Back Matter

Back Matter

Author(s):
Paul Masson, and Michael Mussa
Published Date:
December 1996
    Share
    • ShareShare
    Show Summary Details
    Références bibliographiques

      Bergsten, C. Fred, «The IMF and the World Bank in an Evolving World», dans Fifty Years After Bretton Woods: The Future of the IMF and the World Bank, ouvrage publié sous la direction de JamesM. Boughton etK. SarwarLateef (Washington, Fonds monétaire international et Groupe de la Banque mondiale, 1995).

      Camdessus, Michel, «Les leçons de la crise mexicaine: le rôle du FMI dans la prévention et la résolution des crises financières», dans Le FMI face aux enjeux de la mondialisation: trois allocutions de M. Michel Camdessus (Washington, Fonds monétaire international, 1995).

      Commission de Bretton Woods, Bretton Woods: Looking to the Future, vol. 1, rapport de la Commission, Staff Review et documents de référence (Washington, Bretton Woods Committee, 1994).

      Dagsvik, John etBoyanJovanovic, «Was the Great Depression a Low-Level Equilibrium?», European Economic Review, vol. 38 (décembre1994), pages 17111729.

      de Larosière, Jacques, «Establishing a Vision for Stabilization and Reform», dans Fifty Years after Bretton Woods: The Future of the IMF and the World Bank, publié sous la direction deJames M.Boughton etK.Sarwar Lateef (Washington, Fonds monétaire international et Groupe de la Banque mondiale, 1995).

      Eaton, Jonathan etRaquelFernández, «Sovereign Debt», document de travail NBER n° 5131 (Cambridge, Massachusetts, National Bureau of Economic Research, mai 1995).

      Eichengreen, Barry, Andrew K.Rose etCharlesWyplosz, «Speculative Attacks on Pegged Exchange Rales: An Empirical Exploration with Special Reference to the European Monetary System», document de travail NBER n° 4898 (Cambridge, Massachusetts, National Bureau of Economic Research, octobre 1994).

      Eichengreen, Barry etRichardPortes, ouvrage publié sous la direction de.Crisis? What Crisis? Orderly Workout for Sovereign Debtors (Londres, Centre for Economic Policy Research, 1995).

      Folkerts-Landau, Davidet al., International Capital Markets: Developments, Prospects, and Policy Issues. Etudes économiques et financières (Washington, Fonds monétaire international, août 1995).

      Fonds monétaire international (1995a), Private Market Financing for Developing Countries, Etudes économiques el financières (Washington, Fonds monétaire international, mars 1995).

      Fonds monétaire international (1995b), Perspectives de l’économie mondiale. Etudes économiques et financières (Washington, Fonds monétaire international, mai 1995).

      Fonds monétaire international (1995c), Communiqué du Comité intérimaire, publié dans leBulletin du FMI. vol. 24 (15mai1995), pages 135137.

      Fonds monétaire international (1995d), Communiqué du Groupe des sept pays industrialisés, publié dans leBulletin du FMI, vol. 24 (10juillet1995), pages 201205.

      Frenkel, Jacob A., MorrisGoldstein et PaulMasson, «international Coordination of Economie Policies: Scope, Methods, and Effects», dans Economic Policy Coordination, WilfriedGuth, Directeur de débats (Washington, Fonds monétaire international et HWWA-Institul fur Wirtschaftsforschung-Ham-bourg, 1988).

      Frenkel, Jacob A., MorrisGoldstein et PaulMasson, , «Simulating the Effects of Some Simple Coordinated Versus Uncoordinated Policy Rules», dans Macroeconomics Policies in an Interdependent World, ouvrage publié sous la direction de RalphBryantet al. (Washington, Fonds monétaire international, 1989).

      Frenkel, Jacob A., MorrisGoldstein etPaulMasson, Characteristics of a Successful Exchange Rate System, FMI, Études spéciales n° 82 (Washington, Fonds monétaire international, juillet 1991).

      Goldstein, Morris, The Exchange Rate System and the IMF: A Modest Agenda, Policy Analyses in International Economies n° 39 (Washington, institute for International Economics, 1995).

