Back Matter

Back Matter

Author(s):
Joseph Gold
Published Date:
September 1983
    Share
    • ShareShare
    Show Summary Details

    Liste Generale des Affaires Citees et Index General des Sujets Traites

    Les références suivantes aux six brochures consacrées aux changements intervenus dans le domaine juridique concernant les DTS, les monnaies et l’or apparaissent dans la liste générale des affaires citées et dans l’index général des sujets traités.

    ExposéBrochure n° (et année)Référence
    DTS, monnaies et or—Sixième

    exposé sur les changements

    intervenus dans le domaine juridique
    40–F (1983)VI
    DTS, monnaies et or—Cinquième

    exposé sur les changements

    intervenus dans le domaine juridique
    36–F (1981)V
    DTS, monnaies et or—Quatrième

    exposé sur les changements

    intervenus dans le domaine juridique
    33–F (1980)IV
    DTS, or et monnaies—Troisième

    exposé sur les changements

    intervenus dans le domaine juridique
    26–F (1979)III
    Monnaies flottantes, DTS et or—

    Développements juridiques

    intervenus depuis 1976
    22–F (1977)II
    Monnaies flottantes, or et DTS—

    Quelques aspects juridiques

    nouveaux
    19–F (1976)I

    Liste Generale des Affaires Citees

    Allemagne, République fédérale d’

    Matter of the Khendrik Kuivas, Cour de district de Hambourg. No. Div. 64, Ref. n° 64 SRV 6/76V: 73 (n. 192);

    III: 15, 32, 38;

    II: 65 (n. 192)
    Transarctic Shipping Corporation. Inc., Monrovia, Liberia v. Krögerweft (Kröger Shipyard) Company, European Transport Law, vol. 9 (1974) p. 701–710II: 39 (n. 115);

    65 (n. 191);

    I: 18–23, 26, 28,

    29, 32–33, 41
    United States of America v. Indus G.m.b.H. Cour d’appel de Karlsruhe, 10 U 94/75, 13 février 1976III: 64 (n. 208)

    Angleterre

    Allgemeine Gold-und-Silberscheideanstalt v. Customs and Excise Commissioners, The Times (Londres), 11 décembre 1979, p. 15IV: 93 (n. 239)
    Barclays Bank International Ltd. v. Levin Brothers (Bradford) Ltd. [1976] 3 All E.R. 900; [1976] 3 W.L.R. 852; [1977] Q.B. 270IV: 87 (n. 214);

    II: 17 (n. 48)

    18 (n. 53)
    B.P. Exploration Co. (Libya) Ltd. v. Hunt (n° 2) [1979] 1 W.L.R, 783V: 69 (n. 176), 70 (n. 181)
    British and French Trust Corp. v. New Brunswick Ry. [l937] 4 All E.R. 516 (C.A.)III: 53 (n. 175)
    Choice Investments Ltd. v. Jeromnimon (Midland Bank Ltd. garnishee) [1981] All E.R. 225VI: 50
    The Despina R. [1977] 3 W.L.R. 597; [1977] 3 All E.R. 874; The Times (Londres), 2 février 1977, p. 9; [1978] 3 W.L.R. 804; [1979] 1 Lloyd’s Rep. 1VI: 138 (n. 154);

    IV: 82 (n. 197, 198);

    III: 67 (n, 211), 68 (n. 212, 213), 69 (n. 214), 70 (n. 215);

    II: 26 (n. 63)
    Dodd Properties (Kent) Ltd. and Another v. Canterbury City Council and Others [1979] 2 All E.R. 118: [1980] 1 All E.R. 928V: 68 (n. 173)
    Re Dynamics Corporation of America and Another [1972] 3 All E.R. 1946; [1976] 2 All E.R. 669VI: 59;

    II: 17 (n. 49)
    Equitable Life Assur. Soc. of U.S. v. Grosvenor. 426 F. Supp. 67 (1976)II: 68 (n. 200)
    Federal Commerce and Navigation Co. Ltd. v. Tradax Export SA [1977] 2 All E.R. 41II: 18 (n. 54)
    George Veflings Rederi A/S v. President of India and other appeals. The Bellami. The Pearl Merchant. The Doric Chariot [1978] 1 W.L.R. 982; [1982] 1 All E.R. 380VI: 137 (n. 145);

    IV: 79 (n. 201)
    The Halcyon the Great [1975] 1 All E.R. 882I: 38 (n. 70)
    Helmsing Schiffahrts G.m.b.H. & Co. K.G. v. Malta Drydocks Corporation and Others [1977] 2 Lloyd’s Law Reports. 444 (Q.B.)V: 70 (n. 182), 71 (n. 183–185). 72 (n. 189)
    Hoffman v. Sofaer [1982] 1 W.L.R. 1350VI: 138 (n. 155)
    Jean Kraut A.G. v. Albany Fabrics Ltd. [1977] 2 All E.R. 116II: 18 (n. 55)
    Jugoslavenska Oceanska Plovidba v. Castle Investment Co. Inc. [1973] 3 AH E.R. 498I: 35 (n. 62)
    Re Lines Bros. Ltd. [1982] 2 All E.R. 183VI: 60
    Lively Ltd. and Another v. City of Munich [1976] 3 All E.R. 851VI: 67;

    III: 59 (n. 196), 60 (n. 197);

    II: 6 (n. 24), 7
    Malhotra v. Choudhury [1979] I All E.R. 186V: 72 (n. 188)
    Miliangos v. George Frank (Textiles) Ltd. [1975] Q.B. 487; [1975]1 All E.R. 1076; [1975] 3 All E.R. 801; [1976] A.C. 443VI: 50, 52, 53, 55, 64, 65, 68: V: 68 (n. 171, 173, 174), 69 (n. 177, 178);

    IV: 82 (n. 195), 83, 85, 86, 87;

    III: 61 (n. 200–201), 62 (n. 202), 66 (n. 209), 67, 69, 72; II: 17 (n. 47) 18 (n. 51. 52, 54), 19, 21, 72, 100 (n. 49), 102–103 (n. 53, 54) 1: 37–39
    Miliangos v. George Frank (Textiles) Ltd. (n° 2) [1976] 3 W.L.R. 477; [1976] 3 All E.R. 599; [1977] Q.B. 489VI: 65;

    V: 69 (n. 179), 70 (n. 180), 72 (n. 189)
    Multiservice Bookbinding Ltd. and Others v. Marden, The Times (Londres), 12 mai 1977, p. 10II: 71 (n. 209)
    New Brunswick Ry. v. British and French Trust Corp. [1939) A.C. 1III: 53 (n. 175)
    Ozalid Group (Export) Ltd. v. African Continental Bank Ltd. [1979] 2 Lloyd’s Rep. 231VI: 51, 65
    Schorsch Meier GmbH v. Hennin [1975) 1 All E.R. 152I: 35–36. 38, 39
    Services Europe Atlantique Sud (SEAS) of Paris v. Stockholms Rederiaktiebolag SVEA of Stockholm (The Folias) [1979] 1 Lloyd’s Rep. 1; [I978] 3 W.L.R. 804 [1978] 2 All E.R. 764 (C.A.); The Times (Londres). 23 février 1978. p. 11VI: 138 (n. 154);

    V: 72 (n. 188);

    IV: 83 (n. 199, 200);

    III: 70 (n. 217);

    II: 103 (n. 55), 105 (n. 63);

    I: 37–39
    Sharif v. Azad [1967] 1 Q.B. 605; [1966] 3 W.L.R. 1285; [1966] 3 All E.R. 785 C.A.VI: 142 (n. 210)
    Sing Batra v. Ebrahim, The Times (Londres), 3 mai 1977, p. 11; Halsbury’s Laws of England: Annual Abridgment, 1977 (Londres, 1978), 453, paragraphe 1906VI: 142 (n. 210)
    Techno-Impex v. Gebr. Van Weelde Scheepvaartkantoor B.V. [1981] 1 Q.B. 648VI: 139 (n. 162)
    The Teh Hu [1969] 3 All E.R. 1200VI: 139 (n. 162)
    Treseder-Griffin and Another v. Co-operative Insurance Society Ltd. [1956] 2 Q.B. 127II: 71 (n. 206–208)
    United Railways of the Havana and Regla Warehouses, Ltd. In re [1960] 2 All E.R. 332; [1961] A.C. 1007VI: 140 (n. 183); I: 36 (n. 72)
    Wadsworth v. Lydall [1981]1 W.L.R. 599VI: 138 (n. 157)
    W. Bruns & Company of Hamburg v. Standard Fruit and Steamship Company of New Orleans (The “Brunsrode”) [1975] Lloyd’s Law Reports, vol. 2, 74; [1976j Lloyd’s Law Reports, vol. 1. p. 501VI ; 69 (n. 168–169), 70 (n. 170)

    Canada

    Am-Pac Forest Products Inc. v. Phoenix Doors Ltd. et-al. [1979] 14 B.C.L.R. 63VI: 58
    Batavia Times Publishing Co. v. Davis [1978] 88 D.L.R. (3d) 144VI: 56
    Re Canadian Vinyl Industries Inc.: Textilwerke Gebrϋder Hoon v. Corber [1978] 29 C.B.R. 12VI: 58, 76
    Kraft v. Otto [1978] C.S. 752VI: 140 (n. 176)
    Williams & Glyn’s Bank Ltd. v. Belkin Packaging Ltd.: [1979] 108 D.L.R. (3d) 585VI: 141 (n. 194)

    Chypre

    Lamaignere v. Selene Shipping Agencies Ltd.: [1982] 1. CLR 227VI: 139 (n. 166)

    Ecosse

    Commerzbank Aktiengesellschaft v. Large, Scots Law Times (Reports) [1977]. p. 219IV: 86 (n. 208)

    Etats-Unis

    In re Aircrash in Bali, Indonesia, on April 22, 1974, Causey et al. v. Pan American Airways, Inc. et al. 684 F. 2d. 1301VI: 149 (n. 285)
    Re Air Crash Disaster at Warsaw, Poland, on March 14, 1980. 535 F. Supp. 833 (1982)VI: 98. 148 (n. 277)
    Australial/U.S. Atlantic & Gulf Conference, Proposed Imposition of Currency Adjustment Surcharge, Federal Maritime Commission, Docket n° 72–5, 28 janvier 1972VI: 145 (n. 241)
    Aztec Properties, Inc. v. Union Planters National Bank of Memphis (Tenn. Sup. Ct.), 530 S.W. 2d 756 (1975); 44 L.W. 2209 (11 novembre 1975)I: 75 (n. 159)
    Bethlehem Steel Co. v. Zurich General Accident & Liability Ins. Co. Ltd. 307 U.S. 265 (1939)I: 72–73
    Boehringer Mannheim Diagnostic, Inc. a/k/a Hycel v. Pan American World Airways, Inc.,531 F. Supp. 344 (1981)VI: 149 (n. 277)
    Deere & Company v. Deutsche Lufthansa Aktiengesellschaft, N.D. Ill., Index n° 81 C 4726 (30 décembre 1982)VI: 149 (n. 287)
    Energetic Worsted Corporation v. The United States, Customs Appeal n° 5160 (7 avril 1966)VI: 135 (n. 115)
    Equitable Life Assur. Soc. of U.S. v. Grosvenor, 426 F. Supp. 67 (U.S. Dist. Ct. W.D. Tenn., 1976)III: 51 (n. 169)
    Federal Maritime Commission v. Australia/U.S. Atlantic & Gulf Conference et al., 337 F. Supp. 1032 (1972)VI: 145 (n. 241)
    Feldman v. Great Northern Railway Company, 428 F. Supp. 979 (U.S. Dist. Ct. S.D.N.Y., 1977)III: 51 (n. 169)
    Franklin Mint Corporation et al. v. Trans World Airlines Inc., 525 F. Supp. 1288, Docket n° 82–7012VI: 96. 127 (n. 37)
    Guaranty Trust Co. of New York v. Henwood, 307 U.S. 247 (1939)I: 72–73
    Henderson et al. v. Mann Theatres Corporation of California, 65 Cal. App. 3d 397; 135 Cal. Reptr. 266 (Calf. Ct. App., 2d App. Dist., Div. 1, 1976); cert. den. 434 U.S. 825III: 51. 96 (n. 169)
    Holyoke Water Power Co. v. American Writing Paper Co. (1937) 300 U.S. 324III: 52. 96 (n. 170)
    In the Matter of Arbitration of Disputes Relating to the Charters of M.S. John Wilson and M.S. Chilean Nitrate, both dated June 12, 1968, between Ocean Transport Line. Inc., as Owner, and Chilean Nitrate Sales Corporation, as Charterer, 1973 A.M.C. 1489III: 64. 101–102 (n. 208); II: 11 (n. 35)
    N.V. Motorscheepv. Maats. Josephine and Dammers & Van Der Heide’s Shipping & Trading Co., Ltd. v. Azta Shipping Company and 2,350 Bags of Costa Rican Coffee, 1975 A.M.C. 1339 (U.S. District Ct. Eastern District of La. (22 mai 1975)I: 75 (n. 159)
    Todok v. Union Bank of Harvard, 281 U.S. 449, 50 S. Ct. 363 (1930)V: 92 (n. 245)

    France

    Compagnie des assurances maritimes, aériennes et terrestres (C.A.M.A.T.) v. Garcia et Soc. Dabi. Revue critique de droit international privé, vol. 65 (1976), p. 73–79II: 21, 105 (n. 63)
    Le Havre, Jugement du tribunal de commerce, 24 août 1978, Droit maritime français (1980), p. 579VI: 128 (n. 44)

    Grèce

    Zakoupolos v. Olympic Airways Corp., jugement n° 256/1974, Cour d’appel d’Athènes, 10 janvier 1974II: 64 (n. 189); I: 32 (n. 55)

    Italie

    Balkan Bulgarian Airlines v. Tammaro, jugement du 25 octobre 1976, Milan, Il Diritto Marittimo (1978), p. 83–91IV: 96–97 (n. 251)

