Rapport Annuel 2012 : Un Élan Collectif Pour Soutenir la Reprise Mondiale

Front Matter

Front Matter

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
October 2012
    Share
    • ShareShare
    Show Summary Details

    Le Fonds Monétaire International

    Centre névralgique de la coopération monétaire internationale, le FMI est une organisation dont les 188 pays membres, c’est-à-dire la quasi-totalité des pays du monde, œuvrent ensemble au bien commun. Il a pour mission première de veiller à la stabilité du système monétaire international, lequel, par le jeu des taux de change et des paiements internationaux, permet aux pays (et à leurs citoyens) d’échanger des biens et des services. Cela est indispensable pour assurer une croissance économique durable et rehausser le niveau de vie.

    Les pays membres du FMI sont tous représentés au Conseil d’administration de l’institution, qui débat des conséquences nationales, régionales et mondiales de leurs politiques économiques. Le présent Rapport annuel retrace les activités du Conseil d’administration ainsi que de la direction et des services du FMI pendant l’exercice commencé le 1er mai 2011 et clos le 30 avril 2012.

    Le FMI a principalement pour tâche de:

    • dispenser des conseils aux pays membres pour les aider à mettre en place des politiques qui leur permettront d’éviter les crises financières ou de les surmonter si elles se produisent, de parvenir à la stabilité macroéconomique, d’accélérer leur croissance économique et de réduire la pauvreté;

    • mettre à la disposition des pays membres, à titre temporaire, des concours financiers pour les aider à résoudre leurs problèmes de balance des paiements, qui surviennent lorsqu’ils sont à court de devises du fait que leurs paiements aux autres pays sont supérieurs à leurs recettes de change;

    • fournir une assistance technique et une formation aux pays qui en font la demande, afin de les aider à se doter du savoir-faire et des institutions dont ils ont besoin pour appliquer des politiques économiques bien conçues.

    Le FMI a son siège à Washington, mais, compte tenu de son caractère mondial et des liens étroits qu’il entretient avec ses pays membres, il dispose aussi de bureaux dans le monde entier.

    On trouvera aussi des informations complémentaires sur le FMI et ses membres à l’adresse www.imf.org.

    En complément du Rapport annuel, des encadrés, tableaux et appendices (dont les états financiers du FMI pour l’exercice clos le 30 avril 2012) ainsi que d’autres documents pertinents sont affichés sur le site Internet (www.imf.org/external/pubs/ft/ar/2012/eng). Pour obtenir une version imprimée des états financiers, prière de s’adresser à IMF Publication Services, P.O. Box 92780, Washington, DC 20090. Le Rapport annuel, avec tous les documents complémentaires consultables sur le site Internet, existe aussi sous forme de CD-ROM, qui peut être obtenu à la même adresse

    Sigles et Abréviations

    ADAC

    Allégement de la dette après une catastrophe

    BIE

    Bureau indépendant d’évaluation

    BRI

    Banque des règlements internationaux

    CMFI

    Comité monétaire et financier international

    COFER

    Composition en devises des réserves de change

    CRAT

    Centre régional d’assistance technique

    CRG

    Compte des ressources générales

    CSF

    Conseil de stabilité financière

    FFS

    Fonds fiduciaire spécialisé

    FMI

    Fonds monétaire international

    FRPC

    Fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (ou fonds fiduciaire RPC)

    G-20

    Groupe des Vingt

    GAFI

    Groupe d’action financière sur le blanchiment de capitaux

    IADM

    Initiative d’allégement de la dette multilatérale

    IFR

    Instrument de financement rapide

    ISPE

    Instrument de soutien à la politique économique

    LCB/FT

    Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

    LCM

    Ligne de crédit modulable

    LCP

    Ligne de crédit de précaution

    LPL

    Ligne de précaution et de liquidité

    MEDC

    Mécanisme élargi de crédit

    NAE

    Nouveaux accords d’emprunt

    NSDD

    Norme spéciale de diffusion des données

    OIT

    Organisation internationale du travail

    ONG

    Organisation non gouvernementale

    OSC

    Organisation de la société civile

    PEM

    Processus d’évaluation mutuelle

    PIB

    Produit intérieur brut

    PPTE

    Pays pauvres très endettés

    SGDD

    Système général de diffusion des données

    UE

    Union européenne

    Table des Matières

    L’exercice financier du FMI va du 1er mai au 30 avril. L’unité de compte du FMI est le DTS (droit de tirage spécial); les conversions des données financières du FMI en dollars sont approximatives et faites pour des raisons de commodité. Sauf indication contraire, lorsqu’il est fait référence au dollar, il s’agit du dollar des États-Unis. Au 30 avril 2012,1 dollar était égal à 0,644934 DTS et 1 DTS à 1,55055 dollar (au 30 avril 2011, ces taux étaient de 0,616919 DTS et de 1,62096 dollar, respectivement).

