers la possibilité de se dégager tôt et de bénéficier d’une éventuelle augmentation des rendements en exerçant l’option de vente et en reprêtant les ressources à des taux plus élevés, ainsi que la possibilité de verrouiller un taux favorable en cas de baisse des taux. Les débiteurs émettent des options de vente afin d’obtenir des taux plus bas. Les dernières crises financières ont montré qu’en acceptant des options de vente les débiteurs n’avaient peut-être pas pleinement anticipé les difficultés auxquelles ils seraient confrontés si les options étaient exercées à un moment où ils éprouvaient des pertes substantielles d’accès au marché. Cette pratique a exacerbé les crises financières.

    Un prêt ou obligation in fine est un instrument dont le principal est remboursé en une fois à l’échéance.

    Ceci permet aux créanciers qui cherchent à maintenir leur position de reprêter les ressources en bénéficiant d’un taux plus élevé, et à ceux qui veulent dénouer leur position de le faire à un prix attractif.

    La plupart des instruments à option de vente intégrée comportent une ou deux dates d’exercice, quoique certains soient exerçables semi annuellement (peu d’instruments peuvent être exercés à tout moment).

    Dans une option explicite, le paiement complet met un terme à l’instrument, tandis qu’une situation de défaut résultant de l’infraction aux dispositions d’un prêt peut déclencher l’entrée en vigueur d’autres clauses de défaut/accélération des paiements d’autres dettes extérieures, au moins jusqu’à ce que le défaut ait été couvert par le paiement intégral de la dette en question.

    D’autres dispositions financières potentielles prennent la forme d’assurances privées fondées sur le marché: le débiteur paie une prime d’assurance pour rémunérer le risque pris par l’émetteur de l’option (le créancier). L’assurance couvre le risque de liquidité.

    Les AGE et NAE sont des arrangements permanents d’emprunt entre le FMI et un certain nombre de préteurs. Ils se composent d’une série d’accords de crédit distincts entre les prêteurs et le FMI. Il n’est possible d’appeler des fonds au titre de ces lignes de crédit que dans certaines situations et pour des montants spécifiés. Une fois l’appel de fonds approuvé, les accords autorisent le FMI à procéder à des tirages à concurrence des montants approuvés.

    Aux termes des AGE, les tirages ont lieu en monnaie nationale; c’est également le cas dans le cadre des NAE sauf si le prêteur est une institution d’un pays non membre. Dans ce cas, on utilise des devises — c’est-à-dire la monnaie d’un autre pays membre du FMI. Pour les pays membres du FMI, bien qu’ils soient effectués en monnaie nationale, les prêts au titre des AGE et NAE augmentent la position de réserve du pays au FMI. Ces créances du pays sur le FMI au litre des AGE et NAE sont des avoirs de réserve parce que le pays peut obtenir du FMI un montant équivalent en devises s’il fait valoir qu’il a un besoin de balance des paiements.

    Une «date test» est une date à laquelle des «critères de réalisation» (par exemple un niveau plancher pour les réserves internationales nettes ou un niveau plafond pour le déficit budgétaire) doivent être observés pour pouvoir procéder à des tirages par la suite sans nécessiter de dispense.

    Bien que les tirages au FMI dépendent aussi en général de critères de réalisation «continus», ceux-ci sont en général d’un type qui exige des autorités qu’elles s’abstiennent de certaines actions, et ils ne sont donc pas considérés comme des conditionnalités contraignantes (voir paragraphe 206). Les critères de réalisation permanents habituels comprennent par exemple l’absence d’introduction d’une pratique de taux de change multiples et la non accumulation d’arriérés de paiement officiels extérieurs.

    Par exemple, des montants peuvent être disponibles fin janvier à échéance «inférieure ou égale à un mois» (sur la base de l’observation d’un critère de réalisation fin décembre) qui ne seront pas disponibles fin mars (la persistance de leur disponibilité dépendant de l’observation de critères de réalisation fin mars, dont la détermination prendra plusieurs jours ou semaines).

    Il en existe aussi d’autres types, tels que les contrats d’option qui confèrent au détenteur le droit, mais non l’obligation, d’acheter (option d’achat) ou de vendre (option de vente) un actif sous-jacent spécifié à un prix convenu à l’avance (le prix d’exercice) à un certain nombre de dates ultérieures (options bermudiennes).

    La valeur notionnelle des contrats à terme ou futurs sans livraison du sous-jacent doit être déclarée au poste II.2 du formulaire type et leur valeur de marché dans les avoirs en dérivés, financiers au poste IV. le) du formulaire, de préférence sur une ligne distincte.

    Le texte des contrats de mise en pension exige normalement que les titres en pension soient ajustés au cours du marché et que les gains et pertes soient réglés quotidiennement. Le calcul des marges tient également compte en général des intérêts courus sur les titres sous-jacents et du montant anticipé des intérêts à courir jusqu’à l’échéance de la pension, de la date de paiement des intérêts, et de la partie qui a droit au paiement.

    Dans ce contexte, ceci est différent de la «compensation par novation».

    Dans les opérations sur les marchés financiers, la compensation peut servir à réduire le risque de crédit des contreparties à un débiteur en faillite et par là les risques de «faillites en chaîne» et le risque syslé-mique. En ce qui concerne la réduction du risque de crédit, la possibilité de compenser contribue à la liquidité du marché en permettant une activité plus importante entre contreparties, à l’intérieur de limites de crédit prudentes. Cette liquidité peut être importante pour réduire les perturbations causées au marché par la faillite d’un participant.

    Les institutions qui conduisent des opérations sur options importantes recourent souvent à des variantes plus complexes de la formule de Black-Scholes.

    Le prix d’un futur est fixé de telle manière qu’aucun règlement comptant n’a lieu lors de la passation du contrat. Les paiements découlant du contrat se produisent lorsque les fluctuations quotidiennes du prix sont comptabilisés sous forme de mouvements de fonds crédités et débités aux comptes de marge des parties contractantes. Afin de garantir le paiement de leurs pertes par les participants, les marchés organisés exigent le paiement d’une marge initiale (une garantie) par les utilisateurs des futurs. Si le processus de règlement quotidien résulte en une perte, et que la marge initiale s’en trouve réduite au-dessous d’un montant prédéfini, l’utilisateur est tenu de restaurer la marge initiale en payant des montants de numéraire supplémentaires. Le niveau de marge requis est fixé par les marchés et dépend en général de la volatilité du prix de l’instrument sous-jacent sur le marché à règlement comptant.

      You are not logged in and do not have access to this content. Please login or, to subscribe to IMF eLibrary, please click here

      Other Resources Citing This Publication