    Japon

    Bank of Okinawa v. Tokai Electric Construction K.K. Hanrei Jiho (n° 782), 19 (Sup. Ct., 3rd P.B., 15 juillet 1975, Law in Japan: An Annual, vol. 9 (1976), p. 158–159II: 22, 106 (n. 67)

    Madagascar

    Société nationale malgache de transport aérien “Air Madagascar” et S.A. des Experts réunis v. Musset, Revue de droit uniforme, I (1976) p. 236–239II: 106 (n. 86)

    Nouvelle-Zélande

    Isaac Naylor & Sons Ltd. v. New Zealand Co-operative Wool Marketing Association Ltd. [1981] 1 NZLR 361VI: 63, 77

    Pays-Bas

    Avandero N.V. v. Westeuropese Transportmaatschappij Wetram N.V., Jugement du 12 mai 1978, Schip en Schade, vol. 23, n° 5 (mai 1979), p. 162V: 90 (n. 232)
    Giants Shipping Corporation v. State of the Netherlands (The Blue Hawk), Rechstpraak van de Week, 30 mai 1981, 321–330VI: 95
    Hornlinie v. Société des pétroles d’Aquitaine (“The Hornland”), Nederlandse Jurisprudentie (1972), n° 269, p. 728–738II: 39 (n. 114), 65 (n. 190); I: 23, 32, 33

    Suède

    Re Motor Ship “Saga”, jugement du General Average Assessor, Goteborg, 2 octobre 1973II: 64 (n. 188); I: 32 (n. 56)

    Cour de justice des Communautés européennes

    Boussac Saint-Frères SA v. Brigitte Gerstenmeier, affaire 22/80 [1982] 33 C.M.L.R. 202VI: 136 (n. 129)
    British Beef Company Ltd. v. International Board for Agricultural Produce, affaire 146/77 [1978] 3 C.M.L.R. 47IV: 75 (n. 183)
    British Beef Co. Ltd. v. The Intervention Board for Agricultural Produce, The Times (Londres), 20 juin 1978, p. 7; [1978] 2 C.M.L.R. 83III: 64 (n. 205)
    Butter-und-Eier-Zentrale Nordmark eG v. Hauptzollamt Hamburg-Jonas, affaire 38/79 11982] 2 C.M.L.R. 753VI: 144 (n. 234)
    Compagnie Cargill v. Office national interprofessionnel des céréales (ONIC), affaire 27/77 [1977] E.C.R. 1535III: 63, 101 (n, 203)
    Comptoir national technique agricole (CNTA) S.A. v. CCE, affaire 74/74 [1977]II: 98 (n. 28)
    Fabrizio Gillet v. CCE, affaire 28/74 [1975] E.C.R. 463II: 8 (n. 25–28)
    Firma Gebrüder Dietz v. Commission of the European Communities, affaire 126/76 [1977] E.C.R. 2431IV: 75 (n. 182)
    Firma Johann Lϋhrs v. Hauptzollamt Hamburg-Jonas, affaire 78/77 [1978] E.C.R. 169IV: 19 (n. 43)
    Fratelli Zerbone S.n.c. v. Amministrazione delle Finanze dello Stato, affaire 94/77 [1978] E.C.R. 99, 113IV: 74 (n. 180) 75, 90 (n. 225, 228)
    Hans-Markus Stölting v. Hauptzollamt Hamburg-Jonas (preliminary ruling requested by the Finanzgericht Hamburg), affaire 138/78 [1979] E.C.R. 713V: 77 (n. 199), 78
    IRCA v. Amministrazione delle Finanze dello Stato, affaire 7/176 [1976] E.C.R. 1213II: 99 (n. 28)
    Merkur-Aussenhandels-GmbH v. CCE, affaire 43/72 [1973] E.C.R. 1055I: 2 (n. 4)
    Re Monetary Compensatory Amounts for Durum Wheat: Italy v. E.C. Commission (affaire 12/78); Tomadini SNC v. Amministrazione delle Finanze Dello Stato (Unione Industriale Pastai Italiani intervening), affaire 84/78 [1980] 2 C.M.L.R. 573V: 76 (n. 197, 198
    N.G.J. Schouten B.V. v. Hoofproduktschap voor Akkerbouwprodukten, affaire 35/78 [1978] E.C.R. 2543IV: 76 (n, 185) 78 (n. 186)
    Regina v. Brian Albert Johnson and Others [1978] 1 C.M.L.R. 226III: 49 96 (n. 163)
    Regina v. Ernest George Thompson, affaire 7/78 [1978] E.C.R. 2247IV: 92 (n. 238)
    S.A. Roquette Frères v. l’Administration française des douanes [1977] E.C.R. 1835III: 64 (n. 204. 205)
    Société anonyme générale sucrière v. CCE, affaires 41, 43 et 44/73 [1977] E.C.R. 445III: 60 (n. 198)
    Société pour l’exportation des sucres S.A. v. CCE, affaire 132/77 [1979] 1 C.M.L.R. 309IV: 79 (n. 187)

    Index General Des Sujets Traites

    DTS

    AllocationIV: 1–5, 109–110;
    Application d’unités de compte-or: la solution DTSVI: 94–100,

    V: 90–92;

    IV: 97–98;

    III: 37—42;

    II: 60–64;

    I: 19–22, 31–34
    ClassificationV: 38–40
    De l’unité de compte-or au DTSVI: 5–7

    109–111;

    V: 46–47
    Détenteurs agréésVI: 1–2;

    V: 23–28
    Deuxième amendementV: 24–25
    ListeVI: 1–2; V: 27
    Modalités et conditionsV: 24–26,

    108–110
    Détermination de la valeurV: 1–5, 114 (n. 15)
    Autres méthodes de calculV: 31–32;

    IV: 17–19;

    III: 8–12;

    I: 55–60
    Composition du panier comme modèleIV: 46–48
    Conséquences des changementsIII: 8–12
    Deuxième panier réviséV: 1–9, 103–106, 108
    Majorités requises pour les décisionsV: 12–13;

    III: 10–11;

    I: 55–56
    Premier panierII: 81–82;

    I: 9–15, 91–94
    Premier panier réviséV: 2; III: 2–8, 79–81
    Révisions futuresV: 9–12
    Taux de change utilisésV: 13–15
    Utilisation de moyennesIII: 32–34
    Emprunts par le FondsVI: 3–4;

    V: 113 (n. 3)

    IV: 17–19;

    III: 8–12;

    I: 58–60
    IndexationVI: 11–12, 109–111
    InvestissementsVI: 3
    Maintien du pouvoir d’achatVI: 10–11,

    109–111;

    V: 41—43;

    IV: 19–23
    Nouvelles utilisationsIV: 5–13, 111, 117
    DonationsIV: 13, 117–118
    NantissementsIV: 8–10, 113–114
    Opérations à termeIV: 12, 117
    PrêtsIV: 7, 111–113
    Règlement d’obligations financièresIV: 5–7, 111–113
    SwapsIV: 11–12,

    116–117
    Transferts comme garantieIV: 10–11,

    114–115
    Obligations envers tierces partiesIV: 13–14,

    122 (n. 29)
    Pays non membres du FondsVI: 4, 7,

    9–11, 49;

    V: 45–46; IV: 33,

    38, 40; III: 23–25;

    II: 35–37; I: 50–51
    ReconstitutionV: 22–23;

    IV: 14–15
    RésuméVI: 100: V: 95–98;

    IV: 101–104;

    III: 73–75

    II: 74–78
    Taux d’intérêtV: 15–22,

    106–107;

    IV: 15–17
    Pondération du panierV: 20–21
    Unification des paniersV: 15–16
    Traités: généralitésV: 44–47;

    II: 28–34
    Le DTS, unité de compteVI: 1, 2–9, 48,

    75–76, 84–85;

    94–100,109–111;

    V: 28–38;

    IV: 23–48,

    118–120;

    I: 45, 47–68
    Fixe et variableIV: 31, 37;

    II: 54–55, 77–78
    Maintien de la valeurVI: 2–3;

    III: 16–20, 81–82
    ObjectifsV: 41–43;

    III: 12–16
    Organisations régionalesIV: 24–26,

    30–32, 39;

    III: 29–30;

    II: 46,

    48–50, 53–55;

    I: 60–61
    Traités et organisationsVI: 4–8,

    V: 28–38;

    IV: 23–40:

    III: 20–30;

    II: 28–57
    Transactions commercialesVI: 8–9; III: 32
    Utilisation privéeIV: 42—46;

    III: 30–32;

    I: 52–54, 62–68

    Monnaies

    Adaptation des clauses monétaires (voir Amendement à la législation monétaire)
    Amendement à la législation monétaireVI: 80–85;

    V: 53–58;

    IV: 87–91;

    III: 57–59;

    II: 3–5
    AntidumpingVI: 39–40, 46
    Choix des taux de changeVI: 49, 50–51, 54,

    56–65, 66–71,

    76–80;

    V: 52–53
    Clauses de protection: clauses de “hardship” et autresIV: 68–72;

    II: 8–17
    Communiqué de VersaillesVI: 18–19,

    119–120
    ComptabilisationVI: 72–73;

    V: 66–67
    ConsultationsVI: 14, 15, 17, 18,

    130 (n. 58),

    131 (n. 65),

    131–132 (n. 71)
    Contrats à termeVI: 77–80
    Contrats non exécutoires en vertu de l’article VIII, section 2 b)VI ; 37–38, 69–70
    Deuxième amendementVI: 19–25;

    III: 53–55

    II: 23–28, 85–89
    Effets des taux de change variablesVI: 46–85
    Effets juridiques permanents des paritésIV: 89–91
    Facteurs d’ajustement monétaireVI: 80–85
    Financial Accounting Standards Board StatementsVI: 71–72,

    V: 67–68
    GATTVI: 16, 33,

    39—40, 133 (n. 95);

    V: 79–86. 110–111
    ImpositionVI: 46;

    V: 66–68
    Impossibilité d’exécution (frustration) des contratsIII: 64–66;

    II: 11–13
    Jugements libellés en monnaies étrangères (règle Miliangos)VI: 49–71, 74;

    V: 68–73

    IV: 82–87,

    139 (n. 206)

    III: 66–73;

    II: 17–22;

    I: 34—40
    Autres juridictionsVI: 55–65;

    IV: 85–87
    Choix de la monnaieVI: 50–54
    Délit civilIV: 82–85
    Exécution de jugements en monnaies étrangèresVI: 56–57
    Faillite et liquidationVI: 58–62, 74, 76
    IntérêtsVI: 65–66;

    V: 68–73,

    125 (n. 181),

    126–127 (n. 190)
    Law Commission anglaiseVI: 54, 55, 122–123
    Law Reform Commission de la Colombie britanniqueVI: 63
    Les jugements et les Statuts: restrictionsVI: 69–71
    Les jugements et les Statuts: taux de changeVI: 66–69
    NominalismeVI: 63, 64
    Prévisibilité des fluctuations de taux de changeVI ; 52, 53, 54,

    65–66
    RestitutionV: 69
    Saisie-arrêtVI: 51
    Maintien de la valeurV: 63–66;

    III: 81–82

    II: 83
    Mesure des variations des taux de changeV: 79–86, 110–111
    Limitation des pertesVI: 76–80
    Monnaies de paiementV: 58–63
    Monnaies librement utilisablesVI: 75; V: 58–63
    Montants compensatoires monétairesVI: 79–80;

    V: 75–79

    IV: 73–79;

    III: 63–64
    Parités et taux centrauxVI: 25–26, 40;

    III: 55–63;

    II: 6–8;

    I: 26–28, 83–90
    Partage des risques de changeIV: 79–82
    Pratiques de taux de change multiplesVI: 13, 19–40,

    41—43, 66

    120–122;

    IV: 73–74
    AdaptationVI: 21
    Conséquences des pratiques non approuvéesVI: 34–40
    DéfinitionVI: 25–30
    Importance de dispositions autres que celles de l’article VIIIVI: 30–31
    PolitiquesVI: 31–33
    Problèmes de compétenceVI: 19–22
    Responsabilité des Etats membresVI: 22–25
    Pratiques monétaires discriminatoiresVI: 13, 30, 31,

    40–46;

    IV 73
    Traité de RomeVI: 43–46
    Principe de la valeur égaleVI: 75, 76

    144 (n. 226)
    Protection contre les risques de change:
    par la loiIV: 72–79
    par les partiesVI: 76–80
    Régimes de changeI: 5–8
    Renseignements donnés par les pays membresVI: 17–18
    Répartition des risques de changeVI: 73–76
    Restrictions concernant la monnaie de règlementVI: 70
    Restrictions (aux paiements et transferts)VI: 20, 21, 42–43, 69–71,

    132 (n. 81)
    RésuméVI: 101–106;

    V: 98–100;

    IV: 104—107;

    III: 76–77
    Surveillance des politiques de taux de changeVI: 12–19,

    V: 47—49;

    IV: 48—49;

    III: 53–55;

    II: 90–93
    Rôle des administrateursVI: 15–16
    Rôle du Directeur généralVI: 15–16, 114—115
    Système de pool des monnaiesVI: 75
    (Currency Pooling System) de la Banque mondialeIV: 80–82
    Système monétaire européenVI: 13, 47—19, 54;

    IV: 49–68
    ECUVI: 47–49, 54

    IV: 51–53
    FinancementIV: 59–65
    Régimes de change et interventionsIV: 53–58,

    133–134 (n. 140)
    Relations extérieuresIV: 66–67
    “Serpent”IV: 67–68
    Textes relatifs au SMEIV: 131–133 (n. 129)
    Traitement uniformeVI: 129 (n. 53)
    Unités de compte (autres que le DTS)VI: 47—49,

    60, 74–76;