    Les chiffres ayant été arrondis, les totaux peuvent être différents de la somme des composantes.

    Dans le présent rapport, le terme «pays» ne se rapporte pas nécessairement à une entité territoriale constituant un État au sens où l’entendent le droit et les usages internationaux. Il s’applique également à un certain nombre d’entités territoriales qui ne sont pas des États, mais sur lesquelles des statistiques sont établies et publiées de façon distincte et indépendante.

    Message de la Directrice Générale et Présidente du Conseil D’administration

    Christine Lagarde, Directrice générale et Présidente du Conseil d’administration

    L’année écoulée a été particulièrement riche en défis pour un grand nombre de pays membres du FMI et pour l’institution elle-même. La crise financière mondiale a continué de sévir dans le monde, surtout dans la zone euro. Nous avons eu notre lot de faux espoirs et, trop souvent, fait deux pas en avant et un en arrière. Il en résulte un manque de confiance continu, des tensions persistantes sur les marchés financiers et une reprise économique obstinément faible. En même temps, le chômage reste à un niveau inacceptable dans de trop nombreuses régions et le tissu social ne cesse de se fragiliser.

    De toute évidence, il importe plus que jamais de rétablir la stabilité économique et financière dans le monde et de remettre l’économie mondiale sur la voie d’une croissance soutenue.

    Dans ces circonstances, le FMI doit d’autant plus continuer de mobiliser ses talents d’analyse hors pair et d’envisager l’avenir avec créativité pour aider les pays membres à surmonter leurs problèmes actuels et à accéder à un monde meilleur.

    À cet égard, je suis fière de la force et de l’indépendance dont le FMI a fait preuve au cours de l’exercice écoulé. Nous nous sommes efforcés d’être aussi objectifs et impartiaux que possible dans l’évaluation des plans économiques et dans les conseils que nous avons donnés aux pays. J’en citerai quelques exemples.

    Nous avons préconisé une stratégie volontariste pour recapitaliser les banques européennes, instituer un pare-feu plus imposant en vue de réduire l’effet de contagion et de rétablir la confiance, et utiliser ces fonds pour prendre des participations directes dans les banques. Le FMI a aussi prôné l’élaboration d’un plan global pour parvenir à une intégration financière et budgétaire plus poussée en Europe. Nous nous sommes efforcés de promouvoir un débat budgétaire équilibré, en faisant valoir qu’un excès de zèle en matière de réduction des déficits pouvait conduire à une aggravation de la situation économique mondiale. Et nous avons continué d’œuvrer à l’amélioration de la réglementation et de la surveillance du secteur financier afin de conjurer tout retour au système qui nous a apporté la crise.

    Le FMI a continué d’innover tout au long de cette période et s’est appliqué à perfectionner ses méthodes de travail. À la suite de l’examen triennal de la surveillance, nous avons pris des mesures pour améliorer nos méthodes et nos résultats dans ce domaine, en nous concentrant davantage sur les risques et les interconnexions qui caractérisent l’économie mondiale moderne. Nous nous sommes employés à élaborer un plan de travail pour la surveillance du secteur financier et, dans le domaine de la stabilité extérieure, le Conseil d’administration a poursuivi ses travaux en vue d’élargir l’analyse multilatérale systématique au-delà des taux de change pour y inclure les soldes extérieurs. Dans un souci d’efficacité, le Conseil d’administration s’est aussi employé à actualiser le cadre juridique de la surveillance.

    En exerçant notre surveillance, nous avons accordé une plus grande attention à l’emploi, à la recherche d’une croissance mieux partagée et aux aspects sociaux; nous avons aussi examiné avec soin les problèmes que rencontrent les pays à faible revenu, en raison notamment des fluctuations des cours des produits de base. Le FMI a aussi centré ses travaux sur plusieurs grands domaines macroéconomiques, dont la gestion des flux de capitaux et la modernisation du cadre budgétaire et de l’analyse de viabilité de la dette.