      Goldstein, Morris, PeterIsard, Paul R.Masson elMark P.Taylor, Policy Issues in the Evolving International Monetary System, FMI, Etudes spéciales n° 96 (Washington, Fonds monétaire international, juin 1992).

      Goldstein, Morris, DavidFolkerts-Landau, PeterGarber, LilianaRojas-Suàrez elMichaelSpencer, Marches financiers internationaux—Évolution, perspectives et politique générale, première partie: gestion des taux de change et flux internationaux de capitaux au lendemain de la crise du mécanisme des taux de change (français diffusé sous la cote EBS/93/17-F); Etudes économiques et financières (Washington, Fonds monétaire international, avril 1993).

      Jovanovic, Boyan, «Observable Implications of Models with Multiple Equilibria», Econometrica, vol, 57 (novembre1989), pages 14311437.

      Kenen, Peter B., «Agendas for the Bretton Woods Institutions», dans Fifty Years After Bretton Woods: The Future of the IMF and the World Bank, publié sous la direction deJames M.Boughlon et K. SarwarLateef (Washington, Fonds monétaire international et Groupe de la Banque mondiale, 1995).

      Minton-Beddoes, Zanny, «Why the IMF Needs Reform», Foreign Affairs, vol. 74 (mai/juin1995), pages 123133.

      Mussa, Michaelet al., Improving the International Monetary System: Constraints and Possibilities. FMI, Etudes spéciales n° 116 (Washington, Fonds monétaire international, décembre 1994).

      Sachs, Jeffrey, «Do We Need an International Lender of Last Resort?», conference de Frank D, Graham, Princeton University, 20avril1995.

      Taylor, John B., «Policy Analysis with a Multicountry Model», dans Macroeconomic Policies in an Interdependent World, publié suus la direction deRalphBryantet al. (Washington, Fonds monétaire international, 1989).

      Volcker, Paul, «Preparing for the Future», dans Fifty Years After Bretton Woods: The Future of the IMF and the World Bank», publié sous la direction deJames M.Boughton et K. SarwarLateef (Washington, Fonds monétaire international et Groupe de la Banque mondiale, 1995).

      Watson, Maxwellet al., International Capital Markets: Developments and Prospects, Études économiques et financières (Washington, Fonds monétaire international, décembre 1986).

      Williamson, John et Marcus H.Miller, Targets and Indicators: A Blueprint for the International Coordination of Economic Policy, Policy Analyses in International Economics n° 22 (Washington, Institute for International Economics, 1987).

      Williamson, John et C. RandallHenning, «Managing the Monetary System», dans Managing the World Economy: Fifty Years After Bretton Woods (Washington, Institute for International Economics, 1994).

    Série des Brochures du FMI

    (Sauf indication contraire, toutes les brochures ont été publiées en anglais. en espagnol et en français)

    40. DTS, monnaies et or: sixième exposé sur les changements intervenus, dans le domaine juridique. Joseph Gold. 1983.

    41. Les Accords généraux d’emprunt, Michael Ainiey, 1984.

    42. Le Fonds monétaire international: structure financière et activités. Anand G. Chandavarkar. 1984.

    43. Les services d’assistance technique et de formation du Fonds monétaire international. 1985.

    44. DTS, monnaies et or: septième exposé sur les changements intervenus dans le domaine juridique. Joseph Gold. 1987.

    45. Organisation et opérations financières du FMI. Département de la trésorerie. Première édition, 1990 (en anglais seulement). Deuxième édition, 1991. Troisième édition. 1993. Quatrième édition (disponible également en russe, espagnol à paraître), 1996.

    46. La singularité des responsabilités du Fonds monétaire international. Manuel Guitiân. 1992.

    47. Le dialogue de politique économique avec le FMI: la dimension sociale. Services du FMI. 1995.

    48. Les dépenses publiques improductives: analyse pragmatique de l’action des pouvoirs publics (disponible également en russe). Département des finances publiques. 1996.

    49. Ajustement budgétaire: principes directeurs. Département des finances publiques. 1995.

    50. Le rôle du FMI: le financement et ses interactions avec l’ajustement et la surveillance. Paul R. Masson et Michael Mussa. 1995.

