Chapter

Partie 1 : Vue d’ensemble

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
October 2017
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

À propos du FMI

Le Fonds monétaire international (FMI), une organisation mondiale qui regroupe 189 États membres, a pour mission de renforcer la solidité de l’économie mondiale. Il s’emploie à encourager la coopération monétaire internationale, à assurer la stabilité financière, à faciliter le commerce international, à favoriser un niveau élevé d’emploi et une croissance économique durable et à réduire la pauvreté dans le monde.

Le FMI, qui veille au bon fonctionnement du système monétaire international, compte parmi ses principaux objectifs de promouvoir la stabilité des taux de change et de faciliter l’expansion et l’accroissement harmonieux du commerce international. Sa mission permet aux pays (et à leurs citoyens) d’échanger des biens et des services, et revêt une importance essentielle pour assurer une croissance économique durable et rehausser les niveaux de vie.

Les États membres du FMI sont tous représentés au Conseil d’administration de l’institution, qui examine les conséquences nationales, régionales et mondiales des politiques économiques de chacun, et prend les décisions en matière de prêt pour aider les États membres confrontés à des problèmes temporaires de balance des paiements et appuyer le renforcement de leurs capacités. Le présent Rapport annuel retrace les activités du Conseil d’administration, de la direction et des services du FMI pendant l’exercice commencé le 1er mai 2016 et clos le 30 avril 2017. Le contenu du rapport reflète les opinions et les discussions stratégiques du Conseil d’administration du FMI, qui a activement participé à sa rédaction.

Message de la Directrice générale

Chaque année fait naître des espoirs dans les pays membres du FMI et présente de nouveaux défis. La période comprise entre mai 2016 et avril 2017 — notre exercice 2017 — n’a pas dérogé à la règle.

Après plusieurs années de croissance décevante, l’économie mondiale a commencé à monter en puissance. Cette reprise conjoncturelle a stimulé les pays avancés, les pays émergents et certains pays en développement à faible revenu, et, surtout, de nombreux pays ont renoué avec une croissance de l’emploi.

Derrière ces bonnes nouvelles se cachent cependant de profondes incertitudes quant à l’avenir de l’ordre économique et financier mondial de l’après-guerre, autant de défis que le FMI et ses pays membres devront relever ces prochaines années.

Le premier défi consiste à poursuivre sur cette lancée. Les États membres du FMI continuent de souscrire à la stratégie à trois volets adaptée à chaque pays que j’ai décrite dans le Rapport annuel 2016, alliant un soutien monétaire, des politiques budgétaires propices à la croissance et des réformes structurelles propres à donner l’impulsion nécessaire à l’économie mondiale. Cette stratégie change la donne et renforce la résilience face aux facteurs de vulnérabilité qui ont tant préoccupé nos pays membres.

Nous avons cependant été confrontés cette année à bien d’autres problèmes pressants. Certains périls sont devenus plus visibles depuis la crise financière mondiale de 2008 et nous devons y prêter davantage attention. Les pertes d’emploi et les bouleversements provoqués par les mutations économiques, technologiques et sociales rapides suscitent l’inquiétude, en particulier face à la montée des inégalités.

Les inégalités ont des conséquences dans tous les pays. Elles s’aggravent souvent lorsque les performances des pays ont souffert de la crise. Il est essentiel que la communauté internationale mène une action concertée pour rendre la croissance plus solide, durable et inclusive. Le FMI est fermement déterminé à jouer son rôle dans la construction d’une économie mondiale qui profite à tous en donnant des conseils de politique économique, en partageant ses connaissances et en apportant des concours financiers. Dans ce cadre, son travail sur les inégalités femmes–hommes est essentiel.

Le ralentissement de la croissance s’explique par la question fondamentale de la baisse mesurable de la productivité dans tous les pays. Cette baisse tient à plusieurs raisons, parmi elles le vieillissement de la population de nombreux pays, y compris émergents, les moindres bienfaits de la révolution informatique et l’essoufflement de la croissance du commerce.

Notre action en vue de relever ces défis — ralentissement du commerce, baisse de la productivité, inégalités femmes–hommes et croissance inclusive — est le thème central de cette édition du Rapport annuel. Elle est exposée dans ses grandes lignes à la section «Faits saillants».

D’autres défis restent bien entendu à relever. Dans les pays émergents, nous devons donner des conseils avisés sur le financement et la gestion des investissements dans les infrastructures et la mise en place de cadres budgétaires capables de financer des systèmes de santé et d’éducation solides, autant de facteurs essentiels pour poursuivre leur réussite économique. De nombreux pays en développement à faible revenu devront trouver les moyens de surmonter les effets de la baisse des cours des produits de base pour pérenniser les progrès réels enregistrés depuis une vingtaine d’années, qui ont sorti des millions de personnes de la pauvreté. Dans tous les pays du monde, il s’agira également de se concentrer sur des enjeux fondamentaux, comme le changement climatique et la corruption, qui influent sur les perspectives économiques.

Vu l’ampleur des problèmes pressants auxquels sont confrontés les pays membres du FMI, les thèmes abordés par le Conseil d’administration du FMI au cours de l’année écoulée, et par extension dans le présent Rapport annuel, sont particulièrement importants. Citons notamment le renforcement du dispositif mondial de sécurité financière, l’accent mis sur les aspects macrofinanciers de la surveillance, l’évaluation de la marge de manœuvre budgétaire et l’approfondissement de nos travaux sur le développement des capacités.