    David Lipton, Premier Directeur général adjoint

    En ce qui concerne les activités de prêt, nous avons répondu avec souplesse aux besoins de financement des pays membres dans le monde entier. Nous avons intensifié le dialogue avec les pays arabes en transition, en posant les jalons d’un soutien financier éventuel, et nous avons continué d’apporter notre concours aux pays membres à faible revenu. Considérant qu’il vaut mieux prévenir que guérir, le Conseil d’administration a approuvé des réformes des instruments de prêt du FMI pour permettre à celui-ci de mieux aider l’ensemble des pays membres en cas d’urgence et de manque de liquidité. La nouvelle ligne de précaution et de liquidité, qui remplace la ligne de crédit de précaution, peut ainsi être utilisée dans un éventail plus large de circonstances, notamment en tant qu’assurance contre des chocs futurs et comme guichet de liquidité à court terme pour répondre aux besoins de pays membres dont l’économie et les structures sont foncièrement solides. En même temps, le nouvel instrument de financement rapide nous permet de répondre à tous les types de besoins urgents de balance des paiements, notamment ceux qui résultent de chocs exogènes.

    Naoyuki Shinohara, Directeur général adjoint

    Au cours de l’exercice écoulé, nous avons aussi développé notre programme d’assistance technique. Grâce aux contributions de généreux donateurs, le FMI a fourni beaucoup plus d’assistance technique que pendant les années précédentes. En outre, au terme d’un examen stratégique, nous avons fusionné deux unités opérationnelles pour créer un nouveau département, l’Institut pour le développement des capacités, chargé de superviser et de gérer les activités de formation et d’assistance technique.

    Nemat Shafik, Directrice générale adjointe

    En somme, je pense que le FMI a été productif pendant l’année écoulée. Les pays membres lui ont exprimé leur confiance en augmentant ses ressources de 456 milliards de dollars (430 milliards de dollars à la fin de l’exercice 2012). Le Conseil d’administration a aussi approuvé l’utilisation d’une partie des bénéfices inattendus provenant des ventes d’or du FMI pour accroître les ressources servant à bonifier les prêts concessionnels du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance. Il demeure impératif que l’institution dispose de ressources suffisantes pour accorder des prêts concessionnels; il faut donc saluer cette décision de contribuer à la bonification du taux d’intérêt des financements concessionnels accordés aux pays membres à faible revenu.

    Min Zhu, Directeur général adjoint

    Au cours de la période à venir, il importera de poursuivre les réformes de gouvernance convenues en 2010. Le FMI doit représenter l’ensemble des pays membres et avoir une véritable légitimité. C’est dans cet esprit qu’il continuera de travailler avec ses membres pour trouver des solutions collectives aux problèmes collectifs et pour tracer la voie vers un avenir plus prospère.

    C’est pour moi un profond honneur d’être Directrice générale du FMI. Je suis frappée par la qualité du personnel de l’institution et je suis fière du travail que nous accomplissons. J’ai le plus grand respect pour le professionnalisme et l’intégrité du Conseil d’administration du FMI, et pour les efforts qu’il déploie sans relâche, jour après jour, pour remplir la mission de l’institution.

    Le Rapport annuel du Conseil d’administration du FMI au Conseil des gouverneurs de l’institution est l’un des moyens essentiels par lesquels le FMI rend compte de son action. Le Conseil d’administration, où siègent 24 administrateurs désignés par les 188 pays membres, dirige les activités du FMI, tandis que le Conseil des gouverneurs, où chaque pays membre est représenté par une personnalité de haut rang, est l’organe suprême de l’institution. Le Rapport annuel est publié en vertu de l’obligation qui incombe au Conseil d’administration de rendre compte de son action au Conseil des gouverneurs.

    Conseil D’administration

    Les administrateurs suppléants sont indiqués en italiques.

    Meg Lundsager

    Poste vacant

    États-Unis

    Mitsuhiro Furusawa

    Tomoyuki Shimoda

    Japon

    Hubert Temmeyer

    Stejfen Meyer

    Allemagne

    Ambroise Fayolle

    Alice Terracol

    France

    Arrigo Sadun

    Jhanos Catsambas

    Albanie, Grèce, Italie, Malte, Portugal, Saint-Marin, Timor-Leste

    Der Jiun Chia

    Aida Budiman

    Brunéi Darussalam, Cambodge, Fidji, Indonésie, Malaisie, Myanmar, Népal, Philippines, République démocratique populaire lao, Singapour, Thaïlande, Tonga, Vietnam

    Tao Zhang

    Ping Sun

    Chine

    Christopher Legg

    Hosettng Lee

    Australie, Corée, Îles Marshall, Îles Salomon, Kiribati, Micronésie, Mongolie, Nouvelle-Zélande, Ouzbékistan, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa, Seychelles, Tuvalu, Vanuatu

    Arvind Virmani

    P. Nandahil Weerasinghe

    Bangladesh, Bhoutan, Inde, Sri Lanka

    Paulo Nogueira Batista, Jr.