    V: 49–51; I: 43–47
    Utilisation de moyennes de taux de changeV: 73–75
    Utilisation des ressources du FondsVI: 34–35
    Validité des taux de changeVI: 39, 66–69

    Or

    Accord du Groupe des DixIII: 44–48
    Application dans le domaine législatif des unités de compte-orVI: 99–100;

    III: 39–41
    Application d’unités de compte-orVI: 94–100;

    III: 37—42
    Application judiciaire des clauses de valeur-orVI ; 94–99,

    V: 90–92;

    IV: 96–98;

    II: 64–67;

    I: 15–34
    Calcul de la valeurIV: 93–94;

    III: 34–36;

    II: 57–67
    FondsIV: 93–94;

    III: 34–36;

    II: 57–60
    Organisations internationalesIV: 94
    Pratiques nationalesVI: 89, 95;

    IV: 95; III: 35–36,

    89–90 (n. 98);

    II: 60–64
    Clauses de valeur-or (voir Application judiciaire des)
    CertificatsVI: 86–87 146–147 (n. 251)
    Conversion officielle des unités de compte-orIV: 98–100;

    III: 37—42,

    91 (n. 128)
    Gold Commission (Etats-Unis)VI: 85–94
    Couverture-orVI: 89;

    IV: 87–89
    ImpositionVI: 146–147 (n. 251)
    Non-recours à l’échange contre des DTSV: 88–89
    Obligations portant sur l’orIV: 91–93
    Possession d’or par des particuliersII: 68–73
    Prix officiel dans le paysVI: 87–88;

    III: 42—43,

    92(n. 136)
    Profits engendrés par la réévaluationVI: 87; V: 93–94
    Résolution commune (Congrès des Etats-Unis)III: 48–53;

    II: 94–95

    I: 70–76
    RestitutionVI: 90, 91–92;

    II: 58–59
    RésuméVI: 107;

    V: 101–102;

    IV: 107–108;

    III: 75–76;

    II: 79–80
    RôleVI: 85–94;

    V: 86–88,

    128–130

    (n. 210–212)
    Subventions aux producteursIV: 95–96
    Système monétaire européenIV: 94,

    107–108
    Transactions du FondsVI: 90–91;

    II: 58–60
    Transactions officiellesIII: 43—48
    Unités de compte-or, clauses de valeur-or (voir Application judiciaire et Application dans le domaine législatif)
    Validité des clauses de valeur-orII: 70–72

    Serie des Brochures du FMI

    (Sauf indication contraire, toutes les brochures ont été publiées en anglais, en français et en espagnol)

    *1. Ce qu’est le Fonds, par J. Keith Horsefield. Première édition. 1964. Deuxième édition, 1965. Deuxième édition aussi en allemand.

    *2. The International Monetary Fund: Its Form and Functions, par J. Marcus Fleming. 1964. Seulement en anglais.

    3. Le Fonds monétaire international et les transactions commerciales privées: quelques incidences juridiques des Statuts, par Joseph Gold. 1965.

    4. Le Fonds monétaire international et le droit international: une introduction, par Joseph Gold. 1965.

    *5. La structure financière du Fonds, par Rudolf Kroc. Première édition, 1965. Deuxième édition, 1967.

    *6. Le maintien de la valeur-or des actifs du Fonds, par Joseph Gold. Première édition, 1965. Deuxième édition. 1971.

    7. Le Fonds et les Etats non membres: quelques incidences juridiques des Statuts, par Joseph Gold. 1966.

    8. Les procès d’assurance cubains et les statuts du Fonds, par Joseph Gold. 1966.

    9. La balance des paiements: son rôle et ses utilisations, par Poul Høst-Madsen. 1967.

    *10. Concepts et définitions de la balance des paiements. Première édition, 1968. Deuxième édition. 1969.

    11. La fonction interprétative du Fonds, par Joseph Gold. 1968.

    12. La réforme du Fonds, par Joseph Gold. 1969.

    13. Les droits de tirage spéciaux, par Joseph Gold. Première édition, 1969. Deuxième édition avec sous-titre Caractère et utilisation, 1970.

    14. Les concepts de convertibilité selon le Fonds, par Joseph Gold. 1971.

    15. Les droits de tirage spéciaux: le rôle de la terminologie, par Joseph Gold. 1971.

    16. Réflexions sur la nature des droits de tirage spéciaux, par J.J. Polak. 1971

    17. Opérations et transactions sur DTS: première période de base, par Walter Habermeier, 1973.

    18. Evaluation et taux d’intérêt du DTS, par J.J. Polak. 1974.

    19. Monnaies flottantes, or et DTS: quelques aspects juridiques nouveaux, par Joseph Gold. 1976. Aussi en allemand.

    20. Les majorités requises dans les procédures de vote au Fonds monétaire international: effets du deuxième amendement des Statuts, par Joseph Gold. 1977.

    21. Les mouvements de capitaux et le droit du Fonds monétaire international, par Joseph Gold. 1977.

    22. Monnaies flottantes, DTS et or: développements juridiques intervenus depuis 1976, par Joseph Gold. 1977. La dernière section aussi en allemand.

    23. Utilisation, conversion et échange de monnaies dans le cadre du deuxième amendement aux statuts du Fonds monétaire international, par Joseph Gold. 1978.

    24. La montée du protectionnisme, par la Division du commerce et des paiements internationaux. 1978.

    25. Le deuxième amendement aux statuts du Fonds, par Joseph Gold. 1978.

    26. DTS, or et monnaies: troisième exposé sur les changements intervenus dans le domaine juridique, par Joseph Gold 1979. La dernière section aussi en allemand.

    27. L’aide financière du Fonds monétaire international: droit et pratique, par Joseph Gold. Première édition. 1979. Seulement en anglais. Deuxième édition. 1980.

    28. Réflexions à propos d’un Fonds monétaire international utilisant exclusivement le DTS, par J.J. Polak. 1979.

    29. Comptes macroéconomiques: vue d’ensemble, par Poul Høst-Madsen. 1979.

    30. Les services d’assistance technique du Fonds monétaire international. 1979.

    31. La conditionnaiité, par Joseph Gold. 1979.

    32. La primauté du droit au Fonds monétaire international, par Joseph Gold. 1980.

    33. DTS, monnaies el or: quatrième exposé sur les changements intervenus dans le domaine juridique, par Joseph Gold. 1980.

    34. Le mécanisme de financement compensatoire, par Louis M, Gorcux. 1980.

    35. L’importance du caractère juridique des accords de confirmation du Fonds, par Joseph Gold. 1980.

    36. DTS, monnaies et or: cinquième exposé sur les changements intervenus dans le domaine juridique, par Joseph Gold. 1981.

    37. Le Fonds monétaire international: évolution, structure et activités, par A. W. Hooke. Première édition, 1981. Deuxième édition, 1982. Troisième édition. 1983,

    38. La conditionnalité au Fonds monétaire international: évolution des principes et des pratiques, par Manuel Guitiãn. 1981.

    39. Le bon fonctionnement des finances internationales, la promotion des accords de confirmation du FMI et la rédaction des accords de prêt privés, par Joseph Gold. 1982.

    40. DTS, monnaies et or: sixième exposé sur les changements intervenus dans le domaine juridique, par Joseph Gold. 1983.

    * Epuisé. On peut se procurer des reproductions photographiques ou microfilms de toutes les éditions en anglais, y compris les numéros qui sont épuisés, en s’adressant directement à l’adresse suivante: University Microfilms International, 300 North Zeeb Road, Ann Arbor, Michigan 48106, U.S.A., ou pour les personnes en dehors du continent américain: University Microfilms International. 30/32 Mortimer Street, London, WIN 7RA, England.

    On peut obtenir des exemplaires des brochures (sauf si elles sont épuisées) en s’adressant à:

    External Relations Department, Attention: Publications

    International Monetary Fund, Washington, D.C. 20431, U.S.A.

    Téléphone: 202 477–2945

    Adresse télégraphique: Interfund

    Notes

    Les références aux dispositions des Statuts visent les Statuts actuels, à moins qu’elles ne soient suivies des mots “texte initial” ou “premier amendement”, auquel cas elles se rapportent au texte initial des Statuts ou au premier amendement, respectivement.

    Les cinq brochures précédentes de la série sont désignées par leur numéro et leur date, c’est-à-dire:

    Brochure n° 19-F - Monnaies flottantes, or et DTS: quelques aspects juridiques nouveaux (1976).

    Brochure n° 22-F - Monnaies flottantes, DTS et or: développements juridiques intervenus depuis 1976 (1977).

    Brochure n° 26-F - DTS, or et monnaies: troisième exposé sur les changements intervenus dans le domaine juridique (1979).

    Brochure n° 33-F - DTS, monnaies et or: quatrième exposé sur les changements intervenus dans le domaine juridique (1980).

    Brochure n° 36-F - DTS, monnaies et or: cinquième expose sur les changements intervenus dans le domaine juridique (1981).

    Les notes figurent à la fin de la brochure (p. 125–149).

    DTS

    Pages 23–28.

    Rapport annuel du Conseil d’administration pour l’exercice financier clos le 30 avril 1982 (Washington, 1982), p. 89–100 (dans la suite du texte, il est fait référence à ce document sous la mention Rapport annuel 1982). Il est indiqué dans le rapport que la vente de DTS effectuée par la Banque nationale suisse a constitué le premier transfert de DTS contre francs suisses et que l’acquisition de DTS auprès d’un détenteur agréé par un nouvel Etat membre du Fonds pour lui permettre d’effectuer le paiement de la composante en DTS de sa souscription au Fonds a constitué la première acquisition de DTS faisant intervenir des dépôts en DTS placés auprès d’une banque privée.

    Article V, section 10. Se reporter également à la brochure n° 26-F (1979), p. 16–20.

    Se reporter à la brochure n° 33-F (1980) p. 26–27.

    Décision n° 4773-(75/136) du Conseil d’administration, adoptée le 1er août 1975 et modifiée par la décision n° 5694-(78/35), adoptée le 17 mars 1978; Recueil de décisions du Fonds monétaire international et Annexe, neuvième édition (Washington 1981), p. 315–317 (ci-après désigné Recueil de décisions).

    Décisions du Conseil d’administration n° 6843-(81/75) du 6 mai 1981, n° 6863-(81/81) du 13 mai 1981, modifiée par la décision n° 6870-(81/83) du 1er juin 1981, et n° 6864-(81/81) du 13 mai 1981; Recueil de décisions, neuvième édition, p. 154–200.

    Décision du Conseil d’administration n° 6844-(8l/75), 5 mai 1981; Recueil de décisions, neuvième édition, p. 200.

    Ibid.

    Ibid., p. 201–202.

    Transport (The Netherlands), publié sous la direction de H. Schadee, p. 1311 et suivantes.

    Article III du Protocole.

    Article IV du Protocole.

    Brochure n° 22-F (1977), p. 34–36.

    Brochure n° 26-F (1979). p. 23–24.

    Brochure n° 22-F (1977). p. 43.

    Brochure n° 36-F (1981). p. 30.

    Schadee (cité à la note 10), p. 1324–28 et suivantes.

    Convention relative aux transports internationaux ferroviaires (COTIF); Convention internationale concernant le transport des marchandises par chemin de fer (C1M); Convention internationale concernant le transport des voyageurs et des bagages par chemin de fer (CIV); Organisation intergouvemementale pour les transports internationaux ferroviaires (OTIF); Office central des transports internationaux ferroviaires (OCTI).

    Article 19 (COTIF).

    Article 8 (COTIF).

    Article 21 (COTIF)

    Annexe B, article 7 (COTIF).

    Annexe A, article 6 (COTIF).

    J.H.P. Boudenwijnse, “The Berne Railway Conventions in a New Shape: The convention of International Railway Transport (COTIF)”, Netherlands International Law Review, vol. 29 (n° 2, 1982) p. 151–173.

    Pages 43, 44, 45.

    Résolution n° COM8/3. Se reporter à l’article de Stephen A. Silard, “L’UIT décide d’adopter le DTS comme unité monétaire”. Bulletin du FMI, vol. Il (13 décembre 1982) p. 404–405.

    “[Babucar] N’diaye Moves Towards the Bond Markets”, Supplement to Euromoney, mai 1981, p. 8. Se reporter à l’article de Dorothy Meadow Sobol, “The SDR in Private International Finance”, publié dans Federal Reserve Bank of New York, Quaterly Review, vol. 6 (hiver 1981–82) p. 36, pour une liste des placements publics identifiés en instruments libellés en DTS en 1981.

    The Economist, 20 mars 1982, p. 38.

    Wila D. Mung’omba, Le Monde, 13 février 1982.

    Emerging Financial Centers: Legal and Institutional Framework, publié sous la direction de Robert C. Effros. Fonds monétaire international (Washington. 1982), p. 575–604.

    East African Development Bank, Annual Report. 1980 (Kampala), p. 3 et 13. et 1981, p. 7–12.

    Sobol (cité à la note 27), p. 29–41; Lawrence de V. Wragg “Commercial Transactions in SDRs – Some Documentation Considerations, Business Law Review, vol. 2 (octobre, 1981). p. 315–317; Th. N.. “Le marché des certificats de dépôt en DTS. Agence économique et financière (édition de fin d’année, décembre 1981), p. 118–120; Joseph Gold, “Development of the SDR as Reserve Asset, Unit of Account, and Denominator: A Survey”, George Washington Journal of International Law and Economics, vol. 16 (n° 1, 1981) p. 1–64; Orren Merren, “The SDR as a Unit of Account in Private Transactions”, International Lawyer, vol. 16 {été 1982) p. 503–520.

    Financial Accounting Standards Board of the Financial Accounting Foundation, Statement of Financial Accounting Standards No. 52: Foreign Currency Translation (Stamford, Connecticut, décembre 1981) p. 76. La monnaie opérationnelle d’un organisme est définie comme étant la monnaie principale de l’environnement économique dans lequel opère cet organisme, c’est-à-dire, normalement, la monnaie de l’environnement dans lequel un organisme dégage et utilise la majeure partie de ses disponibilités {ibid., p. 77). Il est fait référence à l’utilisation commerciale du DTS à la page 32 de la brochure n° 26-F (1976), qui mentionne l’une des clauses o’un contrat commercial mis à la disposition de l’auteur. Se reporter à Merren, p. 516–520 (cité à la note 32).

