L'intégration des pays pauvres dans le système commercial mondial

Front Matter

Front Matter

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
August 2006
    Share
    • ShareShare
    Show Summary Details

    La collection des Dossiers économiques, créée par le FMI en 1996, vise à présenter au public les résultats des recherches effectuées par les services du FMI. Les Dossiers économiques sont des monographies courtes, non techniques, portant sur des sujets d’actualité et rédigées à l’intention d’un public de non-spécialistes. Ils sont publiés en six langues: l’anglais, l’arabe, le chinois, l’espagnol, le français et le russe. Le présent numéro, comme ceux qui l’ont précédé, reflète les opinions de ses auteurs qui ne sont pas nécessairement partagées par le FMI.

    ©2006 Fonds monétaire international

    Directrice de la collection

    Asimina Caminis

    Département des relations extérieures du FMI

    Couverture: Massoud Etemadi

    Division des services multimédias du FMI

    Édition française

    Traduction: André Chassigneux

    Correction & PAO: Annette Berthail-Costa

    ISBN 1-58906-534-4

    ISSN 1020-7724

    Pour obtenir les publications du FMI,

    adressez votre commande à:

    Publication Services

    International Monetary Fund

    700 19th Street, N.W.

    Washington, DC 20431 (U.S.A.)

    Téléphone: (202) 623-7430 • Télécopie: (202) 623-7201

    Messagerie électronique: publications@imf.org

    Internet: http://www.imf.org/pubs

    Préface

    L’expansion du commerce joue un rôle dynamique dans la croissance de l’économie globale depuis la seconde guerre mondiale. Néanmoins, jusqu’à ce que le Cycle de négociations commerciales d’Uruguay débute en 1986, les accords commerciaux multilatéraux étaient généralement limités aux pays industrialisés. Alors que les pays en développement bénéficiaient dans une large mesure de la croissance du commerce mondial, ils participaient rarement de manière active au processus de négociation.

    Cela a changé en 1994, lorsque s’est achevé le Cycle d’Uruguay, la négociation commerciale multilatérale la plus complète de l’Histoire, et que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a succédé à l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). Les pays en développement les plus avancés ont accepté de s’engager dans la voie d’une ouverture commerciale en contrepartie d’un accès plus large aux marchés des pays industrialisés, tandis que les plus pauvres ont consenti à adopter à l’avenir les mêmes règles non discriminatoires que celles que suivent les principales nations commerçantes. Il reste toutefois un certain nombre de problèmes importants à résoudre.

    Les négociations commerciales de l’OMC visant à régler les questions qui ne l’avaient pas été lors du Cycle d’Uruguay ont débuté au Qatar en 2001. Le Cycle de Doha, également appelé Programme de Doha pour le développement en raison de la haute priorité accordée aux intérêts des pays en développement, couvre les produits manufacturés, l’agriculture et les services; en outre, il appelle au renforcement des règles commerciales ainsi qu’à la mise en place de dispositions spéciales et d’une aide pour les pays en développement; enfin, il aborde les problèmes liés à la mise en œuvre de certains engagements du Cycle d’Uruguay. Cependant, les participants éprouvent des difficultés à parvenir à des accords au sujet de questions centrales, telles que le démantèlement de la protection dont bénéficie l’agriculture dans les pays industrialisés. Le secteur de l’agriculture a suscité tant de controverses qu’il a éclipsé la question du commerce des produits manufacturés et des services, deux domaines qui sont aussi importants pour de nombreux pays en développement.

    Les pays industrialisés voient s’amenuiser les possibilités de conclure entre eux des accords avantageux pour les deux parties. L’OMC concentre de plus en plus son attention sur le commerce entre les pays industrialisés et les grands pays en développement, étant donné que ces derniers se servent de leurs marchés relativement fermés dans le domaine des services, des capitaux et des produits manufacturés comme arguments dans la négociation relative à l’élargissement de l’accès aux marchés des pays industrialisés en ce qui concerne l’agriculture et les produits manufacturés ou les services à forte intensité de main-d’œuvre.

    Les enjeux sont différents pour les pays de plus petite taille ou moins développés. Dans le cadre d’accords préférentiels, un grand nombre d’entre eux profitent désormais d’un accès quasiment libre à certains marchés de pays industrialisés. Ils se méfient de la libéralisation multilatérale du commerce car ils sont préoccupés par les coûts d’ajustement, la sécurité alimentaire et la perte de marchés d’exportation au profit de pays plus compétitifs. Ils redoutent également les coûts que pourrait occasionner la mise en œuvre de règles commerciales de plus en plus complexes, ces dépenses pouvant affaiblir leur capacité à mener à bien leur politique de développement. Toutefois, une plus grande ouverture commerciale entre les pays en développement permettrait de mettre à jour un important potentiel inexploité. L’ensemble des pays profiterait de l’accélération de la croissance mondiale qui résulterait du maintien de la libéralisation multilatérale. Les réformes commerciales entreprises par chaque pays peuvent stimuler le développement. De plus, les perspectives qu’offre à long terme une meilleure intégration l’emportent de loin sur les coûts à court terme qu’il ne faut pas surestimer de toute façon. L’aide des institutions internationales et des pays donateurs devrait permettre de gérer les problèmes de mise en œuvre et d’ajustement.

    Les recherches récentes accordent une importance particulière aux questions commerciales, notamment aux relations entre le commerce, la croissance et la réduction de la pauvreté ainsi qu’aux coûts ou avantages susceptibles d’incomber ou de profiter aux pays à bas revenus qui libéraliseraient leur régime commercial. Ce numéro des Dossiers économiques résume les résultats des recherches effectuées sur ces thèmes par les services du FMI. Les articles utilisés à cet effet sont cités dans le texte et disponibles gratuitement sur le site Internet du FMI.

      You are not logged in and do not have access to this content. Please login or, to subscribe to IMF eLibrary, please click here

      Other Resources Citing This Publication