    Maria Angelica Arbeldez

    Brésil, Colombie, Équateur, Guyana, Haïti, Panama, République dominicaine, Suriname, Trinité-et-Tobago

    Ahmed Alkholifey

    Fahadl. Alshathri

    Arabie saoudite

    René Weber

    Poste vacant

    Azerbaïdjan, Kazakhstan, Pologne, République kirghize, Serbie, Suisse, Tadjikistan, Turkménistan

    Alexander Gibbs

    Robert Elder

    Royaume-Uni

    Willy Kiekens

    Johann Prader

    Autriche, Bélarus, Belgique, Hongrie, Kosovo, Luxembourg, République slovaque, République tchèque, Slovénie, Turquie

    Carlos Pérez-Verdia

    José Rojas Ramirez

    Costa Rica, El Salvador, Espagne, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Venezuela

    Menno Snel

    Yuriy G. Yakusha

    Arménie, Bosnie-et-Herzégovine, Bulgarie, Chypre, Croatie, Ex-République yougoslave de Macédoine, Géorgie, Israël, Moldova, Monténégro, Pays-Bas, Roumanie, Ukraine

    Thomas Hocldn

    Mary O’Dea

    Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Canada, Dominique, Grenade, Irlande, Jamaïque, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Sainte-Lucie

    Benny Andersen

    Audun Grønn

    Danemark, Estonie, Finlande, Islande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Suède

    Moeketsi Majoro

    Momodou Saho

    Afrique du Sud, Angola, Botswana, Burundi, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Kenya, Lesotho, Libéria, Malawi, Mozambique, Namibie, Nigéria, Ouganda, Sierra Leone, Soudan, Swaziland, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe

    A. Shakour Shaalan

    Sami Geadah

    Bahreïn, Égypte, Émirats arabes unis, Iraq, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Maldives, Oman, Qatar, Syrie, Yémen

    Aleksei V. Mozhin

    Andrei Lushin

    Fédération de Russie

    Jafar Mojarrad

    Mohammed Daïri

    Afghanistan, Algérie, Ghana, Maroc, Pakistan, République islamique d’Iran, Tunisie

    Alfredo Mac Laughlin

    Pablo Garcia-Silva

    Argentine, Bolivie, Chili, Paraguay, Pérou, Uruguay

    Kossi Assimaidou

    Nguéto Tiraina Yambaye

    Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Cap-Vert, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Gabon, Mali, Maurice, Mauritanie, Niger, République Centrafricaine, République du Congo, République démocratique du Congo, Rwanda, São Tomé-et-Príncipe, Sénégal, Tchad, Togo

    Lettre de Transmission au Conseil des Gouverneurs

    Le 26 juillet 2012

    Monsieur le Président,

    J’ai l’honneur de présenter au Conseil des gouverneurs, conformément à l’article XII, section 7 a), des Statuts du Fonds monétaire international et à la section 10 de la Réglementation générale du FMI, le Rapport annuel du Conseil d’administration pour l’exercice clos le 30 avril 2012. En application de la section 20 de la Réglementation générale, ce rapport fait état du budget administratif et du budget d’équipement du FMI approuvés par le Conseil d’administration pour l’exercice s’achevant le 30 avril 2013, lesquels sont présentés au chapitre 5. Les états financiers vérifiés du Département général, du Département des DTS et des comptes administrés par le FMI pour l’exercice clos le 30 avril 2012, ainsi que les rapports y afférents du cabinet d’audit externe, sont présentés à l’appendice VI, qui figure sur la version CD-ROM du Rapport ainsi qu’à l’adresse www.imf.org/external/pubs/ft/ar/2012/eng/index.htm. L’audit externe ainsi que la communication des informations financières ont été supervisés par le Comité de vérification externe des comptes, composé de Mme Amelia Cabal (présidente), M. Arfan Ayass et M. Jian-Xi Wang, conformément à la section 20 c) de la Réglementation générale.

    Christine Lagarde

    Directrice générale et Présidente du Conseil d’administration

      You are not logged in and do not have access to this content. Please login or, to subscribe to IMF eLibrary, please click here

      Other Resources Citing This Publication