    Giovanni Magnifico, conseiller économique à la Banque d’Italie, a présenté la proposition suivante:

    Ces inconvénients pourraient être évités, du moins en partie, si le prix et les factures du pétrole étaient établis en DTS. L’adoption d’un tel système reviendrait à reconnaître le fait que, bien qu’il existe une monnaie véhiculaire internationale dominante, il n’existe pas de monnaie nationale susceptible de jouer de manière satisfaisante le rôle d’étalon international. Ce rôle peut être rempli de manière plus satisfaisante par un instrument monétaire composite tel que le DTS: sa composition – les cinq grandes monnaies du monde – doit, selon toute vraisemblance, refléter l’évolution des événements influençant la plupart, sinon toutes les principales monnaies du monde, “Pricing commodities in SDRs”, Institutional Investor (édition internationale, février 1982), p. 23. M. Magnifico indique également qu’un nombre croissant de sociétés fixent leurs prix en DTS. Il ne cite toutefois que l’Organisme de gestion du canal de Suez (se reporter à ce sujet à la brochure n° 19-F (1976), p. 51).

    Anthony R. Miller, “Lloyd’s Standard Form of Salvage Agreement – LOF 1980: A commentary”, Journal of Maritime Law and Commerce, vol. 12 (janvier 1981) p. 243–261, 254 et 261.

    Se reporter à la brochure n° 22-F (1977), p. 39–41.

    Brochure n° 36-F (1981), p. 45 et 46.

    Robert C. Effros, “Unité de compte stable proposée pour certaines conventions internationales”. Bulletin du FMI, vol. 11 (8 février 1982), p. 33, 40 et 41. Les demandeurs en appel (TWA), dans la requête qu’ils ont présentée pour obtenir un nouveau jugement, en suggérant que l’affaire soit de nouveau entendue en banc par la Cour d’appel des Etats-Unis pour le deuxième circuit dans l’affaire Franklin Mint Corporation et al. v. Trans World Airlines, Inc. ont fait remarquer, après que le tribunal eut déclaré que la méthode d’évaluation du DTS “variait au gré” du Fonds, que ce dernier comptait 146 Etats membres, que des majorités élevées étaient nécessaires pour prendre des décisions relatives à la méthode d’évaluation et que même les Etats non membres du Fonds, y compris l’URSS, convenaient que le DTS était la meilleure unité de compte (note, p. 14 de la pétition).

    Brochure n° 26-F (1979), p. 23–25.

    Rapport de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international sur les travaux de sa quinzième session. Documents officiels de l’Assemblée générale, trente-septième session. Supplément n° 17 (A/37/17), Nations Unies (New York. 1982), p. 15–21.

    Brochure n° 26-F (1979), p. 23 et 24.

    Brochure n° 36-F (1981), p. 41–43. Commission des Nations Unies pour le droit commercial international, Groupe de travail des effets de commerce internationaux. Unité de compte de valeur constante: Rapport du Secrétaire général. Document des Nations Unies A/CN.9/WG.IV/WP.27, 23 novembre 1981.

    Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (cité à la note 39).

    Joseph Gold, “Effects of Variable Exchange Rates on Treaties”, Revue belge de droit international, vol. 16 (n° 1. 1981–82), p. 192–195 et 199 (ci-après désigné Gold, “Variable Exchange Rates”).

    La question de l’indice a été examinée par les tribunaux français au sujet de l’utilisation d’une unité de compte définie par rapport à l’or dans deux conventions. Le 24 août 1978, le tribunal de commerce du Havre a décidé que le franc Poincaré serait utilisé sur la base de la parité la plus récente du franc français après ajustement par l’indice des prix de détail établi par l’Institut national de la statistique et des études économiques français. La Cour d’appel de Paris a, le 31 janvier 1980, rejeté cette solution parce qu’elle forcerait le tribunal à choisir un indice. Joseph Gold, The Fund Agreement in the Courts: Volume II–Further Jurisprudence Involving the Articles of Agreement of The International Monetary Fund (Washington, 1982), p. 446 et 447. (Ci-après désigné Gold, Fund Agreement in the Courts: Volume II).

    Monnaies

    Article IV. Section 3 a).

    Article IV, Section 3 b).

    Se reporter aux décisions du Conseil d’administration n° 5392-(77/63) du 29 avril 1977 et n° 6026-(79/13) du 22 janvier 1979; Recueil de décisions, neuvième édition, p. 10–16; brochure n° 22-F (1977), p. 90–93; brochure n° 33-F (1980), p. 48 et 49; brochure n° 36. p. 47–49.

    Article XII, section 3 b). La procédure suivie par le Conseil d’administration pour entériner une récapitulation du Directeur général se présente comme suit: le Conseil d’administration étudie un projet de récapitulation et propose, le cas échéant, certaines modifications de manière à ce que ce résumé reflète, de manière satisfaisante, les débats du Conseil; cette procédure évite toutefois certains des compromis qu’entraîne la préparation de textes qui sont censés être rédigés par le Conseil lui-même. Elle évite le risque que l’accord ne se fasse sur le plus petit commun dénominateur et permet d’inclure davantage de détails qu’il ne pourrait être jugé souhaitable de le faire dans le cadre d’autres types de décision.

    Article IV, section 2 a).

    Article VIII, section 3.

    Brochure n° 33-F (1980), p. 49–68.

    De quelle manière convient-il de faire référence aux opinions d’un nombre d’administrateurs inférieur au nombre total? Voilà un problème qui n’a jamais été résolu de manière définitive. La déclaration parle d’un “certain nombre d’administrateurs”, de “plusieurs” administrateurs, “d’un” ou de “deux” administrateurs, de “certains orateurs”.

    Sur la signification du concept de symétrie, par opposition à celui d’uniformité, voir Joseph Gold “Symmetry as a Legal Objective of the International Monetary System”, New York University Journal of International Law and Politics, vol. 12 (hiver 1980), p. 423–477, aux pages 423–428. S’agissant du problème de l’uniformité, se reférer à Joseph Gold. Legal and Institutional Aspects of the International Monetary System: Selected Essays (Washington, 1979), chap. 13, (ci-après désigné Gold, Selected Essays).

    Voir, par exemple, le document intitulé World Economic Outlook: A Survey by the Staff of the International Monetary Fund, Occasional Papers du FMI, n° 9 (Washington, avril 1982). Le document précédent est reproduit dans le n° 4 des Occasional Papers du FMI (juin 1981).

    Rapport Annuel 1982, appendice B. “Rôle du Directeur général en matière de surveillance”, p. 142–143. L’expression “le droit souverain des pays membres en matière de définition de leur propre politique économique” ne permet pas et ne doit pas permettre l’adoption de politiques incompatibles avec les obligations que les Etats membres ont acceptées lorsqu’ils sont devenus membres du Fonds. L’acceptation de ces obligations est en elle-même un exercice de leur souveraineté. S’agissant des décisions prises le 12 janvier 1948 sur la responsabilité du Directeur général, des services du Fonds et du Conseil d’administration au niveau des politiques et des principaux problèmes, voir Joseph Gold, Voting and Decisions in the International Monetary Fund (Washington, 1972), p. 249 et 250. (Ci-après désigné sous la référence Gold, Voting and Decisions).

    “Le Directeur général est le chef des services du Fonds et il gère les affaires courantes sous la direction du Conseil d’administration. Sous le contrôle général du Conseil d’administration, il est responsable de l’organisation des services, et de la nomination et de la révocation des fonctionnaires du Fonds.” – Article XII, section 4 b).

    Voir également l’article XII, section 3 a): “Le Conseil d’administration est responsable de la conduite générale du Fonds et, à cette fin, il exerce tous les pouvoirs que le Conseil des gouverneurs lui a délégués.”

    Cette déclaration ne s’oppose en aucune manière aux décisions prises par le Fonds le 12 janvier 1948, auquel il est fait référence à la note 55. S’agissant des procédures de consultations, se reporter à Edward Brau “Le processus de consultation du Fonds”, Fonds monétaire international et Banque mondiale, Finances & Développement, vol. 18 (décembre 1981), p. 13–16.

    Rapport Annuel 1982, appendice II, “Rôle des administrateurs dans les consultations”, p. 143–144. Voir également la décision n vertu de laquelle un administrateur devrait être averti suffisamment à l’avance du déplacement de membres du personnel du Fonds sur le territoire des pays membres qu’il représente de manière à lui permettre de jouer le rôle qui lui revient dans les relations avec les pays qu’il représente.

    La Règle N-16 c) des Règles et Règlements déclare que:

    “i) Les déplacements officiels des membres du personnel du Fonds sur le territoire de pays membres ne seront pas entrepris sans consultations préalables avec l’administrateur nommé, élu ou désigné par les pays membres en question.

    ii) En outre, les rencontres de membres du personnel du Fonds avec des gouvernants ou hauts fonctionnaires de pays membres devront normalement faire l’objet de consultations préalables avec l’administrateur nommé, élu ou désigné par les pays membres en question.”

    Les administrateurs avec lesquels des consultations doivent avoir lieu ne peuvent s’opposer à ces déplacements. Certains administrateurs participent aux discussions qui ont lieu dans le cadre des consultations avec les pays membres qu’ils représentent lorsqu’une mission du Fonds se rend dans l’un de ces Etats. Un administrateur peut être “désigné” par un Etat membre pour représenter les intérêts de ce dernier si aucun administrateur n’exprime le nombre de voix qui est attribué à ce pays parce qu’il n’a pas participé à l’élection des administrateurs.

    Ce sujet n’a pas été abordé dans les décisions du 12 janvier 1948 (voir la note 55).

    Voir, par exemple, le titre de l’article IX, section 8.

    “Le Directeur général et le personnel dans l’exercice de leurs fonctions n’ont d’obligation qu’envers le Fonds; Chaque Etat membre doit respecter le caractère international de ces fonctions et s’abstenir de toute initiative tendant à influencer le personnel du Fonds dans l’exercice de ses fonctions.” – Article XII, section 4 c).

    Voir Gold, Voting and Decisions, p. 99–104.

    Rapport annuel 1982, appendice II, “Rôle des administrateurs dans les consultations”, p. 143–144.

    Page 64. La question de la surveillance est traitée dans son ensemble aux pages 64–65.

    Voir l’article I i) et l’article X.

    Voir l’article VIII, section 5 c) et Joseph Gold, Le bon fonctionnement des finances internationales, la promotion des accords de confirmation du FMI et la rédaction des accords de prêts privés, série des brochures du FMI, n° 39-F (Washington, 1982) p. 37–38 (ci-après désigné Le bon fonctionnement des finances internationales).

    Le rapport économique du Président des Etats-Unis, présenté au Congrès en février 1982, contient le commentaire sur les consultations au titre de l’article IV mentionné ci-après:

    Les consultations au titre de l’article IV du FMI contribuent à promouvoir la stabilité internationale de diverses manières. Premièrement, ces consultations fournissent aux Etats membres des informations sur les politiques économiques nationales d’autres pays membres. Ces informations peuvent contribuer à modeler les politiques intérieures des différents pays et permettent d’éviter des conflits dus à des malentendus. Deuxièmement, les consultations au titre de l’article IV fournissent une base d’informations précieuse que les services du Fonds peuvent utiliser pour évaluer l’évolution économique globale et l’évolution des taux de change, évaluations qui, à leur tour, fournissent des renseignements utiles aux autorités économiques des divers pays. Troisièmement, les consultations au titre de l’article IV permettent aux représentants des pays membres de formuler des critiques franches. Quatrièmement, les consultations au titre de l’article IV fournissent à tous les pays une base sur laquelle bâtir une meilleure compréhension des liens économiques qui existent entre les nations. Enfin, ces consultations peuvent permettre à un pays de détecter rapidement l’apparition de problèmes de balance des paiements et de chercher à résoudre ces problème, (p. 187–188)

    Article VIII, section 5 (texte initial, premier amendement et Statuts actuels).

    Article IV, section 3 b).

    Article IV, section 2 a).

    Rapport annuel 1982, p. 65.

    Pour une analyse des classifications des régimes de change et des modifications qui leur ont été apportées, se reporter au Rapport annuel 1982, p. 65.

    Rapport annuel 1982, p. 64 et 65. Les Statuts ne prescrivent pas les époques auxquelles des consultations doivent être tenues au titre de l’article IV. Le Fonds a décidé que les consultations devraient en principe avoir lieu une fois par an (brochure n° 22-F (1977), p. 92 et 93). L’article XIV stipule que les consultations relatives à la prorogation des restrictions doivent, en vertu de cette disposition, avoir lieu tous les ans. Il est prévu de procéder à des consultations périodiques au sujet des restrictions approuvées au titre de l’article VIII. Ces entretiens auront normalement lieu à des intervalles d’environ un an (décision n° 1034-(60/27) adoptée le 1er juin 1960, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 224–227). Le Fonds est habilité à demander que soient organisées des consultations à tout moment, lorsqu’il approuve une restriction en vertu de l’article VIII. Les consultations au titre de l’article VIII ou de l’article XIV sont “comprises” dans les consultations au titre de l’article IV (c’est-à-dire qu’elles ont lieu en même temps que ces consultations) lorsque cela s’avère possible (brochure n° 22-F (1977), p. 92). Les intervalles auxquels doivent avoir lieu les consultations, que ce soit en vertu des Statuts ou de décisions du Fonds, ne sont pas entièrement respectes pour des raisons pratiques et notamment à cause des difficultés dues à l’augmentation du nombre de pays membres du Fonds (Rapport annuel 1982, p. 64 et 65).