    On peut se procurer des reproductions photographiques ou microfilms de toutes les éditions en anglais, y compris les numéros qui sont épuisés, en s’adressant directement à l’adresse suivante: University Microfilms International, 300 North Zeeb Road, Ann Arbor, Michigan 48106 (U.S.A.), ou pour les personnes en dehors du continent américain: Information Publications International. White Swan House, Godstone, Surrey. RH9 8LW. England.

    Pour obtenir des exemplaires des brochures ou des informations sur les numéros plus anciens, s’adresser à:

    International Monetary Fund, Publication Services

    700 19th Street, N.W., Washington. DC 20431 (U.S.A.)

    Téléphone: (202) 623-7430 Télécopie: (202) 623-7201

    Internet: publications@imf.org

    Les statuts ont été adoptés kirs de lu Conférence monétaire et financière des Nations Unies qui s’est tenue à Bretton Woods (New Hampshire) le 22 juillet 1944. Depuis celle date, ils ont fait l’objet de trois amendements qui sont entres en vigueur en 1969, I978 et 1992.

    Le besoin de «balance des paiements» est une condition expresse stipulée a l’article V, section 3b) ii), des statuts du FMI; le pays membre a ie droit d’acheter au FMI les monnaies d’autres pays membres à condition que «l’État membre déclare que la situation de sa balance des paiements ou de ses réserves, ou l’évolution de ses réserves, rend l’achat nécessaire».

    L’article IV, section 3, définit les trois grands domaines de responsabilité du FMI en matière de surveillance: il «contrôle le système monétaire international afin d’en assurer le fonctionnement effectif…», «contrôle la manière dont chaque Étal membre remplit les obligations découlant de la section 1 [de l’article IV]», et il «exerce une ferme surveillance sur les politiques de change des Etats membres…»

    Pour un exposé de celle question, voir Goldstein et al. (1992).

    Les propositions relatives aux zones de référence soni plus étroiiemenl associées à John Williamson. Voir, par exemple, Williamson et Miller (1987) et Williamson et Henning (1994).

    Les derniers programmas soutenus par le FMI en faveur de pays industrialisés out été appliqués en Italie et au Royaume-Uni en 1977. après le passage général aux régimes de laux flottants. Ces deux pays avaient des difficultés de balance des paiements au lendemain du premier choc pétrolier, et la lire et la livre subissaient de très vives pressions à la baisse. On attribuait toujours, a l’époque, un rôle important au FMI dans la solution de ees problèmes. Depuis l’été 1992, la livre sterling et la lire en particulier se sont notablement dépréciées, surtout vis-à-vis des autres grandes monnaies européennes. Cette dépréciation a contribué à améliorer de manière substantielle le solde des transactions courantes des deux pays, qui n’ont pas fait appel aux ressources du FMI.

    On suggère parfois que le ralentissement généralisé de la croissance dans les pays industrialisés depuis le début des années 7f tieni dans une large mesure à l’effondrement du système global de parités fixes. Aucune preuve empirique sérieuse n’appuie toutefois cette hypothèse. Les conséquences de la volatilité des taux de change en régime de taux flottants sont décrites par Goldstein (1995).

    Le volume des opérations des trois plus grandes places boursières a triplé entre 1986 et 1992, tandis que la valeur en dollars E.U. des réserves de change des pays industrialisés n’a augmenté que de 77 % pendant cette période. En avril 1992, une enquête sur les marchés des changes a estimé à 880 milliards de dollars le montant global quotidien des opérations de change, alors que le stock des réserves de change (or exclu) des pays industrialisés serait de l’ordre de 414 milliards de dollars (Massa et al., 1994). D’après les résultats préliminaires d’une enquête plus récente effectuée par la Banque des règlements internationaux, le volume des opérations de change dépasserait maintenant 1,000 milliards de dollars par jour.

    Ce phénomène a été appelé «jeu de lu convergence» par Goldstein el al. (1993).

    Chiffres cités dans Mussa et al. (1994).

    Ces derniers comprenne ni notamment des prêts etmsenlis pur les banques de développement et les opérations de swaps entre banques centrales. Les premiers eonsistent d’ordinaire en financements à long terme an titre de projets, tandis que les swaps sont en principe des financements à court terme dont le champ d’application est plus limité (à l’exception de la facilite de financement à très court terme du mécanisme de change européen).