Cette action s’inscrit dans une volonté réaffirmée de coopération et d’intégration internationales. La santé de l’économie mondiale et le bien-être de la communauté des nations passent par la farouche détermination à travailler ensemble pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés en renforçant la stabilité financière, en réduisant les déséquilibres mondiaux et en jetant les bases d’une croissance économique qui profite à tous.

Activités stratégiques du FMI

Le Plan d’action mondial lancé en avril 2017 par la Directrice générale, qui fait suite au Plan d’action mondial d’octobre 2016, décrit les principaux travaux du FMI durant l’exercice clos le 30 avril 2017, notamment autour des axes stratégiques suivants :

Revues et travaux analytiques importants :

  • Début de l’intégration de l’évaluation de la marge de manœuvre budgétaire disponible dans les bilans de santé économique que dresse chaque année le FMI

  • Lancement des travaux pour renforcer les outils analytiques afin d’accroître le suivi des questions structurelles dans les bilans de santé économique

  • Analyse des causes du ralentissement de la productivité mondiale

  • Examen de l’évolution et des perspectives macroéconomiques des pays en développement à faible revenu

  • Publication d’un document sur les politiques structurelles et les inégalités de revenu dans les pays en développement à faible revenu

  • Maintien de l’accent sur la mobilisation des recettes intérieures et les questions de fiscalité internationale dans les bilans de santé économique

  • Examen des arguments économiques et des arguments de marché en faveur des titres de créance conditionnels catégoriels pour les émetteurs souverains

  • Examen de la libéralisation et de la gestion des flux de capitaux

  • Examen de l’intégration des questions financières dans les bilans de santé économique

  • Examen des questions relatives à la stabilité financière dans les pays ayant un système financier islamique

  • Examen des tendances récentes des relations de correspondants bancaires

  • Examen du rôle du FMI dans l’accroissement de la capacité d’adaptation aux catastrophes naturelles et au changement climatique dans les petits pays

  • Étude des moyens de renforcer le cadre de suivi post-programme

Le multilatéralisme au service de tous :

  • Publication d’un document sur le commerce comme moteur de croissance

  • Renouvellement de la décision sur les Nouveaux Accords d’emprunt jusqu’à 2022 et engagements supplémentaires pour les accords de prêts bilatéraux

  • Étude de l’adéquation du dispositif mondial de sécurité financière en vue d’une réforme éventuelle des instruments du FMI

Activités de développement des capacités ayant contribué au Plan d’action mondial :

  • Poursuite du développement des activités, près de la moitié de l’assistance technique bénéficiant aux pays en développement à faible revenu et plus de la moitié des formations aux pays émergents et aux pays à revenu intermédiaire

  • Formations du FMI toujours plus accessibles grâce à l’apprentissage en ligne, qui représente maintenant environ 30 % de la participation à des formations, et aux cours en ligne, y compris dans des langues autres que l’anglais

  • Renforcement de la coordination entre les activités de surveillance économique, de prêt et de partage des connaissances du FMI, notamment grâce au Centre régional de formation et d’assistance technique en Asie du Sud qui vient d’ouvrir et à la révision du programme de formation et des cours proposés

  • Poursuite du renforcement des capacités sur les questions relatives au secteur financier, essentiellement en Afrique

  • Poursuite des travaux sur un cadre de développement des capacités pour les États fragiles en vue de renforcer les institutions, de consolider le dispositif de suivi et d’évaluation des résultats et d’améliorer la coordination avec les autres partenaires

  • En collaboration avec l’Organisation de coopération et de développement économiques, les Nations Unies et la Banque mondiale, appui constant aux travaux sur les questions de fiscalité internationale, notamment par l’intermédiaire de la Plateforme de collaboration sur les questions fiscales

  • Collaboration avec des partenaires pour s’attaquer aux obstacles à la réalisation des Objectifs de développement durable de l’ONU à l’horizon 2030, notamment en favorisant la mobilisation des recettes; poursuite de l’étude des questions relatives aux données et au secteur financier dans les pays en développement à faible revenu, notamment en créant de nouveaux fonds sur les déficits de données et la stabilité financière; poursuite du suivi sur le terrain grâce au réseau de centres régionaux d’assistance technique du FMI

Les principales missions du FMI

Conseiller aux États membres des politiques pour parvenir à la stabilité macroéconomique et, partant, accélérer la croissance économique et réduire la pauvreté.

Mettre à la disposition des États membres, à titre temporaire, des concours financiers pour les aider à résoudre leurs problèmes de balance des paiements, qui surviennent notamment lorsqu’ils sont à court de devises du fait que leurs paiements extérieurs sont supérieurs à leurs recettes de change.

Fournir une assistance technique et des formations aux États qui en font la demande, afin de les aider à mettre en place et affermir les compétences et les institutions dont ils ont besoin pour appliquer des politiques économiques bien conçues.

Le FMI a son siège à Washington, mais, compte tenu de son caractère mondial et des liens étroits qu’il entretient avec ses États membres, il dispose également de bureaux dans le monde entier.

On trouvera des informations complémentaires sur le FMI et ses États membres sur le site Internet du FMI, www.imf.org.

Other Resources Citing This Publication