    Décision du Conseil d’administration n° 6790-(81/43), adoptée le 20 mars 1981, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 241–243.

    Rapport annuel 1982, p. 62–65.

    Bulletin du FMI, vol. 11 (14 juin 1982), p. 172.

    Summary Proceedings of the Thirty-Seventh Annual Meeting of the Board of Governors, 6–9 septembre 1982 (Washington, 1982), p. 293 (ci-après désigné Summary Proceedings, 1982).

    Summary Proceedings. 1982, p. 26–27.

    Ibid., p. 236. Voir Donald T. Regan, Secrétaire au Trésor et gouverneur du Fonds pour les Etats-Unis: “Je constate avec satisfaction que [nous] avons entamé, avec le concours du Directeur général, le processus de renforcement de la coopération économique et monétaire internationale dont nous sommes convenus au sommet de Versailles.” (Ibid,, p. 50 et 51)

    E.M. Bernstein “Some Economic Effects of Multiple Exchange Rates”, Staff Papers, vol. 1 (1950–51), p. 224–237; Margaret G. de Vries, “Multiple Exchange Rates: Expectations and Experiences”, Staff Papers, FMI (Washington), vol. 12 (juillet 1965), p. 282–311; Margaret G. de Vries, “Multiple Exchange Rates”, paru dans The International Monetary Fund 1945–1965: Twenty Years of International Monetary Cooperation, Volume II: Analysis, publié sous la direction de J. Keith Horsefield (Washington, 1969), p. 122–151.

    Article I iv).

    Article XIV, section 2.

    L’article XIV, section 2 (texte initial, premier amendement) prévoyait une exception permettant à un Etat membre d’adopter des restrictions sur les paiements et transferts effectués à l’occasion d’opérations internationales courantes si ses territoires avaient été occupés par l’ennemi pendant la deuxième guerre mondiale. Cette exception avait été introduite pour permettre à un Etat membre dont le système de change lui avait été imposé par l’occupant de mettre en place son propre système. Le Fonds ne comprenait pas, toutefois, que l’Etat membre n’était pas obligé d’obtenir l’approbation du Fonds afin d’adopter les pratiques de taux de change multiples, même dans le cadre de cette exception, en raison des autres dispositions des Statuts. Décision du Conseil d’administration n° 237–2, adoptée le 18 décembre 1947; Recueil de décisions, huitième édition, p. 159. L’exception prévue en faveur des Etats membres dont les territoires avaient été occupés a été éliminée des Statuts à l’occasion du deuxième amendement, mais cette exception avait été jugée ne plus s’appliquer avant même l’entrée en vigueur du deuxième amendement, en raison du temps écoulé depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

    Article IV, section 1.

    Le Fonds a décidé que par “’organisme financier analogue’, il faut entendre une institution qui remplit une ou plusieurs fonctions importantes analogues à celles qui incombent normalement à un Trésor, à une banque centrale ou à un fonds de stabilisation”, – Décision du Conseil d’administration n° 298–3, adoptée le 14 avril 1948, Recueil de décisions, septième édition, p. 157.

    Article IV, sections 3 et 4 (texte initial, premier amendement).

    Voir également l’article intitulé “Les pratiques de taux de change multiples font l’objet de nouvelles directives d’application”. Bulletin du FMI. vol. 10 (13 juillet 1981), p. 197, 202–207.

    Aucune exception n’est prévue pour les taux de change à l’intérieur de marges prescriptes par l’annexe C ou au titre de ses dispositions car ces marges peuvent être larges (Projet de deuxième amendement aux statuts du Fonds monétaire international – Rapport des administrateurs au Conseil des gouverneurs (Washington, 1976), 2e partie, chap. C, section 8).

    Décisions du Conseil d’administration n° 3463-(71/126), adoptée le 18 décembre 1971, et n° 4083-(73/104), adoptée le 7 novembre 1973: Recueil de décisions, huitième édition, p. 15–22.

    Article IV, section 4 b) (texte initial, premier amendement). L’explication donnée dans le texte n’est pas modifiée par l’obligation dans laquelle se trouve un Etat membre, en vertu de l’article XI qui ligure dans les trois versions des Statuts, d’éviter certaines transactions ou pratiques avec des Etats non membres ou avec des personnes résidant sur les territoires de ces Etats. Les Etats non membres ont pleine compétence sur les transactions de change qui s’effectuent sur leurs territoires. L’article XI empêche un Etat membre de se livrer sur les territoires d’un Etat non membre à des transactions ou à des pratiques autorisées par cet Etat si ces transactions sont contraires aux dispositions des Statuts ou aux objectifs du Fonds.

    Les taux de change pris en compte lorsqu’il s’agit de déterminer si les écarts entre les taux de change constituent des pratiques de taux de change multiples ne sont ni le cours acheteur ni le cours vendeur des monnaies mais le taux médian entre ces cours, des différences pouvant exister au niveau des marges sur le marché des changes sans pour autant constituer des pratiques de taux de change multiples.

    Décision du Conseil d’administration n° 1034-(60/27), adoptée le 1er juin 1960, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 224–227.

    Décision du Conseil d’administration n° 649-(57/33). adoptée le 26 juin 1957, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 239–241.

    Décision du Conseil d’administration n° 1034 (60/27), adoptée le 1er juin 1960, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 225.

    Décision du Conseil d’administration n° 144-(52/5l), adoptée le 14 août 1952, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 218–219.

    Gold, Fund Agreement in the Courts, Volume II, p. 412.

    Article XV, paragraphe 4 (GATT).

    Il n’est pas interdit au Fonds d’examiner une pratique de taux de change multiples pour laquelle un Etat membre n’a pas demandé son approbation. Le Fonds peut décider d’approuver ou de désapprouver cette pratique. Il peut, en outre, adopter une décision générale qui approuve à l’avance une catégorie de pratiques de taux de change multiples.

    Gold, Selected Essays, chap. 3, p. 148–181; voir également le chapitre 4, p. 182–216.

    Décision du Conseil d’administration n° 6838–181/70). adoptée le 29 avril 1981, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 49–60; Gold, Le bon fonctionnement des finances internationales, p. 48 et 51–52.

    Les mots “ou renforce” sont utilisés lorsque des pratiques du type auquel il est fait référence sont déjà en vigueur lorsque l’accord est approuvé.

    Les mots “ou modifie” sont utilisés dans les circonstances indiquées à la note 99.

    L’alinéa iii) est en grande partie redondant puisque les accords de paiements bilatéraux, qui sont incompatibles avec l’article VIII. tomberaient sous le coup des alinéas i) ou ii), mais il est toutefois théoriquement possible qu’une mesure monétaire discriminatoire ne soit pas couverte par les alinéas i) ou ii).

    Décision du Conseil d’administration n° 6838-(81/70), adoptée le 29 avril 1981, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 49 et 60; Gold, Le bon fonctionnement des finances internationales, p. 48, 51–52.

    Il est théoriquement possible que le Fonds puisse permettre la reprise d’achats dans le cadre d’un accord de confirmation ou d’un accord élargi sans avoir approuvé des pratiques de taux de change multiples qui ont été imposées ou renforcées.

    Article V, section 5; article XXIII, section 2; Règles et Règlements, Règles K-2 à K-4, Réglementation générale, Règles et Règlements, trente-neuvième édition (Washington, 1er juillet 1982), p. 47–48.

    Gold, Le bon fonctionnement des finances internationales, p. 19–39.

    Décision du Conseil d’administration n° 6224-(79/135), adoptée le 2 août 1979, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 62.

    Ibid. Pour le texte complet des décisions relatives au mécanisme de financement compensatoire du Fonds, voir Recueil de décisions, neuvième édition, p. 61 à 76. Voir également la brochure n° 34-F de la série des brochures du FMI préparée par Louis M. Goreux, intitulée Le mécanisme de financement compensatoire (Washington, 1980).

    Décision du Conseil d’administration n° 6860-(81/81), adoptée le 13 mai 1981, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 64 à 70.

    Pour une analyse des affaires qui font intervenir cette disposition, voir Joseph Gold, The Fund Agreement in the Courts (Washington, 1962) (ci-après désigné Gold, Fund Agreement in the Courts), et Joseph Gold, Fund Agreement in the Courts, Volume II.

    Gold, Fund Agreement in the Courts, Volume II. p. 95–104, 129, 258–265.

    J. Keith Horsefield, The International Monetary Fund. 1945–1965: Twenty Years of International Monetary Cooperation, Volume I: Chronicle, p. 403 et 404, 482: et Volume II: Analysis, publié sous la direction de J. Keith Horsefield. p. 548 et 549 (Washington, 1969).

    Gold. Fund Agreement in the Courts, p. 30–32, 114–115, 146–147; Gold, Fund Agreement in the Courts, Volume II, p. 80–87, 208–209, 215, 274–275, 420–421.

    Article XXX d).

    Gold, Fund Agreement in the Courts, Volume II. p. 95–104, 129, 258–265.

    La question de l’effet de mesures prises par le Fonds s’est posée dans le cadre de l’affaire Energetic Worsted Corporation v. The United States, Customs appeal n° 5160 (7 avril 1966) au sujet des droits compensateurs au titre de la section 303 du U.S. Tariff Act de 1930: toutefois, la décision de la juridiction a été fondée sur le motif que la preuve n’avait pas été rapportée que les taux de change multiples aboutissaient à l’octroi d’une prime (Gold, Fund Agreement in the Courts. Volume II. p. 104–107.

    Annexe I, Ad art. VI, paragraphes 2 et 3, note 2. John J. Jackson, World Trade and the Law of GATT: A Legal Analysis of the General Agreement on Tariffs and Trade (New York, 1969), p. 418, 868 (ci-après désigné Jackson, World Trade and Law of GATT). En ce qui concerne la différence entre les droits antidumping et les droits compensateurs, voir Kenneth W. Dam, The GATT: Law and International Economic Organization (University of Chicago Press, 1970), p. 167 (ci-après désigné Dam. GATT). Les Négociations commerciales multilatérales de Tokyo (Tokyo round) ont abouti à la négociation de l’accord sur l’interprétation et l’application des articles VI, XVI et XXIII de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (subventions et droits compensateurs) et de l’accord sur la mise en oeuvre de l’article VI de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (mesures antidumping).

    Dam, GATT, p. 138. Voir également Jackson. World Trade and Law of GATT, p. 385.

    Annexe I, Ad art. XVI, section B, note 1. Jackson, World Trade and Law of GATT, p. 387, 872.

    Patrick Low, “The Definition of Export Subsidies in GATT”, Journal of World Trade Law, vol. 16 (septembre-octobre 1982), p. 375–390. p. 388.

    Annexe I, Ad art. VIII. par. 1. Jackson, World Trade and Law of GATT, p. 869, voir aussi p. 455.

    Article VII, paragraphe 4. Jackson, World Trade and Law of GATT, p. 814.

    Pages 52–53. Voir J. A. Usher. “Uniform External Protection-EEC Customs Legislation Before the Court of Justice”, Common Market Law Review, vol. 19 (août 1982), p. 389–412. Les problèmes de valeur en douane sont examinés aux pages 398 à 407, et les difficultés liées à la conversion de l’unité de compte européenne (UCE) en monnaies sur la base des parités établies en vertu des statuts du Fonds avant que l’UCE ne soit définie par rapport à un panier de monnaies sont analysées aux pages 398 et 399.

    Décisions du Conseil d’administration n° 433-(55/42), adoptée le 22 juin 1955, n° 201-(53/29) adoptée le 4 mai 1953, n° 955-(59/45), adoptée le 23 octobre 1959 et n° 1034-(60/27), adoptée le 1er juin 1960. Se reporter, par exemple, au Recueil de décisions, neuvième édition, p. 219, 220, 221, 223, 224–227.

    Article VII. section 3.

    Gold. Selected Essays, p. 85. 154–156, 160–163, 175–179, 186–187, 207–211, 216.

    Décision du Conseil d’administration n° 1034-(60/27), adoptée le 1er juin 1960, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 224–227.

    Article XI. section 2. Règles et Règlements, Règles M-4 et M-5, Réglementation générale. Règles et Règlements, trente-neuvième édition (Washington. 1er juillet 1982), p. 50.

    Décision du Conseil d’administration n° 6790-(81/43), adoptée le 20 mars 1981, Recueil de décisions, neuvième édition, p. 241–243.

    Boussac Saint-Frères SA v. Brigitte Gerstenmeier, affaire 22/80, [1982] 33 C.M.L.R. 202.

    “…les avantages que peut présenter pour une entreprise, en particulier si elle est petite, la facturation de biens destinés à l’exportation en la monnaie du pays; simplification de la procédure de facturation, élimination des risques de change, qui est répercutée sur le client, application d’un prix uniforme aux transactions effectuées sur le marché intérieur et aux exportations.” – Mayras A.G., ibid., p. 210–211.

    Gold, “Variable Exchange Rates”, p. 173–208.

    John Chown, “The Tax Treatment of Foreign Exchange Fluctuations in the United States and the United Kingdom”, George Washington Journal of International Law and Economics, vol. 16 (n° 2, 1982), p. 201–237: “Le droit applicable dans les deux pays est à la fois complexe et peu satisfaisant. Il repose de manière générale sur des textes législatifs et des décisions judiciaires adoptés lorsque les fluctuations des monnaies ne posaient pas de prohlèmes majeurs. Les documents américains, notamment, ont tendance à supposer que ce sont les autres monnaies et non pas le dollar qui fluctuent.” (p. 235).

    R.K. Ashton, “Foreign Exchange Gains/Losses Reconsidered”, Business Law Review, vol. 3 (juillet 1982), p. 218–220.

    William Dickey, “Antidumping: Currency Fluctuations as a Cause of Dumping Margins”, International Trade Law Journal, vol. 7 (automne-hiver 1981–82), p. 67–72.