    Les travaux de base sur ce sujet sont les éludes de Jovanovic (1989), et Dagsvîk et Jovanovic (1994).

    En l’absence d’ussurance-incendie, on peul décider, pour éviter tout risque, par exemple de ne pas construire de maisons en bois ou à ne pas installer d’appareils ménagers fonctionnant au gaz; dans ce cas, le coût pour la société est plus élevé que dans une situation d’équilibre où l’assurance-incendie est disponible.

    De même, les secours d’urgence accordés sous forme de prêts aux taux d’intérêt du marché plutôt que de dons, pour réparer les dégâts causés aux habitations construites sur des plaines inondables, ne présentent pas de risque d’effets pervers.

    Voir, entre autres. Folkerts-Landau et al. (1995), document de référence II; Fonds monétaire international (1995b), annexe I; et Camdessus (1995).

    Les avis restent bien sûr partagés quant à la question de savoir si le FMI doit publier, et de quelle manière, ses vues sur les différents pays. Il dispose déjà de divers moyens pour faim connaître sa position générale sur d’importantes questions de politique économique, notamment le Rapport annuel, les rapports établis par ses services tels que les Perspectives de l’économie mondiale, ainsi que les allocutions et les communiqués de presse du Directeur général et d’autres hauts fonctionnaires de l’institution.

    C’élail généralement le cas pour l’ensemble des entrées de capitaux dans les pays à marché émergent au cours des années 90.

    II faut absolument éviter d’aggraver le risque de défaut do paiement des emprunteurs souverains en encourageant l’Etal à prendre en charge les dettes des entités privées, comme ce fut parfois le cas dans le passé.

    Confronlée à de fortes pressions haissières au lendemain de la crise mexicaine, l’Argentine a adopté un vigoureux programme d’ajustement qui avait pour objectif de produire un excédent global des finances publiques et de réduire le déficit courant tout en maintenant la parité du peso argentin face au dollar B.U. Hn pourcentage du PIB, le déficit extérieur courant de l’Argentine était, avant la crise, inférieur de moitié environ à celui du Mexique, Le programme d’ajustement argentin a clé soutenu par le déblocage de deux achats au titre de l’aceord élargi en vigueur (278 millions de DTS, soil 18 % de la quote-part au FMI); prolongement de l’accord élargi pour une quatrième année et augmentation du montant total de l’accord de l’équivalent de 1.537 millions de DTS (100 % de la quote-part). En outre. l’Argentine a obtenu un financement parallèle de la Banque mondiale, de la Banque inter-américaine de développement, de l’Import-Export Bank du Japon, et a par ailleurs placé des obligations ions auprès Je banques privées étrangères el du secteui privé intérieur, pour an montant lotal équivalant à 275 % de sa quote-part.

    Outre les mécanismes ordinaires de transferts budgétaires en laveur de ses pays membres à faible revenu dont elle dispose, la Communauté européenne (désormais l’Union européenne) a consenti par le passé des financements nés substantiels à l’Italie et à la Grèce pour les aider à résoudre leurs difficultés de balance des paiements. La Commission européenne a en général collaboré avec le FMI en matière de surveillance des Étals membres, mais l’Union européenne préfère que ses membres tassent appel au financement communautaire plutôt qu’au FMI.

    Dispositif qui pcnnet au r;MI d’emprunter auprès des grands pays industrialisés (Groupe des Dix) et des institutions associées.

    ’Bien que l’économie des États-Unis n’ait subi que des fluctuations conjoncturelles peu prononcées (par comparaison au passé) depuis le milieu des années 80, les récessions dans certains autres grands pays ont été particulièrement virulentes au début des années 90. Les récessions ne se sont toutefois pas produites tout à fait en même temps, de sorte que les fluctuations du volume global d’activité de l’ensemble des pays industrialisés ont été faibles. En outre, contrairement à ce ce qui s’était passé auparavant, au débul des années 90, les pays en développement pris en groupe ont continué à enregistrer une croissance robuste, alors qu’elle était atone dans les pays industrialisés.

      You are not logged in and do not have access to this content. Please login or, to subscribe to IMF eLibrary, please click here

      Other Resources Citing This Publication