Investissement public et partenariats public-privé

Front Matter

Front Matter

Author(s):
Gerd Schwartz, Richard Hemming, and Bernardin Akitoby
Published Date:
March 2007
    Share
    • ShareShare
    Show Summary Details

    La collection des Dossiers économiques, créée par le FMI en 1996, vise à présenter au public les résultats des recherches effectuées par les services du FMI. Les Dossiers économiques sont des monographies courtes, non techniques, portant sur des sujets d’actualité et rédigées à l’intention d’un public de non-spécialistes. Ils sont publiés en six langues: l’anglais, l’arabe, le chinois, l’espagnol, le français et le russe. Le présent numéro, comme ceux qui l’ont précédé, reflète les opinions de ses auteurs qui ne sont pas nécessairement partagées par le FMI.

    ©2007 Fonds monétaire international

    Directrice de la collection

    Asimina Caminis

    Département des relations extérieures du FMI

    Conception et composition

    Massoud Etemadi et Choon Lee

    Division des services multimédias du FMI

    Édition française

    Traduction: Serge Collomb

    Correction et PAO: Martine Rossignol-Winner

    ISBN 978-1-58906-544-4

    ISSN 1020-7724

    Pour obtenir les publications du FMI, adressez votre commande à:

    Publication Services

    International Monetary Fund

    700 19th Street, N.W.

    Washington, D.C. 20431

    U.S.A.

    Téléphone: (202) 623-7430 Télécopie: (202) 623-7201

    Messagerie électronique: publications@imf.org

    Internet: http://www.imf.org/pubs

    Préface

    Traditionnellement la construction, la maintenance et la remise en état de l’infrastructure physique—les routes, les ports et aéroports et les réseaux de télécommunications et d’électricité—sans laquelle la plus grande partie de l’activité économique deviendrait impossible, étaient assurées par les États. En fait, les dépenses d’investissement, en particulier dans l’infrastructure, étaient l’une de leurs principales activités. Depuis trois décennies cependant, les dépenses publiques en infrastructure diminuent proportionnellement au PIB dans le monde entier. Les causes comme les conséquences de cette diminution sont loin d’être claires.

    On a parfois accusé les ajustements budgétaires entrepris pour stabiliser l’économie d’en être le principal facteur, mais ceci revient à négliger les autres facteurs contributifs. Ceux-ci comprennent la baisse de l’épargne publique, l’achèvement de grands réseaux d’infrastructure, l’accélération des privatisations, eu égard à la préférence croissante pour un secteur public de taille réduite, la diversification croissante du secteur privé qui s’étend aux services d’infrastructure et la hausse des dépenses courantes, notamment de la masse salariale de la fonction publique et des dépenses de sécurité sociale. En outre, cette diminution pourrait être en partie de nature purement statistique: l’élargissement des options de financement de l’infrastructure—l’état concède fréquemment les services d’infrastructure au secteur privé, par exemple—a permis de comptabiliser comme dépenses courantes certaines dépenses liées à l’infrastructure traditionnellement comptabilisées comme dépenses en capital.

    La baisse de l’investissement public dans l’infrastructure a-t-elle bridé la croissance économique? Les avis sont partagés. Les dépenses d’infrastructure ont été liées dans certains cas à une croissance économique plus élevée, et certains investissements d’infrastructure peuvent générer des rendements sociaux assez élevés. Cependant, il est loin d’être établi qu’une augmentation des dépenses d’infrastructure soit en elle-même davantage favorable à la croissance que, par exemple une augmentation des dépenses de santé et d’enseignement. Des études empiriques ont donné des estimations extrêmement divergentes de l’impact de l’investissement d’infrastructure sur la croissance économique, et il est difficile de démêler les effets liés à l’infrastructure de l’impact d’autres facteurs, comme les dépenses en ressources humaines ou l’environnement des affaires. Néanmoins, il est clair que la qualité de l’infrastructure physique affecte la productivité, la compétitivité sur les marchés extérieurs et la capacité d’un pays à attirer l’investissement étranger.

    Cela signifie-t-il que les pays devraient accroître l’investissement public dans l’infrastructure? Si oui, comment peuvent-ils le faire d’une manière financièrement responsable? Les partenariats public–privé (PPP) représentent-ils une solution viable1?

    Le FMI a consacré plusieurs études à ces questions. En mars 2004, il a publié ≪Public Investment and Fiscal Policy≫ et ≪Public-Private Partnerships≫2. Afin de tester les cadres analytiques élaborés dans ces deux aperçus, le FMI a procédé à huit études supplémentaires dans un groupe varié de pays en développement et d’économies émergentes en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient. Les constatations des études ont été résumées dans deux articles qui ont été publiés en avril 2005, ≪Public Investment and Fiscal Policy—Lessons from the Pilot Country Studies≫, et ≪Public Investment and Fiscal Policy—Summaries of the Pilot Country Studies≫3. Une étude additionnelle examine les risques que représentent pour le budget les garanties publiques4. Ce Dossier économique s’inspire de ces trois études ainsi que d’un document de Questions générales récemment publié par le FMI dont le sujet est similaire5.

      You are not logged in and do not have access to this content. Please login or, to subscribe to IMF eLibrary, please click here

      Other Resources Citing This Publication