    Les nombreuses études consacrées à ce sujet laissent apparaître des réserves de diverses sortes quant au rôle futur d’un Ecu basé sur un panier, et ce, assez pour amener quiconque à se demander s’il serait judicieux de continuer à qualifier cette unité d’européenne. Au cours d’un séminaire tenu à Luxembourg en 1978, un participant a comparé les unités de compte à des champignons poussant sur la pourriture monétaire. De fait, les unités de compte qui reposent sur un panier ont été conçues pour aider les opérateurs à équilibrer les risques de change que leur feraient courir les différentes monnaies utilisées pour constituer le panier. Ces unités de compte absorbent les mouvements divergents entre les diverses monnaies du panier, mouvements qui sont dus à un manque d’harmonisation des politiques nationales. Le panier est l’aboutissement naturel de l’existence de politiques nationales autonomes et. partant, ne fait pas partie intégrante du processus d’intégration européen. Bien au contraire, il est la négation de ce processus. “Une fois le processus d’intégration suffisamment engagé, l’on obtiendrait de nouveau la stabilité des taux de change des monnaies dans le cadre d’un système qui, déjà maintenant, fait un large appel aux crédits. Ce système serait défini par la grille des parités et ne nécessiterait aucun numéraire. L’or serait également inutile (remplacé par des crédits) de même que le panier de monnaies, qui deviendrait inutile du fait de la disparition des risques de change.” (Paolo Baffi. Gouverneur honoraire de la Banque d’Italie, Il Sole-24 Ore, 22 mars 1981 (traduction non publiée). Voir également Atef Sultan, “Why the artificial dinar was created”. The Times (Londres), 10 mars 1982, p. 21; “Eurobond is Linked to Oil Price”, Journal of Commerce, 9 avril 1981, p. 6.

    D’après une nouvelle communiquée par Reuters le 11 novembre 1982, le Trésor italien avait annoncé qu’il émettrait 700 millions d’Ecus sous forme de certificats du Trésor à sept ans assortis d’un taux d’intérêt de 13% au pair; sur ce montant, 650 millions d’Ecus seraient offerts en souscription publique en Italie. Le paiement annuel des intérêts et le remboursement seraient effectués en Ecus si ceux-ci venaient à avoir cours légal, ou en lires au taux moyen entre la lire et l’Ecu pendant les vingt premiers jours du mois d’octobre précédant la date du remboursement, à savoir le 22 novembre 1989. Les souscriptions seraient effectuées en lires, à un prix établi en fonction du taux Ecu-lire en vigueur le 18 novembre 1982.

    Article VIII, section 7. article XXII.

    “Ecus: The bankers’choice”, The Economist, 2 octobre 1982, p. 52. Voir également Peter Dreyer, “Private Sector Use of ECU Rising”, Journal of Commerce, 15 avril 1982, p. 6A: Christopher Hugues, “Nouvelles opérations en Ecus”, Le Monde, 27–28 juin 1982, p. 16; “ECUs Attracting More Interest”, Journal of Commerce. 26 février 1981, p. 6.

    Brochure n° 33-F (1980), p. 6.

    Rapport annuel 1982, p. 101.

    International Legal Materials, vol. 21 (mai 1982), p. 479–541.

    Angola, Botswana, Comores, Djibouti, Ethiopie, Kenya, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Ouganda, Seychelles, Somalie, Swaziland, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe.

    International Legal Materials, vol. 21 (mai 1982), p. 525, 526.

    Un certain nombre de ces Etats calculent la valeur de leur monnaie par référence au DTS.

    La règle Miliangos s’applique toutefois, non seulement lorsque la monnaie de compte, comme la monnaie de paiement, est une monnaie étrangère, mais également lorsque la monnaie de compte est une monnaie étrangère et que la monnaie de paiement est la livre sterling (George Veflings Rederi A/S v. President of India [1978] 1 W.L.R. 982). Le demandeur a droit à la valeur qu’il a cherché à obtenir, exprimée en monnaie étrangère.

    [1975] 3 AU E.R. 801, [1976] A.C. 443, [1975] 3 W.L.R. 758.

    Brochure n° 19-F (1976), p. 34–40; brochure n° 22-F (1977), p. 17–22; brochure n° 26-F (1979), p. 66–73; brochure n° 33-F (1980), p. 82–87; brochure n° 36-F (1981), p. 68–73; voir également le document intitulé “Yougoslavie, Les contrats internationaux”. Droit et pratique du commerce international, vol. 7 (1981), p. 141.

    [1981] 1 ALL E.R. 225.

    L’injonction nisi sert de préavis s’il est nécessaire de donner un préavis avant d’effectuer un retrait du compte de dépôt, comme c’était le cas ici (ibid., p. 227).

    Ibid., p. 228–229.

    [1979] 2 Lloyd’s Rep. 231.

    Ibid., p. 233.

    Ibid., p. 234.

    Services Europe Atlantique Sud (SEAS) Paris v. Stockholms Rederiaktiebolag SVEA of Stockholm (The Folias) et The Despina R. [1979] I Lloyd’s Rep. 1; [1978] 3 W.L.R. 804; brochure n° 33-F (1980), p. 83–85; brochure n° 26-F (1979), p. 71–73.

    Cette règle s’applique au recouvrement de dettes, aux dommages et intérêts résultant de l’inexécution d’un contrat, à la restitution de l’indu en cas d’enrichissement sans cause, et à la réparation en cas de délit civil. L’affaire Hoffman v. Sofaer [1982] 1 W.L.R. 1350 constitue un exemple récent d’affaire portant sur un délit civil.

    [1979] 2 Lloyd’s Rep. 234.

    Le raisonnement suivi pour arriver à cette décision est critiqué dans le Law Commission’s Working Paper n° 80, Private International Law [:] Foreign Money Liabilities (Londres, 1981) (ci-après désigné Law Commission, Working Paper n° 80)., par. 3.65–3.68, p. 106–108; il est en effet indiqué dans ce document que la décision est incompatible avec la règle Miliangos, puisque la décision revenait à appliquer la règle du jour de la rupture du contrat si l’on considère que l’affaire porte sur le recouvrement d’une dette en dollars. Cette dette avait été acquittée sur la base de sa valeur en sterling à la date du paiement, comme l’exige la règle Miliangos. La Law Commission considérerait, toutefois, que cette position est défendable si la décision devait permettre de recouvrer des dommages spéciaux liés à une perte spécifique et prévisible résultant d’une inexécution du contrat résultant d’un retard dans les paiements. (Voir Wadsworth v. Lydall [1981] 1 W.L.R. 599.) La décision est défendue par Roger A. Bowles et Christopher J. Whelan, Comments on the Law Commission Working Paper n° 80. Centre for Socio-Legal Studies (ronéoté. Oxford, n.d.) soumis à la Law Commission, p. 30–31. (ci-après désigné Bowles et Whelan, Comments on Working Paper n° 80).

    Voir la note 165.

    Fonds monétaire international. Statistiques financières internationales (octobre 1982), p. 15.

    La Law Commission a été créée par la section 1 du Law Commissions Act de 1965 en vue d’encourager la réforme du droit.

    Law Commission, Working Paper n° 80.

    The Teh Hu [1969] 3 All E.R., p. 1202. Il continuait de préconiser une modification d’un autre aspect du droit monétaire, pas plus tard qu’en 1981: “Au cours des vingt dernières années, les systèmes monétaires en vigueur dans le monde ont complètement changé. La livre sterling n’est plus une monnaie stable, elle flotte au gré du vent. Elle bouge comme une girouette dans la moindre bourrasque. Il en est de même pour les autres monnaies étrangères,” (Techno-Impex v. Gebr. Van Weelde Scheepvaartkantoor B.V. [1981] 1 Q.B. 665.

    Law Commission, Working Paper n° 80, p. 180–181. (Des citations d’autres paragraphes du Working Paper ont été omises de l’appendice de cette brochure.)

    Voir Georges Janson, “La protection de l’entreprise contre les risques de change. L’Institut belgo-luxembourgeois du change et le contrôle des changes”, Revue de la banque (Bruxelles) février 1982. p. 189–203. L’auteur analyse les techniques que les entreprises sont susceptibles d’utiliser, dans le cadre de l’Union économique belgo-luxembourgeoise pour se protéger des risques de change et les modifications survenues dans l’utilisation de ces techniques; l’auteur ne s’efforce toutefois pas, dans cette étude, d’établir un lien entre ses conclusions et le droit de la Belgique et du Luxembourg en ce qui concerne la monnaie en laquelle les jugements sont exprimés.

    Bowles et Whelan, Comments on Working Paper n° 80, p. 65–77. Voir également l’étude des mêmes auteurs intitulée: “Law Commission Working Paper n° 80, Private International Law; Foreign Money Liabilities”, Modern Law Review, vol. 45 (juillet 1982). p. 434–446; “International Contracts: English Law and Floating Exchange Rates”, National Westminster Bank Quarterly Review (novembre 1981), p. 27–36; “Foreign Money Liabilities: Comments on the Law Reform Commission of British Columbia, Working Paper n° 33” (soumis à la Commission).

    Pages 86–87. L’affaire Miliangos a été suivie à Chypre (Lamaignere v. Selene Shipping Agencies Ltd (1982) I, CLR 227; voir à ce sujet International Financial Law Review (1982), p. 39). A propos du droit des Etats-Unis, voir Thomas J. Egan Jr., “Conversion of Judgments Measured in Foreign Currencies”, Washington and Lee Law Review, vol. 39 (hiver 1982), p. 165–184.

    R.S.C, 1970, c. C-39.

    Batavia Times Publishing Co. v. Davis [1978] 88 D.L.R. (3d) 145.

    Khaled Chebil, “Les jugements relatifs aux créances libellées en monnaie étrangère en droit anglais, français et canadien”, McGill Law Journal, vol. 27 (n° 2, 1982), p. 299–329 (ci-après désigné Chebil, Les jugements).

    Batavia Times Publishing Co. v. Davis [1978] 88 D.L.R. (3d) 144.

    Ibid.

    Ibid., p. 146.

    Ibid., p. 149.

    A propos du droit anglais en ce qui concerne ce sujet, voir brochure n° 33-F (1980), p. 82–84.

    En ce qui concerne la pratique suivie en Angleterre, voir “Practice Direction”, par The Senior Master of the Supreme Court, 18 décembre 1975, [1976] 1 All E.R. 669–671. Lorsque le demandeur désire présider à l’exécution d’un jugement exprimé en une monnaie étrangère au moyen d’un writ d’exécution forcée (fieri facias), la requête doit préciser, afin de déterminer l’équivalent en sterling du montant du jugement, le taux en vigueur à Londres de la monnaie étrangère à la date la plus proche précédant celle de l’émission du writ.

    Batavia Times Publishing Co. v. Davis [1978] 88 D.L.R. (3d), p. 154. La date du 21 décembre 1977 était celle à laquelle le tribunal a rendu l’arrêt autorisant l’exécution du jugement rendu en Pennsylvanie. Le “deuxième jugement” désigne le premier jugement rendu en Ontario et non pas le deuxième du 19 mai 1978, déterminant la date devant être retenue pour le taux de change.

    Un retard inexpliqué de la part du créancier dans la présentation de sa demande d’exécution du jugement rendu à l’étranger peut inciter le tribunal auquel le créancier s’adresse pour faire exécuter ledit jugement à refuser l’application du taux de change en vigueur à la date du deuxième jugement s’il est favorable au créancier. Voir Ethel Greffier, “Droit international privé”. Revue du barreau, vol. 39 (mai-juin 1979), p. 653–655, à propos de l’affaire jugée au Québec Kraft v. Otto (1978) C.S. 752. En ce qui concerne la pratique des tribunaux aux Etats-Unis, voir R. Doak Bishop et Susan Burnette, “United States Practice Concerning the Recognition of Foreign Judgments”, International Lawyer, vol. 16 (été 1982), p. 425–442, aux pages 439 et 440.

    Am-Pac Forest Products Inc. v. Phoenix Doors Ltd. and Arab and Arab (Third Party) [1979] 14 B.C.L.R. 63.

    Ibid., p. 66.

    Ibid.

    Re Canadian Vinyl Industries Inc.; Textilwerke Gebrüder Hoon v. Corber (1978) 29 C.B.R. 12.

    R.S.C. 1970, c. B-3.

    Re Canadian Vinyl Industries Inc.; Textilwerke Gerbrüder Hoon v. Corber (1978) 29 C.B.R., p. 23.

    Re United Railways of Havana and Regla Warehouses Ltd. [1961] A.C. 1007. Voir Clive M. Schmitthoff, “Non stamus decisis”, Europäisches Rechtsdenken in Geschichte und gegenwart: Festschrift für Helmut Coing zum 70. Geburtstag, public sous la direction de Norbert Horn (Munich, 1982), p. 469–482.

    (1978) 29 C.B.R., p. 23. Voir aussi p. 25. Pour d’autres affaires canadiennes, voir Chebil, Les jugements, p. 320–321.

    [1976] 2 All E.R. 669.

    Ibid., p. 673.

    A propos de Re Dynamics Corporation of America, voir Law Commission, Working Paper n° 80, par. 3.39–3.49, p. 89–96. La Commission approuve la décision et ne propose pas de la modifier.

    [1982] 2 All E.R. 183. Voir Michael Burke, “Foreign Currency Claims: Pari Passu May Not Mean Equal”, Business Law Review (juin 1982), p. 183–184.

    Le taux était le taux acheteur de la livre sterling par rapport à la monnaie étrangère [1982] 2 All E.R., p. 190).

    Ibid., p. 189: voir également p. 194–195, 198–199.

    Deux membres de la Cour d’appel n’ont pas tranché la question de savoir si les dividendes versés aux créanciers dont les créances étaient libellées en monnaies étrangères pourraient être recalculés sur la base de taux de change ultérieurs si, une fois toutes les créances satisfaites, y compris les créances exigibles au titre des intérêts postérieurs à la liquidation, il restait des actifs qui seraient distribués aux actionnaires de la société (ibid., p. 195–196, 199).

    Chebil, Les jugements, p. 325.

    Ibid., p. 327.

    Ibid., p. 327–328. Voir également, à propos d’autres affaires jugées au Canada, Canadian Year Book of International Law, vol. 19 (1981), p. 390–391. Dans Williams & Glyn’s Bank Ltd. v. Belkin Packaging Ltd. [1979] 108 D.L.R. (3d) 585, la Cour suprême de la Colombie britannique a suivi l’arrêt rendu dans l’affaire Batavia Times, bien que l’action intentée se soit rapportée à une rupture de contrat et non pas à l’éxecution d’un jugement rendu à l’étranger.

    Chebil, Les jugements, p. 320, note 88 (se rapportant au Working Paper n° 33: Foreign Money Liabilities (1981) de la Commission).

    [1981] 1 NZLR 361, Johanna Vroegop. “Exchange Losses on an International Sale of Goods”, New Zealand Law Journal (janvier 1982), p. 3–5.

    [1981] 1 NZLR, p. 364. Il a été souligné que la règle Miliangos, en affirmant qu’un franc suisse reste un franc suisse, est une application du principe du nominalisme, tandis que le principe antérieur à la règle Miliangos, selon lequel une promesse de verser des francs suisses devait être transformée en une obligation de verser des livres sterling, ne constituait pas une application du nominalisme (Bowles et Whelan, Comments on Working Paper n° 80. p. 7–8).

    [1981] 1 NZLR, p. 365.

    Voir Charles Bennett, “Recent Cases on Claims for Interest”, New Law Journal, vol. 131 (15 octobre 1981), p. 1065–67.

    Pages 61–65.

    Law Commission, Working Paper n° 80, par. 4.13–4.21, p. 127–133.

    [1976] 3 W.L.R. 477; [1976] 3 All E.R. 599; [1977] Q.B. 489. Brochure n° 36-F (1981), p. 69–70. La Law Commission cite en les approuvant les points de vue de Roger A. Bowles et Christopher J. Whelan dans “The Currency of Suit in Actions for Damages”, McGill Law Journal, vol. 25 (n° 2, 1979), p. 236. Ces deux auteurs ont critiqué la décision rendue dans cette affaire du fait que des intérêts simples ont été accordés, tandis que le calcul des intérêts composés aurait été une meilleure méthode de compensation des coûts d’opportunité que le demandeur a dû supporter (Bowles et Whelan, Comments on Working Paper n° 80, p. 38-44.

    Bowles et Whelan, Comments on Working Paper n° 80, pp. 23–27, 32–36.

    Ibid., p. 30–31.

    [1976] 3 All E.R. 851.

    Ibid., p. 862.

    Gold, Fund Agreement in the Courts, Volume II. p. 236–41; voir également p. 95–104.

    “Les contrats de change qui mettent en jeu la monnaie d’un Etat membre et sont contraires à la réglementation de contrôle des changes que cet Etat membre maintient en vigueur ou qu’il a introduite en conformité avec les présents Statuts ne sont exécutoires sur les territoires des autres Etats membres…”109

    Le Working Paper n° 80 de la Law Commission anglaise ne prend pas en considération l’article VIII, section 2 b). La question suivante y est soulevée: les parties contractantes peuvent-elles passer un contrat prévoyant le paiement en monnaie étrangère d’une partie à l’autre partie et peuvent-elles exclure le paiement en exécution d’un jugement d’un montant équivalent en sterling à la date du paiement (par, 320–323, p. 75–77). La Law Commission est favorable à la légalité de cette disposition contractuelle dans les circonstances où le tribunal considère approprié de rendre un jugement qui exclut l’exécution en livres sterling. Une raison de laisser cette décision à la discrétion des tribunaux est que les contrôles des changes peuvent empêcher le paiement en monnaie étrangère, mais les contrôles des changes supposés sont ceux en vigueur au Royaume-Uni. L’article VIII, section 2 b) s’applique aux réglementations des changes des pays membres du Fonds autres que ceux du pays du for.

    Voir par exemple, Sharif v. Azad [1967] 1 Q.B. 605, [1966] 3 W.L.R. 1285. [1966] 3 All E.R. 785 (C.A); Sing Batra v. Ebrahim, the Times (Londres), 3 mai 1977, p. 11. Gold, Fund Agreement in the Courts. Volume II. p. 107–116. 258–265, et passim.

    Law Commission, Working Paper n° 80. par. 2.18, p. 19.

    Notons, toutefois, l’article paru dans le Wall Street Journal du 12 mars 1980, “Ex-Im Bank to Offer Guarantee Credits in Foreign Currencies”, p. 21, dans lequel il est annoncé que l’Import-Export Bank des Etats-Unis accordera aux exportateurs américains davantage de flexibilité pour le financement des commandes étrangères en garantissant les crédits à l’exportation privés et les contrats d’assurances libellés en “monnaies librement convertibles” (deutsche mark, yen, franc suisse, livre sterling, florin néerlandais, couronne suédoise, etc.). Dans le passé, les garanties étaient limitées aux obligations libellées en dollars E.U. Selon la nouvelle pratique, en cas de défaut de paiement au titre d’un prêt accordé par une banque des Etats-Unis ou une banque étrangère afin d’aider un acquéreur étranger à acheter des marchandises ou des services aux Etats-Unis, l’Eximbank paiera le prêteur dans la monnaie étrangère spécifiée dans l’accord de prêt: mais la Banque n’accorde pas d’indemnités au titre des risques de change. Selon le Président de la Banque, certains acheteurs étrangers potentiels ont préféré effectuer leurs transactions en monnaies autres que le dollar E.U. parce que ces monnaies pouvaient être empruntées à des taux d’intérêt plus faibles.

    Joseph gold. Les concepts de convertibilité selon le Fonds, série des brochures du FMI, n° 14-F (Washington, 1971), p. 9.

    Conseil de l’Europe, Conventions et accords européens, vol. Il, 1961–70 (Strasbourg, 1972), p. 310–316. Le texte prévoit notamment qu’une somme d’argent due dans une monnaie autre que celle du lieu de paiement peut être payée dans la monnaie du lieu de paiement, sauf intention contraire des parties ou usage différent (annexe, article 1 1)).

    La conversion doit s’effectuer au taux de change en vigueur à la date du paiement (annexe, article 3). Lors de toute action en justice tendant au recouvrement d’une somme d’argent exprimée en une monnaie autre que celle du pays du for, le créancier peut, à son choix, demander le paiement dans la monnaie à laquelle il a droit ou la contre-valeur en monnaie du pays du for au taux de change en vigueur à la date du paiement (annexe, article 5). Lorsque le jugement accorde au créancier soit une somme d’argent exprimée en une monnaie autre que celle du for, soit la contre-valeur dans la monnaie du for, et que la première monnaie se déprécie par rapport à celle du for entre la date du jugement et le jour du paiement effectif, le débiteur doit verser un montant additionnel correspondant à la différence (annexe, article 7 i)).

    Brochure n° 33-F (1980), p. 87.

    Brochure n° 36-F (1981), p. 66–68.

    Financial Accounting Standards Board of the Financial Accounting Foundation, Statement of Financial Accounting Standards n° 52; Foreign Currency Translation (Stamford. Connecticut, décembre 1981).

    Voir Michael A. Perlino, “Firms Now Able to Examine Effects of Currency Shifts on Assets Abroad”, Journal of Commerce, 15 mars 1982, p. 13C, 14C; David B. Pearson, “Accounting for Foreign Currency Transactions Still Troublesome for Business”, Journal of Commerce, 18 mai 1981, p. 2A, 10A; Leslie Wayne, “Foreign Accounting Change”, New York Times, 8 décembre 1981, p. Dl, D8.

    Voir Proceedings of the Conference on the Internationalization of the Capital Markets, 19–21, mars 1981, New York, publié sous la direction de Joan B. Ellsworth, Robert H. Mundheim, et Douglas W. Hawes (Amsterdam, 1981), p. 178–179.

    “The monetary reserves of the Bundesbank as reflected in its Weekly Return”, Monthly Report of the Deutsche Bundesbank, vol. 34 (janvier 1982), p. 13–16.

    Voir note 188.

    Au sujet de la règle Miliangos, voir note 165. A propos des faillites et liquidations, voir Michael Burke, “Foreign Currency Claims: Pari Passu May Not Mean Equal”, Business Law Review, vol. 3 (juin 1982), p. 183–184.

    Pages 74–76.

    Banque internationale pour la reconstruction et le développement. Le système du pool des monnaies {Washington, août 1980).

    Article XIX, sections 5 et 7. Joseph Gold, Utilisation, conversion et échange de monnaie dans le cadre du deuxième amendement aux statuts du Fonds monétaire international, série des brochures du FMI, n° 23-F (Washington, 1978), p. 52–57.

    Le principe de la valeur égale s’applique également aux accords entre des pays membres concernant le transfert de DTS, mais le Fonds est autorisé à adopter des politiques aux termes desquelles, dans des circonstances exceptionnelles, les pays membres contractant de tels accords peuvent convenir de taux de change qui ne sont pas conformes au principe de la valeur égale (article XIX, section 7 b)). Pour les décisions relatives à l’adoption de telles politiques, une majorité de 85% du nombre total des voix attribuées est requise, et. pour les décisions relatives à des transactions particulières au titre de ces politiques, un vote à la majorité de 70% du total des voix attribuées est nécessaire.

    Ce principe s’applique également aux “opérations” en DTS. (En ce qui concerne la différence entre “opérations” et “transactions”, voir l’article XXX i).) Le Fonds peut déroger à ce principe lorsqu’il prescrit, à la majorité de 70% du nombre total des voix attribuées, des opérations en DTS par accord entre des pays membres (article XIX, section 2 c)). Le Fonds a dérogé à ce principe dans le cadre d’opérations de swaps et d’opérations à terme en DTS qu’il a autorisées (brochure n° 33-F (1980), p. 11–12).

    En ce qui concerne toutes les opérations et transactions en DTS, voir Fonds monétaire international. Guide de l’utilisateur de DTS: Manuel des transactions et opérations en droits de tirage spéciaux (Washington. 1982).

    Article V, section 10.

    [1978] 29 C.B.R. 12.

    A l’argument selon lequel le débiteur n’était pas en mesure de passer un contrat avec sa banque, le tribunal a répondu à (’encontre de son propre raisonnement: “Il suffit de souligner que les créances en monnaie étrangère constitueraient normalement une faible part du total des créances déposées. Par conséquent une telle difficulté ne serait pas insurmontable.” Ibid., p. 22.

    Voir note 196.

    [1981] 2 NZLR 361, p. 366.

    Ibid., p. 367, 381–382, mais note p. 361, lignes 15 à 22. Il est apparu que la Coopérative avait encouru une perte plus importante avec les contrats de change à terme que si elle n’en avait pas eu. Le taux de change en vigueur au moment de la reconduction a été substitué au taux de change précédent et la Coopérative a supporté les coûts. Toutefois, la Coopérative a limité cet élément dans sa demande de dommages-intérêts aux pertes qu’elle aurait subies si elle n’avait pas passé des contrats de change à terme (p. 367).

    Ibid., p. 377.

    Butter-Und Eier-Zentrale Nordmark eG v. Hauptzollamt Hamburg-Jonas, Case 38/79 [1982] 2 C.M.L.R. 753.

    Article IV, section 3 ii) (texte initial, premier amendement).

    Annexe C, paragraphe 5.

    Gold, “Variahle Exchange Rates”, p. 192–195.

    Article 31 (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, TD/T1N. 6/14, 6 juillet 1981).

    Federal Maritime Commission Docket n° 82–36: 47 Federal Register 31408 (20 juillet 1982).

    Le niveau de base serait le taux de change de la monnaie d’échange par rapport à la monnaie du tarif choisie par le transporteur ou la conférence pour une date se situant dans la période de 30 jours précédant le dépôt d’un barème.

    On trouvera des exemples de la difficulté que représentait l’imposition de surtaxes au temps du système des parités dans Australia/U.S. Atlantic & Gulf Conference, Proposed Imposition of Currency Adjustment Surcharge (Federal Maritime Commission, Docket n° 72–5, 28 janvier 1972, et Federal Maritime Commission v. Australia/U.S. Atlantic & Gulf Conference et al. (337 F. Supp. 1032 (1972)). Voir Gold, Fund Agreement in the Courts, Volume II, p. 161–171.

    Publishing and Filing Tariffs by Common Carriers in the Foreign Commerce of the United States: Requirements for Filing Currency Adjustment Factors Reflecting Changes in the Exchange Rate of Tariff Currencies (Federal Maritime Commission, Docket 82–36 (46 C.F.R. Part 536)).

    Gold, “Variable Exchange Rates”, p, 197–199. La raison pour laquelle la moyenne des taux de change est effectuée est que ceux-ci peuvent s’écarter de la tendance pendant de courtes périodes mais non dans le long terme.

    T.R. O’Brien, “Currency adjustment factors: some alternative strategies”, Maritime Policy and Management, vol. 7 (1980), pp. 271–281.

    Joseph Gold, “Development of the SDR as Reserve Asset, Unit of Account, and Denominator: A Survey”, George Washington University Journal of International Law and Economics, vol. 16 (n° I. 1981), p. 43–44.

    Or

    94 Stat. 1555. Voir brochure n° 36-F (1981), p. 88.

    Report to the Congress of the Commission on the Role of Gold in the Domestic and International Monetary Systems (mars 1982), 2 volumes (ci-après désigné Gold Commission Report). Voir Phillip Cagan. Current Problems of Monetary Policy: Would the Gold Standard Help? (American Enterprise Institute, Washington, 1982).

    American Arts Gold Medallion Act du 10 novembre 1978, Public Law 95–630.

    On trouvera un mémorandum publié par l’Office of the General Counsel of the Treasury sur “Some implications of Legal Tender Status of U.S. Currency”, dans Gold Commission Report, vol, II, pp. 525–29.

    Il ne s’est pas dégagé de majorité en faveur de la proposition selon laquelle le Trésor devrait être prêt à acheter des pièces qui lui étaient offertes au prix du marché le jour du rachat (Gold Commission Report, vol. I, p. 8).

    La vente de certificat s-or en tant que titres, nominatifs ou au porteur, qui donneraient au détenteur le droit à un montant d’or spécifié, a été proposée en Suisse. Selon Fritz Zimmermann, “Verwahrung von Wertpapieren und Gold der Kunden bei Schweizer Banken” (Dépôt de titres et d’or appartenant à des clients dans les banques suisses), Information (Bâle), n° 65 (novembre 1981), p. 30–35, seule la Banque nationale suisse aurait le pouvoir d’émettre de tels certificats étant donné qu’ils seraient considérés comme remplaçant l’émission de bons; et la violation de ce monopole serait passible de sanctions, La Banque nationale suisse n’a pas exercé son droit d’émission de certificats-or.

    L’auteur distingue ces certificats i) d’un arrangement au titre duquel le propriétaire d’or en devient copropriétaire avec d’autres en le déposant dans un compte collectif auprès d’une banque; ii) d’un droit de demander la livraison de l’or en tant que titulaire d’un compte non porteur d’intérêts ouvert à cet effet par une banque, qui donne un droit contractuel mais non pas la propriété de l’or jusqu’à ce que l’or soit demandé et obtenu. Le titulaire du compte ne paie pas la taxe suisse sur les achats sur les transactions en or jusqu’à ce qu’il demande l’or.

    A propos de la taxation, voir Neal S. Solomon et Linda D. Headley, “State Attempts to Tax Sales of Gold Coin and Bullion in the United States: The Constitutional Implications”, Boston College International and Comparative Law Review, vol. 5 (été 1982), p. 297–344. Cette question est soulevée du fait que les particuliers sont libres de détenir de l’or aux Etats-Unis, phénomène apparu parallèlement à la détermination des autorités de réduire le rôle de l’or dans le système monétaire international. L’une des conclusions à laquelle ses auteurs sont parvenus est que

    Le Gouvernement des Etats-Unis a le pouvoir de réglementer la valeur des pièces et de la monnaie des Etats-Unis ou d’un pays étranger, dans ce pays et partout à l’étranger où la Constitution des Etats-Unis est applicable. Cette autorité constitutionnelle s’applique aux pièces d’or étrangères. Elle s’applique également à l’or en barres, qu’il ait ou non cours légal aux Etats-Unis ou ailleurs. Les Etats ne peuvent imposer des taxes sur les ventes de pièces et de barres d’or étant donné que les clauses relatives à la monnaie et au commerce extérieur de la constitution des Etats-Unis donnent au Gouvernement des Etats-Unis le droit souverain de réglementer la valeur de la monnaie, y compris les pièces et les barres d’or, et d’effectuer des transactions commerciales avec l’étranger. Aucune loi ni omission du Gouvernement des Etats-Unis n’a donné ce pouvoir aux Etats, (p. 343–344)

    Les auteurs, concluant que l’or a conservé une qualité monétaire, citent le passage suivant de Joseph Gold dans “Gold in International Monetary Law: Change, Uncertainty, and Ambiguity”. Journal of International Law and Economics, vol. 15 (n° 2, 1981), p. 323–370, aux pages 362–363:

    Les pays membres s’accordent généralement à penser que l’or demeure un instrument de réserve et qu’il a toujours des fonctions monétaires. Ce point de vue persiste malgré le changement du statut juridique de l’or et le fait qu’il n’est plus utilisé dans les règlements officiels ou pour soutenir les monnaies. L’or demeure un instrument de réserve désiré par de nombreux pays membres, non seulement parce qu’il s’est apprécié et pourrait s’apprécier davantage, mais aussi parce qu’il donne un sentiment de confiance à ceux qui le détiennent et aux autres. D’après des rapports non officiels, certaines autorités monétaires du Moyen-Orient, de l’Asie du Sud-Est et d’Amérique latine ont acheté de l’or sur le marché afin de diversifier leurs réserves. La persistance de cette attitude à l’égard de l’or n’a rien de surprenant pour les auteurs du deuxième amendement étant donné que, se montrant réalistes, leur objectif n’est pas allé au-delà d’une réduction progressive du rôle de l’or.

    Les auteurs notent également le rôle de l’or dans le Système monétaire européen (voir brochure n° 33-F (1980), p. 60–61).

    Voir également les pages consacrées aux réactions des tribunaux dans les pays autres que les Etats-Unis à la question de savoir si les krugerrands constituent des moyens de paiement ou des marchandises (brochure n° 33-F (1980), p. 92–93.

    Le Secrétaire au Trésor a le pouvoir, en vertu de 31 U.S.C. 733 et 734. de vendre de l’or et, avec l’accord du Président, d’acheter de l’or, aux Etats-Unis et à l’étranger, à raison de montants, à des taux et d’une manière qu’il considère dans l’intérêt du public. En outre, le Secrétaire, avec l’accord du Président, est autorisé à effectuer des transactions en or et en devises pour le compte de la Caisse de stabilisation des taux de change (Exchange Stabilization Fund (ESF)) qui a été créée par la section 10 de la loi sur les réserves en or de 1934 (31 U.S.C. 822a). Les actifs de l’ESF n’ont pas inclus d’or depuis décembre 1974.

    Le Trésor pourrait réévaluer le stock d’or sans l’approbation du pouvoir législatif, mais cette mesure n’aurait pas de conséquence sur le plan économique du fait que des certificat s-or ont été émis jusqu’à concurrence du montant permis par la loi en vigueur. L’émission de certificats est fondée sur la dernière parité du dollar E.U. (Cold Commission Report, vol. 1, p. 135–136).

    Voir brochure n° 36 F (1981), p. 93–94.

    Voir Peter Truell, “Countries Try Swapping Gold Holdings For Cash to Fill Short-Term Credit needs”. Wall Street Journal, 1er décembre 1982, p. 33. Cet article traite de la pratique observée des parties concernées et des montants en jeu dans les transactions récentes. La relation entre la pratique et le marché de l’or à terme est mentionnée. Voir également Roy W. Jastram, “World llliquidity and Central Bank Gold Reserves”, Wall Street Journal. 16 décembre 1982, p. 30.

    L’or n’est pas utilisé en tant que monnaie ou à titre de garantie de la monnaie aux Etats-Unis. La loi (Public Law) 90–296 a modifié le Federal Reserve Act en supprimant l’obligation pour les banques fédérales de réserve de maintenir des réserves en certificats-or représentant au moins 25% des effets de la Réserve fédérale en circulation. En outre, cette loi a éliminé l’obligation de réserves en or pour les effets des Etats-Unis et les bons du Trésor de 1890. Les réserves sont maintenant constituées par les comptes des institutions dépositaires aux banques fédérales de réserve et par les encaisses détenues dans leurs coffres (Gold Commission Report, vol. 1, p. 136).

    Article IV, section 2 b).

    Public Law 94–564, section 9.

    Brochure n° 26-F (1979). p. 42–43.

    Brochure n° 22-F (1977). p. 60–64; brochure n° 33-F (1980), p. 95.

    Article V, section 12 d).

    Sauf dans des circonstances spéciales en vertu des dispositions de l’annexe K relatives à la liquidation. Le Fonds n’est nullement tenu d’utiliser de l’or dans une apuration de comptes avec un pays membre qui se retire du Fonds (annexe J).

    Article V, section 12 c). Le Fonds doit consulter le pays membre pour la monnaie duquel l’or est vendu et le montant de sa monnaie détenu par le Fonds au Compte des ressources générales ne peut pas être augmenté par la vente au point d’entraîner le paiement de commissions pour le pays membre, à moins que ledit pays n’y consente. Le pays membre peut demander au Fonds de vendre sa monnaie en échange de la monnaie d’un autre pays membre dans la mesure où cet échange permettrait d’empêcher le prélèvement des commissions. Le Fonds doit consulter le pays membre dont la monnaie serait échangée et l’échange ne doit pas entraîner pour ce pays l’obligation de payer des commissions. Des consultations avec les pays membres et leur accord sont nécessaires étant donné que différents droits et obligations sont liés au niveau des avoirs du Fonds dans leur monnaie au Compte des ressources générales. En ce qui concerne le traitement du produit de la vente par le Fonds, voir article V. section 12 f).

    Article V, section 12 e).

    Summary Proceedings of the Thirtieth Annual Meeting of the Boards of Governors, September 1–5. 1975 (Washington, 1975), p. 299–304.

    Article V, section 12 b).

    Gold Commission Report, vol. I, p. 20.

    Ibid.

    Ibid., p. 21.

    Article IV, section 2 b).

    Ibid.

    A propos des deux types d’effet sur le plan international, voir Gold Commission Report, vol. 1, p. 140–141.

    Gold Commission Report, vol. I, p. 142.

    En ce qui concerne l’histoire juridique de l’or dans le cadre des Statuts, voir Joseph Gold, “Gold in International Monetary Law: Change, Uncertainty, and Ambiguity”, Journal of International Law and Economics, vol. 15 (n° 2, 1981), p. 323–370.

    Pages 439–457.

    Voir brochure n° 22-F (1977), p. 60–64; brochure n° 26-F (1979), p. 37–42; brochure n° 33-F (1980), p. 95. L’Egypte, le Venezuela et l’Equateur se sont ajoutés aux pays membres qui déterminent la valeur de leurs avoirs en or sur la base des prix du marché.

    Voir, par exemple, Re Air Crash Disaster at Warsaw, Poland, on March 14, 1980, 535 F Supp. 833 (1982) (United States District Court, Eastern District of New York, 16 février 1982), dans cette affaire, le dernier cours officiel de l’or en dollars a été adopté aux fins de l’application du franc Poincaré dans la convention de Varsovie; voir également Boehringer Mannheim Diagnostics. Inc. a/k/a Hycel v. Pan American World Airways. Inc., 531 F. Supp. 344 (1981) (United States District Court for the Southern District of Texas, Houston Division, 24 novembre 1981), où le cours du marché a été retenu dans le même but.

    Rechtspraak van de Week. 30 mai 1981, p. 321–330; Gold, Fund Agreement in the Courts. Volume II. p. 451–454.

    Brochure n° 22-F (1977), p. 39–40.

    Brochure n° 36-F (1981), p. 38.

    Docket n° 82–7012.

    525 F. Supp. 1288.

    Gold, Fund Agreement in the Courts. Volume II, p. 456–457.

    Docket n° 82–7012, Memorandum Opinion, p. 4. Stephen A. Silard, “Aux Etats-Unis, un arrêt de la Cour d’appel rend non exécutoire la limite de responsabilité”, Bulletin du FMI. vol. 12 (17 janvier 1983) p. 6–7.

    Docket n° 82–7012, Memorandum Opinion, p. 13. La Cour d’appel des Etats-Unis pour le neuvième circuit a décidé, le 24 août 1982, que les demandeurs n’avaient pas réussi à faire valoir leur argument selon lequel les dispositions de la Convention de Varsovie concernant les limites de responsabilité étaient inapplicables parce qu’elles étaient anticonstitutionnelles. Le tribunal n’a pas pris en considération l’argument, qui n’a peut-être pas été avancé, selon lequel ces limites n’étaient pas exécutoires, bien que le tribunal ait déclaré que “les limites du traité sont exprimées en francs Poincaré-or, et que le niveau actuel de ces limites, étant donné la valeur accrue de l’or en dollars, est une question qui reste à trancher”. (In re Aircrash in Bali, Indonesia, on April 22, 1974, Causey et al. v. Pan American Airways, Inc. et al. (684 F. 2d 1301).)

    Pétition, p. 11–12.

    Deere & Company v. Deutsche Lufthansa Aktiengesellschaft (U.S. District Court for Northern District of Illinois Eastern Division, Memorandum Opinion, 30 décembre 1982, Index n° 81 C 4726).

    Pages 39–42.

    Gesetz zu den Protokollen vom 19. November 1976 und vom 5 Juli 1978 über die Ersetzung des Goldfrankens durch das Sonderziehungsrecht des Internationalen Währungsfonds sowie zur Regelung der Umrechnung des Goldfrankens in haftungsrechtlichen Bestimmungen (Goldfrankenrechnungsgesetz) (loi concernant les protocoles du 19 novembre 1976 et du 5 juillet 1978 sur la substitution du droit de tirage spécial du Fonds monétaire international au franc-or et la réglementation de la conversion du franc-or dans le cadre des dispositions relatives aux responsabilités (loi sur la conversion du franc-or)) (Bundesgesetzblatt, Part II, Z 1998AX. 1980, n° 23, publié à Bonn le 13 juin 1980).

    Rapport de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international sur les travaux de sa quinzième session, Documents officiels de l’Assemblée générale, trenteseptième session, Supplément n° 17 (A/37/17), Nations Unies (New York, 1982), p. 18 à 21.

    La Conférence de plénipotentiaires voudra peut-être insérer ici une liste de critères dont devra tenir compte la Commission.

    Fonds monétaire international, Rapport annuel du Conseil d’administration pour l’exercicefinancier clos le 30 avril 1982 (Washington, 1982), p. 141 à 145.

    Bulletin du FMI, volume 11 (14 juin 1982), p. 173.

    Décision n° 6790-(81/43) adoptée par le Conseil d’administration le 20 mars 1981. Recueil de décisions du Fonds monétaire international et Annexe, neuvième édition (Washington, 1981), p. 241 à 243.

    The Law Commission. Working Paper N° 80. Private international La» [:] Foreign Money Liabilities (Londres, 1981. p. 180–181

      You are not logged in and do not have access to this content. Please login or, to subscribe to IMF eLibrary, please click here

      Other Resources Citing This Publication